Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

L'île au trésor adapté par François CORTEGGIANI et Michel FAURE

Publié le par Hélène

Mon avis : 

Un bilan négatif pour cette adaptation du célèbre roman de Stevenson. L'histoire est condensée, ce qui est nécessaire bien sûr dans une adaptation en bande dessinée, mais certains sauts temporels provoquent des difficultés de compréhension assez désagréables. On ne comprend pas bien cette histoire de marque noire par exemple, ou encore le retournement de John Silver. Les morts sont expédiés ad patres en une bulle et oubliés la bulle suivante. Tout semble haché, manquant de cohérence et de fluidité. 

De plus, détail non négligeable, les dessins sont assez violents, induisant le rendu d'une atmosphère brouillonne et très sombre.  Les effusions de sang sont monnaie courante

Cette adaptation est surtout axée plus sur le côté effrayant du monde des pirates, plus que sur l'aventure.

L'avis de Romain, 10 ans : ♥ ♥

(A noter que contrairement à moi, il venait de relire le roman)

La bande dessinée est moins bien que le roman parce qu'il y a moins de précisions.

Les dessins ne m'ont pas trop plu, ils étaient trop tristes. Je ne voyais pas les personnages comme ça, à part Jim, dans la BD ils sont très laids, je les voyais autrement.

 

Ce fut ma BD de la semaine, accueillie par Mo cette semaine !

Rencontre avec Emma Cline, auteure de The girls

Publié le par Hélène

Vendredi dernier, la librairie Gallimard organisait une rencontre avec Emma Cline, l'auteure talentueuse de "The girls", en collaboration avec l'agence Anne et Arnaud.

Ce fut l'occasion de rencontrer cette jeune auteure talentueuse.

Rencontre avec Emma Cline, auteure de The girls

Voici les questions qui lui ont été posées :

 

Pourquoi ce choix de s'appesantir sur l'adolescence ?

L'adolescence est un âge tumultueux, à la lisière entre l'innocence, la pureté de l'enfance et cette révolution du passage à l'âge adulte. Cela m'intéressait de donner un rôle à cette adolescence qui est souvent traitée avec des clichés dans les romans, trop rapidement.

 

Pourquoi utiliser cette affaire Manson en arrière-plan ?

L'affaire n'est pas au centre du roman, elle n'est qu'un prétexte pour parler de l'adolescence. C'est un symbole. Cette affaire est très présente dans la culture californienne dans laquelle j'ai grandi. Elle permet aussi une réflexion sur la violence, pas seulement la violence physique, mais aussi la violence psychologique des adolesents, la violence qui prend feu dans le rapport à l'autre. C'est cette violence là qui m'intéressait davantage que la violence dramatique de l'affaire Manson.

 

Peut-on voir des échos contemporains, faire un parallèle avec ces adolescents perdus de Californie et les jeunes embrigadés par Daesh ?

L'adolescence est un âge vulnérable, durant lequel on s'engage idéologiquement, on a besoin d'exrpimer cette violence inhérente vers d'autres que soi. On parle peu de la violence féminine, souvent rentrée, qui s'exprime par l'anorexie, les jeunes filles qui se tailladent, ou n'expriment pas leur mal-être, leur colère. C'était intéressant d'aborder ce thème là dans cette ville.

 

Pourquoi le personnage de Sacha ?

Je voulais montrer qu'à 30 ans de distance, une adolescente reste une adolescente avec cette envie d'être vue, regardée. Les réseaux sociaux sont au coeur de cette volonté de se montrer et d'être reconnu par ses camarades.

 

Pourquoi parler seulement de cette envie d'être vue et pas de l'envie d'être aimée qu'elle cache ?

A mon avis, l'adolescent n'est pas toujours en âge de comprendre que derrière cette envie d'être regardé se cache l'envie d'être aimé et compris.

 

Travaillez vous sur un nouveau projet ?

Oui sur un recueil de nouvelles et sur un roman.

 

Y aura-t-il une adaptation de "The girls" ?

On m'a proposé de travailler sur le script, mais j'ai refusé disant que quand c'était fini, c'était fini pour moi. Mais quelqu'un a acheté les droits du film. (Scott Rubin)

 

Etes vous toujours hantée par vos personnages ?

J'ai mis trois ans à écrire ce roman, fini depuis deux ans, et c'est seulement maintenant que je fais une tournée promotionnelle, c'est un peu étrange de parler de personnages que j'ai presque oublié pour certains, puisque je travaille sur de nouveaux projets. Mais oui, pour certains, ils m'habitent encore. J'ai finalisé le roman en deux mois et c'est là que j'ai mis le plus de moi même, et que j'ai écrit les personnages les plus difficiles.

 

Y-a-t-il une influence de votre vie personnelle dans ces pages ?

Je vous rassure, je n'ai tué personne ... Mais je suis l'aînée de 5 filles donc je connais les rapports entre filles. J'étais surtout intéressée par les décisions que l'on prend à cet âge là, décisions qui peuvent avoir des répercussions auxquelles on ne s'attend pas dans l'âge adulte.

 

Quel fut le meilleur moment de cette magnifique aventure littéraire?

J'avais terminé d'écrire le roman, et je suis sortie dans ma cour pour fumer une cigarette. Maintenant tout ce que je vis, je le vis avec distance, cela m'est un peu étranger.

Par la suite, j'ai pu rencontrer Anna Jarota et son assistant Robin Schultz, les agents littéraires d'Emma Cline. Anna Jarota a évoqué avec tendresse la jeune auteure de "The girls" : "Tout était déjà parfait dans ce roman, nous n'avons pas eu à le retravailler, j'ai senti à la première lecture que je tenais quelque chose, un talent rare. Sur peut-être 100 romans que nous lisons, seul 1 roman sort du lot, et ce fut celui là ! C'est impressionnant de se dire que cette jeune fille de 27 ans possède une telle maîtrise de l'écriture, et de la psychologie ! Elle est extraordinaire et mérite son succés. Nous avons vendu les droits de son roman dans 34 pays, et Emma a commencé sa tournée. La France est l'avant dernière étape avant l'Italie. J'ai hâte de recevoir son prochain roman dans ma boîte mail, à ce moment-là, je sais que le monde s'arrêtera de tourner et qu'il n'y aura plus que cela, ce manuscrit, cette nouvelle perle à découvrir. Je sais que je ne serai pas déçue !"

 Cette rencontre m'a éclairée aussi sur le métier d'agent littéraire, métier relativement récent en France, contrairement aux pays anglo-saxons où il est monnaie courante de faire appel à ces agents en tant qu'intermédiaire entre l'auteur et l'éditeur. Après une expérience enrichissante à Londres dans l'agence Andrew Nurnberg Associates, Anna Jarota a décidé de créer sa propre agence en France en 2008.  Elle est l'agent notamment de Nancy Huston, Woody Allen, Jérôme Kerviel et Valérie Trierweiler. Robin quant à lui, est passionné par ce métier qu'il assimile à celui de "découvreur de trésors" ! 

Quant à la question de savoir quel serait leur prochain "trésor", Robin m'a dit qu'il fallait s'attendre à un grand coup dans 5 mois, quelqu'un de connu, qu'il ne pouvait rien dire encore mais qu'il y avait des indices dans la newsletter de Livres Hebdo ! A vos tablettes !

 

J'ai aussi discuté avec le traducteur de "The girls"Jean Esch, pour qui cette traduction était une belle expérience. Il a aussi traduit récemment le roman de Don Winslow Cartel, la suite de La griffe du chien, à découvrir également absolument selon lui ! 

 

Nous avons pu également échanger plus longuement avec Emma Cline, une jeune femme très avenante, touchante de sincérité, Sandra vous en dit plus sur son blog Bellepagesite !

 

Merci à Arnaud, Anaïs, Roxane, et Sandra !

 

Présentation de l'éditeur : Editions de la table ronde

Mon avis sur "The girls" : ICI

 

Miami Park de Carl HIAASEN

Publié le par Hélène

♥ ♥

Joe Winder vit en Floride et est embauché par un parc d'attraction concurrent de Disney pour vanter les mérites de ce "Fabuleux Royaume du Grand Frisson". Quand des "campagnols du manguier à langue bleue", stars du Pavillon des Animaux Rares, sont enlevés, Winder se lance malgré lui sur les traces des kidnappeurs, des loosers peu doués dans leur secteur... 

Chez Carl Hiaasen, tout est toujours aussi déjanté, délirant, ça fuse dans tous les sens, les balles comme les cadavres ! Les personnages sont tous décapants comme cette vieille mamie qui défend bec et ongles l'écologie avec des moyens assez radicaux... Tous ont quelque chose à cacher, petits délinquants perdus qui se tentent de se racheter une conduite pour finalement retomber dans les mêmes travers, grand mafiosis aux méthodes atypiques, animaux récalcitrants, et au milieu de ce petit monde loufoque, évolue ce pauvre Joe Winder quelque peu perdu ! 

http://www.azurever.com/

Comme souvent, Carl Hiaasen reprend ses thèmes favoris, et fustige les promoteurs avides d'argent, prêts à sacrifier l'environnement pour toujours plus de profit. 

Ce que j'ai moins aimé : à force de lire ses romans qui tirent souvent les mêmes ficelles, j'ai éprouvé une certaine lassitude, un impression de "déjà vu".

Du même auteur, j'ai préféré : Pêche en eaux troubles,ou encore Mauvais  coucheur  ;  Cousu main  Jackpot

 

Le comte de Monte Cristo de Alexandre DUMAS

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥

1815. Edmond dantès, jeune offcier de marine, rentre à Marseille à bord du Pharaon, navire dont il a pris le commandement. Il semble voué à un avenir radieux : amoureux de la belle Mercédès, ils vont se fiancer et se marier prochainement, et il est promu capitaine par l'armateur du Pharaon, Morrel. Mais sa position enviable suscite des jalousies : Fernand, ami d'enfance de Mercédès aimerait l'évincer auprès de la belle, et Danglars, employé de Morrel, voit d'un mauvais oeil sa promulgation au rang de capitaine. Les deux hommes se liguent pour lancer de graves accusations contre Edmond, accusations qui vont lui valoir le cachot. Morrel intervient alors auprès du procureur du roi Villefort mais quand il découvre que son propre père risque d'être impliqué, il fait en sorte que Edmond soit emprisonné et oublié au château d'If.

Château d'If http: //www.gombertois.fr/marseille_chateau_dif.html

Edmond y restera quatorze ans. Il y rencontrera l'abbé Faria, vieux savant que tout le monde croit fou mais qui lui inculquera tout son savoir et sa philosophie :

"Il faut le malheur pour creuser certaines mines mystérieuses cachées dans l'intelligence humaine, il faut la pression pour faire éclater la poudre. La captivité a réuni sur un seul point toutes mes facultés flottantes ça et là, elles se sont heurtées dans un espace étroit, et, vous le savez, du choc des nuages résulte l'électricité, de l'électricité l'éclair, de l'éclair, la lumière."

Quand Edmond finira par s'évader de ses geôles, il n'aura de cesse de poursuivre ceux qui l'ont emprisonné...

Au-delà du roman d'aventures, ce classique constitue un magnifique portrait d'homme. Le comte est un être complexe, être innocent et heureux au début du roman, il se densifie au fur et à mesure, désabusé par les trahisons qui le poursuivent. Il en vient même à douter de l'amour du prochain que devrait porter en lui chaque homme. Un instant, il ne croit plus en l'humanité, pour lui l'homme n'est qu'un animal ingrat et égoïste. Son parcours le forgera, c'est un homme qui trouvera de la force dans sa dignité, et qui finira par comprendre combien il est bon de vivre après avoir voulu mourir. Attendre et espérer, tels sont pour lui les clés de la sagesse ... 

Ce que j'ai moins aimé : Quand la première partie se révèle passionnante avec ses aventures multiples, ses retournements de situation, ces êtres qui ne sont jamais ceux que l'on croit, la deuxième partie s'essoufle un peu. Centrée sur les actes philanthopiques du comte qui se fait appeler Simbad le marin, les personnages se cachent derrière des identités multiples et finissent par se confondre. Néanmoins, cette partie est enrichie par le croquis péjoratif de la société parisienne qui traitent les invités "non pas d'après ce qu'ils sont mais d'après ce qu'ils veulent être".

BilanLe comte de Monte Cristo reste un magnifique roman d'aventures aux ramifications profondes.

 

Présentation de l'éditeur : Le livre de poche 

D'autres avis : Babelio

 

tome 1 passionnant aventures multiples

Le jardin de minuit de EDITH

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥

"Rien ne reste figé si ce n'est dans notre mémoire."

Le jardin de minuit est un roman classique anglais de Philippa Pearce qui reçut en 1958 la médaille de Carnegie. Edith en propose ici une adaptation dans laquelle s'entrelacent étroitement réalité et imaginaire.

Tom Long est invité à passer les vacances d'été chez son oncle et sa tante pour éviter d'être contaminé par la rougeole de son frère. Il arrive dans l'immeuble où il loge persuadé que ses journées vont être interminables et que l'ennui sera son seul compagnon. Mais une nuit, alors que l'horloge du hall sonne treize coups, des évènements étranges se produisent : la petite porte du fond du hall ne donne plus sur une petite cour abandonnée, mais sur un gigantesque jardin fleuri. Tom s'y aventure et y rencontre la jeune Hatty, petite fille semblant tout droit sortie du siècle dernier. 

La jeune Hatty serait-elle un fantôme ? Tom interroge son oncle sur les espaces temporels sans parvenir réellement à expliquer ce phénomène étrange, cet espace temps ouvert pour lui sur des amusements sans fin avec la jeune fille aux habits de l'époque victorienne... Il se laisse bercer par les plaisirs de l'enfance, attendre quelqu'un pour jouer, désirer l'endroit où l'on peut s'amuser et passer des heures entières à s'enivrer de cette connivence placée sous le sceau de l'imaginaire et de la surprise. 

Alors peut-être finalement sommes nous tous les fantômes de quelqu'un du moment que ce quelqu'un se souvient de nous...

Cet album aux accents merveilleux chante l'imaginaire sans fin de l'enfance, cet univers et ces décors qui nous influencent et font de nous ce que nous sommes : "les couleurs, les matières, les odeurs, les sons aimés sont des empreintes de nos enfances." Temps de l'enfance comme suspendu entre réalité et mémoire, il est fait de ces heures uniques comme irréelles parce que situées dans un présent éclatant d'innocence et de bonheur... 

 

Présentation de l'éditeur : Soleil Prod 

D'autres avis : Babelio  ; Jérôme ; Noukette ; Mo' ; Jacques

 

Le jardin de minuit, Edith, Soleil prod, 2015, 17.95 euros

 

Lu avec la BD du mercredi accueillie aujourd'hui par Stephie

Heureux les heureux de Yasmina REZA

Publié le par Hélène

Les heureux du titre, vous ne les trouverez guère dans ces pages relativement déprimantes. Comme si ils étaient une  espèce rare, en voie de disparition, surtout quand les hommes et les femmes s'échinent à nouer des relations à deux. Quelle erreur ! Les nouvelles de Yasmina Reza mettent en scène des couples au sein desquels sont reines les mesquineries, les petites phrases assassines, les perversités immondes, une désharmonie qui semble rédhibitoire. Quand l'une de ses narratrices affirme : "Les couples me dégoûtent. Leur hypocrisie. Leur suffisance." p.107 cela sonne comme une revendication de l'auteure elle-même qui martèle  "Je ne me suis jamais fait beaucoup d'illusions sur le couple. Je crois que littérairement je tape dessus depuis le début. Je me méfie du mot "amour". C'est un mot difficile à manier."  (Interview Jéröme Garcin pour le Nouvelobs) 

Alors bien sûr, certaines phrases sonnent juste, et l'analyse reste intelligente :

"Deux êtres vivent côte à côte et leur imagination les éloigne chaque jour de façon de plus en plus définitive. Les femmes se construisent, à l'intérieur d'elles-mêmes, des palais enchantés. Vosu y êtes momifié quelque part mais vous n'en savez rien. Aucune licence, aucun manque de scrupules, aucune cruauté ne sont tenus pour réels. A l'heure de l'éternité, il nous faudra raconter une histoire de jouvenceaux. Tout est malentendu, et torpeur." p. 66

Mais il manque une transcendance, un espoir, une folie, une passion salvatrice, une bonté qui sauverait les écrits et le monde. Ces nouvelles alignent une suite d'égoïsmes sans fin, le couple n'étant pas la seule victime de la plume acerbe de l'écrivain, les personnalités des personnages sont souvent aigries, désabusées, foncièrement mauvaises, frustrées ! Quelle vision de l'humanité ! Des êtres malheureux qui répandent le malheur autour d'eux...

"Etre heureux, c'est une disposition. Tu ne peux pas être heureux en amour si tu n'as pas une disposition à être heureux." p. 132

Laissons le Perdican de Musset répondre à cette Camille moderne :

"Tous les hommes sont menteurs, inconstants, faux, bavards, hypocrites, orgueuilleux et lâches, méprisables et sensuels ; toutes les femmes sont perfides, artificieuses, vaniteuses, curieuses et dépravées ; le monde n'est qu'un égout sans fond où les phoques les plus informes rampent et se tordent sur des montagnes de fange ; mais il y a au monde une chose sainte et sublime, c'est l'union de deux de ces êtres si imparfaits et si affreux. On est souvent trompés en amour, souvent blessé et souvent malheureux ; mais on aime, et quand on est sur le bord de sa tombe, on se retourne pour regarder en arrière et on se dit : j'ai souffert souvent, je me suis trompé quelquefois ; mais j'ai aimé. C'est moi qui ai vécu, et non pas un être factice créé par mon orgueuil et mon ennui."

 

Présentation de l'éditeur : Folio 

D'autres avis : Télérama ; Bibliobs ; Le Figaro

Des avis tout aussi contrastés sur Babelio 

 

Heureux les heureux, Yasmina Reza, Folio, août 2014, 192 p., 7.10 euros

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 200 > >>