Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Osez 20 histoires de sexe aux sports d'hiver

Publié le par Hélène

♥ ♥ 

Ce que j'ai aimé :

Si je vous dis sports d'hiver, vous vous dites froid, gel, tenue d'esquimau, chaussures de ski qui ne sont pas certifiées Louboutin, bref cela semble le dernier endroit au monde où il est possible d'être sexy et désirable -surtout si comme moi votre spécialité est de dévaler les pistes sur les fesses ! Et les skieuses de ces nouvelles l'ont bien compris ! 

Aussi certaines prennent la bonne vieille excuse de la foulure-entorse-cassure pour rester bien au chaud dans l'appartement (Le blanc purgatoire des amours de jeunesse de Julie Derussy), au hammam avec un jeune collègue stagiaire tout dévoué (Team building à Ovronnaz de Frédérique Gabert), ou à l'infirmerie avec l'animateur de ski (C'est le pied de ChocolatCannelle). 

D'autres choisissent l'option café-terrasse-transat (Glace pilée de Rita, Prise rapide de MMK) ou des chalets confortables et un bain chaud avec un jeune galant qui masse leurs courbatures (Chaud- froid de Pauline Bonvalet). 

Malgré tout quelques-uns s'essaient au sexe au milieu des sapins (Nuances de rose de JW Trent, Les facéties de la nature de Noann Lyne, Apocalypse fondue de Camille Destouches, La neige et le feu de Clarissa Rivière, Ma bite en flocons de Julien Ligny) jouant avec les sensations du chaud-froid, dans les télécabines (Télécabine-moi de Valéry K Baran) parce que s'envoyer en l'air il n'y a rien de tel, ou découvrent les joies solitaires du tire-fesse (Sextoys de montagne de Romuald Ward), sextoy original...

Les dernières -qui ont sans doute abusé du génépi- découvrent des châteaux de glace dans lesquels tous les fantasmes sont réalisables (La reine des neiges de Flore Cerise, Ice driving de Daniel Nguyen).  

Bref, oubliez les skis, ôtez vos combinaisons et préparez-vous à un hiver très chaud ! Osez !

"Je gage que nos nuits seront belles, qu'on va baiser sous la peau des rennes et regarder les étoiles filantes."

Ce que j'ai moins aimé :

- Rien j'aime cette collection !

Présentation de l'éditeur :

La musardine

Vous aimerez aussi :

Toute la série des Osez 

Littérature érotique

 

Osez 20 histoires de sexe aux sports d'hiver, Collectif, La musardine, 2014, 

 

Merci à l'éditeur.

Le dernier hiver de Ake EDWARDSON

Publié le par Hélène

                              

♥ ♥ ♥ ♥ 

Ce que j'ai aimé :

Cet opus est le dixième et dernier des aventures de Erik WInter. Erik Winter est un enquêteur fort, qui ne se laisse pas décontenancer, un homme équilibré, avec une femme aimante et deux filles, un homme qui consacre beaucoup de temps à son métier mais qui ne peut pas faire autrement, par vocation : "Il ne se sentait jamais autant en vie que quand il travaillait avec la mort." Bien sûr il a quelques failles, des migraines, des cauchemars, la peur que la mort ne vienne s'inviter dans son cercle familial mais il sait pourquoi et pour qui il fait son métier. Quand un homme demande à un des policiers comment ils font pour supporter la mort, "Tous ces morts ! Jour après jour ?!", celui-ci répond : "- Nous ne sommes pas directement concernés."  

Et c'est aussi la puissance de ces romans policiers suédois et de son héros hors pair, de parvenir à nous montrer la mort sans pour autant que le pathos de nos vies ne refassent surface et ne nous angoisse. 

Dans cette enquête il se retrouve confronté à deux scènes de crime atypiques : deux femmes sont retrouvées mortes dans leur lit au petit matin, leurs maris faisant office de coupable idéal puisque aucune effraction n'a pu être constatée. Et pourtant ces derniers crient leur innocence. Winter va bénéficier des lumières d'une jeune auxiliaire de police observatrice pour résoudre cette enquête.

L'intrigue est ben menée, un contre la montre accélère le suspens tandis que Winter essaie de passer un Noël reposé en famille. Mais par delà l'intrigue, c'est bien sûr l'humanité de Winter qui transperce ses pages. Il va nous manquer...

Ce que j'ai moins aimé :

-Rien, juste une déception si il s'agit effectivement de la dernière enquête de Winter.

Premières phrases :

"On avait composé le 112 à 5h32 et 18 secondes. une vie à sauver. "Je n'arrive pas à ranimer ma compagne !" L'heure exacte importait peu, ce serait pour plus tard, lorsque l'enquête préliminaire en serait à chercher le quand, le comment, voire le pourquoi. Le coupable. S'il y avait enquête préliminaire."

Présentation de l'éditeur :

Chez JC LATTES  et 10/18 

Vous aimerez aussi :

La série dans l'ordre :

  1. Dans med en ängel, 1997 (*) / Danse avec l'ange, 2002Death Angels, 2009
  2. Rop från långt avstånd, 1998 / Un cri si lointain, 2003 / The Shadow Woman, 2010
  3. Sol och skugga, 1999 / Ombre et soleil, 2004 / Sun and Shadow, 2005
  4. Låt det aldrig ta slut, 2000 /   Je voudrais que cela ne finisse jamais , 2005 / Never End, 2006
  5. Himlen är en plats på jorden, 2001 (*) / Le ciel se trouve sur Terre, 2011 / Frozen Tracks, 2007
  6. Segel av sten, 2002 / Voile de pierre, 2006 / Sail of Stone, 2011
  7. Rum nummer 10, 2005 / Chambre numéro 10, 2007
  8. Vänaste land, 2006 / Ce doux pays, 2007
  9. Nästan död man, 2007 / Presque mort, 2009
  10. Den sista vintern, 2008 / Le dernier hiver, 2010

Sur ce blogJe voudrais que cela ne finisse jamais   ; Presque mort  ; Le ciel se trouve sur terre , Ce doux pays 

Autre : Policiers nordiques

 

Le dernier hiver, Ake Edwardsson, traduit du suédois par Maiie-Hélène Archambeaud ,10/18, 2011, 480 p., 8.8 euros

Louve de Fanny DUCASSE

Publié le par Hélène

          

 ♥ ♥ ♥ 

Ce que j'ai aimé :

Il était une fois une jeune fille rousse prénommée Louve qui vivait au milieu des renards. Mais la flamboyante Louve est l'objet d'une étrange malédiction : "Ses cheveux s'enflammaient lorsqu'elle se laissait submerger par ses émotions."  Aussi quand elle rencontre un charmant jeune homme "plus beau que mille feuilles d'automne réunies." va t-elle devoir apprendre à dompter ces émotions.

Un très bel album métaphorique sur l'amitié, les émotions si difficiles à brider quand on est enfant -et même après... 

Les superbes illustrations sont une invitation à célébrer les derniers jours de l'automne et ses couleurs rougeoyantes !

        

Ce que j'ai moins aimé :

-Rien 

Présentation de l'éditeur : 

Thierry Magnier 

 

Louve, Fanny Ducassé, Editions Thierry Magnier, octobre 2014, 13.9 euros

       

 

Snapshots - Nouvelles voix du Caine Prize

Publié le par Hélène

                      

♥ ♥ ♥

Le Caine Prize :

Lancé en 1999, le Caine Prize récompense chaque année une oeuvre de création littéraire africaine. Il est décerné tous les ans à un écrivain pour une nouvelle publiée en anglais. 

Dans ce recueil apparaissent des auteurs sélectionnés pour le Caine Prize, ou lauréats

Ce que j'ai aimé :

Six nouvelles aux genres et styles très variés sont présentées : 

Snapshots  de NoViolet Bulawayo (Zimbabwe) : une petite fille  grandit tant bien que mal entre un père bronchiteux et une mère colérique au Zimbabwe. Elle va affronter trop vite et violemment le passage à l'âge adulte. 

Hunter Emmanuel   de Constance Myburgh (Afrique du Sud) : Hunter Emmanuel est un ex-flic qui ne se décide pas à décrocher parce que "Un homme, ça doit enquêter. Sans enquête, un homme n'est rien." Et pourtant tout ne s'explique pas, tout n'est pas compréhensible et "L'ombre est partout", pas seulement dans la forêt millénaire. 

America de Chinelo Okparanta (Nigéria) : la narratrice entreprend des démarches pour obtenir un visa pour les Etats-Unis, l'eldorado rêvé par tout un chacun au Nigéria. Elle souhaite ainsi retrouver son amie et vivre avec elle au grand jour leur relation homosexuelle. Mais plus le visa se rapproche, plus les questions affleurent : doit-elle suivre son désir et partir, ne risque-t-elle pas d'"aller se perdre" en Amérique comme le redoute sa mère ? Reviendra-t-elle ensuite ? Laissera-t-elle son pays et sa famille livrés à eux-mêmes ? 

Miracle de Tope Folarin (Nigéria) : Au Texas, un pasteur cherche à faire des miracles. Un jeune garçon noir myope assiste au prêche et sera le jouet desdits miracles. Une nouvelle plus légère qui s'interroge sur le pouvoir de la foi.

Jours de baston de Olufemi Terry (Sierre Leone) évoque les combats de rue et l'enfance volée par la misère.

La République de Bombay de Rotmi Babatunde (Nigéria) : Le sergent nigérian Bombay revient au Nigéria après avoir combattu sur le front birman combattants nigérians en Birmanie.

Ces récits offre un aperçu de la littérature africaine anglophone, une littérature talentueuse aux thématiques fortes. 

Ce que j'ai moins aimé :

Comme souvent dans les recueils de nouvelles, certaines nous plaisent moins que d'autres, ici pour ma part, j'ai moins aimé les deux dernières. 

Présentation de l'éditeur : 

Zulma 

Vous aimerez aussi :

Littérature africaine

D'autres avis :

Yves  ; Itzamna 

France Inter 

 

Snapshots, Nouvelles voix du Caine Prize, traduit de l'anglais par Sika Fakambi, Metailié, octobre 2014, 244 p., 18 euros

 

Merci à l'éditeur

Les 20 livres qui ont changé votre vie

Publié le par Hélène

A l'occasion de ses 20 ans, France 5 proposait le 11 décembre 2014 une émission spéciale, présentée par François Busnel, qui dévoilait les 20 livres qui ont changé la vie des lecteurs. La question a été posée à des écrivains, des personnalités de tous horizons mais aussi aux téléspectateurs et aux internautes. 

"Oui, les livres, la littérature et la lecture peuvent cela : faire exister notre liberté, nous permettre d'échapper à la routine, donner du sens à ce qui n'en a pas. la lecture console, questionne ou inquiète parfois, mais elle peut aussi renforcer ou faire naître en nous le désir de vivre différemment. Tout dépend du livre... Assurément certains livres peuvent changer notre vie." François Busnel

Voici les livres les plus cités : 

1. Le petit prince de SAINT EXUPERY

2. L'étranger de CAMUS

3. Le voyage au bout de la nuit de CELINE

4. L'écume des jours de VIAN

5. A la recherche du temps perdu de PROUST

6. Le grand Meaulnes de FOURNIER

7. L'alchimiste de COELHO

8. Belle du seigneur de COHEN

9. Cent ans de solitude de GARCIA MARQUEZ

10. Les fleurs de mal de BAUDELAIRE

11. La peste de CAMUS

12. Harry Potter de ROWLING

13. 1984 de ORWELL

14. Le monde selon Garp de IRVING

15. Crime et châtiment de DOSTOIEVSKI

16. Le seigneur des anneaux de TOLKIEN

17. Le parfum de SUSKIND

18. Le journal d'Anne Franck

19. Madame Bovary de FLAUBERT

20. Les Misérables de HUGO

L'éclaireur de Fred CHAPPELL

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥ 

"Tous deux considéraient comme une priorité d'apprendre l'émerveillement aux enfants." 

Ce que j'ai aimé :

La journée de Joe s'annonce mouvementée. Professeur de lycée, il doit rencontrer dans l'après-midi la commission scolaire de son lycée, car il est accusé d'enseigner les théories darwinistes à ses élèves.  Issus de familles pieuses, ces derniers préfèreraient en effet entendre que "la théorie de l'évolution est une manipulation communiste et Charles Darwin un suppôt de Satan."  Juste avant l'heure du jugement, Joe va connaître une série d'aventures rocambolesques qui risquent de compromettre cette réunion...  

Pour commencer, il se bat avec un opossum de Satan beige avec des taches noires, et un "visage de p'tit vieux. Avec une barbe et une grosse moustache piquante." et des yeux vert anis. Puis, il sauve une jeune fille de la noyade. Par la suite il aura une discussion fort interessante avec un bouc sur un toit et avec un homme étrange au fond d'une cave...

Joe n'est pas mécontent de ces évènements qui le rendent profondément vivant : 

"Ces journées, ces heures étaient le meilleur de l'existence : combattre des opossums de Satan sous les étoiles, tracer son nom en pissant, traire les vaches..." (p. 36)

Il faut dire qu'il préfère les travaux de la ferme à sa charge provisoire de professeur, parce que "Son rêve à lui n'était pas d'être maîtresse d'école, mais fermier, homme de science et explorateur."  Cet homme idéaliste et rêveur aux idées novatrices est peu en adéquation avec le système éducatif :

"La vérité était que Sandy Slater et mon père auraient préféré clouer des planches sur la porte de leur salle de classe et aller courir les bois et les prés avec leurs élèves pour, au hasard des chemins et des ruisseaux, leur montrer la gale du chêne, le terrier du rat musqué, le nid des abeilles sauvages, les traces du cerf, pour leur donner le nom de cette plante, le nom de cette fleur sauvage, leur nom courant et celui sous lequel elles étaient inscrites dans la nomenclature de Linné. Tous deux considéraient comme une priorité d'apprendre l'émerveillement aux enfants." p. 85

Joe est un homme qui enchante le monde, sa poésie le porte vers les étoiles, mais ses principes lui permettent de rester bien campé sur terre, droit dans ses bottes de fermier. Il est profondément attachant et illumine le monde et la littérature de sa présence. 

Vous vous devez de le rencontrer !

Ce que j'ai moins aimé :

- Rien

Premières phrases :

"Nous marchions le long de la route craquante. Ces matins d'hiver étaient si froids qu'il me semblait que j'allais résonner commeune enclume si mon père posait la main sur moi. Une gelée brillante recouvrait toutes choses, jusques aux pierres. Elle était si dure quun couteau ne l'aurait brisée, et les fils barbelés étaient si givrés que la clôture qui bodait la route faisait penser à des cordes de guitare." 

Vous aimerez aussi :

Du même auteur : Ma famille inoubliable

Autre : Le koala tueur de Kenneth Cook

D'autres avis :

Libération 

 

L'éclaireur, Fred Chappell, traduit de l'anglais (américain) par Anne Mornet, Autrement Littératures, 2003, 14.95 euros

Mamette. Tome 1. Anges et pigeons par NOB

Publié le par Hélène

                        

♥ ♥ ♥ ♥ 

Une mamie douce et sucrée, comme les choux à la crème dont elle raffole.  

Ce que j'ai aimé :

Mamette est une petite grand-mère toute ronde qui croque la vie avec bonhomie. En quelques planches de vie, l'auteur nous immisce dans cette vie tranquille. Mamette passe beaucoup de temps avec ses copines, pas toujours très aimables ou hypocondriaques dotées de cartes de fidélité à la pharmacie, ("Plus que deux ou trois migraines et j'ai droit à un électrocaridographe de poche !") Elle pique-nique sur la tombe de son mari mort il y a quelques années, prend des cours de peinture, s'occupe intelligemment avec ses copines en organisant des journées ménage ou en briquant l'argenterie, et s'active dans sa ville en appartenant au club des seniors aux projets foisonnants...

Les seules ombres à cette vie douceureuse sont, outre sa peur des jeunes ("J'ai vraiment cru qu'il en voulait à mes poireaux !"), son diabète qui l'empêche de manger du sucre dont elle est friande et sa solitude maintenant que son mari est mort et son fils trop occupé pour passer des heures avec elle. Heureusement, pour combler cette solitude parfois pesante, elle rencontre le fils de son aide ménégère qui va redonner un peu de vie dans son intérieur silencieux.

Les anecdotes sont savoureuses, le fond intelligent, le trait précis et bienveillant, enveloppant le lecteur dans un cocon confortable. Une belle découverte. 

Ce que j'ai moins aimé :

- Il est estampillé de l'étiquette 'BD jeunesse" mais je ne sais pas si les jeunes y sont réellement sensibles...

Vous aimerez aussi :

Les vieux fourneaux

D'autres avis :

Liliba ; Yaneck

 

Mamette, tome 1, Anges et pigeon, Nob, Glénat, 48 p., 9.99 euros

 

Trente-six chandelles de Marie-Sabine ROGER

Publié le par Hélène

                      

♥ ♥

Ce que j'ai aimé :

Ce roman est une petite comédie légère charmante.

Le début est assez original : un homme est persuadé qu'il va mourir le jour de son 36ème anniversaire à cause d'une malédiction familiale, et il a tout préparé en ce sens. Seulement la grande faucheuse n'est pas au rendez-vous et Mortimer va devoir se réadapter à la vie.

Ayant toujours été intimement persuadé qu'il allait mourir à cet âge-là, il s'est construit une vie morne : un travail au ministère qui consiste principalement à "tailler les crayons, attacher les trombones en collier, faire une balle avec des élastiques, boire mon café, regarder l'heure.", des relations sentimentales sans lendemain, peu d'attaches hormi Nassardine et Paquita. Et c'est justement ce couple improbable profondément attachant qui va remettre Mortimer sur les rails. 

Ce que j'ai moins aimé :

Il ne restera pas longtemps dans nos mémoires, il souffre des mêmes défauts que son compère La fractale des raviolis : une légèreté dans le style et dans les propos qui est très volatile. L'ensemble reste très en surface, même le rire est discret. 

Premières phrases :

"On a beau essayer de prévoir l'imprévisible, l'intempestif survient au plus mauvais moment : je m'apprêtais à mourir.

Décéder fait partie de ces moments intimes qui supportent assez mal les témoins importuns."

Présentation de l'éditeur :

Editions du Rouergue

Vous aimerez aussi :

La fractale des raviolis de Pierre Raufast

D'autres avis :

Lire

MangoDasola, Clara et Leiloona, Sandrine ; Yuko 

 

Trente-six chandelles, Marie-Sabine Roger, Editions du Rouergue, août 2014, 288 p., 18 euros

 

Merci à l'éditeur.

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>