Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

L'été Diabolik de Thierry SMOLDEREN et Alexandre CLERISSE

Publié le par Hélène

"Car le véritable démon loge dans le coeur des hommes, pas dans les bureaux du KGB"

L'été 67, un innocent match de tennis fait basculer la vie de Antoine, 15 ans. En effet, sa victoire entrainera des rencontres décisives pour la vie future de son père et la sienne. Et pourtant, cet été semblait se placer sous le signe des nouvelles amours et amitiés, mais une atmosphère étrange et macabre s'installe finalement peu à peu, transformant irrémédiablement l'été et la jeunesse du pauvre Antoine . Le jeune homme mettra vingt ans à comprendre ce qui s'est joué cet été-là. Les masques tomberont les uns après les autres, balayant les illusions adolescentes.

L'été Diabolik est un hommage aux revues BD qui sortaient dans les kiosques et ont nourri toute une génération d'adolescents. En effet, Diabolik était une publication de série noire dessinée créée en 1962 par Angela et Luciana Giussani, une BD italienne à l'atmosphère mystérieuse et érotique, propre à séduire les adolescents...

Ce que j'ai moins aimé : Les dessins très vifs censés rappeler les comics ne me parlent malheureusement pas...

Bilan : Mêlant subtilement une intrigue haletante, mystérieuse et une belle réflexion sur l'adolescence, cet été Diabolik marquera les esprits sensibles aux comics colorés ...

 

Présentation de l'éditeur : Dargaud 

D'autres avis : Télérama ; Babélio

 

L'été Diabolik, Thierry Smolderen et Alexandre Clerisse, Dargaud, 168p., 21 euros

Public : Ado-adulte - à partir de 12 ans
 

Bande dessinée qui fait partie de la sélection polar du Prix Polar SNCF et aussi du Prix Fnac BD

 

Bd de la semaine chez Moka

 

Partager cet article

Le plus et le moins de Erri DE LUCA

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥ ♥

"Les livres ne redoublent pas l'épaisseur des murs, ils l'annulent au contraire. A travers les pages, on voit dehors." (L'espace de personne)

Dans ces 37 petits chapitres autobiographiques, Erri De Luca évoque les thèmes qui lui sont chers comme l'enfance dorée et innocente, l'amour de la montagne mais aussi l'engagement politique, ...

Né dans les années 50 l'auteur a vécu de l'intérieur les bouleversements de son siècle, s'engageant toujours du côté des opprimés pour lutter à corps perdu contre l'injustice. Dans On ne loue pas aux Napolitains notamment, il évoque le sort des émigrés et les fausses promesses qui les précèdent :

"On m'avait dit qu'à New York les rues étaient pavés d'or. Quand je suis arrivé, j'ai aussitôt vu trois choses : la première, qu'il n'y avait pas d'or dans les rues ; la deuxième, qu'elles n'étaient même pas pavées ; la troisième, que c'était moi qui devrais les paver." 

Pourtant, chaque homme sur terre devrait se pencher sur le sort de ses contemporains, puisque tous, nous sommes des étrangers sur la surface de la terre. La fraternité est une valeur essentielle dans ce monde difficile physiquement et moralement, et il est du devoir de chacun de se révolter contre des situations inconcevables :

"IL EST DANGEREUX DE SE PENCHER AU-DEHORS, dit l'écriteau officiel des temps modernes. Il est nécessaire de le faire." (Pour un guide d'escalade)

Ces textes sont courts, évocateurs, mais essentiels. Parce que l'écriture est essentielle, comme pour ces femmes qui se racontent la guerre pour la réduire à une histoire. Il est important de se raconter des histoires, tant les récits recèlent des pouvoirs magiques.

Erri De Luca ne dit rien, il raconte seulement le temps qui passe, les souvenirs d'enfance, les souvenirs de lutte, mais entre les lignes émerge un monde dense et riche aux valeurs essentielles. Sa puissance d'évocation révèle tout son talent !

 

Présentation de l'éditeur : Gallimard

D'autres avis : Les échos ; Babélio 

Du même auteur Trois chevaux   ;  Le jour avant le bonheur  Le contraire de un  ; Le poids du papillon En haut à gauche  ;  Montedidio  ; La parole contraire

 

Le plus et le moins, Erri De Luca, traduit de l'italien par Danièle Valin, Gallimard, 2016, 208 p., 14.50 euros

 

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article

Let it snow de la TEAM COMEDIE ROMANTIQUE

Publié le par Hélène

♥ ♥

100% comédie,
100% romantique,
100% Noël
et 100% numérique

Isabelle Alexis, Tonie Behar, Adèle Bréau, Sophie Henrionnet, Marianne Lévy, Marie Vareille nous offrent six nouvelles romantiques pour agrémenter cette fin d'année ! Elles ont formé un collectif d'auteures de comédies romantiques à la française qui livrent ici leur interprétation décalée de la romance.

Crush et crash d'Isabelle Alexis :

Une réunion de famille dans laquelle l'esprit débridé et libérateur de Noël s'installe... Un zeste de revendications, une pointe d'humour et de passion suffit à déconstruire la structure aliénante d'une famille bourgeoise ...

Y aura-t-il de la neige à Noël ? de Tonie Behar :

Une narratrice amoureuse de Noël et de sa magie qui soignent jusqu'aux moindres détails sa soirée de réveillon (jusqu'à ses ongles rouges sont même ornés de flocons blancs). Mais une panne d'ascenseur va bouleverser ses projets de soirée romantique en amoureux... ou pas, la magie de Noël pouvant tomber du ciel, comme la neige, comme les anges, à tout instant... Une nouvelle qui nous enseigne l'importance de s'émanciper des cases toutes faites...

Ma préférée du recueil.

Le marché de Noël de Adèle Bréau :

Une nouvelle qui débute avec l'évocation d'un père seul avec ses deux petites filles à cause de la défection d'une mère sauf que cette situation initiale n'a plus de rapport avec la suite et son histoire de fromage... Dommage ! Une déception.

La théorie du pingouin de Sophie Henrionnet :

Un style original avec ses hashtags mais une histoire assez banale entre deux collègues qui s'échangent des mails. Les histoires de bureau grèvent l'humour et la magie de Noël à mes yeux, même si, bien sûr il en faut pour tous les goûts !

Keep calm et love Christmas de Marianne Lévy :

Une nouvelle avec un fan de Franck Sinatra et une actrice de pacotille qui cherche à lui redonner le sourire. J'ai perdu rapidement le fil...

Cap ou pas cap ? de Marie Vareille :

Une jeune femme emprisonnée dans un grand magasin le soir de Noël avec un charmant jeune homme cambrioleur... Assez prometteur.

 

Bilan : Ma préférence va aux deux premières nouvelles du recueil, la première pour son humour dévastateur qui déconstruit tous les clichés de la famille, la deuxième pour son univers romantique si parfaitement rendu.

Des nouvelles rafraichissantes variées autour de Noël qui, s'il fait rêver certains, est synonyme pour d'autres de réunions de famille exacerbant les conflits et ressassant les mêmes sujets éternels d'insatisfaction. La fuite semble alors la seule issue... Un recueil dédié aux anges de Noël (au cas où ils existent).

 

Présentation de l'éditeur : http://comedieromantique.com/

D'autres avis : Stephie

Qui sont-elles ? : http://comedieromantique.com/qui-sommes-nous/

 

Disponible en format numérique sur Amazon à 0.99 euros !

Partager cet article

L'amie prodigieuse de Elena FERRANTE

Publié le par Hélène

♥ ♥

Elena et Lila vivent dans un quartier pauvre de Naples à la fin des années cinquante. Elles deviennent rapidement amies, même si leurs vies ne prennent pas les mêmes directions : Lila abandonne l'école pour travailler avec son père cordonnier tandis que Elena va au collège puis au lycée, soutenue par ses professeurs.

Sur la toile de fond de leur enfance se dessinent des conflits entre les familles, entre bandes rivales, entre catégories sociales... Une rivalité sous-jacente se joue sous les sentiments pourtant sincères d'Elena pour Lila. A l'adolescence, cette jalousie se cristallise autour des études ou de la beauté, dans un va-et-vient lié aux déboires adolescentes.

Là encore, leurs destins prennent des tournures différentes puisque Lila décide de se marier avec un homme riche qui lui apportera une aisance financière ainsi qu'à sa famille, quand Elena continue ses études et hésite en amour.

Cette peinture vibrante d'une amitié indéfectible est le premier tome d'une tétralogie consacrée au destin des deux femmes.

Ce que j'ai moins aimé : A trop rester rivée uniquement sur les deux femmes, une lassitude finit par se faire sentir. Des intrigues secondaires auraient peut-être apporté un souffle romanesque supplémentaire bénéfique au roman...

Bilan : L'amie prodigieuse décrit avec talent le destin des deux amies qui se nourrissent mutuellement des bonheurs et déceptions de l'une ou de l'autre.

 

Présentation de l'éditeur : Folio

D'autres avis : Babélio ; Noukette

Vous aimerez aussi : la suite Le nouveau nom ; D'acier de Silvia Avallone

Sur l'identité de Elena Ferrante : Actualitté

 

L'amie prodigieuse, Enfance et adolescence, Elena Ferrante, traduit de l'italien par Elsa Damien, Folio, décembre 2015, 448 p., 7.99 euros

 

Lecture commune du Blogoclub

 

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article

Déception du mois de novembre

Publié le par Hélène

14 Juillet de Eric Vuillard

Présentation de l'éditeur : Actes sud 

La prise de la Bastille est l’un des évènements les plus célèbres de tous les temps. On nous récite son histoire telle qu’elle fut écrite par les notables, depuis l’Hôtel de ville, du point de vue de ceux qui n’y étaient pas. 14 Juillet raconte l’histoire de ceux qui y étaient. Un livre ardent et épiphanique, où notre fête nationale retrouve sa grandeur tumultueuse.
 

“ De la Bastille, il ne reste rien. La démolition du bâtiment commença dès la nuit du 14 juillet 1789. De l’événement, nous avons les récits du temps. Les députations de notables qui se rendirent à la citadelle et les délibérations de l’Hôtel de Ville y prennent une importance démesurée. On nous raconte la prise de la Bastille du point de vue de ceux qui n’y étaient pas ; et qui vont devenir nos représentants. Ils n’y étaient pas et ne souhaitaient d’ailleurs pas que la Bastille tombe. Ils firent même tout pour l’empêcher. Mais ils ont laissé des témoignages. Car ces gens-là savaient écrire.
Il fallait donc retrouver les relations des gens ordinaires, s’appuyer sur le récit personnel de leur participation à l’émeute du 14 Juillet. Il fallait éviter tout surplomb, afin de ne pas écrire un 14 Juillet vu du ciel. En m’en tenant aux récits méprisés, écartés, j’ai voulu me fondre dans la foule. Et puisque c’est bien le grand nombre anonyme qui fut victorieux ce jour-là, il fallait également fouiller les archives, celles de la police, où se trouve la mémoire des pauvres gens.
L’Histoire nous a laissé un compte et une liste : le compte est de 98 morts parmi les assaillants ; et la liste officielle des vainqueurs de la Bastille comporte 954 noms. Il m’a semblé que la littérature devait redonner vie à l’action, rendre l’événement à la foule et à ces hommes un visage.
À une époque où un peuple se cherche, où il apparaît sur certaines places de temps à autre, il n’est peut-être pas inutile de raconter comment le peuple a surgi brusquement, et pour la première fois, sur la scène du monde.”

Mon avis

Je n'ai pas comme habitude de lire les sorties littéraires dont tout le monde parle -encore moins les français, ceux qui me connaissent le savent- mais quand j'ai lu Tristesse de la terre dernièrement, j'ai regretté de ne pas l'avoir lu plus tôt et j'ai ressenti rétrospectivement une peur froide : celle d'avoir manqué de passer à côté d'un grand roman, sous prétexte de ne pas céder aux sirènes des médias qui encensent toujours les mêmes livres. (lire à ce sujet le billet de Sandrine sur les blogs littéraires et leurs choix)

Cette année, j'ai donc joué le jeu, et j'ai fait confiance aux médias, me plongeant dans la rentrée littéraire, par peur encore une fois de passer à côté d'une oeuvre incontournable.

Et j'ai lu ce 14 juillet. Alors oui, l'auteur fait revivre les petites gens de la révolution, mais pour moi, le roman en se situant entre fiction et essai historique, finit par manquer d'âme. Les dialogues sont absents, remplacés par des descriptions interminables. Bref. Je me suis ennuyée. Je ne l'ai pas trouvé incontournable.

J'ai voulu découvrir d'autres romans mis en avant dans cette rentrée littéraire et j'ai été globalement déçue, seuls The girls ; Petit pays  ; Le rouge vif de la rhubarbe ; Des hommes de peu de foi et Le syndrome de la vitre étoilée  m'ont marquée. Et pourtant j'ai lu :

Le grand jeu de MInard

Soyez imprudents les enfants de Ovaldé

Comment tu parles de ton père de Sfar

Le bal mécanique de Grannec

Tropique de la violence de Appanah

L'enfant qui mesurait le monde  de Arditi

Voici venir les rêveurs de Mbue

Chanson douce de Slimani

Le garçon de Malte

Cannibales  de Jauffret

Continuer de Mauvignier

Laëtitia de Jablonka

14 juillet de Vuillard

Le constat est sans appel : sur 18 livres lus, seuls 5 m'ont plu ! Dont 4 romans étrangers ! Une fois n'est pas coutume, à l'avenir, je vais m'en tenir aux statistiques et aller où mon coeur me porte, vers la littérature étrangère, sirènes ou pas sirènes, quitte à passer à côté d'un incontournable français. Je prends le risque. 

Partager cet article

Pieds nus dans l'aube de Félix LECLERC

Publié le par Hélène

  ♥ ♥

"Une maison chaude, du pain sur la nappe et des coudes qui se touchent, voilà le bonheur." p. 41

Dans son premier roman de Félix Leclerc évoque son enfance et son univers doré à La Tuque près de la rivière Saint Maurice au Québec dans les années 20. Sa poésie enchanteresse inonde ses souvenirs de rayons joyeux et envoûtants, nous emportant sur les ailes d'un bonheur suspendu entre enfance et adolescence.

"Et comme l'équipage d'un navire heureux ne pense ni aux arrivées ni aux départs, mais à la mer qui le porte, nous voguions dans l'enfance, voiles ouvertes, émus des matins et des soirs, n'enviant ni les ports ni les villes lointaines, convaincus que notre navire battait bon pavillon et renfermait les philtres capables de fléchir pirates et malchances." p. 19

Sa famille est un havre de paix, un port où se réfugier en cas de tempête et la philosophie de leur mère "se résumait au pain quotidien et à la paix intérieure ; et elle y tenait, y revenait souvent comme la vague sur la roche, sachant l'inconstance des hommes et la facilité qu'ont les idées de disparaître."p. 40

Entouré de cette famille aux valeurs terriennes, de ses soeurs, de son ami Fidor et de ses autres camarades, le petit Félix grandit harmonieusement, se préparant avec intelligence à la vie d'adulte.

"Si l'on avait offert à Fidor et à moi de passer toute l'existence au bord de la vallée, avec notre taille notre vocabulaire d'enfant de douze ans, dans l'ignorance des villes, des lois, des thèses, des pays lointains, nous aurions accepté. (...) Que nous importaient les liasses de papier d'argent et la puissance des diplômes quand nous n'attendions rien de personne, quand nous étions libres comme des écureuils, riches de tout et de rien, un lasso sur l'épaule en guise de besace et le gosier plein de chansons." p. 131

Puis le passage à l'adolescence et à l'âge adulte, sonne le glas du bonheur, comme un abandon de cet âge d'or, un temps où le malheur s'invite

"C'aurait été pourtant si facile pour le bon Dieu (assurément ce lui serait un jeu encore, s'il le voulait) d'arrêter le temps, un certain soir d'été, alors qu'il a plu beaucoup l'après-midi et que le soleil paraît pour tiédir le vent ; que l'arc-en-ciel s'empare des gouttes d'eau et fait le pont d'une montagne à l'autre ; que la terre boit, satisfaire, comme à la mamelle ; que tous les gavroches, pieds nus dans les lacs de la rue, tirant leurs bateaux de papier, s'interpellent en secouant des cris heureux ; que les ouvriers de retour de l'ouvrage s'attardent sur les marches de leur maison pour applaudir l'éclosion d'une fleur près du trottoir : que l'écho crie sans cesse "Ohé, ohé, ohé !" : que les vieilles grands-mères, toutes cassées, toutes courbées, sortent de l'église et tiennent leur joie à deux mains pour ne pas qu'elle renverse ; qu'un grand soulagement passe sur tout ce qui peine ; que même les pavés poussent de furieux éclats de rire quand un cerceau roule sur leur dos ! 

Insaisissable bonheur !"

Ce frêle souvenir d'une vision de bonheur nous rappelle combien amour et amitié sont le ciment de l'enfance qui permet à l'adulte de construire une maison solide insensible aux tempêtes et aux orages.

 

A noter qu'une adaptation cinématographique réalisée par Francis Leclerc, fils de Félix, est en cours actuellement. https://fr-fr.facebook.com/Piedsnusdanslaube/

 

Québec en novembre

 

Partager cet article

Défense de tuer de Louise PENNY

Publié le par Hélène

  ♥ ♥

Alors que la chaleur accable le Québec, l'inspecteur-chef Armand Gamache et sa femme fêtent leur anniversaire de mariage au manoir Bellechasse, hôtel luxueux réputé des Cantons-de-l'Est. Ce lieu de paix est troublé par le séjour d'une riche famille, les Finney, venus rendre hommage à leur défunt patriarche. Leur comportement et leurs relations troublantes intriguent l'inspecteur, toujours à l'affût des particularités des uns et des autres. Le temps et l'atmosphère se font de plus en plus lourds, jusqu'à la tempête et la découverte d'un cadavre étrangement mis en scène.

Dans ce manoir tapi en pleine nature chacun vient se ressourcer au coeur de l'été, et tous semblent apprécier ce lieu retiré du monde. La chaleur de l'été est palpable et le temps fuit dans le luxe et la paix. Les disputes de cette famille aux secrets si bien gardés détonnent d'autant plus dans le silence avoisinant. A ne jamais communiquer, les uns et les autres ne savent plus se parler, et se font des idées fausses, rongées par le temps et les ressentiments. Les apparences trompeuses se craquèlent et les sentiments refont surface : "Ce qui tuait les gens, c'était un sentiment. Enfoui trop longtemps. Parfois dans le froid, où il gelait. Parfois sous terre, où il devenait fétide. Et parfois laissé sur la rive d'un lac isolé. Où il finissait par devenir vieux, et bizarre." p. 252
Les Finney apprendront à leurs dépens combien les non-dits s'avèrent assassins. Ils comprendront également que le vieil adage selon lequel l'argent ne fait pas le bonheur a des fondations profondément enracinées dans l'expérience. Pour le patriarche, la seule chose que l'argent achète est l'espace : "Une plus grande maison, une plus grosse voiture, une chambre d'hôtel plus spacieuse. Des billets d'avion de première classe. Mais il n'achète pas le confort. Personne ne se plaint plus que les riches et les privilégiés. Le confort, la sécurité, le bien-être : l'argent ne nous les procure pas." p. 492

En savourant leurs gaufres aux bleuets sauvages et au sirop d'érable, les Gamache observent tout ce petit monde s'agiter tout en réfléchissant à leur propre histoire familiale faite de lâcheté, de rachat et de rédemption.

Défense de tuer est un très beau roman policier à l'atmosphère douce-amère qui nous renvoie peu à peu à l'essentiel...

 

Présentation de l'éditeur : Actes Sud

D'autres avis : Babélio

Du même auteur :  Nature morte ♥ ♥ ♥  ; Le mois le plus cruel ♥ 

Le site de l'auteur : Louise Penny

La série dans l'ordre :

Série Une enquête de l'inspecteur-chef Armand Gamache

  1. En plein cœur, 2010 ((en) Still Life, 2005),Réédité sous le titre Nature morte
  2. Sous la glace, 2011 ((en) A Fatal Grace, 2007),
  3. Le Mois le plus cruel, 2011 ((en) The Cruelest Month, 2008), 
  4. Défense de tuer2012 ((en) The Murder Stone, 2009), 
  5. Révélation brutale, 2012 ((en) The Brutal Telling, 2009),
  6. Enterrez vos morts, 2013 ((en) Bury Your Dead, 2010),
  7. Illusion de lumière,2013 ((en) A Trick of the Light, 2011) Réédité sous le titre Une illusion d’optique
  8. Le Beau Mystère,2014 ((en) The Beautiful Mystery, 2012)
  9. La Faille en toute chose, 2014 ((en) How the Light Gets In, 2013),
  10. Un long retour, 2015 ((en) A Long Way Home, 2014)
  11. La Nature de la bête, 2016 ((en) The Nature of the Beast, 2015)
  12. (en) A Great Reckoning, 2016

 

Québec en novembre, aujourd'hui zoom sur les policiers québecois !

 

 

 

 

 

 

Défense de tuer, Louise Penny, roman traduit de l'anglais (Canada) par Claire Chabalier et Louise Chabalier

Partager cet article

Festival Paris en toutes lettres 2016 - Rencontre avec Sylvain Tesson

Publié le par Hélène

Vendredi dernier dans le cadre du Festival Paris en toutes Lettres, la maison de la poésie organisait une rencontre avec Sylvain Tesson. 

Pourquoi la marche ?

Après ma chute, j'ai passé plusieurs mois à l'hôpital, enfermé. A ma sortie, j'ai eu la possibilité de faire ce que j'aimais, marcher au grand air. C'était une issue pour moi, une lumière au bout du couloir. Cela me permettait d'accomplir une forme de rééducation et aussi de sortir de ma déprime.

Pourquoi la France ?

Souvent nous négligeons ce qu'on possède, qu'il s'agisse des lieux ou des êtres. Je vivais en France mais je ne connaissais pas mon pays. L'exotisme est comme la maladie infantile de la géographie. On demande à la distance de nous apporter ce que la vie ne sait pas nous apporter...

La deuxième raison est que je ne pouvais pas aller trop loin, j'avais besoin d'une marche douce, une aventure dans les  limites du raisonnable. Avant j'étais un ado attardé sans l'acné un peu fou dans ses aventures. 

Je voulais aller vers la mer pour finir mon parcours au bord d'une falaise. Je me sens bien au bord des falaises, devant cette géographie qui impose la nécessité de s'arrêter. 

Vous avez fait  des études de géographie ?

Oui, je suis un être superficiel qui aime ce qui se déploie, ce qui s'étend et ce qu'on peut observer sur un plan euclidien. 

Que sont les chemins noirs ?

Les chemins noirs sont les chemins les plus fins possibles sur la carte. Sur le sol ce sont des broussailles, des sentiers oubliés, des issues de secours. Et puis j'ai joué avec une analogie vague : les chemins noirs sont aussi les chemins intérieurs, les lignes de traverse qu'on suit dans son existence, nos replis, nos silences, dans une volonté de s'abstraire du brouhaha. 

René Frémi a écrit en 1964 "Les chemins noirs ", l'histoire d'un conscrit qui s'évade. Je ne pouvais pas utiliser le même titre, j'ai donc rajouté la préposition car je tenais à ce titre.

Dans votre roman vous parlez aussi de l'exode rural ?

L'exode rural a provoqué la disparition de tout un peuple, les ronces ont repoussé. La disparition des paysans est quelque chose qui existe vraiment. Comme l'enlaidissement du territoire dû au phénomène de décentralisation, d'industrialisation, de politique agricole commune, de périurbanisation, de reliement par les routes, de rocades, ronds points... Ce n'est pas un délire de vieux barbon, c'est une constatation de ce qu'il s'est passé. Alors oui de nouveaux paysans reviennent, à petite échelle mais pour l'instant c'est anecdotique.

Vous souhaitiez échapper aux écrans ? Sortir des radars ?

J'apprécie le terme de "dispositif", d'appareillage employé par Foucault, qui désigne le gouvernement qui règne sur une collectivité sous une forme intangible, impalpable. Le philosophe Agamben s'en sert en ajoutant une nouvelle donnée, il injecte la révolution numérique, les nouvelles technologies censées être à notre service mais qui sont en réalité nos maîtres. La technologie est un instrument dont on devient esclave. Je veux échapper à l'impératif de se soumettre à la nécessité de communiquer, de s'exhiber tout le temps, de réagir sur tout, tout le temps, c'est ce que j'appelle le brouhaha du monde.

La diagonale est un chemin noir, une vie hors des voies, une échappée du dispositif.

Dans Berezina vous employez aussi le terme de "escapisme". 

Il s'agit d'un comportement stratégique tactique et existentiel devant une situation qui consiste à fuir, à prendre la tangente. Il s'agit d'un principe de vie, dès qu'un obstacle ou une bifurcation se présente, il faut prendre la troisième voie : le demi tour. Comme les herbivores qui fuient pour survivre. 

Mon retrait au bord du lac Baïkal était un retrait du monde dans une forme immobile. Les chemins noirs sont un retrait en mouvement. J'aime la recommandation d'Epicure qui incite à dissimuler sa vie -ce qu'il  n' a pas réussi et a bien raté d'ailleurs vu sa notoriété à travers les âges ! Dans ma vie je ressens toujours cette oscillation entre nomadisme et sédentarité, Kerouac et Xénophon, la Sibérie et l'Indre et Loire.

© / Pierre chamboultout

Pourquoi la première fuite ?

La première fois je suis parti faire le tour du monde à bicyclette avec Alexandre Poussin . Pour nous, c'était ordinaire, à 20 ans c'est une banalité de vouloir partir, cela tient d'une force vitale. 

Quant à trouver une explication psychanalytique à mon envie de m'échapper, je n'y crois pas. On ne trouve pas toujours tout dans les mystères de l'enfance, je ne crois pas que tout ce qu'on devient est contenu dans l'enfance. Il s'agit davantage d'occasions, de signes présents sur le bord de la route.

@http://www.expemag.com/

L'écriture était-elle liée au voyage dés le départ ?

Lors du premier voyage j'ai écrit par hasard : un éditeur m'a proposé d'écrire le récit du voyage, le livre a connu un beau succès, du coup j'ai écrit un deuxième livre puis c'est devenu une discipline puis un besoin puis un dédoublement de la vie. L'écriture représente la possibilité de vivre une deuxième fois la journée. D'ailleurs je tiens depuis longtemps un journal intime dans lequel j'archive ma vie, ses faits, tous les jours. Et pour moi la fin du voyage n'arrive réellement qu'après la fin du travail d'écriture, quand je pose le point final.

Etes-vous tenté par une oeuvre d'imagination ? 

Je n'écris que ce que je vis, je ne suis pas un écrivain de l'imagination. Je suis un laborieux, je ne suis pas comme ces écrivains qui se laissent emporter par leurs personnages, moi si je crée des personnages ils s'endorment sur le canapé ! Non, je ne serai jamais un écrivain de l'imagination. Je suis doté d'un bon outillage sensoriel pour observer le monde et je m'en contente, et puis la vie est suffisamment surprenante en elle-même sans que l'on cherche à en rajouter.

Pourquoi toutes ces citations dans vos livres ?

Je suis encombré par la référence, c'est une maladie européenne de mettre entre soi et ce que l'on voit l'écran de la référence. Je voulais cette fois-ci faire exclusivement usage de mes sens, or cela a duré 30 secondes et j'ai vite réutilisé le nuage de fumée des références. 

Vous avez été rejoint par des amis durant la route.

J'aime l'idée d'une bandes d'amis qui voyage, je ne suis pas misanthrope. Par contre, deux jours me semble un bon intervalle de commerce avec mes semblables. J'aime l'image de la cordée d'escalade  : 50 mètres nous séparent, de temps en temps on se rejoint quelques secondes pour échanger quelques mots cela me semble vivable avec un ami.

Et le corps ? 

Il repousse... Avant j'étais en bonne santé mais je buvais tellement... Quand je suis arrivé dans le Cotentin, j'ai eu l'impression d'être debout, que la sève avait été ré-insufflée en moi. J'ai jeté au-dessus de la falaise le mauvais sort que j'avais vécu.

 

Sur les chemins noirs 

Publié dans Festival

Partager cet article

Sur les chemins noirs de Sylvain TESSON

Publié le par Hélène

♥ ♥  ♥ 

"On devrait toujours répondre à l'invitation des cartes, croire à leur promesse, traverser le pays et se tenir quelques minutes au bout du territoire pour clore les mauvais chapitres." p. 100

Dans la nuit du 21 au 22 août 2014, Sylvain Tesson fait une chute qui aurait pu s'avérer mortelle. Il tombe du toit d'un chalet de montagne qu'il avait décidé d'escalader sur un coup de tête festif. S'ensuivent plusieurs mois de coma, une lutte contre la mort qui laissera indubitablement des séquelles. Durant sa convalescence, il forme le projet de traverser la France à pied, du Mercantour au Cotentin, en diagonale, traversée qu'il débute en août 2015 et qu'il achève début novembre. 

Il décide d'emprunter les chemins noirs, ces minces traits sur la carte qui sont comme des chemins de traverse, des issues de secours, parce que "Vivre me semblait le synonyme de "s'échapper""  Les cartes IGN sont pour lui comme un sésame, "Les feuilles révélaient l'existence de contre-allées, inconnues, au coeur de la citadelle, de portes dérobées, d'escaliers de service où disparaître.", les chemins noirs ouvrant des portes pour l'imagination. 

Porté par la marche, l'auteur se sépare peu à peu des scories du monde, sur les chemins noirs "Les nouvelles y étaient charmantes, presque indétectables, difficiles à moissonner : une effraie avait fait un nid dans la charpente d'un moulin, un faucon faisait feu sur le quartier général d'un rongeur, un orvet dansait entre les racines. Des choses comme cela. Elles avaient leur importance. Elles étaient négligées par le dispositif." Loin des écrans dont l'homme devient esclave, le monde revient en fanfare dans toute sa beauté lumineuse.

Passionné par les formules de repli, Sylvain Tesson tente ici une nouvelle forme de solitude, une solitude en marche. Pour lui, si ceux qui se jettent dans le monde sont louables, souvent ils finissent par manifester une satisfaction d'eux-mêmes assez détestable : 

"Quitte à considérer la vie comme un escalier, je préférais les gardiens de phare qui raclaient les marches à pas lents pour regagner leurs tourelles aux danseuses de revue qui les descendaient dans des explosions de plumes afin de moissonner les acclamations." p. 81

Sa solitude n'est jamais totale toutefois, il se fait accompagner quelques jours par des amis, Thomas Goisque ou encore Cédric Gras. Il convoque aussi des écrivains en son esprit, parce que "Les phrases sont des prescriptions pour les temps difficiles." Il s'allonge pour observer les nuages, profite de chaque seconde, et peu à peu son corps meurtri par la chute se reconstruit. 

"Assis sur l'herbe dans la volute d'un cigarillo, je disposais au moins du pouvoir d'oublier les écrans et de m'hypnotiser plutôt du vol des vautours par-dessus les ancolies." p. 26

Sa conclusion résonnera longtemps en nos esprits, comme une invitation à sortir des sentiers battus : 

"Une seule chose était acquise, on pouvait encore partir droit devant soi et battre la nature. Il y avait encore des vallons où s'engouffrer le jour sans personne pour indiquer la direction à prendre, et on pouvait couronner ces heures de plein vent par des nuits dans des replis grandioses.

Il fallait les chercher, il existait des interstices.

Il demeurait des chemins noirs.

De quoi se plaindre ?" p. 100

Ce que j'ai moins aimé : Je l'ai trouvé très dur sur les nouvelles technologies qui nous fermeraient au monde. Comme si avant elles le monde était rose avec des personnes qui aimaient s'allonger sous les nuages et discuter des heures entières avec leurs voisins et qu'aujourd'hui plus personne n'était capable de profiter du temps présent... Utopie du passé ?

 

Présentation de l'éditeur : Gallimard

D'autres avis : Babélio

A lire : Rencontre avec Sylvain Tesson à la Maison de la Poésie dans le cadre du festival Paris en Toutes Lettres

Du même auteur : Une vie à coucher dehors ♥ (Nouvelles) ; Dans les forêts de Sibérie (Récit de voyage)Géographie de l’instant ♥ (Récit de voyage) ; S'abandonner à vivre ♥ ;

Aphorismes sous la lune

 

Sur les chemins noirs, Sylvain Tesson, Gallimard, octobre 2016, 144 p., 15 euros

 

Publié dans Récits de voyage

Partager cet article

Festival Paris en toutes Lettres 2016 - Se perdre à Paris

Publié le par Hélène

Le Festival Paris en toutes lettres proposait ce dimanche une promenade mystère dans Paris : «SE PERDRE À PARIS» : DÉAMBULATION POÉTIQUE VERS UN LIEU SECRET Par et avec Léon Bonnaffé Accordez-vous une petite heure de hasard vers une destination inconnue, au seul rythme des mots qui conduiront la danse. Venez sacrifier un moment à la curiosité d’une errance poétique. De la Maison de la Poésie vers Dieu sait où, vous serez baladés par un guide certifié incompétent et garanti bavard. Fermez les yeux, ouvrez les oreilles, le temps passera au mot à mot. Si le hasard fait bien les choses, un de nos monuments nationaux vous attendra en bout de course, toutes portes ouvertes. Léon Bonnaffé, auteur, comédien, en un mot, parleur. Manipulateur d’à peu près haute définition, bavard intempestif sur scène et en coulisse, capable de réciter l’alphabet à l’envers et La Fontaine à l’endroit, avec ou sans les mains. Promenade proposée en partenariat avec Monum, Centre des monuments nationaux.

Guidés par l'acteur Léon Bonnaffé (fils de Jacques (pour ceux qui poseraient la question)) commence une folle équipée humide en ce dimanche pluvieux, équipée placée sous l'égide du temps. De circonvolutions verbales en errances désordonnées, le promeneur peu à peu la notion de temporalité pour se livrer tout entier au bonheur de l'instant présent, délesté des contingences et volontés d'avancer en ligne droite. 

L'homme avance, et même si sa trajectoire ne semble guère rectiligne, dans son sillage la route est belle. 

De fil en aiguille, il apprend à humer l'air, à laisser son regard dériver sur les façades, à se déconnecter de la vie pour être là, simplement, être de chair et de sang, présent. Sous l'égide de poètes et de philosophes, il enjoint à n'accepter demain que si toutes les possibilités d'aujourd'hui ont été épuisées. La destination est floue. Peu importe. L'esprit se déconnecte. Les yeux fermés, le promeneur savoure les mots de l'acteur, pénétrant dans un autre monde qui touche à l'essentiel. 

C'est presque à regret que la route prend fin place des Vosges, dans l'hôtel de Sully.

D'une pièce jaune assez surprenante, le chemin se délie dans les appartements de la duchesse, remontant le fil du temps historique. 

 

Cette errance parisienne fut une invitation à savoir profiter - regarder - se laisser porter. Pour laisser venir à soi les étoiles placées, comme un signe, sur la banalité d'un trottoir...

 

A noterPreuve que notre époque allie merveilleusement ces plongées dans le temps et les possibilités infinies que permettent les nouvelles technologies, les Monuments Nationaux nous proposent une  Visite visuelle de l'appartement de la duchesse Sully

Publié dans Festival

Partager cet article

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>