Les diaboliques de Jules BARBEY D'AUREVILLY

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥

Ce que j'ai aimé :

L'atout principal de ces récits tient dans la capacité de l'auteur à créer des univers, un mystère, un suspens en quelques mots, quelques scènes. Un rideau cramoisi qui se soulève pour laisser entrevoir la silhouette d'une jeune femme, un couple au comportement fusionnel et égocentrique qui se promène au jardin des plantes, un instant volé, un souvenir qui revient et le véritable récit s'amorce. Récit qui ne lève pas non plus toutes les zones d'ombre, les personnages restent dans l'opacité de leurs contradictions et passions.

Eprouvent-ils du remords ? des regrets pour leurs actes ? Sont-ils réellement heureux ?

"On ne peint pas plus le bonheur, cette infusion d'une vie supérieure  dans la vie, qu'on ne saurait peindre la circulation du sang dans les veines."

L'amour, le meurtre, la vengeance par passion, le désir sont au coeur des nouvelles et au coeur des relations tumultueuses des personnages. Ce recueil a valu à son auteur un procés pour immoralité en 1874. L'ouvrage ne reparaîtra qu'en 1882. Les femmes sont considérées comme "diaboliques", façon pour l'auteur de dénoncer les passions horribles pour ensuite les repousser plus vivement. Il s'est défendu de ces accusations en soulignant que son projet était avant tout moralisateur. Si les passions font partie de la nature humaine, les montrer peut provoquer chez le lecteur le désir de les fuir.

Ce que j'ai moins aimé :

Les deux nouvelles Un dîner d'athées, relatant la liaison d'un soldat avec la femme d'un autre soldat et Le dessous de cartes d'une partie de whist m'ont moins plu.

Quelquefois la mise en place est un peu longue avant d'en arriver au vif du sujet comme dans Un dîner d'athées. De longuescirconvolutions autour de la religion s'amorcent avant d'écouter le récit proprement dit.

Premières phrases :

"Il y a terriblement d'années, je m'en allais chasser le gibier d'eau dans les marais de l'ouest, - et comme il n'y avait pas alors de chemins de fer dans le pays où il me fallait voyager, je prenais la diligence de *** qui passait à la patte d'oie de Rueil et qui, pour le moment, n'avait dans son coupé qu'une seule personne."

L'auteur :

Ici 

Résumé :

ibibliothèque

Vous aimerez aussi :

Commenter cet article

Sandrine 31/08/2014 13:34

J'ai revu ce film il y a peu avec mon fils et toujours autant de bonheur...

Yuko 26/08/2014 18:58

J'ai très très envie de le découvrir celui-ci ! Je le note à nouveau :)

hélène 27/08/2014 08:36

Oui note !

jerome 25/08/2014 13:53

il attend dans ma pal celui-là. J'avais tellement aimé "L'ensorcelée" !

hélène 27/08/2014 08:36

Sors le de cette pal tout de suite !

Mina 24/08/2014 14:36

J'avais adoré ces nouvelles en particulier pour toutes ces circonvolutions, ces installations de l'intrigue parfois longues, bien plus que l'intrigue proprement dite parfois. Je ne me souviens plus très bien du Dîner d'athées, mais avais par contre apprécié les zones d'ombre qui restaient dans Le dessous de cartes d'une partie de whist.

hélène 27/08/2014 08:35

Il est vrai que les préliminaires ont leur importance, mais quand ils sont trop longs, l'intérêt s'émousse...

Estellecalim 24/08/2014 10:38

J'ai dû lire deux fois ce livre (ce qui est rare chez moi) et je l'avais adoré. Mais c'est vrai qu'il y a une ou deux nouvelles moins fortes.

hélène 27/08/2014 08:34

C'ets inévitable dans les recueils de nouvelles...

Yv 24/08/2014 10:03

Pas lu le livre, mais quel film !

hélène 27/08/2014 08:34

Pas vu le film, mais quel livre !

Noukette 24/08/2014 09:11

Lu il y a bien longtemps, j'en garde encore un souvenir très précis !

hélène 27/08/2014 08:34

Un univers très marquant...