En même temps, toute la terre et tout le ciel de Ruth OZEKI

Publié le par Hélène

 

 

 

♥ ♥

"Dans une fraction de seconde nous est donnée l'opportunité de choisir et d'orienter notre ligne de conduite vers la vérité ou de l'en détourner. Chaque instant est absolument crucial pour le monde entier." p. 466

Ce que j'ai aimé :

Ruth vit au bout du monde, sur une île canadienne coupée du continent. Elle tente d'avancer dans l'écriture de son roman, quand elle trouve sur la plage le journal intime d'une jeune japonaise. Comment a-t-il échoué jusqu'à elle ? Hasard ou destinée, Ruth l'ignore, mais rapidement elle se plonge dans la lecture du journal et  la jeune Nao ne quitte plus son esprit. 

Les pages du journal dessinent le destin tourmenté de la jeune adolescente, victime de harcélement à l'école, perdu à la maison entre un père suicidaire et une mère absente, ayant comme seule amie sa grand-mère, une nonne zen féministe. Pages après pages, l'angoisse étreint Ruth qui craint que Nao ne soit en danger. Mais plus elle effectue des recherches sur elle, plus la jeune femme semble se dérober. 

Ruth pourra-t-elle influer sur le destin de la jeune fille ? L'écrivain a-t-il le pouvoir de sauver et de réécrire l'histoire de personnes réelles ? Ruth brise peu à peu les barrières du temps et de l'espace pour approcher la jeune Nao.

Ce récit fluide est un puits d'érudition, abordant des sujets très variés comme le bouddhisme, le harcèlement scolaire, le suicide, ou encore la philosophie et le chat de Schrödinger, l'écologie... Méditation sur le temps, l'identité, il encourage à une nouvelle approche du monde qui nous entoure. 

"Elle dit que l'anonymat est ce qui fait maintenant la célébrité. Que la nouvelle attitude en vogue consiste à faire en sorte que personne n'obtienne de résultat en tapant votre nom sur Google. Que cette absence de résultat montre combien vous êtes méconnu, et que là réside la vraie liberté." p. 548

Le lecteur, porté par la fluidité du récit oscille entre imaginaire et réalité dans un univers foisonnant et fascinant.

Ce que j'ai moins aimé :

Malgré tout, des longueurs ralentissent le récit. De plus, la pauvre Nao accumule tellement de situations extrêmes que cela en devient peu crédible. Pour finir, le dénouement confus manque lui aussi de véracité,  comme s'i l fallait terminer sur une note positive. 

Présentation de l'éditeur :

Belfond 

10-18 

D'autres avis :

Presse 

Séverine ; LaureMeelly 

 

 

En même temps, toute la terre et tout le ciel, Ruth OZEKI, traduit de l'anglais (EU) par Sarah Tardy, 10-18, 2013, 9.10 euros

Publié dans Littérature Asie

Commenter cet article

sous les galets 20/05/2015 06:35

Rho la la je l'ai adoré ce roman, c'était mon candidat pour le prix ELLE 2014. Ceci dit je suis d'accord avec toi, il y a des longueurs, c'est vrai, mais qui ne m'ont pas gênée. Toute la réflexion autour d'Internet, de la guerre, de la relation nippo-américaine, la grand mère, la culture d'appartenance, la guerre, j'ai trouvé que c'était vraiment un très beau livre...mais c'est un livre qui n'a pas enthousiasmé tout le monde, il est particulier...

Hélène 20/05/2015 07:57

Je comprends ton enthousiasme, j'avoue ne pas l'avoir lâché ! Mais j'avoue m'être ennuyée vers la fin...

Laure 19/05/2015 20:20

Je vois qu'on se retrouve sur l'impression générale, et surtout finale, de ce livre :-)

Hélène 20/05/2015 07:55

Je m'attendais à une autre fin...

keisha 19/05/2015 13:24

J'ai aimé la partie américaine, la nature...

Alex-Mot-à-Mots 19/05/2015 11:12

J'ai eut le même ressenti que toi.

Hélène 19/05/2015 12:14

mitigé quoi...

clara 19/05/2015 08:36

je l'avis abandonné...

Hélène 19/05/2015 08:43

Il est dense, mais il y a de très belles pages, notamment quand Nao accompagne sa grand mère dans le temple bouddhique...