D'après une histoire vraie de Delphine De VIGAN

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥

"Le point de démence de quelqu'un, c'est la source de son charme."

Delphine, la narratrice, raconte rétrospectivement la relation particulière qui s'est ébauchée entre elle et L. rencontrée dans une soirée. Cette  L. la séduit peu à peu et les deux femmes deviennent amies, L. sachant se rendre indispensable. Nécessaire. Toujours là quand on a besoin d'elle. L'incarnation vivante de l'amie parfaite. Avec un côté inquiétant, presque aliénant, peut-être la marque indélébile de la véritable amitié ?

"Peut-être était-ce d'ailleurs cela, une rencontre, qu'elle soit amoureuse ou amicale, deux démences qui se reconnaissent et se captivent." p. 178

Les deux amies sont souvent en harmonie sauf sur un point : Delphine est une  écrivain entre deux romans, elle a connu le succés avec son roman précédent très autobiographique, et aimerait maintenant revenir à la fiction, ce à quoi s'oppose fortement L : 

"Les gens s'en foutent. Ils ont leur dose de fables et de personnages, ils sont gavés de péripéties, de rebondissements. Les gens en ont assez des intrigues bien huilées, de leurs accroches habiles et de leurs dénouements. Les gens en ont assez des marchands de sable ou de soupe, qui multiplient les histoires comme des petits pains pour leur vendre des livres, des voitures ou des yaourts. Des histoires produites en nombre et déclinables à l'infini. Les lecteurs, tu peux me croire, attendent autre chose de la littérature et ils ont bien raison : ils attendent du Vrai, de l'authentique, ils veulent qu'on leur raconte la vie, tu comprends ? La littérature ne doit pas se tromper de territoire."  sinon les personnages "seront comme des mouchoirs en papier, on les jettera après usage dans la première poubelle venue." p. 139

Pour Delphine sonner juste suffit : 

"Je crois que les gens savent que rien de ce que nous écrivons ne nous est tout à fait étranger. Ils savent qu'il ya toujours un fil, un motif, une faille, qui nous relie au texte. Mais ils acceptent que l'on transpose, que l'on condense, que l'on déplace, que l'on travestisse. Et que l'on invente. " Elle ne croit pas que le réel suffise : "Le réel, si tant est qu'il existe, qu'il soit possible de le restituer, le réel, comme tu dis, a besoin d'être incarné, d'être transformé, d'être interprété. Sans regard, sans point de vue, au mieux, c'est chiant à mourir, au pire c'est totalement anxiogène. Et ce travail-là, quel que soit le matériau de départ, est toujours une forme de fiction." p. 331

Débat sans fin durant lequel les passions de l'une et l'autre s'exacerbent, instillant le doute dans l'esprit de la narratrice comme du lecteur : L. aurait-elle un projet plus vaste en tête que de simplement conquérir l'amitié de Delphine ? Est-elle une jeune femme équilibrée rencontrée par hasard ou une manipulatrice de génie ? Qui est-elle vraiment ? Et finalement existe--t-elle réellement ? Dans quelle réalité ? celle du roman de Delphine de Vigan ? Dans la vie de l'auteur ? Dans la vie de la narratrice ? Les frontières s'estompent et la narratrice-auteure nous met au défi de démêler le vrai du faux "D'ailleurs, ce pourrait être un projet littéraire, écrire un livre entier qui se donnerait à lire comme une histoire vraie, un livre soi-disant inspiré de faits réels, mais dont out, ou presque, serait inventé." p.448 

Avec génie, Delphine de Vigan revisite le Misery de Stephen King et ce rapport intense qui s'établit entre le lecteur et l'auteur. Elle nous rappelle que l'important n'est pas de démêler le vrai du faux mais d'être pris par une histoire, emporté, coupé du monde pendant le laps de temps que l'on passe immergé dans les pages. Pari réussi !

 

Présentation de l'éditeur : JC Lattès  

D'autres avis : Babelio

Du même auteur Rien ne s’oppose à la nuit 

Prix Renaudot et Prix Goncourt des lycéens. 

 

Commenter cet article

Laure 13/12/2015 22:32

J'ai pris beaucoup de plaisir aussi à la lecture de ce livre, mais si je ne trouve pas, contrairement à toi, qu'elle revisite avec génie Misery (j'ai trouvé qu'elle s'en éloignait quand même beaucoup).

Hélène 14/12/2015 08:08

J'avoue ne pas avoir lu "misery" mais je parlais plus du sujet en lui même

Ariane 03/12/2015 22:18

Je lis beaucoup d'avis positifs sur ce titre mais... non. Rien à faire, ça ne me tente pas du tout.

Hélène 04/12/2015 08:31

Alors passe ton chemin, tant d'autres titres nous attendent !

sous les galets 03/12/2015 18:25

Donc tu es dans le camp de ceux qui ont aimé alors....tu sais que je ne l'ai toujours pas lu, tellement il déchaîne les passions et que les avis sont partagés. On m'a défloré une partie de l'histoire aussi, du coup je crains de ne pas être aussi enthousiaste que toi.

Hélène 04/12/2015 08:30

Je ne m'attendais pas à être accroc comme ça ! J elui reconnais des défauts - le style le côté nombriliste - mais elle nous manipule suffisamment pour qu'on dise finalement "chapeau" !

Alex-Mot-à-Mots 03/12/2015 12:54

Je la préfère dans la fiction pure.

Hélène 04/12/2015 08:29

Jusqu'ici je n'étais pas fan , ni dans la fiction ni dans l'autobiographie...

Noukette 03/12/2015 11:41

J'hésite à le lire avant le précédent que je n'ai toujours pas lu... Les deux me tentent...

Hélène 04/12/2015 08:29

Lis les deux...

L'Irrégulière 03/12/2015 11:25

Un roman très réussi !

Hélène 04/12/2015 08:29

Je trouve aussi !

Sandrine 03/12/2015 10:49

Tout à fait d'accord : je n'ai pas su démêler le vrai du faux :-)

Hélène 04/12/2015 08:28

C'est brillant !

keisha 03/12/2015 09:54

Je n'en fais plus une priorité, surtout depuis qu'un billet a dit qui était L. Je suppose que le livre demeure intéressant tout de même sans ce suspense?

Hélène 04/12/2015 08:19

Mais sait-on réellement qui est L. ? Je pense que le suspens reste entier même si chaque lecteur peut émettre des suppositions...

Emma 03/12/2015 09:20

Je le lirai certainement, j'ai aimé ceux que j'ai lu d'elle, et du coup je suis très curieuse pour celui-ci.

Hélène 04/12/2015 08:18

Il est original et pour moi vaut le détour ...

Philisine Cave 03/12/2015 09:06

surtout !

Hélène 04/12/2015 08:18

Comme quoi...

Philisine Cave 03/12/2015 09:44

J'ai adoré son précédent !!!!!! Bisous

Philisine Cave 03/12/2015 09:06

J'arrive pas à être emballée. Je prends le livre, je lis une centaine de pages, je le laisse, je le reprends une semaine après, j'en relis une centaine de pages. je le laisse et là je ne sais même pas où il est et franchement je ne suis pas plus inquiète que cela. Le style m'agace. Je n'accroche pas du tout aux simagrées de l'auteure sur cette oeuvre-là : je lui trouve un manque d'honnêteté et surtou beaucoup d eprétention. C'est tout.

Hélène 03/12/2015 09:16

Je t'avoue que je n'avais pas du tout aimé son précédent pour les raisons qu'elle pointe ici et j'ai trouvé drôle que finalement elle réponde à ses détracteurs par le biais de ce roman ! Par contre je te rejoins sur le style, raison pour laquelle je n'en fais pas un coup de coeur, je l'ai dévoré, mais je reconnais que ce n'est pas un chef d'oeuvre...