Des lions comme des danseuses de Arno BERTINA

Publié le par Hélène

Le roi de Bangoulap, un village du pays bamiléké au Cameroun, décide d'intenter une procédure contre le Musée du Quai Branly. Il s'indigne en effet de devoir payer 12 euros pour accéder aux oeuvres d'art de son pays, alors que l'accès est gratuit pour d'autres. S'il demande initialement l'accès gratuit aux oeuvres de son pays, mais de fil en aiguille, les revendications se durcissent. D'où l'expression "On lève un lièvre, et c'est un lion"...

Dans cette courte fiction placée dans un futur imaginaire, l'auteur s'interroge sur l'accès à la culture et surtout sur la spoliation des biens culturels africains pratiquée par les pays fondateurs de l’Union européenne durant les années de colonisation et encore aujourd'hui. Plus largement ce sont les rapports entre l'Afrique et l'Europe qui se retrouvent au centre de cette fable dans laquelle le "Dieu Pognon" est en passe d'être destitué...

Ce que j'ai moins aimé : un peu court et expéditif.

 

Présentation de l'éditeur : La contre allée http://www.lacontreallee.com/catalogue/fictions-deurope/des-lions-comme-des-danseuses

Collection Fictions d'Europe : collection née d'une rencontre entre la maison d'édition La Contre Allée et la Maison euopéenne des sciences de l'homme et de la société. Désireuses de réfléchir ensemble au devenir de l'Europe, La Contre Allée et la MESHS proposent des récits de fiction et de prospective sur les fondations et refondations européennes.

 

Des lions comme des danseuses, Arno BERTINA, La contre-allée, 2015, 60 p., 6 euros

Un mois en éditeur

 

Commenter cet article

Valérie 29/05/2017 21:21

Entendu sur un salon littéraire, je n'ai pas encore franchi le pas de le lire.

Hélène 01/06/2017 09:26

Il est vite lu !

zazy 25/05/2017 18:26

Pas besoin d'être long pour être incisif. Je l'avais noté

Hélène 01/06/2017 09:25

Effectivement, mais je suis restée sur ma faim