L'homme qui voulait aimer sa femme de Hervé POUZOULLIC

Publié le par Hélène

Dans Le bigorneau fait la roue, nous faisions la connaissance de Marc, un breton à la recherche du grand amour. Il avait eu la chance de rencontrer la belle Vasilissa qui a alors quitté sa Russie natale pour s'installer avec lui. Leur amour doit alors affronter quelques situations rocambolesques causées par des amis déjantés et une famille bretonne assez atypique. A trop fréquenter des bretons, on prend le risque que le ciel nous tombe sur la tête ... Cette belle idylle résistera-t-elle toutefois au temps ? L'amour fou de Marc tend à le laisser penser...

Ce que j'ai moins aimé :

Le construction est assez étrange : la première partie est consacrée à la jeunesse des tourtereaux, à leur installation, pages assez cocasses, et bien croquées. Puis la narration subit un saut temporel puisque nous retrouvons le cher couple dix ans plus tard, avec deux enfants et une certaine lassitude installée dans le couple, lassitude lancinante que cherche à conjurer Marc en décidant de raconter sa rencontre avec sa belle dans un livre. C'est là que le récit perd de sa fraîcheur, s'enlisant dans cette mise en abyme manquant d'allant. C'est dommage...

Bilan : Un récit malgré tout attachant, léger et drôle, parfait pour cet été...

 

Présentation de l'éditeur : Anne Carrière

Du même auteur : Le bigorneau fait la roue

D'autres avis : Babélio

 

L'homme qui voulait aimer sa femme, Hervé Pouzoullic, Editions Anne Carrière, mai 2018, 250 p., 18 euros

Merci à l'auteur et à l'éditeur.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Luocine 11/07/2018 10:33

si j'ai un petit moment de libre cet été pourquoi pas?

Alex-Mot-à-Mots 11/07/2018 09:36

Une lecture pour l'été, donc.

Emma 07/07/2018 08:14

Je ne connais pas l'auteur, et je pense que je vais continuer à ne pas le connaître ^^

maggie 06/07/2018 10:29

Ta photo de présentation est très jolie mais je ne crois pas que ce roman soit fait pour moi. Outre, les points négatifs que tu soulèves, j'ai l'impression que c'est trop cliché et rien ne vient sauver l'historie...