Ne m'appelle pas Capitaine de Lyonel TROUILLOT

Publié le par Hélène

"Ne m'appelle pas Capitaine. N'en déplaise aux poètes, mes chagrins jamais n'ont eu le pied marin."

Aude, jeune journaliste, décide d'enquêter sur le Morne Dédé, un quartier populaire de Port-au-prince qui a accueilli les opposants pendant l'époque de la dictature. On lui conseille alors de s'adresser au Capitaine, un vieil homme considéré comme la mémoire du quartier. La rencontre entre cette jeune femme, bourgeoise peu habituée à sortir de sa bulle dorée et ce vieil homme profondément marqué par la vie s'avèrera enrichissante pour les deux.

Aude jette un autre regard sur le milieu d'où elle vient, qui s'enrichit sur les pauvres gens, et peu à peu elle gagne en humanité, tout comme ce Capitaine, froid au premier abord, mais dont l'histoire éclaire le caractère.

"Des mots, des expressions avec lesquels j'ai grandi viennent cogner à mes oreilles. Mon dictionnaire de citations, comme me le reprochait Capitaine. Mais on ne garde pas les choses pour les prolonger. On a besoin, pour être soi, pour faire le tri qui nous fonde, d'un musée des horreurs ou bien d'un repoussoir."

Ce que j'ai moins aimé : texte exigeant, assez monolithique, il faut se laisser porter par ses mots.

 

Présentation à l'éditeur : Actes Sud

Du même auteur : La belle amour humaine

 

Ne m'appelle pas capitaine, Lyonel Trouillot, Actes Sud, août 2018, 160 p., 17.50 euros

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Alex-Mot-à-Mots 17/10/2018 10:00

Je te sens mitigée sur ce roman.

Hélène 17/10/2018 10:28

Oui je suis difficile en ce moment et rien ne m'emporte...