1Q84 livre 2 Juillet-septembre de Haruki MURAKAMI

Publié le par Hélène

                                               1q84 tome 2

 

 

 L’auteur :

 

Né à Kyoto en 1949 et élevé à Kobe, Haruki Murakami a étudié le théâtre et le cinéma à l'université Waseda, avant d'ouvrir un club de jazz à Tokyo en 1974. Son premier roman Écoute le chant du vent (1979), un titre emprunté à Truman Capote, lui a valu le prix Gunzo et un succès immédiat. Suivront La Course au mouton sauvage, La Fin des temps, La Ballade de l'impossible, Danse, Danse, Danse et L'éléphant s'évapore (Seuil, 1990, 92, 94, 95 et 98). Exilé en Grèce en 1988, en Italie, puis aux États-Unis, ou il écrit ses Chroniques de l'oiseau à ressort (Seuil, 2001) et Au sud de la frontière, à l'ouest du soleil (Belfond, 2002 ; 10/18, 2003), il rentre au Japon en 1995, écrit deux livres de non-fiction sur le séisme de Kobe et l'attentat de la secte Aum, un recueil de nouvelles, Après le tremblement de terre (10/18, 2002), Les Amants du spoutnik (Belfond, 2003 ; 10/18, 2004) et le superbe Kafka sur le rivage (Belfond, 2006). Plusieurs fois favori pour le Nobel de littérature, Haruki Murakami a reçu récemment le prestigieux Yomiuri Prize et le prix Kafka 2006.

 

L’histoire (Quatrième de couverture) :

 

Les choses qui restent enfermées dans notre coeur n'existent pas en ce monde. Mais c'est dans notre coeur, ce monde à part, qu'elles se construisent pour y vivre.
Le Livre 1 a révélé l'existence du monde 1Q84.
Certaines questions ont trouvé leur réponse.
D'autres subsistent : qui sont les Little People ? Comment se fraient-ils un chemin vers le monde réel ? Pourquoi deux lunes dans le ciel ? Et la chrysalide de l'air, est-elle ce lieu ou sommeille notre double ?
Ceux qui s'aiment ne sont jamais seuls.
Le destin de Tengo et d'Aomamé est en marche.

 

Mon avis :

Déçue… Déçue à tel point que je ne l’ai pas même fini et que je n’ai pas supplié non plus ma collègue qui l’a lu de me raconter la fin (et pourtant ma collègue adore qu'on la supplie...)

  Alors, pourquoi une telle déception alors que le livre 1 m’avait franchement enthousiasmée (cf mon avis) ?

 - Parce que l’auteur se répète au fil des pages, l’action n’avance pas, repart en arrière, patine, les mêmes paragraphes apparaissent plusieurs fois, bref il s’agit ni plus ni moins de délayage

- Parce que les réflexions frôlent la caricature et la bêtise :

 « Je suis fatigué de vivre dans la haine, dans la rancune. Je suis fatigué de vivre sans aimer personne. Je n’ai pas un seul ami. Pas un seul. Et plus que tout, je suis incapable de m’aimer. Pourquoi ? Parce que je ne peux pas aimer les autres. C’est en aimant, puis en étant aimé, qu’un homme apprend à s’aimer. Tu comprends ce que je te dis ? Quand on ne peut pas aimer, on est incapable de s’aimer vraiment. »

 Et au cas où vous n’auriez pas compris le message, ne vous inquiétez pas, il revient quelques pages plus loin… Une autre réflexion philosophique ?

 « Là où il y a de la lumière, il y a nécessairement de l’ombre, là où il y a de l’ombre, il y a nécessairement de la lumière. Sand lumière il n’y a pas d’ombre, et, dans ombre, pas de lumière. » (p. 288)

 Oui je sais, vous aussi vous pensez que Jean-Claude Vandamne est passé par là, personnellement je ne vois pas d’autres explications…

 - Vous aurez également remarqué un style basique assez déconcertant.

 « Tout est affaire de destin. (…) Il y a là des forces extrêmement puissantes qui se sont mises à l’œuvre et qui m’ont poussée à agir. » (p. 383)

 (Jean-Claude sort de ce corps…)

 - L’intrigue reste invraisemblable : comment un homme peut-il être à ce point obsédé par le souvenir d’une rencontre datant de sa prime enfance ? Sans parler des deux lunes, de la ville des chats et tutti quanti…

 Pour conclure :

 « Si tu as besoin qu’on t’explique pour comprendre, cela veut dire qu’aucune explication ne pourra jamais te faire comprendre. » (p. 227)

Tu l'as dit bouffi Haruki !!

 

Vous aimerez aussi :

   Le livre 1

 D’autres avis :

 

Babélio 

  

Je remercie Brigitte Semler des Editions Belfond qui a accepté de me faire découvrir le tome 2 d’une série qui s’annonçait prometteuse…

 

1Q84, Haruki Murakami, Traduit du japonais par Hélène MoritaBelfond, août 2011, 544 p., 23 euros

 

challenge 1% littéraire 

 

Publié dans Littérature Asie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marie 19/12/2011 08:27


Ce titre a vraiment fait couler beaucoup d'encre ! Mais non, je ne craque pas du tout... Et ton billet me confirme dans ce choix ! 

Hélène 19/12/2011 08:41



Quel abnégation !



A_girl_from_earth 18/12/2011 00:03


Tiens c'est drôle, autant le tome 1 m'avait laissé sceptique avec ces longueurs et répétitions, autant le tome 2 ne m'a pas dérangé sur cet aspect-là et je suis loin d'être déçue. Je finis pon
billet ce soir ou demain.:)

Hélène 18/12/2011 11:09



Peut-être aussi que tout dépend du moment où on le lit... En tous cas il semble évident que c'est un aspect de cette trilogie plutôt rebutant !



Kathel 16/12/2011 18:10


Je ne devrais peut-être pas me réjouir qu'il m'attende dans ma PAL, alors... pas trop adepte des achats impulsifs, c'est pourtant ce qui m'est arrivé après la lecture du premier qui m'a
emballée... Let's wait and see !

Hélène 16/12/2011 20:46



Oui tu verras, j'ai été plus prudente, j'ai demandé le livre 2 en sp...



keisha 16/12/2011 14:48


Enfin quelqu'un qui partage mon avis, je me sentais seule! Vraiment du délayage... Acceptable quand c'est un feuilleton
et que le lecteur à petite mémoire a besoin d'un résumé, mais là, quand on lit vite, on a l'impression que ça se répète beaucoup. Peu de nouveautés et de réponses, je lirai sans doute le tome 3,
en mode diagonale s'il le faut, histoire de voir si ça s'arrange...


Et je précise que Les chroniques de l'oiseau à ressort m'avaient estomacquée et beaucoup plu!

Hélène 16/12/2011 20:47



Je ne pense pas lire le 3, j'ai été trop déçue ! je note le titre que tu cites !



Aifelle 16/12/2011 13:20


Ouh là là, c'est sa fête à Murakami  Je n'ai jamais lu cet auteur, j'attends un peu avant d'entamer la
trilogie, avec ton billet, je suis à deux doigts d'en abandonner même l'idée.

Hélène 16/12/2011 20:47



Essaie pour te faire un avis ...



Liliba 16/12/2011 12:00


ah ben flute alors ! Le tome 1 m'attend toujours, parce que je veux avoir les 3 sous la main pour lire d'unte traite : horreur de devoir arrêter une série en cours de route...

Hélène 16/12/2011 20:48



Je te comprends mais je peux te dire qu'après le 2 tu n'es plus du tout impatiente d'avoir le 3!!!



Hélène Choco 16/12/2011 09:43


Ahhh, Hélène, j'aime quand tu n'aimes pas un livre! C'est toujours un bon moment pour les lecteurs de ton blog.


Dans ce livre 2, j'ai aimé la rencontre entre Aomamé et le gourou. Je me suis interrogée sur le style qui me semblait parfois bebête et simpliste et me suis demandée si c'était un style
japonisant. Cela fait longtemps que j'ai lu des auteurs japonais; je ne savais don qu'en penser (enfin si : de façon subjective, je ne trouve pas que ce soit bien écrit. Mais comme je n'ai pas de
point de comparaison, peut etre ce style "van damme" est il u n style disons... euh.... imagé et poétique japonais?). Bref, je vais relire Mishima pour comparer! Et surtout, j'ai un autre
Murakami sous le coude.


Je me suis également demandée si Murakami avait voulu faire uneffet de style particulier. Je me suis demandée beaucoup de choses! mais je ne me demande pas si je lirai le 3è livre (c'est NON).

Hélène 16/12/2011 09:47



Je suis moins complaisante que toi, je lis pas mal de romans japonais et jamais je n'ai eu cette impression... Et j'ai même lu un autre roman de cet auteur que j'avais bien aimé. Je ne pense pas
m'ingliger la lecture du tome 3 ! tu me raconteras