Aziyadé de Franck BOURGERON d’après le roman de Pierre LOTI

Publié le par Hélène

                                            Aziyade

 ♥ ♥ ♥

Un bel hommage au roman de Pierre Loti

 

L’auteur :

Pierre Loti est un écrivain français, né à Rochefort en 1850. Officier de marine, ses voyages ont inspiré beaucoup de ses romans. On lui doit notamment  Ramuntcho et Pêcheur d’Islande.

En 1879, il écrit Aziyadé et en 1892, Fantôme d’orient, ultime hommage à la femme qui ne cessa jamais de hanter son cœur. Il est mort en 1923 à Hendaye et est enterré dans l’île d’Oléron. 

 

L’histoire :

e passage en Grèce, à Salonique (alors sous domination turque), Loti, jeune et sémillant lieutenant de la marine anglaise aperçoit, derrière les barreaux d'une fenêtre de harem, le visage d'Aziyadé, belle et jeune odalisque aux yeux verts. Dès lors, il ne vit plus que pour elle. « Aziyadé est âgée de dix-huit ou dix-neuf ans, elle est capable de prendre des résolutions extrêmes et de les suivre coûte que coûte, jusqu’à la mort… »

 Leur liaison amoureuse, née au milieu des parfums et des mystères de l'Orient, culminera à Stamboul (quartier de Constantinople) dans le déchirement et le sacrifice.

 

Ce que j’ai aimé :

Le jeune Loti est un homme seul, « sans foi ni espérance », qui a dû quitter sa sœur et sa mère pour débarquer dans un pays inconnu, prêt à se laisser envoûter par les plaisirs que cet orient peut lui offrir.

aziyadé

Il va donc se laisser charmer par la belle Aziyadé, au risque de sa vie et de celles de quelques autres, puisque la jeune femme appartient au harem d’un dignitaire turc. Mais pour lui ces heures de plaisir sont une façon d’exister, de se sentir vivant dans un monde déroutant :

« Mais j’en suis venu à penser que tout ce qui me plaît est bon à faire… il faut toujours épicer de son mieux… le repas si fade…de la vie. » (p. 19)

L’excitation de l’interdit, de ces rencontres volées, de ces éloignements prolongés, de ces retrouvailles fougueuses vont tresser en son cœur des sentiments durables, qui ne pourront malheureusement jamais s’épanouir pleinement. Lui qui n’aimait personne et ne « croyais à l’affection de personne » sera pris aux rets de la belle Aziyadé…

 

Ce que j’ai moins aimé :

 La typographie, notamment dans les lettres de Pierre Loti à sa famille, n'est pas toujours très fluide.

  

Aziyadé, D'après le roman de Pierre Loti. Récit et dessin de Franck Bourgeron. Couleurs de Claire Champion, Futuropolis, février /2007 , 128 p., 19.3 euros

  Top-bd-2012 

BD du mercredi de Mango 1

 

Commenter cet article

Yaneck Chareyre 22/02/2012 20:43


Je suis toujours très client de Franck Bourgeron, de son style, et de ses albums. S'il me passe entre les mains en bibliothèques, je m'attarderai sur celui-là.

Hélène 23/02/2012 08:47



Je ne le connaissais pas vraiment, je suis aussi fan !



Noukette 22/02/2012 15:45


Une jolie façon de partir à la découverte de cet auteur que je ne connais pas !

Hélène 23/02/2012 08:48



C'est un très bel album



Mango 22/02/2012 14:05


C'est curieux mais je ne voyais pas du tout les personnages comme ça. J'aime vraiment beaucoup cet auteur dont j'ai lu aussi Pêcheurs d'Islande, Ramuntcho et les désenchantées. On le lit peu en
ce moment, c'est dommage.  

Hélène 23/02/2012 08:48



C'est un peu le risque couru quand on lit une adaptation... je pense lire effectivement d'autres romans de l'auteur !



jerome 22/02/2012 12:32


Le dessin me plait beaucoup. Je pourrais être tenté !

Hélène 22/02/2012 12:44



il faut succomber !!!



Caroline 22/02/2012 11:19


J'avais lu Aziyadé en me rendant en Turquie l'année dernière, et j'avais été envoûtée... j'aurais dû écrire un billet, tiens Du coup, j'aurais du mal à lire une version BD, c'est souvent le cas pour moi avec les adaptations, quand les mots du roman m'ont particulièrement charmée...

Hélène 22/02/2012 12:08



La BD m'a donné envie de découvrir le roman, car j'imagine qu'elle ne présent qu'une mince partie de l'histoire !



iloucat 22/02/2012 11:05


Je suis heureuse d'apprendre que Pierre Loti revient à l'honneur j'ai lu une grande partie de ses oeuvres dont Aziyadé qui a été le grand amour de sa vie .Il a d'ailleurs ramené sa stéle
funéraire dans sa maison de Rochefort où on peut toujours la voir.Peut-être se sentait-il un peu coupable de sa mort .La Bd va permettre de le découvrir j'espère et d'aller plus loin dans sa
connaissance

Hélène 22/02/2012 12:10



C'est une très belle adaptation de cette passion tragique. Les dessins servent admirablement l'histoire et on ressent l'atmosphère envoutante du roman.



Kathel 22/02/2012 10:49


Je crois bien que je n'ai jamais lu Pierre Loti... Il y a tant de livres à découvrir !

Hélène 22/02/2012 10:59



Une vie n'y suffira pas...