Ciel bleu : une enfance dans le Haut Altaï de Galsan TSCHINAG

Publié le par Hélène

ciel bleu

♥ ♥ ♥

Un roman dépaysant  pour découvrir la culture mongole.

    

L’auteur :

 

Galsan TSCHINAG est né en Mongolie occidentale et a passé son enfance dans les steppes. Ciel bleu est son premier roman publié en 1994.

 

L’histoire :

 

Galsan TSCHINAG nous conte son enfance dans la steppe dans le Haut Altaï. Il évoque avec beaucoup de tendresse le quotidien au sein d’une famille aimante. Dans ces pages, il rend hommage à un monde voué à la disparition, à travers notamment les figures emblématiques de sa grand-mère ou de son chien.

 

Ce que j’ai aimé :

 

-          Le dépaysement : cette lecture est un véritable bol d’air frais, loin des considérations nombrilistes de certains romans actuels. On y découvre un univers totalement inconnu, oscillant entre tradition et modernité, un monde magique aux mœurs déroutantes et enrichissantes dans lequel on chante pour les brebis afin qu’elles ne rejettent pas leurs agneaux.

-          La justesse du récit : on trouve beaucoup de tendresse et de poésie dans cette évocation. Le point de vue adopté est celui du jeune garçon de 7 ans qui découvre petit à petit les règles particulières du monde qui est le sien. 

-          Une source de sagesse : de nombreux enseignements sont à tirer de ce petit récit.

 

Ce que j’ai moins aimé :

 

-          La scène un peu longue à mon goût concernant le chien qui a avalé du poison, mais ce sera le seul bémol.

 

Premières phrases :

 

«           Il est possible que cette histoire ait commencé dans un rêve. Etait-ce une préparation à ce qui allait suivre, une mise en garde peut-être ? Car le rêve était pénible, pénible – un cauchemar.

On disait qu’il ne fallait parler de ses mauvais rêves à personne, mais les dire plutôt pour soi à haute voix, puis cracher trois fois. On disait la même chose pour les rêves agréables. Il ne fallait les confier à personne, les garder pour soi. Ceux qu’on entendait raconter n’étaient-ils donc ni bons ni mauvais ? »

 

Vous aimerez aussi :

 

Dersou Ouzala de Vladimir ARSENIEV (non lu)

 

Ciel bleu : une enfance dans le Haut Altaï, Galsan TSCHINAG, Métailié suites, 1996, 8 euros

 

TAGS : Littérature mongole - Famille

Commenter cet article

Marie 28/07/2010 10:00



Les grands espaces de la Mongolie me fascinent depuis longtemps. Ton billet me donne vraiment envie de lire ce témoignage. Ce livre va rapidement alourdir ma pal... 



Hélène 28/07/2010 10:18



Il mérite vraiment d'alourdir ta PAL, il permet de découvrir un univers tellement dépaysant et enrichissant, ta Pal ne pourra qu'apprécier ce nouveau locataire.



Yv 20/07/2010 16:55



Je n'ai pas la chance de Keisha d'être allé en Mongolie, mais c'est un pays qui me fascine depuis très longtemps. Peut-être un jour aurais-je la possibilité de m'y rendre ? je note donc ces
références, d'autant plus que je ne crois pas avoir lu de littérature mongole. En musique, on peut écouter, Okna Tsahan Zam : très dépaysant.



Hélène 21/07/2010 08:33



Je note tes indications musicales.


Je vous recommande aussi l'excellent film de Nikita MIKHALKOV "Urga". J'ai dû le voir au moins dix fois...



keisha 20/07/2010 09:38



Tentée! je suis allée en Mongolie, alors...



Hélène 20/07/2010 10:44



Quelle chance, vraiment dans ce cas il faut que tu découvres les romans de TSCHINAG.


J'ai parlé de celui-ci car il est le premier de l'auteur et est une bonne base, mais j'ai aussi adoré Dojnaa et surtout La fin du Chant une pure merveille...