Coyote attend de Tony HILLERMAN

Publié le par Hélène

coyote-attend.jpg

 

♥ ♥ ♥ ♥

 Une passionnante plongée au cœur de la tribu des Navajos

 

 

L’auteur :

Tony Hillerman est un auteur américain qui a publié des romans policiers ethnologiques et des essais. Il nous a quittés en 2008. La plupart de ses romans se passent dans la région des « Four Corners » à la frontière du Nouveau-Mexique et de l’Arizona. Les protagonistes en sont Joe Leaphorn et Jim Chee de la police tribale Navajo.

L’histoire :

Un homme s'amuse à répandre de la peinture blanche sur une montagne proche de la Grande Réserve des Navajos. Delbert Nez, collègue de Jim Chee, cherchait à interpeler le suspect. Malheureusement pour lui, sa mission s'est arrêtée là, puisque ce soir-là, Jim Chee retrouve son collègue mort dans sa voiture en feu. Joe Leaphorn va alors rejoindre Jim Chee et ensemble, ils vont chercher à démasquer le coupable.

Ce que j’ai aimé :

-          L’aspect ethnologique : les romans de Tony Hillerman sont situés sur les territoires des Navajos et des Hopis. Ainsi, les intrigues policières plongent au cœur de données ethnologiques puisque Jim Chee et Joe Leaphorn doivent prendre en compte les mœurs des deux peuples pour comprendre les protagonistes et résoudre les énigmes. Ces romans nous instruisent sur ces peuples avec une vision « de l'intérieur ».

-          Les personnages principaux, Jim Chee et Joe Leaphorn sont attachants et évoluent au fur et à mesure des enquêtes.

-          L’intrigue policière est originale et passionnante.

Ce que j’ai moins aimé :

-          Un peu abrupt au premier abord, insistez…

-          Il faut quand même s’intéresser un minimum à l’histoire et aux croyances des peuples…

Premières phrases :

« Jim Chee en était à se dire que soit le pneu avant droit était dégonflé, soit il y avait un problème d’amortisseur de ce côté-là. A moins, bien sûr, que le conducteur de la niveleuse n’ait pas vérifié le réglage de sa lame et qu’il n’ait rendu le revêtement de la chaussée incliné. Le fait était que la voiture de police tirait légèrement sur la droite. »

Vous aimerez aussi :

Les romans d’Arthur UPFIELD (non lus)

POCHE : Coyote attend, Tony HILLERMAN, Rivages poche, juin 1992, 272 p., 9 euros

TAGS : Littérature américaine, Indiens 

Commenter cet article

lame niveleuse 24/11/2011 17:45


Merci pour les informations sur les niveleuses !


Cordialement,


Julien

Hélène 25/11/2011 08:37



Je suis une pro des niveleuses n'est-ce pas ???



bruno 05/02/2011 22:04



Je crois que j'ai lu tous les romans de Hillerman et des aventures de John leaphorn.........c'est fabuleux et même si on passe à côté de certains aspects socilogiques, culturels et politiques
très spécifiques à cette partie des USA, cela reste passionnant et émouvant......rare pour un policier !



Hélène 06/02/2011 13:49



Comme vous j'ai lu tous les romans consacrés à Joe et Jim, il me reste à lire ses mémoires, "rares furent les déceptions"...


J'étais déjà passionnée par l'histoire des amérindiens, j'ai donc trouvé dans cette lecture le parfait répondant à mon intérêt... IL parâît que les romans de Upfield consacré aux aborigènes
d'Australie sont un peu dans la même veine, j'avais essayé d'en lire un sans retrouver le charme des récits de Tony Hillerman. Dommage



Sylde 11/10/2010 18:48



J'aime beaucoup Hillerman, ce n'est sans doute pas ce titre qui m'a laissé le meilleur souvenir, mon préféré c'est "Là où dansent les morts". Je trouve que Craig Johnson aujourd'hui avec "Little
bird" et "Le camp des morts" nous replonge un peu dans un univers similaire. Quant à Upfield je les ai lu pour rêver des paysages d'Australie....


 


 


 



Hélène 12/10/2010 08:50



je n'ai jamais lu Craig Johnson, il faut que je répare cet impair rapidement...



Ys 11/10/2010 17:38



Je suis tout à fait tentée par cet auteur, avec ce titre ou un autre, je le lirai un jour.



Hélène 12/10/2010 08:49



Je trouve qu'ils sont tous du même niveau, après si tu veux suivre l'histoire personnelle des personnages, il vaut mieux les lire dans l'ordre.



delivresetdeaufraiche.over-blog.com 11/10/2010 10:58



Ca me plairait bien, je connais ce coin ayant vécu là-bas et j'aimerais m'y replonger le temps d'une lecture !


J'ai vu que tu étais dans Persépolis, j'avais adoré et lu tous les tomes d'une traite ! De la même auteur, "Brodeuses" et "Poulet aux prunes" sont géniaux aussi, moins politiques - si tant est
que Persepolis soit politique... - et plus grinçants encore.



Hélène 12/10/2010 08:49



Tu as de la chance d'avoir vécu là-bas...


J'ai lu aussi les BD dont tu parles, et j'ai adoré aussi...



jerome 11/10/2010 07:43



J'adore Hillerman. Dans le même registre, il y a James D. Doss qui a créé une série policière avec des indiens comme protagonistes principaux. C'est publié chez 10/18 mais je ne sais pas s'il
sont encore commercialisés.



Hélène 11/10/2010 08:56



Je les ai lus aussi, mais j'en garde un souvenir moins puissant que les Hillerman.



keisha 10/10/2010 15:51



J'en ai lu par ci par là, au fil du temps, mais il faudrait que je les lise sérieusement dans l'ordre (oui, et comme d'hab, j'ai les images dans la tête, Monument Valley, j'y suis allée, réserve
navajo et tout ça...)


Upfield c'est un peu différent, il faut aussi s'y laisser prendre doucement.



Hélène 11/10/2010 08:54



Je les lis dans l'ordre, ce qui ajoute un intérêt puisque l'on peut ainsi suivre l'évolution des personnages.



wictoria 10/10/2010 12:46



j'ai lu "La voie de l'ennemi" où l'on fait connaissance avec les personnages qui vont revenir dans les autres livres, j'ai été très intéressées par le milieu Navajo, cela permet de découvri et de
s'intéresser à une autre culture !


J'aimerai lire tous les livres de Hillerman je crois !



Hélène 11/10/2010 08:52



Eh bien tu peux te lancer je dirais qu'il en existe une vingtaine, voire plus, tu n'es pas à cours...



Aifelle 10/10/2010 11:01



J'ai lu un Tony Hillerman il y a quelques années. Je n'en garde ni bon, ni mauvais souvenir. Je m'attendais à être plus captivée je crois.



Hélène 11/10/2010 08:52



Il est certain que ce ne sont pas des romans au suspens haletant, l'aspect ethnologique compte autant que l'intrigue policière.