Déceptions et abandons du mois de juin

Publié le par Hélène

 demain-est-un-autre-jour.jpg

 

Demain est un autre jour de Lori Nelson Spielman

 

Pitch :

À la mort de sa mère, Brett Bohlinger pense qu'elle va hériter de l'empire de cosmétique familial. Mais, à sa grande surprise, elle ne reçoit qu'un vieux papier jauni et chiffonné : la liste des choses qu'elle voulait vivre, rédigée lorsqu'elle avait 14 ans. Pour toucher sa part d'héritage, elle aura un an pour réaliser tous les objectifs de cette life list... Mais la Brett d'aujourd'hui n'a plus rien à voir avec la jeune fille de l'époque, et ses rêves d'adultes sont bien différents. Enseigner ? Elle n'a aucune envie d'abandonner son salaire confortable pour batailler avec des enfants rebelles. Un bébé ? Cela fait longtemps qu'elle y a renoncé, et de toute façon Andrew, son petit ami avocat, n'en veut pas. Entamer une vraie relation avec un père trop distant ? Les circonstances ne s'y prêtent guère. Tomber amoureuse ? C'est déjà fait, grâce à Andrew, à moins que...

Menée tambour battant, cette comédie romantique sur les rêves de jeunesse, les illusions perdues et la possibilité de refaire sa vie se lit d'une traite. Publié en avant-première en France, le premier roman de Lori Nelson Spielman sera bientôt traduit dans plus de vingt-cinq langues.

 

Mon avis :

Plus qu’une comédie romantique, je la qualifierais de comédie pathétique tant l’auteur tire sur la corde des bons sentiments. Pour une lecture estivale, elle est un peu trop triste à mon goût, jouant sur les sentiments de la mort de sa mère, sur la culpabilité, les regrets, la vie ratée, stop stop, de l’air, de l’aventure, voilà ce que je veux l’été, pas des larmes et des regrets ! Aventure que Road Tripes aurait pu m'offrir : 

 

Road-tripes.jpg

Road tripes de Sébastien GENDRON

 

Le pitch :

« Aujourd’hui encore, je ne sais pas pourquoi je suis monté dans cette voiture. Sans doute parce qu’un autre que moi en avait décidé ainsi. Je sais juste que la portière s’est ouverte, la portière s’est refermée. Entre les deux, j’ai eu le temps de m’asseoir et de boucler ma ceinture. »

Quand deux paumés décident de jouer aux cow-boys sur des routes où les pompes à essence ont remplacé les Indiens, cela donne une course folle et déjantée entre Bordeaux et Montélimar, soient 4000 kilomètres en dents de scie à manger des sardines à l’huile et des gâteaux secs, à foutre le feu aux forêts et à vider un fusil pour secouer le décor… Un polar délirant signé Sébastien Gendron, dans la lignée de Donald Westlake, Joe R. Lansdale et Christopher Moore.

 

Mon avis :

Vous me connaissez, je suis une pro des cow-boys, qui n’ont aucun secret pour moi… Et vous savez que récemment je suis tombée en amour de Joe R. Lansdale. So, ce roman avait tout pour me plaire. Sauf que les cow-boys sont tout sauf sexys et débordants de testostérone, que celui qui a fait la comparaison avec Joe avait dû abuser de substances illicites, et que l’ensemble était plus plombant que délirant !

 

Alex est d’accord avec moi

Keisha aussi a été un peu déçue

 

 garcon-qui-n-existait-pas.jpg

Le garçon qui n’existait pas de Patrice Leconte

Pitch :

« Un jour, je traverserai la Manche à la nage, et ça leur clouera le bec à tous.” Voilà ce que je me suis dit un beau matin. Parce que, fatigué de n’être personne, j’ai envie de devenir quelqu’un, pour épater mes collègues de la banque où je travaille, mais surtout pour séduire Victoire, qui est la jeune femme la plus jolie que je connaisse. »

Le héros de Patrice Leconte possède le charme distrait et la poésie d’Antoine Doinel. Comme lui, il pense que les femmes sont magiques. Et comme lui, il va accomplir un exploit effarant pour gagner le cœur de l’une d’entre elles…

Une comédie sentimentale aussi cocasse que mélancolique.

 

Mon avis :

Cocasse ? Mélancolique ? Non ! Plutôt fade et sans grand intérêt, j’ai eu envie de donner des baffes au héros (anti-héros d’ailleurs) –oui je suis comme ça moi je donne des baffes à tous ceux qui ne ressemblent pas à des cow-boys. Franchement, ceux qui traversent la Manche à la nage… non !

 

Des avis contrastés chez Babélio 

 

Commenter cet article

clara 01/07/2013 06:27


Comme toi et pour les mêmes raisons, j'ai abandonné Demain est un autre jour et la garçon qui n'existait pas.. 

Hélène 01/07/2013 09:15



On se comprend...



Philisine Cave 30/06/2013 21:08


Question idiote mais que j'assume : tu t'arrêtes au bout de combien de pages en général ? Bises

Hélène 01/07/2013 09:16



En général 50- 100 pages; puis je feuillette la suite pour voir s'il y a un changement -et pour connaitre la fin-



jerome 30/06/2013 18:57


Aucun des trois ne m'aurait tenté je crois. Et puis Lansdale, c'est lansdale, pas moyen de lui arriver à la cheville !

Hélène 01/07/2013 09:16



Effectivement, c'est mission impossible !



Jeanmi 30/06/2013 09:29


En voilà 3 qui sont habillés pour l'hiver et chaudement encore !

Hélène 30/06/2013 10:40



héhéhé...



cristie 30/06/2013 09:03


C'est toujours bon à savoir ! ;-)

Hélène 30/06/2013 10:40







keisha 30/06/2013 08:49


Cruelle, va!


Et je suis en train de lire un Lansdale... ^_^

Hélène 30/06/2013 10:40



Tu vas te régaler !!



kathel 30/06/2013 07:32


Pourtant, les couvertures du deuxième et du troisième étaient jolies... mais je n'avais pas plus que ça envie de les lire ! 

Hélène 30/06/2013 10:40



Ton intuition était la bonne..



cathulu 30/06/2013 06:57


Si je partage ton avis sur demain est un autre jour, j'ai passé un bon moment avec Road tripes et ses anti-cowboys!:)

Hélène 30/06/2013 10:41



Tu es l'indulgence incarnée...