Déception et abandon du mois de septembre

Publié le par Hélène

sermon-sur-chute-de-rome.jpg

Le sermon sur la chute de Rome de Jérôme FERRARI


 

Le pitch :

 

      Dans un village corse perché loin de la côte, le bar local est en train de connaître une mutation profonde sous l’impulsion de ses nouveaux gérants. À la surprise générale, ces deux enfants du pays ont tourné le dos à de prometteuses études de philosophie sur le continent pour, fidèles aux enseignements de Leibniz, transformer un modeste débit de boissons en “meilleur des mondes possibles”. Mais c’est bientôt l’enfer en personne qui s’invite au comptoir, réactivant des blessures très anciennes ou conviant à d’irréversibles profanations des êtres assujettis à des rêves indigents de bonheur, et victimes, à leur insu, de la tragique propension de l’âme humaine à se corrompre.

Entrant, par-delà les siècles, en résonance avec le sermon par lequel saint Augustin tenta, à Hippone, de consoler ses fidèles de la fragilité des royaumes terrestres, Jérôme Ferrari jette, au fil d’une écriture somptueuse d’exigence, une lumière impitoyable sur la malédiction qui condamne les hommes à voir s’effondrer les mondes qu’ils édifient et à accomplir, ici-bas, leur part d’échec en refondant sans trêve, sur le sang ou les larmes, leurs impossibles mythologies.


Mon avis :


Le destin de ce bar perdu en Corse commençait à m'intéresser, quand tout à coup, sans prévenir, l'histoire du grand-père surgit, beaucoup plus banale, puis celle d'Aurélie, et là, je l'avoue, je ne suis pas allée plus loin...

 

Pourquoi me direz-vous puisque ô grandeur de la culture il s'agit là du génialissime prix Goncourt de l'an dernier.

 

- Les personnages sont tout sauf attachants, détachés serait le mot plus adéquat...

- L'intrigue se perd entre ces différents destins tous glauques et voués, on le devine rapidement, à la tragédie

- Beacoup se sont extasiés sur le style de l'auteur, mais force est de constater que je suis passée à côté, je n'ai rien truvé de remarquable dans ces pages...

- Je n'ai pas compris le rapport avec le titre -oui je sais c'est un prétexte fallacieux, pas grave je dis ce que je veux...

- Je m'attendais à des chapitres érudits sur St Augustin qui m'auraient rappelé mes joyeuses études littéraires, eh bien non, St Augustin n'est que prétexte à flatter les érudits

- Bref je me suis ennuyée !

 

Sur Babélio des avis souvent très enthousiastes, mais aussi, des déçus, comme moi...

 

Commenter cet article

Philiisine Cave 03/10/2013 20:26


Un avis de plus qui me motive à ne pas le lire : des memebres de mon comité de lecture n'ont pas du tout aimé mais alors vraiment pas !

Hélène 04/10/2013 08:16



Les avis sont assez partagés..



Fransoaz 02/10/2013 16:06


Coup de coeur pour Où j'ai laissé mon âme? Déception pour Un dieu, un animal! Je n'ai pas encore
décidé si je prendrai celui-ci dans mes rets.

Hélène 03/10/2013 08:29



Je ne te le conseille pas..



kathel 02/10/2013 08:48


J'ai vraiment beaucoup aimé ce roman, et bien avant qu'on en parle pour le Goncourt (ce qui m'aurait plutôt rendue suspicieuse)

gambadou 01/10/2013 21:31


Je n'ai pas compris grand chose à ce livre... je suis passé à côté

Valérie 01/10/2013 20:26


Je me suis ennuyée aussi et peu d'élèves qui participaient au Goncourt des lycéens dans ma classe de l'an dernier l'ont fini.

keisha 01/10/2013 14:10


Hélène m'a tuer!!!


J'ai adoré l'écriture!

Alex-Mot-à-Mots 01/10/2013 13:18


Flûte, je l'ai dans ma PAL. Affaire à suivre, donc.

Yv 01/10/2013 12:40


Moi, j'ai beaucoup aimé, moins que Un dieu un animal, mais néanmoins, contrairement à toi, je trouve l'écriture très belle et c'est d'ailleurs ce qui m'a retenu

Hélène 01/10/2013 12:57



J'ai vu que les avis sont assez partagés...



jerome 01/10/2013 12:40


Rhooo ben moi j'ai adoré. Le style de l'auteur justement. Je trouve l'écriture de Jérôme Ferrari magnifique, tout simplement. Bon du coup je boude un peu (mais trop quand même hein, après tout tu
as bien le droit de ne pas aimer un livre que j'ai adoré^^).

Hélène 01/10/2013 12:58



Bah non boude pas 



Brize 01/10/2013 12:05


Je ne le "sentais" pas pour moi et ne m'y suis donc pas risquée ...

Hélène 01/10/2013 12:58



Je ne te le conseillerais pas...



Dominique 01/10/2013 11:43


le précédent est   Où j'ai laissé mon âme et j'ai fait un billet dessuis si tu veux te faire une idée

Hélène 01/10/2013 12:58



Je note, merci !



Dominique 01/10/2013 10:50


l'an dernier j'ai passé quelques semaines à me dire je lis ou pas, en fait j'étais méfiante car après son roman précédent que j'ai énormément aimé (et là tu peux y aller de confiance) je
craignais d'être déçue 


il y a quelques jours un ami me l'a offert et je me demande bien ce que je vais pouvoir lui dire car je suis comme toi ablsolument ahurie par les critiques hyper positives par le prix goncourt et
tout et tout


Mais où ont ils trouvé le moindre intérêt à ce livre, même si comme tu le dis ça démarre bien même le début n'est pas le roman du siècle, et ensuite là je n'ai plus rien compris ni l'intérêt de
l'intrigue et encore moins la référence à Saint Augustin ( à ce propos lis le roman de Claude pujade renaud sur lui c'est très très bien )


Comment un buzz médiatique se révèle un roman creux !!!

Hélène 01/10/2013 11:06



J'avais adoré "Un Dieu un animal", comme toi j'ai été déçue cette fois-ci... Je note le précédent. merci.



Aifelle 01/10/2013 10:33


Il ne m'a jamais tentée et tu me confirmes qu'il n'est pas pour moi

Hélène 01/10/2013 11:04



Non vraiment pas...



clara 01/10/2013 07:03


Il ne me tente pas ce livre.. 

Hélène 01/10/2013 08:22



Eh bien tu as eu raison !