Désirer de Richard FLANAGAN

Publié le par Hélène

 

désirer

 

 

 

L’auteur :

 

Richard Flanagan est un écrivain australien également journaliste.

 

L’histoire :

 

Dans une colonie anglaise de Tasmanie, un peintre fait le portrait d’une petite Aborigène. Elle se prénomme Mathinna, elle est la fille adoptive de sir John Franklin et de lady Jane. En quelques mois elle devient la coqueluche de la colonie…

Quelques années plus tard, Londres bruit du scandale entourant la disparition de sir John Franklin, accusé de cannibalisme lors de se dernière expédition. Désireuse de laver la mémoire de sn mari, lady Jane se tourne vers Charles Dickens, alors au sommet de sa gloire.

De cette rencontre naît une pièce de théâtre qui va avoir une singulière résonnance sur l’existence du grand écrivain, en proie à une grave crise conjugale…

 

Ce que j’ai aimé :

 

-          Le portrait de Charles Dickens sonne plutôt juste et c’est avec intérêt que l’on suit son parcours, ses relations et discussions avec Wilkie Collins, ses difficultés conjugales, ses hésitations devant les affres de la création…

-          L’idée de départ était louable : montrer combien la frontière entre sauvagerie et civilisation est ténue...

 

Ce que j’ai moins aimé :

 

-          Le postulat de départ se perd dans des entrelacs de généralités :

 

« Mais la marque de la civilisation et de la sagesse, c’était de vaincre le désir, de le nier et de l’écraser. Faute de qui on ne valait pas mieux que Michel l’Iroquois ou qu’un Esquimau » (p. 65)

 

-          Le résumé peu clair entremêlant époques et personnages est assez représentatif du roman. Le lecteur se perd facilement entre les différentes époques, avançant laborieusement dans sa lecture, qui, pourtant, semblait prometteuse…

 

-          Pour moi, ce fut une déception

 

Premières phrases :

 

« C’était de manière inattendue, comme il arrive parfois, que la guerre s’tait terminée. Un homme que personne n’aimait particulièrement – un petit individu excité, à la fois charpentier et prédicateur presbytérien – avait parcouru sans armes mais en compagnie de Noirs dociles les vastes terres vierges de l’île, et il était rentré avec une bande hétéroclite d’indigènes. »

 

Désirer, Richard FLANAGAN, Traduit de l'anglais (Australie) par Pierre Furlan, Belfond, septembre 2010, 309 p., 19 euros

 

Merci à Brigitte Semler des éditions Belfond.

 

D’autres avis chez Ys, Cuné qui, comme moi, n'ont pas été franchement convaincues...

 

1pourcent

Publié dans Littérature Océanie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Midola 26/11/2010 13:05



Ton billet commençait bien avec l'évocation de charles Dickens... tant pis.



Hélène 26/11/2010 13:23



Le roman aussi commençait bien, jusqu'à ce que mon ennui prenne le dessus...



Lilibook 24/11/2010 19:40



j'avais juste vue la couverture, mais je ne m'étais jamais penché sur le contenu.



Hélène 25/11/2010 08:38



Il faut dire aussi que la couverture ne donne pas envie de se pencher sur le contenu... Elle n'est pas très représentative de l'histoire !



Ys 24/11/2010 09:30



Moi aussi j'ai été déçue en effet, j'attendais une grande histoire sur Franlin, elle n'est pas venue... et effectivement, c'est le personnage de Dickens qui sonne le mieux.



Hélène 25/11/2010 08:36



Une construction bizarre à mes yeux et des généralités lassantes...