Désolé nous avons raté la piste - Désolé votre hôtel a brûlé ! de Stephan ORTH et Antje BLINDA

Publié le par Hélène

desole-1.jpg

désolé2

 

Les auteurs :


Stephan Orth est rédacteur voyage pour Spiegel Online depuis 2008. 

Il a étudié l'économie et la psychologie à l'Université de Wuppertal et est titulaire d'un master en journalisme de l'Université de technologie du Queensland à Brisbane, en Australie.

 

L’histoire :

 

Désolé nous avons raté la piste : Ce petit ouvrage est le résultat désopilant d'un appel lancé par un grand magazine à ses lecteurs pour qu'ils racontent leurs expériences en vol les plus cocasses et les plus délirantes. Voici près de deux cents morceaux choisis, qui pourraient bien vous donner envie d'apporter votre propre témoignage, ou vous faire passer l'envie de prendre l'avion... Notre petit avion n'a que deux hôtesses de l'air à son bord: l'une est très aimable, la seconde, d'une humeur chagrine. Il semble y avoir de l'orage dans l'air, quand le pilote nous fait cette annonce: "Le commandant et la moitié de l'équipage vous souhaitent un agréable vol !" Après l'atterrissage, un des membres du personnel navigant commente: "Mesdames, messieurs, nous venons de percuter Nantes. " Sur ce, le pilote prend la parole: " Oh, ça n'a pas été violent à ce point-là."


Désolé, votre hôtel a brûlé! : Combien de pauvres voyageurs tout juste arrivés en Inde se sont-ils fait accueillir en ces termes par des chauffeurs de taxi désireux de les aiguiller vers l'hôtel de leur choix ? Tout comme Désolé, nous avons raté la piste, ce petit ouvrage est le résultat d'une compilation d'expériences, celle des voyages les plus désastreux. Erreurs de destinations, hôtels introuvables, rencontre avec de faux policiers, quand les  vacances virent au cauchemar... Entre rire et larmes, ces témoignages nous disent qu'un vacancier averti en vaut deux ! "

 

Mon avis :

 

Désolé nous avons raté la piste est une compilation d'anecdotes cocasses qui se sont déroulées à bord d'un avion : consignes de sécurité hors norme ("Saississez-vous d'une hôtesse et plaquez-la bien fort sur le nez"), décollages agités, turbulences, problèmes techniques traités à la légère par l'équipage, hôtesse taquine qui s'écrie en plein vol "Mon Dieu, l'aile !", pilote fier d'annoncer qu'il s'agit là de son premier vol, etc... On apprendra ainsi que les pilotes sont rarement des pros de la comunication...

 

La rédaction du Spiegel Online a en effet appelé ses lecteurs à relater leurs pires et leurs plus amusants souvenirs à bord d'un avion.  Certaines anecdotes sont assez drôles mais l’ensemble est tout de même relativement lassant et assez inégal.

 

Dans Désolé, votre hôtel a brûlé, les mêmes lecteurs témoignent de leur expérience en terme de voyage à l'étranger.

 

" Ce que les croisiéristes veulent savoir

Le navire produit-il son électricité ? Non. Vous ne voyez pas la rallonge, derrrière ? (...)

Cette île est-elle totalement entourée d'eau ? Non, un côté est entouré de sable, mais tout est bien balisé." ( p.356)

"On pourrait passer beaucoup de temps à essayer de comprendre la signification des nombreux avertissements affichés dans l'hôtel. Les deux plus utiles que nous ayons trouvés disaient : ""Ne marchez pas sur un crocodile si vous êtes pieds nus"" et ""Piscine interdite aux enfants hideux""...

 

Les histoires de cockpit sont plus drôles que celles des hôtels, ces dernières tombant bien souvent à plat.

 

Des récits divertissants, mais loin d'être indispensables... Un peu comme les compilations de musique, cousues de chansons agréables indépendamment les unes des autres, mais qui mises bout à bout mènent les nerfs à vif... 

  

Premières phrases :

 

« Le temps des vacances n'est pas la plus belle période de l'année seulement pour les touristes : il en va de même pour les voleurs et les escrocs. Les touristes veulent laisser vagabonder leur âme, oublier les problèmes du quotidien et se montrent souvent incroyablement insouciants et crédules à l'excès. Le réveil, toujours désagréable, arrive quand le gentil monsieur qui s'est offert pour prendre une photo de famille prend au contraire la fuite avec votre appareil numérique flambant neuf. Ou quand les billets que vous venez de changer dans la rue se révèlent de la fausse monnaie. Mais bien des escrocs sont encore plus imaginatifs lorsqu'il s'agit de dérober à des touristes imprudents leur pécule de vacances.

Si l'on observe bien leur comportement, on identifie à temps les signes avant-coureurs et l'on peut souvent éviter le pire. Les correspondants de Spiegel Onlinenous font revivre les filouteries les plus désagréables – à travers le monde entier. »

 

 

D’autres avis :


http://www.lexpress.fr/culture/livre/desole-votre-hotel-a-brule_1147151.html

  

  Désolé, nous avons raté la piste ! et Désolé votre hôtel a brûlé, Stephan Orth et Antje Blinda, traduits de l'allemand par Agnès Boucher et par Denis-Arnand Canal, Editions France Loisirs, 2011, 20 euros




 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Alex-Mot-à-Mots 19/08/2013 09:45


Des couvertures flashis qui ne passent pas inaperçues.

Hélène 19/08/2013 13:19



Un peu basiques je trouve non ?



kathel 19/08/2013 09:37


OUi, ce doit être sympa, mais à petites doses uniquement ! 

Hélène 19/08/2013 13:19



Voilà, une anecdote de temps en temps, ça passe, mais tout à la suite, c'est indigeste !



Yv 16/08/2013 13:48


Je ne suis bien que quand j'ai les peids sur terre, l'avion, je l'ai pris cette année à deux reprises (jamais auparavant un avion de ligne, un vieux coucou du temps honni de mon service
militaire) et sans la craindre particulièrement, je ne suis pas fan, je ne lirai donc pas ces bouquins qui risquerainet de me faire fuir un transport très pratique et rapide

Hélène 18/08/2013 15:58



En fait avec ce bouquin on se rend compte que des catastrophes sont évitées tous les jours aussi, sans autre chose qu'une bonne peur...



cathulu 16/08/2013 07:36


De quoi réconforter ceux qui n epartent pas d'une certaine façon !:)

Hélène 16/08/2013 13:17



Oui c'est certain...