Expiation de Ian McEWAN

Publié le par Hélène

Expiation-Atonement-McEwan-Ian-9782070306138.jpg

 ♥ ♥ ♥ ♥

 Un chef d’œuvre appelé à devenir un classique du XXIème siècle…  

  

L’auteur :

 

Considéré comme l'un des écrivains britanniques les plus importants, Ian McEwan est lauréat de nombreux prix et membre de la très sélecte Royal Society of Literature. Remarqué dès son premier recueil de nouvelles 'Premier amour, dernier rite', il reçoit le prix Somerset Maugham en 1976. Découvert en France avec 'L' Enfant volé', Ian McEwan interroge dans ses oeuvres, parmi lesquelles 'Expiation' ou 'Délire d'amour', les questions de la sexualité, de l'inceste et du rapport ambigu entre les hommes et les femmes. L'écrivain rencontre l'un de ses plus grands succès avec 'Amsterdam', un ouvrage sur l'ambition et l'adultère qui alimente la controverse. Tourmentés par l'idée de la mort, les livres de McEwan traitent également des grands enjeux spirituels et scientifiques du monde moderne, notamment dans 'Samedi' qui met en scène un neurochirurgien confronté au deuil. Revenu à un univers plus intime avec 'Sur la plage de Chesil' paru en 2008, Ian McEwan s'impose comme une voix essentielle de la littérature contemporaine.  (Source : Evene)

 

L’histoire :

 

Sous la canicule qui frappe l'Angleterre en ce mois d'août 1935, la jeune Briony a trouvé sa vocation : elle sera romancière. Du haut de ses treize ans, elle voit dans le roman un moyen de déchiffrer le monde. Mais lorsqu'elle surprend sa grande sœur Cecilia avec Robbie, fils de domestique, sa réaction naïve aux désirs des adultes va provoquer une tragédie. Trois vies basculent et divergent, pour se recroiser cinq ans plus tard, dans le chaos de la guerre, entre la déroute de Dunkerque et les prémices du Blitz. Mais est-il encore temps d'expier un crime d'enfance ? Un roman dans la grande tradition romanesque, où Ian McEwan, tout en s'interrogeant sur les pouvoirs et les limites de la fiction, restitue, avec une égale maîtrise, les frémissements d'une conscience et les rapports de classes, la splendeur indifférente de la nature et les tourments d'une Histoire aveugle aux individus. (Quatrième de couverture)

 

Ce que j’ai aimé :

 

Expiation est un roman complet, admirablement bien construit. Il est divisé en trois parties bien distinctes : la première partie nous plonge dans un monde raffiné, ouaté, protégé au sein d'une grande propriété anglaise. En août 1935, une réunion de famille s'organise, chacun s'agite dans la chaleur caniculaire, la jeune Briony essayant d'accaparer toutes les attentions. Briony est une jeune fille qui joue sa vie, persuadée d'être au coeur d'un spectacle passionnant dont elle maîtrise parfaitement les rôles et les dialogues. Perdue par une imagination passionnée, elle peut aller jusqu'à s'imaginer reine de la soirée à l’enterrement de sa propre mère :

« Elle se voyait debout, seule, au milieu de la grande arène d’un immense Colisée, observée non seulement de tous les gens qu’elle connaissait, mais aussi de tous ceux qu’elle connaîtrait, toute la troupe de sa vie, rassemblée là pour la chérir dans son deuil. (…) Il fallait des témoins. » (p.214)

Petite personne égocentrique, elle a besoin d’être au centre des attentions, elle veut jouer le rôle principal quelle que soit la pièce. Cette aspiration à jouer les jeunes premières la conduira à commettre l’irréparable : pour que le monde qui l’entoure s’adapte à la « pièce de sa vie », elle va transformer la réalité et l’insérer dans son propre scénario.

« Tout collait. Elle le découvrait. C’était bien son histoire, celle qui s’écrivait autour d’elle. » (p. 220)

La deuxième partie du roman nous entraîne au cœur de le guerre, cinq ans plus tard, sur les traces de Robbie. Le monde a basculé et ce qui était stable vole en éclat. La culpabilité, thème phare du roman, est remise en question elle aussi, vivre cette guerre ne peut être que synonyme de culpabilité :

« Vous n’avez tué personne aujourd’hui ? Mais combien en avez-vous laissé mourir ? » (p. 345)

 Dans la troisième partie, nous retrouvons une Briony plus âgée, plus mûre et lucide, une Briony qui va chercher à expier ses fautes.

Mais l'ultime épilogue remet tout en question dans une magnifique virevolte orchestrée par les metteurs en scène de talent que sont Briony et l'auteur... Ce dernier nous mène vers une réflexion profonde sur le pouvoir de l'écriture et de l'écrivain, scénariste, metteur en scène, menteur et affabulateur.

« C’était la pensée, la perception, les sensations qui l’intéressaient, l’esprit conscient, comme une rivière à travers le temps, et la manière de représenter la progression de son cours autant que tous les aflluents qui la gonfleraient, et les obstacles qui la détourneraient. Si seulement elle avait été capable de décrire la lumière limpide d’un matin d’été, les sensations d’un enfant à une fenêtre, la courbe et le plongeon d’un vol d’hirondelles au-dessus d’un bassin. » (p. 370)

Grâce à une étude psychologique très fine placée sous l’égide de Bergson et de Virginia Woolf, Ian McEwan nous offre un chef d'oeuvre inoubliable.

 

Ce que j’ai moins aimé :

 

J’ai lu ce roman pour la première fois il y a 10 ans et à l’époque la partie concernant Robbie à la guerre m’avait semblé longue et violente. A ma deuxième lecture, elle m’apparaît comme totalement cohérente, s’inscrivant parfaitement dans l’ensemble magnifiquement construit du roman.

 

 Premières phrases :

 

« La pièce de théâtre – dont Briony avait conçu affiches, programmes, billets, construit la caisse à l’aide d’un paravent renversé et garni la boîte à monnaie de papier crépon rouge -, elle l’avait écrite en deux jours de furie créatrice, au point de sauter un petit déjeuner et un déjeuner. »

 

Vous aimerez aussi :

 

Mr.Peanut d’Adam ROSS  

D’autres avis :

 

Karine, Choco Dasola,  Keisha,  Clara Manu

PRESSE : L’express  

 

Expiation, Ian McEwan, traduit de l’anglais par Guillemette Belleteste, Gallimard, 2003,

POCHE :  Expiation, Ian McEwan, traduit de l’anglais par Guillemette Belleteste, Folio, 487 p., 8.00 euros

 

 Billet réédité dans le cadre du blogoclub de juin 2013 

 blogoclub

Publié dans Littérature Europe

Commenter cet article

Grominou 07/06/2013 21:10


Comme toi j'ai beaucoup aimé la réflexion sur le pouvoir de l'écriture et de l'imagination, ainsi que la description psychologique des personnages. Sans vraiment voir trop de longueurs dans la
partie qui se déroule en France, j'avais tout de même hâte de revenir aux autres personnages, en particulier Briony.

Hélène 09/06/2013 21:22



Briony est la plus attachante.



UntexteUnjour 06/06/2013 17:58


Un roman passionnant, âpre, qui interroge de façon originale et pertinente la création littéraire et le désir amoureux.


Malgré quelques longues et des parties inégales (la première me semble particulièrement réussie), un roman fascinant, qui aide à grandir et que je n'oublierai pas de sitôt.


 


 

Hélène 07/06/2013 09:06



Un très beau texte !



Charlotte 02/06/2013 14:38


Merci pour tous ces bons conseils de livres !!


Grâce à votre site, j'ai découvert de très beaux livres (Le soleil des Scorta...) et j'ai une jolie liste de livres à lire cet été !

Hélène 03/06/2013 08:38



Je suis ravie d'avoir pu vous faire découvrir des livres qui comptent pour moi !



jerome 02/06/2013 09:08


Comment résister à tant d'enthousiasme ? Et d'ailleurs, pourquoi y résister ?

Hélène 02/06/2013 11:17



ne résiste pas



sylire 01/06/2013 20:05


C'est un livre à relire, effectivement car je suis certaine qu'une seule lecture ne permet pas d'en faire le tour.

Hélène 02/06/2013 11:17



j'y ai découvert de nouvelles choses oui. Une très belle lecture !



Une Comète 01/06/2013 18:52


Je suis tellement d'accord avec ce que tu dis ! Ce livre est superbe. Merci pour ce billet Hélène :)

Hélène 01/06/2013 19:30



merci.



kathel 01/06/2013 16:03


Un livre que j'ai adoré ! (il y a une dizaine d'années aussi)  Tout à fait d'accord avec le fait qu'il restera comme un roman majeur du XXème siècle... 

Hélène 01/06/2013 19:30



Exactement !



Athalie 26/04/2012 20:01


Bonsoir,


C'est le premier roman de cet auteur que j'ai lu, j'avais eu un mal de chien à m'y mettre, j'ai dû le commencer au moins cinq ou six fois, sans accrocher, mais j'y revenais, je me disais qu'il
avait un truc fort là dedans ! et finalement, je l'ai fini en une nuit. Avec quand même une préférence pour la première partie, une atmosphère victorienne à la Jane Austen et la dernière où tous
les fils prennent sens. Un bon, très bon roman, qui m'a entrainé ensuite vers Samedi et Sur la plage de Chesnil, avec délectation ... Même Solaire, j'ai bien aimé détester le personnage principal
!


Athalie

Hélène 27/04/2012 08:56



Certains textes méritent qu'on insiste pour entrer en leurs pages. j'ai aussi préféré la première partie...



lounima 19/04/2012 13:14


Noté depuis très longtemps, je finirai bien par le lire !

Hélène 19/04/2012 20:31



Vrraiment il vaut le détours !



Sara 17/04/2012 19:52


Une splendeur ! Les personnages sont magnifiques et je suis entièrement séduite par celui de Briony.  

Hélène 17/04/2012 21:18



J'ai préféré les deux personnages du couple (c'est mon côté romantique)



Nadael 16/04/2012 18:39


Je n'ai encore jamais lu Mc Ewan... j'ai beaucoup entendu parler de ce roman, je le note cette fois. Il faut que je vois s'il est à la bibliothèque.

Hélène 16/04/2012 21:06



Il doit y être ! je te le conseille vivement



Isa 15/04/2012 13:03


Après la lecture de "Sur la plage de Chesil", je m'étais promis de lire d'autres romans de cet auteur mais pour l'instant je n'ai pas tenu ma promesse. A priori c'est un tort !!!

Hélène 15/04/2012 19:57



je vais lire je pense "sur la plage de chesil"...



Manu 15/04/2012 11:00


Un coup de coeur pour ce roman ! Je n'oublierai pas la fin de sitôt ! 

Hélène 15/04/2012 19:58



un grand coup de coeur...



Ys 13/04/2012 21:48


Un des romans que je préfère de cet auteur. Bonne idée de le relire.

Hélène 14/04/2012 10:24



Pour le moment c'est aussi mon préféré de cet auteur...



claudialucia ma librairie 12/04/2012 19:16


Excellent livre en effet! marquant! Moi aussi je l'ai lu il y a longtemps et j'en garde un souvenir précis et fort.

Hélène 13/04/2012 09:17



Je l'ai relu avec tout autant de plaisir !



Luocine 12/04/2012 15:56


pour moi c'est un très grand roman que je relis toujours avec plaisir


Luocine

Hélène 13/04/2012 09:19



Un chef d'oeuvre même...



Anne 12/04/2012 14:55


Un magnifique roman !! Dans un genre différent, j'ai beaucoup aimé "Solaire" aussi...

Hélène 13/04/2012 09:20



Je ne l'ai pas lu, par contre je n'avais pas tellement apprécié "samedi"



clara 12/04/2012 14:08


Je suis entièrement d'accord !

Hélène 13/04/2012 09:23



parfait même !



Aifelle 12/04/2012 13:42


Il est dans ma PAL depuis longtemps, il finira bien par en sortir

Hélène 13/04/2012 09:23



il le faut !!!!



Hélène Choco 12/04/2012 11:46


Petite crainte : que l'écriture soit très littéraire et que j'ai du mal à me plonger dans l'histoir,e à la lecture des quelques passages... mais un chef d'oeuvre promis au rang de classique, je
ne peux tout de même pas passer à côté!! Hop dans la wish list!!

Hélène 12/04/2012 13:40



Non je ne l'ai pas ressenti comme cela, il est très accessible.. Je t ele conseille vivement



kathel 12/04/2012 11:25


Un superbe souvenir de lecture ! (avant blog, ne cherche pas !  )

Hélène 12/04/2012 13:40



Je l'ai relu pour qu'il figure sur mon blog...



attila 12/04/2012 09:54


ah !!!! Mc Ewan : il m'a un peu décu avec son dernier opus : Solaire ..... mais c'est uniquement parcequ'il m'avait toujours habituée à l'excellence !!!! alors bon,  un livre juste bon .....
c'était pas à son niveau habituel !!!


mon préféré reste "Sur la plage de Chesil" qui dégage pour moi le même charme désuet que les bouquets de fleurs d'hortensia séchées ....... qui me tire presque les larmes des yeux ..... et
ça ne se soigne pas Madame !!!!


 

Hélène 12/04/2012 10:09



J'ai noté "sur la plage du chesil" qui me semble prometteur...



Choupynette 12/04/2012 09:54


j'avais vu l'adaptation avec James Mcavoy et j'avais été mitigée. mais le roman est noté... un auteur à découvrir (un de plus!)

Hélène 12/04/2012 10:09



Le roman est magnifique !



keisha 12/04/2012 09:10


C'est tellement bien écrit que la partie "guerre" ne m'avait pas paru longue! J'aime vraiment cet auteur, son denrier roman bourré d'humour m'avait étonnée par le changement de ton avec
Expiation, par exemple.

Hélène 12/04/2012 09:40



Eh bien effectivement à la 2ème lecture cela ne m'a plus semblé long... Je lirais bien son dernier effectivement. J'ai lu "samedi" et j'ai été un peu déçue...