Instinct de survie de Jeffery DEAVER

Publié le par Hélène

instinct-de-survie.jpg 

♥ ♥

 

L’auteur :

Jeffery Deaver est l’auteur de dix-neuf romans, récompensés par les prix les plus prestigieux de la littérature policière.

Le Rectificateur a obtenu le prix Steel Dagger. Le Désosseur a été adapté au cinéma (The Bone Collector, Universal) avec Denzel Washington dans le rôle principal.

Jeffery Deaver est également connu pour sa série policière centrée sur les personnages de Lincoln Rhyme et Amelia Sachs. La critique salue son talent pour la terreur qu’il distille et pour ses intrigues à rebondissements.

Jeffery Deaver partage son temps ente la Virginie et la Californie.

L’histoire :

Un coup de téléphone brusquement interrompu, provenant d’une maison de campagne du Wisconsin, alerte la police. L’inspecteur McKenzie est chargée de l’enquête. Laissant son fils et son ami, elle découvre une scène d’horreur : deux personnes abattues d’une balle dans la tête. Les meurtriers sont toujours sur les lieux et ils attaquent McKenzie qui se retrouve privée de son arme, de son téléphone et de sa voiture. McKenzie fuit dans la forêt, emmenant avec elle une survivante du carnage qu’elle ne peut abandonner.
Traquées comme des bêtes, épuisées, les deux femmes vivent une épreuve terrifiante. En danger de mort, l’inspecteur McKenzie sait qu’elle ne peut se fier qu’à une chose : son instinct de survie. (Présentation de l’éditeur)

Mon avis :

Dés les premières lignes le lecteur est indéniablement ferré, grâce au talent indéniable de l’auteur que l’on pressent maître dans l’art de faire naître la tension. C’est donc en se rongeant les ongles et les sangs que l’on suit la progression palpitante de l’intrigue dans ces bois sombres aux habitants sauvages et violents. Brynn McKenzie est une traqueuse hors pair, professionnelle jusqu’au bout des ongles, mais elle a face à elle un tout aussi redoutable prédateur qui ne sera pas toujours dupe des ruses qu’elle met en place pour fuir loin de sa fin. Parallèlement, nous découvrons son histoire, sa vie conjugale, ses démêlés avec son fils (résolus un peu facilement à la fin soit dit en passant…) censés sans doute apporter de la profondeur au personnage.

La course poursuite finit par lasser néanmoins, si bien que l’auteur décide fort judicieusement d’y mettre fin pour revenir dans un univers plus éclairé. Malheureusement, l’auteur ne parvient plus à créer cette tension si palpable au début du roman, il use et abuse de rebondissements divers et variés pour tenter de maintenant l’attention du lecteur en éveil. Et comme de surcroît les personnages avaient passé un peu trop de temps dans la forêt, l’action doit s’accélérer pour espérer se conclure en moins de 500 pages !

Si bien qu’au final nous avons un roman inégal, avec de bonnes trouvailles mais mal fouillées et exploitées. 


Premières phrases :

« Le silence.
Les bois autour du lac Mondac étaient totalement calmes, à mille lieues de la ville grouillante et chaotique où le couple vivait durant la semaine.
Ce silence était brisé uniquement par le a-hoo-ah d’un oiseau lointain, le chant caverneux d’une grenouille.
Et soudain : un autre bruit.
Un bruissement de feuilles, deux craquements impatients comme des branches qui se brisent.
Des pas ? »

D’autres avis :

Chez Babélio

Instinct de survie, une enquête de l’inspecteur McKenzie,  Jeffery Deaver, traduit de l’anglais (EU) par Jean Esch, Editions des Deux terres, novembre 2011, 427 p., 22.50 euros


Merci à Babélio et aux Editions des Deux Terres pour m’avoir permis de découvrir le lauréat du prix du meilleur thriller de l’année décernée par l’association internationale des auteurs de thriller en 2009.

Commenter cet article

Géraldine 29/01/2012 20:44


Bon, manifestement un auteur à découvrir mais avec un autre opus !

Hélène 30/01/2012 09:09



C'est un récit prenant, c'est indéniable, mais qui souffre de quelques défauts...



Manu 23/01/2012 20:01


Cette série a l'air pas mal. 

Hélène 24/01/2012 08:46



Oui pas mal mais sans plus..



Lystig 22/01/2012 17:46


je suis partagée... à noter ou pas... je vais attendre qu'il me tombe dessus 

Hélène 23/01/2012 09:02



Il est lourd, ça risque de te faire mal...