L’inquiétude d’être au monde de Camille de TOLEDO

Publié le par Hélène

                                              inquietude-d-etre-au-monde.jpg

 ♥ ♥ ♥

"L'inquiétude est le nom que nous donnons à l'impermanence." (p. 14)

 

 L’auteur :

 

Camille de Toledo a étudié l’Histoire et les Sciences Politiques à l’IEP de Paris ainsi que le Droit et la Littérature à l’Université de la Sorbonne. Il a poursuivi ses études à Londres, à la London School of Economics, puis à la Tisch School de New York pour le cinéma et la photographie. En 2004, il obtient la bourse de la Villa Médicis.
Au printemps 2008, il fonde la « Société européenne des auteurs », une institution visant à créer une communauté intellectuelle et littéraire par-delà les langues et les nations.

 

L’histoire :

 

« L’inquiétude est le nom que nous donnons à ce siècle neuf,
au mouvement de toute chose dans ce siècle.
Paysages! Villes! Enfants!
Voyez comme plus rien ne demeure.
Tout bouge et flue.
Paysages! Villes! Enfants!
L’inquiétude est entrée dans le corps du père qui attend son fils,
comme elle s’est glissée, un jour, dans le corps des choses.
C’était hier. C’est aujourd’hui.
Ce sera plus encore demain.
L’inquiétude de l’espèce, des espèces,
et de la Terre que l’on croyait si posée,
qui ne cesse de se manifester à nous,
sous un jour de colère, au point qu’on la croirait
froissée ou en révolte. »

 

(Présentation de l’éditeur)

 

Ce que j’ai aimé :

 

-          Au coeur de L''inquiétude face au monde l'inquiétude et le monde se tutoient. Camille de Toledo observe le siècle qui s'achève dans le vertige et ouvre la voie à un 21ème siècle tout aussi inquiétant. Pour scander le mal-être dominant de ce siècle, il choisit de s’exprimer à travers une prose poétique qui épouse au plus près l'inquiétude lancinante des êtres perdus dans un monde recelant quantité de dangers potentiels, qu'il s'agisse de la perte d'un enfant, ou de la folie de ce même enfant capable de massacrer ses camarades comme à Columbine en 1999 ou à Utoya en 2011. 

 

« Qui  prépare les enfants à ce temps nucléaire ?

Pour eux, c’est le soupçon qui triomphe.

Ou le romantisme malade de la refondation :

Voyez encore !

Columbine !

Utoya. 

(…)

Les gamins savent intuitivement,

Comme des dieux, que l’enseignement

De leurs écoles est inadapté.

Vieille herméneutique du savoir.

Vieilles catégories de l’être.

 

Penser, classer, écrivait Pérec.

Et comme il a raison.

La pensée occidentale est une névrose d’enfant

à qui l’on répète :

Allez ! Range ta chambre ! » (p.47)

 

L'inquiétude ronge les êtres et le monde qui ne peuvent trouver d'échappatoire face à ce naufrage progressif. Née des horreurs du 20ème siècle, de la guerre, de la déportation, des politiques démagogiques pernicieuses, cette inquiétude est sans fond car ancrée profondément en l'homme du 21ème siècle.

 

« Il y eut un autre mot pour le vingtième siècle.

Ce fut la dé-mesure. Dé-liaison,

Dé-litement, dé-lit de l’esprit, qui,

Croyait-on avant, gouvernait la flèche du temps,

Ou peut-être aussi, dé-règlement de la mesure,

Emballement de la raison

Qui, après avoir classé les peuples,

Entre sauvages et civilisés, noirs et blancs,

S’est mis à diviser, couper, entre le soi et le presque soi.

Le dé du déluge, de la démence, le dé du hasard

Et de la fin, s’insinua dans le pli de chaque chose,

Comme l’accident et la catastrophe. » (p. 24)

 

« C’est l’inquiétude et la peur qui nous livrent à la pharmacie, aux pouvoirs, à tous ceux qui prétendent nous en libérer. C’est l’inquiétude et la peur qui nous poussent à déléguer la charge de l’homme aux prêtres, aux moralistes, aux dogmes et aux milices. (…) Par peur, s’en remettre au commerce de la consolation. C'est-à-dire à l’intoxication : nous voulons être délivrés du risque, du mal, de la pluie qui tombe en été. Nous voulons être délivrés de la peur, de la mort, et finalement, de la vie.» (p. 30)

 

Que reste-t-il comme espoir au poète si ce n'est celui de charmer ou d'enivrer les Dieux par son chant, tel Orphée devant Hadès. Espoir de « de voir les mots agir sur et dévier l’esprit contemporain de l’Europe ».

 

Ce que j’ai moins aimé :

 

- Rien

 

Premières phrases :

 

« Je pense au père qui attend son enfant, le soir, et qui prie, en silence. Il ne croit pas en Dieu, le père, mais il prie quand même, parce qu’il ne sait plus vers qui se tourner. Il attend son enfant et l’inquiétude trace en lui des lignes vertigineuses, des phrases et des phrases qui racontent des histoires formidables d’enlèvements, d’accidents, de fugues et de disparitions. »

 

Vous aimerez aussi :

 

Du même auteur : Vies potentielles

 

D’autres avis :

 

Sur le site des Editions Verdier  

 

L’inquiétude d’être au monde, Camille DE TOLEDO, Editions Verdier, 2010, 58 p., 6.30 euros

 

Merci à Olivia Michel pour m'avoir permis de découvrir cette oeuvre.

Commenter cet article

Olviia 16/02/2012 14:51


merci merci!

Hélène 17/02/2012 09:45



Merci à vous...



clara 04/02/2012 08:12


Un livre qui doit marquer son lecteur, non? 

Hélène 04/02/2012 13:11



Oui j'y repense beaucoup



attila 03/02/2012 10:39


je ne résisterai pas à cette tentation ...

Hélène 03/02/2012 11:02



Il ne faut pas résister, c'est un très beau texte!