La maison des marées de Kenneth WHITE

Publié le par Hélène

                                                  maison-des-marees.jpg

 ♥ ♥

 "Pas de doute, la terre est un lieu intéressant..." (p. 83)

 L’auteur :

site de Kenneth White 

L’histoire :

 

Depuis toujours, Kenneth White collectionne les terres, les océans, les pierres, les chemins, les vents et les brumes. Il aime marcher, se perdre, faire des rencontres.

Voici quelques années, il s’est arrêté sur la côte nord de la Bretagne. À la fois espace ouvert et lieu concentré, propice à la rêverie, aux promenades, à la lecture. Segalen, Chateaubriand, Renan ne sont pas très loin.  Faulkner ou Kerouac lui font parfois signe, entre la visite amicale d’un géographe, d’un pêcheur ou d’un routard…

Dans ce livre, Kenneth White nous raconte ses voyages immobiles, ses randonnées à travers le paysage armoricain, ses rencontres avec les fantômes de moines celtes navigateurs, ses curiosités et ses songes, au fil d'une géographie poétique de la Bretagne… (Présentation sur le site de l’éditeur)

 

Ce que j’ai aimé :

 

Quand Kenneth White s'est installé  à Trébeurden en  Bretagne il y a quelques années de cela, proche de son élément phare, la mer, lové au sein de paysages qui lui ressemblent. Il nous livre ici ses déambulations physiques et intellectuelles, comme un journal de vie : ses promenades sur le sentier des douaniers, ses rencontres avec ses voisins, les visiteurs inopportuns, la cohabitation avec son chat... Mais il convoque aussi ses écrivains favoris, Conrad, Kerouac, dans un climat d'érudition et de culture ensoleillé. 

"Hêtres, chênes et pins, leurs racines comme les veines de la terre. Rayons de soleil sur les eaux brunes de la rivière, araignées d'eau faisant des cercles à la surface. Mica scintillant dans le granit. Le petit bruit mat d'un gland qui tombe. Le mauve de la bruyère. le rouge extraordinaire d'une feuille de ronce. Un oiseau volant le long de la rivière et d'autres, invisibles : fuit, fuit, tseu, tseu, tseu, tseu." (p. 269)

Tous ces courts chapitres respirent l'humanité de l’auteur, aussi fasciné par la rencontre avec un pêcheur que de se retrouver nez à nez avec un renard...

 La maison des marées est donc un récit plaisant à lire, la description d’un monde calme, à part, préservé, comme un cocon... 

  trebeurden.JPG

 

Ce que j’ai moins aimé :

 Il m’a manqué davantage de la poésie, j'ai quelquefois eu l'impression de lire une série de descriptions, qui, comme dans le journal intime, ne résonnent que dans l'esprit de celui qui les écrit...

Premières phrases :

 

 "D'une manière générale, c'est l'ATlantique qui régit notre territoire : il crée le climat, sculpte les côtes, imprègne les esprits.

L'océan dans ces contrées se rétrécit en trois principaux canaux : le canal Saint-Georges, entre l'ANgleterre et l'Irlande, le canal de Bristol, entre l'Angleterre et le pays de Galles, et la Manche, entr el'Angleterre et la France." 

Vous aimerez aussi :

           Du même auteur : Un monde ouvert de Kenneth WHITE

  

La maison des marées, Kenneth White, Albin Michel, 2005, 288 p., 19.30 euros

 

Commenter cet article

Philisine Cave 05/03/2013 20:56


Comme je suis contente de venir te voir (tous le sjours, ais particulièrement aujourdhui), je ne vais pas noter de titre : YES !!!!!!!!!!!! Sois-en infiniment remerciée.

Hélène 06/03/2013 09:06



Ne t'inquiète pas, prochainement, tu risques de noter...



Alex-Mot-à-Mots 05/03/2013 20:37


Un roman qui n'a pas raisonné en toi.

Hélène 06/03/2013 09:06



Exactement !



jerome 05/03/2013 08:55


Faut peut-être pas pousser non plus. Vargas, je le lis pour faire plaisir mais finalement ça me plait bien.

Hélène 05/03/2013 11:18



si si, faut pousser...



jerome 05/03/2013 08:09


Pas pour moi je crois. En plus je suis en train de lire Vargas (incroyable, non !), je ne voudrais pas me disperser^^

Hélène 05/03/2013 08:50



Un Vargas, ouah !! Je te conseille aussi Dominique Sylvain, enfin, je dis ça...



Dominique 04/03/2013 10:30


un auteur un peu déroutant, à l'écouter dans une émission de radio je l'ai trouvé passionnant mais ensuite la lecture du livre m'a laissé frustrée !

Hélène 04/03/2013 10:44



Ah tu me rassures, j'ai adoré ses poésies, et puis là pfff, le soufflé est retombé... j'ai encore un roman de lui à lire, je verrai si cela se confirme !



kathel 04/03/2013 09:46


Pas indispensable, alors ! 

Hélène 04/03/2013 09:48



Je n'ai pas franchement accroché !