La malédiction des colombes de Louise ERDRICH

Publié le par Hélène

malediction-colombes-louise-erdrich-L-1 

 

 

♥ ♥ ♥ ♥

 Un magnifique roman polyphonique.

 

  

L’auteur :

 

Louise ERDRICH est une auteure américaine de romans et livres jeunesse. Elle est l’une des écrivains les plus emblématiques de la jeune littérature indienne.

 

L’histoire :

 

Nous sommes en 1966 et le souvenir de quatre innocents lynchés cinquante ans auparavant hante les esprits. En écoutant les récits de son grand-père indien qui fut témoin du drame, Evelina, une adolescente pleine d’insouciance, prend soudainement conscience de la réalité et de l’injustice…

 

Ce que j’ai aimé :

 

-          La beauté de l’ensemble des histoires imbriquées les unes dans les autres pour former un patchwork vivant et signifiant est époustouflante... Les destins apparemment isolés les uns des autres trouvent leur cohérence au fil des pages, prouvant qu’une histoire est composée de plusieurs individualités rassemblées par un socle commun.

 

« Quand nous sommes jeunes, les mots sont éparpillés autour de nous. Au fur et à mesure qu’ils sont assemblés par l’expérience, nous le sommes nous aussi, phrase par phrase, jusqu’à ce que l’histoire prenne forme. » (p. 414)

 

Et c’est ce socle commun que veulent garder les indiens comme une identité qu’on ne pourra plus leur voler tant que le récit durera.

 

«  Il en va de même pour toutes les entreprises desespérées auxquelles sont mêlées les limites que nous posons sur cette terre. En traçant une ligne et en la défendant, nous semblons penser que nous avons dominé quelque chose. Quoi ? La terre engloutit et absorbe même ceux qui réussissent à bâtir un pays, une réserve.  (Pourtant il y a quelque chose dans l’amour et la connaissance de la terre et son rapport avec les rêves – voilà ce qu’avaient les anciens. Voilà pourquoi en tant que tribu nous existons encore aujourd’hui.) » (p. 182)

 

-          Ce sont des histoires tragiques quelquefois, des histoires comiques, des relations illogiques, mais toujours des histoires magnifiques. Comme celle de ce violon venu sur les eaux cueillir son destinataire qui ravira ensuite de sa musique les âmes sensibles :

 

« Le son touchait instantanément quelque chose de profond et de joyeux. Ces moments forts de connaissance vraie que nous devons masquer avec la vie de tous les jours. La musique venait tapoter le dos de nos terreurs aussi. Des évènements que nous avions vécus et que nous ne voulions jamais voir revenir. Des rêves en lambeaux, des nostalgies bannies, de la peur et aussi des plaisirs surprenants. Non, nous ne pouvons pas vivre à ce degré-là. Mais de temps à autre quelque chose se brise comme de la glace et nous sommes dans la rivière de notre existence. Nous sommes conscients. » (p. 303)

 

-          Les personnages sont profondément humains, plus complexes qu’ils ne le semblent au premier abord. Par exemple, les confrontations entre le personnage du grand-père d’Evelina, Mooshum et le prêtre qui souhaite le convertir sont très drôles, même si derrière cette façade clownesque se cache une réelle souffrance.

 

 «  J’ai vu que la perte de leurs terres était logée en eux pour toujours. Cette perte entrerait aussi en moi. Au fil du temps, je découvris que le chagrin était une chose que chacun dissimulait à sa façon – mon vieil oncle grâce à sa discipline passionnée, ma mère grâce à une sévère bonté et un ordre méticuleux. Quant à mon grand-père, il pratiquait l’art patient du ridicule. » (p. 135)

 

Ce que j’ai moins aimé :

 

-          Rien.

 

Premières phrases :

 

«  En 1896, mon grand-oncle, l’un des premiers prêtres catholiques de sang indien, lança un appel à ses paroissiens pour qu’ils se retrouvent à l’église St. Joseph le cou ceint d »un scapulaire et munis de leur missel. De là, ils iraient parcourir les champs en un long rang ondoyant, et à chaque pas chasseraient les colombes à coups de bruyantes prières. »

 

Vous aimerez aussi :

 

Eden ROBINSON Les esprits de l’océan

 

La malédiction des colombes, Louise ERDRICH, Traduit de l’américain par Isabelle REINHAREZ, Albin Michel, août 2010, 22.50 euros

 

D’autres avis chez Aifelle, Choco, Keisha, Kathel

 

Merci à Carol MENVILLE des Editions Albin Michel pour cette magnifique découverte…

 

1pourcent 

 

blogoclub

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Article déjà édité en octobre 2010, réédité pour le blogoclub...  

Commenter cet article

bruno 12/09/2012 20:25


Bonjour


Je suis content que vous ayez découvert la grande Louise Erdrich qui est avec Laura Kasichke, Nicoel Krauss, Anne Tyler, Miss Egan, Lorie Moore, Annie Prouxl et bien d'autres une des grandes
dames de la littérature américaine


Très influencée par ses origines indiennes (et françaises et allemandes !) elle a su se démarquer avec un style assez complexe, dense et une thématique une peu panthéiste (pour simplifier)


Personnelement j'aime beaucoup même si je n'ai pas toujours la possibilité de m'atteler à un de ses livres car ils sont exigeants.


J'ai plus de facilité à lire lorie Moore (la Passerelle) que j'aime beaucoup même si on sent un peu le professeur de littérature, qu'elle est, derrière


 

Hélène 13/09/2012 09:01



Je me rends compte que je  n'ai lu aucun roman des autres auteures que vous citez... Une lacune à combler !


Concernant cette chère Louise, j'ai effectivement beaucoup apprécié son monde. De nombreuses blogueuses lectrices lui ont reproché un récit complexe effectivement, je reconnais qu'il ne faut pas
perdre le fil, mais une fois qu'on est embarqué, quel délice !!!



Midola 10/09/2012 09:14


J'ai été moins emballée que toi par cette lecture, certains passages m'ont ennuyé car je ne voyais pas où voulait en venir l'auteur.

Hélène 10/09/2012 10:15



Je cmprends tes réticences, j'ai été bien embarquée mais quelquefois perdue...



lounima 04/09/2012 06:21


Une auteur que j'ai très envie de découvrir et j'ai ce roman dans ma pile à lire depuis cet été. Ce que tu en dis m'incite à me précipiter sur cette lecture malgré les avis en demi-teinte que
j'ai pu lire sur ce roman... ;-)

Hélène 04/09/2012 08:55



Oui, précipite toi !



kathel 02/09/2012 11:13


Merci du lien. j'ai encore un Louise Erdrich dans ma PAL ce qui me permet d'attendre sereinement le prochain ! 

Hélène 02/09/2012 12:53



Je n'en ai pas lu d'autres pour l'instant... A creuser !



jerome 02/09/2012 11:06


Une auteure reprérée depuis très longtemps. Je ne sais pas ce que j'attends pour partir à sa découverte...

Hélène 02/09/2012 12:53



IL y a tellement d'auteurs tentants aussi... 



bruno 05/02/2011 21:56



Bonsoir


Comme vous, je suis un fan absolu de la belle Louise Erdrich, et même si je n ai pas lu ce dernier opus, j ai un souvenir ému des ouvages que j'ai eu la chance de lire. El le plus remarquable,
c'et qu'elle semble unique, qu'il est difficile, voire impossible de la rattacher à un courant littéraire américain ou ç un autre auteur un peu similaire (Marylinne Robinson, peut être)


 



Hélène 06/02/2011 13:52



C'était le premier que je lisais d'elle et suis totalement conquise, j'irai puiser d'autres titres chez elle. Toutefois dans son dernier les liens entre les personnages sont assez difficiles à
établir, le roman focntionne comme s'il contenait plusieurs romans en un.


Sur le conseil de Keisha, j'ai acheté de marylinne Robinson "chez nous" mais je n'ai pas encore eu l'occasion de le lire !



Anne 20/11/2010 19:01



Je viens moi aussi de le terminer pour le plaisir et pour le challenge Rentrée littéraire. Quel roman génial ! Lire les billets des autres permet de découvrir encore d'autres subtilités.



Hélène 21/11/2010 12:33



Un de mes coups de coeur de la rentrée littéraire...



In Cold Blog 27/10/2010 17:05



Malgré ma relative déception après La chorale des maîtres bouchers, j'ai fort envie de lire La malédiction des colombes. J'ai l'impression, à lire tous vos billets, qu'il
contient tout ce que j'attendais en attaquant La chorale.



Hélène 27/10/2010 17:55



J'ai hésité à rajouter dans les points négatifs "un peu long", parce que comme toi pour "la chorale" je l'ai lu de façon très morcelée, et il fait quand même 480 pages...


Les histoires sont imbriquées les unes dans les autres, et constituent autant de romans dans le roman. Mais au final tout s'assemble et crée l'harmonie. Je te le recommande vivement..



clara 27/10/2010 14:09



Je suis contente, il est dispo à la biblio !



Hélène 27/10/2010 17:50



cours alors, cours...



Kathel 27/10/2010 12:45



Je m'ajoute au choeur de celles qui ont aimé et sont ravies de t'accueillir parmi elles !



Hélène 27/10/2010 12:53



Merci de ton accueil



Aifelle 27/10/2010 11:18



Je suis contente qu'il t'ait plus, c'est un roman splendide



Hélène 27/10/2010 12:53



Oui, un vrai coup de coeur, je pense aller découvrir d'autres romans d'elle.



keisha 27/10/2010 10:33



Beau billet! Si après cela d'autres hésitent encore...



Hélène 27/10/2010 12:52



Je sais que certaines ont abandonné la lecture (notamment dans le chalenge du 1%), je voulais le défendre...