Le cahier bleu de André JUILLARD

Publié le par Hélène

 

L'auteur :

Grand Prix de la Ville d’Angoulême 1996. André Juillard accède au succès public avec Les 7 Vies de l’Épervier, série historique parue en 1982 dans Circus et poursuivie dans Vécu. Avec le scénariste de cette oeuvre, Patrick Cothias, il s’était déjà lancé dans Masquerouge (en 1980 pour Pif Gadget), le justicier masqué du XVIIe siècle, et il créera plus tard la saga historique Plume aux vents (Dargaud, 1995). En 1983, le père d’Alix, Jacques Martin, écrit pour lui Arno (éd. Glénat).
Rompant avec le genre historique, il réalise seul Le Cahier bleu dans (A Suivre) en 1993, Alph’Art du meilleur album à Angoulême, prix du festival de Charleroi et prix spécial du jury du festival de Sierre. En 2000, il s’associe à Yves Sente pour reprendre les aventures de Blake et Mortimer (La Machination Voronov) chez Dargaud et, trois ans plus tard, les deux auteurs récidivent avec Les Sarcophages du sixième continent.

En 2006, Juillard s’associe à Pierre Christin dans Le Long Voyage de Léna (Dargaud), qui va de Berlin Est au Proche Orient. Cette même année, on retrouve aux éditions Daniel Maghen les coulisses de l’œuvre de Juillard, dans les centaines de pages de dessins et notes d’Entracte. Un must !

Un troisième opus mettant en scène le duo jacobsien a vu le jour en 2008 : Le Sanctuaire de Gondwana. En dehors de sa participation à la série Blake et Mortimer, il travaille avec de nombreux grands scénaristes comme Pierre Christin (Léna), ou encore Yann (Mezek). (Source Galerie Daniel Maghen)


 

L'histoire :

Louise est belle, mais elle n’a pas de rideaux à ses fenêtres qui donnent sur une voie de métro. Et un matin, une rame se trouve en panne juste devant et les usagers ont une vue prenante sur la belle dans le plus simple appareil…

 
Deux hommes tombent sous le charme, Victor et Armand. C’est Victor qui attaque le premier mais Armand qui conclut. Mais un beau jour réapparaît le cahier bleu, un journal intime qui va largement envenimer la situation de couple et les rapports entre les deux hommes.


On découvre un petit bout de la vie de cette jolie québécoise dans un Paris moderne (1992). (Source : coin bd)

 

Ce que j'ai aimé :

Je n'ai pas été pleinement enthousiasmée par cette BD. L'intrigue tourne autour d'un triangle amoureux avec en son centre la belle Louise femme libérée qui s'offre au gré de ses coups de coeur. En laisant ainsi au bord du chemin des coeurs brisés, lapidés, trahis. Les hommes jouent avec le hasard pour la rencontrer, laissant croire que le destin peut provoquer des rencontres, en réalité souvent savamment orchestrées. On ne joue pas impunément avec le hasard, les deux hommes  vont l'apprendre à leurs dépens. 

cahier-bleu-3.jpg


La deuxième partie de l'intrigue se concentre sur le meurtre de l'un des protagonistes, mais malheureusement, sans nous donner le fin mot de l'histoire. Je pensais que la suite "Après la pluie" m'éclairerait, mais point du tout, l'intrigue de cette pseudo-suite part dans une autre direction.

Les dessins sont très classiques, aux lignes précises et aux couleurs sans surprise.

cahier-bleu-2.jpg

 

Vous aimerez aussi :

Du même auteur : Après la pluie

 

BD Mango bleu

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
Y
Je n'en ai pas gardé grand chose non plus...
Répondre
Z
Une BD que j'avais noté pour Juillard dont j'aime généralement bien le trait très classique. Maintenant, ce que tu dis de l'intrigue et de la fin me rebute un peu. A voir...
Répondre
H
Je suis passée à la nouvelle version d'over blog, ce qui produit quelques bugs ;)
Répondre
H
Et bien voilà, encore un souci que je n'avais pas vu.. Si tu trouves la solution, je suis preneuse. Tout comme centrer les images incluses dans le texte...
L
Tu m'étonnes. Pas facile cette nouvelle version. Je n'ai d'ailleurs toujours pas compris comment changer mes photos de couvertures de mes lectures en cours sur la droite.
N

Je l'ai eue entre les mains et finalement je l'ai reposée... Aucun regret !
Répondre
H


Oui tu as bien fait !



L

Je l'ai lu et j'ai le vague souvenir que quelque chose m'avais un peu déçu à la fin.
Répondre
L
Hélène je vois bien que tu m'as répondu mais blanc sur blanc c'est pas facile à lire.
H


Ben oui, et pour cause : il n'y a pas de fin...



M

On m'en a dit tant de bien... J'y viendrai.
Répondre
H


Ou pas... 



E

Je l'ai lu il y a longtemps et je me rappelle surtout du graphisme
Répondre
H


L'histoire n'est pas marquante..



C

Moi elle me tente bien cette BD !
Répondre
H


J'attendrai ton avis...



J

J'ai beaucoup de mal avec ce dessinateur. Même sa série phare, "Les 7 vies de m'épervier"ne m'a jamais emballé.
Répondre
H


Tu me rassures. Je ne suis vraiment pas fan !