Le dernier des Weynfeldt de Martin SUTER

Publié le par Hélène

                                  dernier des weynfeldt

 ♥ ♥ ♥ ♥

 Un  roman aux rouages machiavéliques

  

  L’auteur :

 

Martin Suter est un écrivain suisse. Depuis 1991 il se consacre uniquement à l’écriture après un passage dans l’univers de la publicité et du journalisme. Ses romans connaissent un beau succès.

 

L’histoire :

 

Adrian Weynfeldt est expert en art et riche héritier d’une famille suisse fortunée. Célibataire, il mène une vie plutôt routinière entouré d’un cercle d’amis fidèles et d’une gouvernante qui lui facilite la vie. Sa rencontre avec Lorena, jolie voleuse ressemblant à l’ancien amour perdu d’Adrian, va venir bouleverser cet univers bien rangé…

 

Ce que j’ai aimé :

 

-          La façon dont l’intrigue se met en place, subtilement, doucement, rouage après rouage. La construction de ce roman est parfaitement maîtrisée, les évènements s’enchaînent avec brio et les rebondissements jaillissent à points nommés. Du grand art…

-          La peinture très subtile que fait l’auteur du monde de l’art et de l’argent : un des amis de Adrian cherche à lui vendre un faux Vallotton, et comme Adrian va découvrir la supercherie, il devra choisir que vendre : le vrai ou le faux ? S’amorce alors une réflexion sur l’argent qui donne souvent des lettres de noblesse aux œuvres comme à d’autres objets, ou même à des personnes comme Adrian…

 

« Que quelqu’un paie autant pour un tableau, ça suffit à le rendre authentique. » (p. 240)

 

-          Le portrait psychologique très fin d’Adrian : homme intègre, il est régi par des principes droits et ancrés profondément dans son histoire. Mais Lorena va venir ébranler cette façade si solide :

 

 « Oui, c’était compréhensible. Et tout ce qui se comprend se pardonne. N’est-ce pas ? C’était bien cela, non : tout ce qui se comprend se pardonne ?" (p.296)

  

Lui qui frôlait seulement les autres, gainé par son statut et son argent, va-t-il parvenir à se fissurer pour laisser entrer en lui une once de folie ?

 

Premières phrases :

 

« « Ne fais pas cela », voulut-il dire, mais ça ne marchait pas.

Adrian Weynfeldt avait le regard rivé aux poings blancs de la femme, des poings blancs et mouchetés de taches de rousseur. »

 

Vous aimerez aussi :

 

La double vie de Vermeer de Luigi GUARNIERI

 

Le dernier des Weynfeldt, Martin SUTER, Christian Bourgois Editeur, avril 2008, 339 p., 25 euros

POCHE : Le dernier des Weynfeldt, Martin SUTER, Points, mai 2009, 339 p. 7.50 euros

 

Kathel vous en parle.

Publié dans Littérature Europe

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Hélène Choco 11/10/2011 11:22



Si tu souhaites continuer chez Suter, la Face cachée de la lune est excellent. Je n'ai pas du tout aimé Lila, Lila, mais j'aime cet auteur qui fait des livres courts, efficaces, sans prétention.


Vu la maitrise qu'il semble posséder des drogues hallucinogènes, voilà un écrivain que j'aimerais interviewer...



Hélène 11/10/2011 11:33



Je n'ai effectivement pas lu "la face cachée de la lune", je le note.



Yv 04/09/2010 20:18



Je n'ai pas lu son dernier, mais j'ai beaucoup aimé Lila, Lila et La face cachée de la lune et encore Small World, mais ce sont dans ses premiers romans.



Hélène 04/09/2010 21:09



Je vais opter pour "small world" alors, on me l'a déjà conseillé cette semaine, c'est un signe.



Yv 04/09/2010 19:59



Ce n'est pas qu'il n'est pas attirant, contrairement à toi, je ne le trouve pas du tout charismatique. Trop faible pour tenir l'histoire entière. Enfin, pour moi, pour le moment, le moins bon des
Suter.



Hélène 04/09/2010 20:03



Je n'ai lu que "lila lila" et "un ami parfait" et je dois dire qu'ils ne m'ont laissé aucun souvenir... Je ne les avais pas autant appréciés. Mais je suis prête à en lire d'autres, as-tu lu le
dernier par exemple ?



Yv 03/09/2010 21:48



C'est le roman de Suter que je trouve le moins bon : Weynfeldt est mou, pâl et fade. loin des autres héros de Suter qui est un écrivain que j'aime beaucoup



Hélène 04/09/2010 11:14



D'accord Weinfeldt est froid est guindé mais je l'ai trouvé charismatique. Et puis les héros doivent-ils être toujours attirants ?



keisha 02/09/2010 08:29



Un auteur fort prisé sur la blogosphère et tu penses bien que c'est déjà noté!



Hélène 02/09/2010 08:46



Ce roman-là de Martin Suter est vraiment bien construit, j'en ai lu d'autres qui m'avaient moins emballés même s'ils étaient de qualité.



Alex-Mot-à-Mots 01/09/2010 18:59



Je viens de voir ton com. Si tu veux que je te l'envois, contactes-moi par mel.


A +



Hélène 01/09/2010 21:16



Il ne faut pas me le dire deux fois...



Kathel 01/09/2010 18:54



Si tu as aimé, les autres romans de cet auteur ne sont pas mal du tout, notamment Un ami parfait et Le diable de Milan.



Hélène 01/09/2010 21:16



J'ai lu je crois "un ami parfait", par contre je ne connais pas "le diable de milan", j'irai voir, merci.