Le jardin de Bertina HENRICHS

Publié le par Hélène

jardin

 

L’auteur :

Bertina Henrichs a publié La Joueuse d’échecs (Liana Levi, 2005), qui a rencontré un succès international et a été adapté au cinéma, et That’s All Right, Mama (Panama, 2008), également vendu dans plusieurs pays.

 

L’histoire :

Ultime bout de l’Europe. Au bord de l’Atlantique, durant un printemps maussade, Marthe prépare son jardin. Sa vie est devenue trop tranquille. Depuis la mort de son mari, Paul, les sollicitations se font rares, jusqu’à ce que s’introduise, dans sa boîte aux lettres, un prospectus qui chamboulera tout.

Le Jardin est l’histoire d’une opportune catastrophe.

 

Ce que j’ai aimé :

-          Les descriptions de la Bretagne et de la relation à la nature sont quelquefois magnifiques, et quelques autres passages valent le détour :

 

« Marthe avait soixante-cinq ans ; pourtant, elle essayait toujours de capturer de minuscules filets de temps, des tempuscules en quelque sorte. Observer cette mince frontière entre le non-existant et le déjà-certitude. Cette membrane fragile qui sépare le quotidien rassurant et répétitif de l’accidentel. Ce tout petit fragment de possibles, d’éventuelle tournure surprenante. Cette brèche presque imperceptible dans laquelle l’aventure aurait pu s’engouffrer. » (p. 12)

 

Ce que j’ai moins aimé :

-          Je n’ai pas saisi l’intérêt de cette histoire immobilière : un prometteur veut installer un parc d’attractions à proximité de l’allée où vit Marthe, si bien que un groupe va se lever pour aller à l’encontre de ce projet.  L’intrigue se résume à cela, s’enferre dans les détails, ne faisant qu’effleurer la relation qui s’instaure entre Marthe et Hans.

 

-          Cette relation est d’ailleurs très caricaturale : ils ne s’aiment pas au premier abord, (on se croirait presque chez Harlequin…) (oui, depuis mardi dernier, je suis devenue une pro des Harlequins...) en raison d’a priori  qui volent évidemment rapidement en éclats.

 

Une déception...

 

Premières phrases :

 

« Terre de départ, terre d’accueil. Ultime bout  de l’Europe. La Bretagne semble avoir calqué sa rugosité sur celle de l’Océan. A force de se côtoyer depuis toujours, ils se ressemblent. »

 

Vous aimerez aussi :

 

Du même auteur : La joueuse d’échecs de Bertina HENRICHS

Autre : Photo de groupe au bord du fleuve de Emmanuel DONGALA

 

 

D'autres avis :

 

 

Stephie

 

Le jardin, Bertina HENRICHS, Le cherche Midi, 2011, 254 p., 17 euros

 

 challenge 1% littéraire

 

 challenge voisins voisines

Publié dans Littérature Europe

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Fransoaz 22/09/2011 11:22



"la joueuse d'échecs" fut un grand moment de bonheur alors bien sûr les retrouvailles avec l'auteure seraient pour moi aussi pleine d'appréhension.


Je repars d'ici avec, dans ma besace, le mot "tempuscule" que j'aime bien; toujours ça de pris!



Hélène 22/09/2011 13:46



Il faut dire quand même que la barre était haute !



Kathel 17/09/2011 16:53



Eh bien, cela ne semble pas passionnant, j'epsère que tu as enchaîné sur une lecture plus réjouissante !



Hélène 19/09/2011 08:50



Les lectures réjouissantes se font rares en ce moment...



clara 17/09/2011 09:48



Je suis arrivée à lamoitié et je suis empêtrée...



Hélène 17/09/2011 09:54



Je vais te dire : ça ne va pas s'arranger, laisse tomber !



Alex-Mot-à-Mots 16/09/2011 16:34



Bizarre, en tout cas, de voir la mer sur la photo et de lire "le jardin".... Je comprends mieux, maintenant.



Hélène 16/09/2011 18:50



Oui les deux sont présents.



sylire 16/09/2011 13:20



J'avais bien aimé son précédent mais là, je crois que je vais passer mon chemin...



Hélène 16/09/2011 18:51



J'ai été vraiment déçue, tant j'avais apprécié la "joueuse d'échecs"... passe ton chemin effectivement !



Stephie 16/09/2011 09:28



Moi je l'ai lu avec plaisir même si au fond je suis complètement d'accord avec ce que tu dis. Des idées, mais rien d'abouti au final.



Hélène 16/09/2011 09:30



J'ai été sans doute plus dure que toi car j'avais vraiment adoré "la joueuse d'échecs", un roman que j'ai lu au moins trois fois... Et là, on en est loin...