Le mardi c'est permis

Publié le par Hélène

sans-un-adieu.jpgCette semaine je me suis intéressée aux  meilleures ventes de romans policiers et notamment au maître du genre : Harlan Coben. J’ai donc opté pour le dernier sorti en poche « Sans un adieu ».

Ca commençait mal car dans l’avant propos  l’auteur a devancé mes critiques en soulignant qu’il s’agissait d’une « œuvre de jeunesse », écrite quand il était encore je cite « ingénu » (non ce n’est pas une blague, il n’est plus ingénu…) :

« Je suis sans doute trop sévère, mais ne le sommes-nous pas tous avec nos œuvres de jeunesse ? Rappelez-vous cette dissertation que vous avez commise au lycée : vous avez eu la meilleure note de la classe, le prof a parlé d’ « inspiration », et puis, un jour, vous tombez dessus en fouillant dans un tiroir, vous la relisez et vous vous dites, atterré : « Bon sang, mais qu’est-ce qui m’a pris ? » » dit-il.

Du coup maintenant il a trouvé la solution : il ne relit pas ses romans, parce qu’on a beau dire les bonnes notes comme les bonnes ventes, on s’y habitue très vite…

Bref je me souviens d’avoir lu dans ma prime jeunesse quelques romans de lui, et sincèrement, je n’ai pas vu de différences entre ces œuvres plus « matures », et ce "jeune" roman…

L’histoire est on ne peut plus alléchante : prenez un couple béni des dieux tous les deux beaux et …c’est tout, beaux quoi. Ah non riches aussi, ça c’est important, très riches même. Quand même Laura « n’était ni aveugle ni stupide. Elle n’avait qu’à se regarder dans une glace pour comprendre ce que les autres lui trouvaient. Peu à peu, elle finit par accepter sa beauté. Par l’un de ces étranges retournement du destin, l’écolière ordinaire et boulotte était devenir top model. Tout le monde voulait l’approcher, lui ressembler… voilà que soudain elle avait des amis partout. Elle en vint à se méfier des gens, à douter de leurs motivations réelles. » (p. 28) Donc nous dirons beaux, riches et un peu intelligents... (un peu)

Enfin bref Laura a trouvé David –ou l’inverse je ne sais plus- et ils passent tout le début du roman à se dire des choses très intelligentes et profondes :

David :  « Je t’aime, laura. Plus que tu ne saurais l’imaginer. » (p.63) « Tu crois que ta beauté m’aveugle, qu’on ne peut t’aimer que pour ton physique ? Conneries tout ça. » (p.108)

Laura :  « Je te promets de prendre bien soin de toi » (p.21)

David « Vieillissons ensemble, Laura, et je te promets de te rendre heureuse jusqu’à la fin des temps. » (p.22)

Laura : « Je ne laisserai pas mon mari ne serait-ce qu’une seconde. » (p.19)

David : « T’ai-je dit que tu avais des jambes superbes ? » (p.19)

Laura : « J’ai peur de ce que je ressens, hoqueta-t-elle, la poitrine secouée de sanglots. Je t’aime tellement. » (p.109)

David : « Bas noirs et porte-jarretelles sont sur le lit. Mets-les et attends-moi, ma petite coquine. » (p.31)

David : « Je t’aimerai toujours, ne l’oublie pas. » (p.32)

Avez-vous bien compris ? Je pense que c’est essentiel de comprendre combien l’amour de David pour Laura et de Laura pour David est profond, sinon vous ne pourrez pas suivre la suite de l’histoire, donc est-ce bien clair ou vous en voulez encore ??? Allez pour le plaisir :Laure : "Ne me quitte plus jamais, murmura-t-elle.

David : -Jamais. je te le jure." (...) "Je t'en prie, dit-il d'une voix douce, jure-moi que ce n'est pas un rêve."

Mais bababoum, malheur : David va mystérieusement disparaitre  (vous me direz face à tant de mièvreries, moi aussi je serais tentée de disparaitre...)

Bref, c’est là que commencent le « Suspense magistral, intrigue machiavélique à souhait, tension psychologique à son comble. » annoncés par l’éditeur.

Suspense magistral :

 « Comment aurait-elle pu savoir qu’elle ne les reverrait jamais ensemble ? » (p. 481)

"Puis elle le regarda repartir en emportant son bien le plus intime, sans savoir qu'elle ne le reverrait jamais." (p. 330)Mais que va-t-il bien pouvoir se passer ??? Suspense...

Tension psychologique à son comble :

« Comment as-tu pu faire une chose pareille à papa ? Comment  as-tu pu lui mentir ainsi ? » oui, comment ????

«  A situation désespérée, solution désespérée. Dans ce cas, ça signifiait tuer. Il ne reculerait pas devant l’horreur de la tâche. Ses sentiments personnels devaient être mis de côté. » (p. 531) Oui vas-y tue-le...

Intrigue machiavélique à souhait :

« Son cœur cognait dans sa poitrine. La vérité se révélait encore plus tragique que tout ce qu’elle avait jamais pu imaginer. » (p. 513) Ah ça ! Si vous saviez ! Du grand art ....

Et la conclusion nous éclaire brillamment sur le monde et ses mystère : « Comme Judy le reconnaissait elle-même, l’amour rendait aveugle ; méchant et égoïste. Poussait à faire des choses dont on ne se serait jamais cru capable. » (p. 496)

Je vais vous dire, quand je sais que ce roman fait partie des meilleures ventes, moi ce qui me fait peur, ce n'est pas la disparition de David, mais l'existence de lecteurs capables de supporter ces pages...

 mardi tout est permis

Commenter cet article

Marie 07/10/2011 14:30



Ce n'est pas vraiment de la littérature. Ca me procure le même moment de détente que lorsque je m'écroule parfois parfois sur le canapé, le cerveau complètement anesthésié, pour
regarder une série américaine à la télé... 


 



Hélène 07/10/2011 15:29



Oui sauf que certaines séries américaines sont bien meilleures...



Marie 07/10/2011 13:38



Un aveu : j'adore lire Harlan Coben, surtout lorsqu'il s'agit des aventures du beau Myron Bolitar. Le seul problème est que j'oublie ces polars dans les jours qui suivent leur lecture... et
je ne suis même pas capable de dire si j'ai lu celui-ci ou pas !!!!  


 



Hélène 07/10/2011 13:42



C'est un peu de la littérature "kleenex" non ?



Karine:) 07/10/2011 12:31



Pas très tentant, en effet ;))  Je n'ai lu qu'un Harlan Coben, que j'avais trouvé pas mal mais sans plus, si ma mémoire est bonne...



Hélène 07/10/2011 13:27



Oui comme tu dis, vraiment "sans plus"...



papillon 05/10/2011 10:29



J'en ai lu un (il y a déjà un moment ) : l'écriture n'était pas terrible mais le suspense haletant, c'était "Ne le dis à personne " et pendant les vacances. Je l'avais dévoré en une nuit. Mais je
n'ai jamais retenté l'expérience. Dans le même genre, j'ai tenté maxime Chatham et je n'ai pas pu terminer tellement ça m'a peru mauvais...



Hélène 05/10/2011 11:28



Je crois que pour Coben, quand tu en as lu un, tu les as tous lus... Pour Chattam , je n'ai pas accroché non plus.



Stephie 05/10/2011 00:01



Ce qui fait peur c'est de se dire que c'est sans doute un de ses meilleurs pourtant. Comprenne mon commentaire qui pourra, rires !



Hélène 05/10/2011 11:28



Je vois ce que tu veux dire...



Anne(De poche en poche) 04/10/2011 18:27



Merci Hélène de me faire part de ton enthousiasme de me revoir sur la blogosphère. Franchement aucune de nous toutes ne se ferra huer, du moins je l'espère, parce que nous donnons nos avis bien
différents les uns des autres. Ce sont des débats plutôt constructifs dans l'ensemble. On ne peut pas tous aimer la même chose de part notre sensibilité et notre vécu. D'ailleurs j'ai bien aimé
les interventions d'Attila que je ne connais pas. Et puis avec un article comme le tien ou l'humour est utilisé à bon escient sans méchanceté, c'est agréable.



Anne(De poche en poche) 04/10/2011 18:14



Je pense que je vais me faire huer mais j'ai lu ce policier dernièrement et je ne peux pas dire que je l'ai détesté. En effet, la façon dont tu as construit ton article n'est pas très avantageuse
pour l'histoire et l'auteur. Mais comme tu l'as dit au début, il l'a écrit, il y a 20 ans et ne l'a pas relu depuis donc je pense qu'on peut lui pardonner le fait que ce n'est pas du tout son
meilleur livre. Mias pour les puristes et/ou les fans de cet auteur, c'est peut-être intéressant de connaître son style du début. Par contre, je reconnais que je me suis bien amusée à lire ton
article. 



Hélène 04/10/2011 18:16



Sincèrement, je pense que tu es plus dans la norme que moi et que je suis celle qui va se faire huer.... en tous cas je
suis très heureuse de te revoir parmi nous, je n'avais pas eu l'occasion de te le dire, c'est fait !!!



Leiloona 04/10/2011 16:37



Pas le meilleur de Coben, comme il le dit lui-même.


Je ne pense pas que ce soit le pire auteur, d'ailleurs...


 



Hélène 04/10/2011 17:56



Pas le pire sinon il ne marcherait pas aussi bien, il connait les ficelles, mais vraiment pas ma tasse de thé...



Tiphanie 04/10/2011 13:10



C'est effectivement parfois dur d'avouer qu'on n'aime aps quelque chose qu'à priori tout le monde encense ^^



Hélène 04/10/2011 13:26



Pour Harlan Coben , j'assume totalement... surtout que je ne pense pas êtrela seule dans ce cas...



attila 04/10/2011 12:59



en réalité pour moi il y a une grille de lecture du monde qui ne se dément pas : d'un côté ceux qui adulent Boris VIAN ( et particulièrement l'Ecume des jours),  ceux qui aiment Francis
Scott FITZGERALD et Céline .......et de l'autre côté : tous les autres 


et comme toi je préfère ceux qui ne les ont pas lu ( on peut encore les sauver ....) à ceux qui n'en sont pas amoureux, ou hypnotysés ou fascinés etc ..... ( ceux là sont êtres étranges pour moi
..... et difficilement récupérables, même si, dans ma grande mansuétude, j'accepte encore de parler à certains d'ente eux !!!



Hélène 04/10/2011 13:23



Je vois ce que tu veux dire, moi aussi je parle aux allergiques de Proust... mais je n'en pensepas moins !!



jerome 04/10/2011 12:35



Jamais lu Harlan Coben. C'est ballot mais je préfère Kurt Cobain.



Hélène 04/10/2011 12:50



Ah oui ? Toi aussi ?



attila 04/10/2011 12:29



je suis d'accord sur le fait qu'ils ne sont certes pas nombreux .....mais même s'il n'y en avait qu'un ...... ça vaudrait le coup, non ?


et puis, COBEN, même si c'est pas la crème du meilleur du haut du panier .... c'est pas non plus, le pire du pire du pire ...... si ???


enfin, je te dirais ( avec le rouge aux joues tellement la honte de cette pensée me consumme) que je suis assez contente que le monde entier ne soit pas recouverts de lecteurs ..... ça
permet de faire un tri !!! mais je suis morte de honte d'écrire et de penser un truc pareil



Hélène 04/10/2011 12:48



Non Coben n'est pas le pire du pire, la preuve j'ai quand même réussi à finir son roman...


Mais pour reprendre ton idée de tri, j'aurais plus tendance à fuir quelqu'un qui me dit ne lire que du Pierre bellemarre ou Levy et confrères, que quelqu'un qui ne lit pas... (ce
qui soit dit en passant est un tri tout aussi aléatoire...)



attila 04/10/2011 11:47



je comprends ton point de vue mais c'est la même chose pour tous les arts mineurs ou majeurs ..... entre nous : trouves tu normal que "bienvenus chez les chtis" comptent 20 millions d'entrée
quand certaines perles ne sont dsitribuées que dans quelques salles confidentielles ??? idem pour la peinture, la musique etc .....


c'est l'éternel débat du commercial et du non commercial ....


je me dis qu'au moins les milliers ( millions ???) de lecteurs de Coben auront au moins lu un livre dans l'année ... et que peut être,  pour une partie infinitéssimale d'entre eux, ils se
retrouveront d'ici quelques temps avec "le voyage au bout de la nuit" entre les mains .....


la littérature est un escalier et pour finir tout en haut, il faut un jour avoir posé le pied sur la première marche ( ce n'est pas de moi mais j'ai oublié le "père" de cet image que je trouve
très pertinente ...)


certains s'arrêtent sur la première marche, d'autres vont jusuq'en haut  et .....certains prennent l'ascenceur !!!!


moi, je monte et je descends, je me pose quelques instants sur une marche et je remonte puis, victime de la maladie des sommets ( où l'oxygène est si rare) je redescends, respirer facilement un
air plus ou moins pur, sans me poser de question.



Hélène 04/10/2011 11:56



Je ne suis pas persuadée que nombreux sont les gens qui, comme toi, ne se cantonnent pas à la facilité de la première marche et tentent une ascension culturelle... Et je trouve cela dommage car
je pense que ces lectures aux clichés abondants influent plus qu'on ne le croit sur la vie des gens et sur leurs pensées. Et c'est aussi cela qui m'effraie... La bêtise est un virus
malheureusement très contagieux...



attila 04/10/2011 11:29



bon ben là tu me piques au vif !!!!! j'ai également acheté ce Coben qui vient de sortir en poche .....parceque en général avec Coben je passe toujours un bon moment ...... c'est vrai qu'il n'y a
là rien de transcendant ou de révolutionnaire .... mais c'est une des couleurs de l'arc en ciel littéraire ... c'est toujours construit de la même manière : oui, mais c'est plutôt  bien
construit et efficace ..... non ???


alors pour l'instant je ne l'ai pas encore lu ....... ben oui, je lis trop de billets, sur trop de blog qui me contraignent à mon corps défendant à une fuite en avant, à une boulimie de lecture,
jusqu'à prendre peur à l'idée de finir étouffée sous une pile de livres "à lire" ........


mais comme je suis sagittaire ( "quand j'aime une fois, j'aime pour toujours" ...) je lirai celui-ci et j'en sortirai sûrement détendue avec l'impression d'avoir siroté une grenadine à la
terrasse du coin avant d'aller me jeter un bon Cognac XO ....... dans une librairie !


mais je dois reconnaître que bcp de lecteurs, ex fans de Coben, semblent partager ton point de vue .... un peu comme Stephen KING à une époque ; il semble qu'il traverse une mauvaise passe mais
....... "ne le dis à personne" !



Hélène 04/10/2011 11:36



Qu'on en lise un de temps en temps, je ne dis pas, mais ce qui me choque est qu'il soit tellement lu qu'il est dans les meilleures ventes, alors que tant de romans de qualité sont oubliés...



Yv 04/10/2011 11:14



Bine vu, bien dit, et frot drôlement ! Je n'ai lu de lui que Ne le dis à personnes (bien avant de voir le film) et j'ai ensuite tenté un autre qui m'est littéralement tombé des mains. Tu
confirmes que les grosses ventes ne riment pas vraiment avec qualité !



Hélène 04/10/2011 11:17



C'est malheureusement souvent le cas, et c'est bien triste mon pôv'monsieur...



keisha 04/10/2011 10:13



Il y a trois ans, je titrais un billet sur un de ses romans "le problème avec Coben"... qui était que c'est bien fait mais toujours pareil, donc adieu, depuis!



Hélène 04/10/2011 10:19



Adieu aussi pour moi, et sans regrets...



Sandrine(SD49) 04/10/2011 09:44



Ma LAL te remercie, je viens de barrer un titre qui était noté dessus, visiblement il y en a qui aiment puisque j'avais même fait une croix devant, mais j'ai tellement d'autres envies de lecture
que celui-ci se passera de moi ....



Hélène 04/10/2011 09:45



Tu fais bien de l'éviter...



Hélène Choco 04/10/2011 09:37



J'ai eu des remarques sur certains de mes avis, mais tant qu'un avis négatif est étayé et pas agressif, je pense qu'il faut le dire (et avec de l'humour c'est encore mieux). Comment choisir un
livre si tous les avis sont positifs??


Celui de Liliba n'est pas mal non plus ce matin effectivement! :-)



Hélène 04/10/2011 09:42



Tout à fait d'accord...



Liliba 04/10/2011 09:06



Génial, enfin une blogueuse qui pense comme moi et qui ose le dire !!!!


Bravo pour ce billet qui m'a valu mon premier éclat de rire du matin !


Chez moi, c'est plus gore...



Hélène 04/10/2011 09:26



Je pense que je ne vais pas me faire que des amies, mais j'assume !!!



Hélène Choco 04/10/2011 09:05



Ton billet est très drôle!


C'est marrant, je me fais le même genre de remarque (ou je les fais à mon homme, ravi que j'interrompe sa lecture pour écouter mes commentaires ironiques ) quand je lis un bouquin que je trouve... nul.... (oui ça arrive souvent même si je ne le dis jamais comme ça sur le blog!)


très belle journée!


Hélène / Littérature et chocolat



Hélène 04/10/2011 09:27



Merci. je trouve intéressant d'avoir aussi sur les blogs des avis négatifs quand ils sont justifiés et pas seulement une affaire de goût.