Les trois lumières de Claire KEEGAN

Publié le par Hélène

les-trois-lumieres-2579582-250-400

♥ ♥ ♥ ♥

Un récit qui va droit au cœur.

 

L'auteur :

Claire Keegan est née en 1968 en Irlande. Elle a grandi dans une ferme du comté de Wicklow, qu’elle a quittée pour aller étudier à La Nouvelle-Orléans et au pays de Galles. Également diplômée du Trinity College à Dublin, elle vit aujourd’hui près de Sligo. L’Antarctique, son premier recueil de nouvelles paru en mai 2010 chez Sabine Wespieser éditeur, a remporté un beau succès. Foster (Les Trois Lumières) a été publié dans le New Yorker en février 2010, puis édité comme texte isolé par l’éditeur anglo-saxon de Claire Keegan, Faber and Faber. Cette longue nouvelle a été couronnée par le prix le plus prestigieux du monde anglophone pour les textes courts, le Davy Byrnes Award. À paraître en 2012, chez le même éditeur, Walk the Blue Fields (À travers les champs bleus), son deuxième recueil de nouvelles. (Source : Fnac)

 

L'histoire :

Dans la chaleur de l’été, un père conduit sa fille dans une ferme du Wexford, au fond de l’Irlande rurale. Bien qu’elle ait pour tout bagage les vêtements qu’elle porte, son séjour chez les Kinsella, des amis de ses parents, semble devoir durer. Sa mère est à nouveau enceinte, et il s’agit de la soulager jusqu’à l’arrivée du nouvel enfant.

Au fil des jours, puis des mois, la jeune narratrice apprivoise cet endroit singulier, où la végétation est étonnamment luxuriante, les bêtes grasses et les sources jaillissantes. Livrée à elle-même au milieu d’adultes qui ne la traitent pas comme une enfant, elle apprend à connaître, au gré des veillées, des parties de cartes et des travaux quotidiens, ce couple de fermiers taciturnes qui pourtant l’entourent de leur bienveillance. Pour elle qui n’a connu que l’indifférence de ses parents dans une fratrie nombreuse, la vie prend une nouvelle dimension. Elle apprend à jouir du temps et de l’espace, et s’épanouit dans l’affection de cette nouvelle famille qui semble ne pas avoir de secrets. Certains détails malgré tout l’intriguent : les habits dont elle se voit affublée, la réaction de Mr Kinsella quand il les découvre sur elle, l’attitude de Mrs Kinsella lors de leurs rares sorties à la ville voisine…

Claire Keegan excelle à éveiller l’attention de son lecteur sur ces petites dissonances où transparaît le désarroi de ses personnages, en apparence si maîtres d’eux-mêmes. Explorant avec le talent qui lui est coutumier les failles du quotidien, elle brosse ici le portrait magnifique d’une enfant qui apprend à grandir entourée d’adultes mystérieux et d’une nature dont la beauté coupe le souffle. (Source : Fnac)

 

Ce que j'ai aimé :

Quand sa mère l'envoie chez les Kinsella, elle ponctue son départ d'un phrase assassine « ils la garderont autant qu'ils voudront », une phrase terrible à entendre pour une enfant. Mais la jeune narratrice n'est pas une enfant qui s'épanche, elle va là où on lui dit d'aller, craintive peut-être, mais obéissante.

Mais ses craintes vont rapidement s'estomper et un nouveau monde va s'ouvrir à elle, un monde dans lequel les adultes vous prennent par la main, se soucient de votre bien-être et de votre apparence, un monde de tendresse, un monde sans honte et sans violence. Et elle se prend à espérer que ce monde-là puisse être le sien.

Avec une économie de mots, Claire Keegan dit l'essentiel de l 'enfance irlandaise difficile de cette enfant. Elle procède par petites touches, distillant les informations, de la même façon qu'une enfant glâne des brides de conversation pour deviner ce que cachent les adultes. Elle s'attache à décrire des scènes somme toutes banales, un bain mousseux, des tâches ménagères menées dans la bonne humeur, une caresse distraite, d'une enfant qui réapprend à rire, à vivre sans menace sans cesse planant au-dessus de son âme.

Un court roman remarquablement touchant, un hymne à l'enfance et à l'innocence.

 

Ce que j'ai moins aimé :

-rien.

 

Premières phrases :

« Tôt un dimanche, après la première messe à Clonegal, mon père, au lieu de me ramener à la maison, s'enfonce dans le Cwexford en direction de la côte d'où vient la famille de ma mère. C'est une journée chaude, radieuse, avec des zones d'ombre et de brusque lumière verdâtre sur la route. »

 

 

D'autres avis :

Babélio avec 98 critiques ! http://www.babelio.com/livres/Keegan-Les-Trois-Lumieres/251982/critiques

Lu dans le cadre du Blogoclub

 

Les trois lumières, Claire Keegan, traduit de l'anglais (irlande) par Jacqueline Odin, 10/18,

 

blogoclub

Publié dans Littérature Europe

Commenter cet article

yuko 18/09/2013 11:04


Un petit livre dont je ne garde que la tendresse et la douceur. Une très bonne surprise en i peu de pages :)

Hélène 18/09/2013 19:27



Une petite merveille ..



Nadael 05/09/2013 15:25


Toujours pas lu cette auteure, tu me tentes, tu me tentes...

Hélène 06/09/2013 08:21



Ne résiste pas...



claudialucia Ma librairie 03/09/2013 18:02


Je vois que tu l'as beaucoup plus apprécié que Nuala O Faolain! Tu me donnes envie de le découvrir.

Hélène 04/09/2013 08:14



Oui je m'ennuyais avec Nuala, et je ne regrette pas d'avoir changé d'option...



Yv 03/09/2013 15:24


Très bon petit roman, même moi j'en redemanderai bien un peu plus, c'est dire...

Hélène 04/09/2013 08:14



Je te comprends;..



kathel 02/09/2013 17:31


Oui, quelle magnifique atmosphère... 

Hélène 02/09/2013 21:14



Lumineuse !



clara 02/09/2013 08:38


Un livre lumineux et sensible ! 

Hélène 02/09/2013 08:39



Oui une vraie merveille !



jerome 01/09/2013 19:09


Un court roman en tout point ramrquable, tu as bien raison. Un bijou !

Hélène 01/09/2013 20:40



Exactement, un bijou !



Alex-Mot-à-Mots 01/09/2013 18:07


Un roman trop court pour moi. Dommage.

Hélène 01/09/2013 18:38



Il est vrai qu'il est très court, mais tellement puissant !



Marilyne 01/09/2013 11:57


Ah, mon grand coup de coeur toutes catégories, un de mes livres péférés, un bijou... J'espère que tu liras les recueils de Claire Keegan, si ce n'est déjà fait. " A travers les champs bleus " est
splendide.

Hélène 01/09/2013 18:39



Je vais me jeter sur celui que tu cites !!! merci !



Lou 01/09/2013 11:53


J'ai lu pour ma part "L'Antarctique" du même auteur pour aujourd'hui, une belle découverte, mais j'avoue que ton billet me donne particulièrement envie de découvrir ce roman, que j'avais déjà
repéré sans trop faire attention au sujet. Je retrouve bien le genre de thématique que j'ai pu croiser lors de ma lecture mais le fait de suivre ces personnages durant tout un roman me tente
beaucoup.

Hélène 01/09/2013 18:39



C'est un court roman, proche d ela nouvelle, mais très beau !



sylire 01/09/2013 10:48


Un bon souvenir de lecture pour moi aussi

Hélène 01/09/2013 18:39



merci de m'avoir permis de la découvrir par la biais du blogoclub !



capucine 01/09/2013 09:49


Bon ,je vois ce qu'il me reste à faire : passage chez mon libraire dès demain ! Merci Hélène .

Hélène 01/09/2013 18:40



Oh oui il va te plaire tu verras...



Aifelle 01/09/2013 08:24


J'ai énormément aimé ce petit roman, je compte bien poursuivre avec l'auteure

Hélène 01/09/2013 18:40



Moi aussi !



Anis 29/08/2013 21:39


Moi aussi j'avais adoré : elle a vraiment l'art de l'ellipse.

Hélène 31/08/2013 17:32



Exactement, en peu de pages, elle dit tout !



luocine 29/08/2013 20:32


j ai adoré ce livre , et je l'ai perdu car prêter à qulqu'un qui n em el'a pa srendu


et j 'aurais aimé lui faire une place dans ma bibliothèque, la pudeur des sentiments est remarquable, moi qui sort d'un roman de 700 pages je peux dire qu'il en faut parfois beaucoup moins pour
en dire beaucooup plus!


Luocine

Hélène 31/08/2013 17:34



Rachète le pour le garder près de toi... Cela m'arrive souvent qu'on ne me rende pas les livres, mais je me dis que le livre a eu ainsi une nouvelle vie, un renouveau, il a  conquis d'autres
lectrices et c'est au fond ce partage qui est beau...



cathulu 29/08/2013 18:32


J'adore ton titre, c'est tout à fait ça!:)

Hélène 31/08/2013 17:35



Un roman qui m'a beaucoup touchée !