Mary Ann en automne, Chroniques de San Francisco, tome 8 de Armistead MAUPIN

Publié le par Hélène

mary ann en automne

 

 

 L’auteur :

 

Armistead Maupin est un écrivain américain rendu célèbre par le feuilleton qu'il écrivit pour le journal The San Francisco Chronicle, publié sous la forme de romans sous le titre Les Chroniques de San Francisco.

 

L’histoire :

 

Après vingt ans d’exil à New York, Mary Ann revient sur les lieux de sa jeunesse à San Francisco. Trompée par son mari, atteinte d’un cancer, elle a décidé de se battre pour changer de vie. Elle est hébergée par son ami de toujours, Michael « Mouse » Tolliver, et retrouve la légende du 28, Barbary Lane, Anna Madrigal, qui n’a perdu ni sa vivacité d’esprit ni son énergie malgré ses 80 ans.

 

Ce que j’ai aimé :

 

-          J’ai retrouvé avec plaisir le charme de ces Chroniques de San Francisco que j’avais dévorées à leur sortie en 1998. Parues initialement sous forme de feuilleton, elles ont tout l’attrait des séries télévisées : dépaysantes, rapidement consommées, dotées de personnages attachants que l’on suit avec intérêt au fil des épisodes, drôles et légères, quelquefois plus graves, bref un divertissement pur et toujours bienvenu…

 

-          Ce dernier opus campe des personnages plus âgés (Mary Ann a désormais 57 ans) confrontés à une nouvelle phase de leur vie qu'ils n'aborderont pas de la même façon.

 

Ce que j’ai moins aimé :

 

-          Le personnage de Mary Ann est un des moins sympathiques de ces chroniques et je n’ai toujours pas réussi à m’intéresser à elle…

 

-          La légèreté du ton, de l’écriture en font un roman contournable. Je vous conseillerais plutôt de commencer par les premiers tomes des Chroniques, si vous ne les connaissez pas encore.

 

Premières phrases :

 

« Si seulement il y avait un terrier de lapin, se disait-elle. Si seulement il y avait un truc avec cette colline, un souvenir sensoriel – la vue sur l’île d’Alcatraz, par exemple, les cornes de brume ou l’odeur des planches moussues sous ses pieds – qui lui permettrait de renouer avec son paradis perdu. »

 

Vous aimerez aussi :

 

Du même auteur : Les chroniques de San Francisco

Autres : Le Gay Savoir, série de cinq romans de Michel TREMBLAY :

La Nuit des princes charmants (1995) ;

Quarante-quatre minutes, quarante-quatre secondes (1997) ;

Le Cœur découvert (1986) ;

Le Cœur éclaté (1993) ;

Hôtel Bristol New York, N.Y (1999) ;

 

D'autres avis :

 

In cold blog

 

Mary Ann en automne, Armistead MAUPIN, traduit de l’anglais (EU) par Michèle Albaret-Maatsch, Editions de l’Olivier, mai 2011, 316 p.,

 

capture-d ecran-2010-07-15-a-12-49-41[1]

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
T


Je suis surpris que, sous prétexte qu'un personnage ne soit pas très sympathique, on ne puisse s'y intéresser ! C'est au contraire, à mon avis, un personnage intéressant dans la mesure où c'est
vraiment la seule qui ait tourné le dos à ses amis. Et puis, elle se rend bien compte que c'est une erreur !



Répondre
H


Je ne pense pas qu'il y ait que le personnage qui m'ait déplu, c'est un ensemble qui fait que j'ai bien apprécié cette lecture mais pas totalement adoré...



M


Je les ai dévorées il y a plus de dix ans et je viens seulement d'acquérir le tome 7. Mais comme je vais à San Francisco cette année, j'ai envie de les relire !



Répondre
H


Oui ce sera agréable de visualiser les endroits dont il est fait mention...



I


J'ai dévoré les 6 premiers tomes mais je crois que je ne lirais pas la suite. J'ai peur que la magie soit partie et tu aurais plutôt tendance à me le confirmer.



Répondre
H


Je confirme...



B


J'ai un bon souvenir (lointain) de cette série, mais il me semble que je me lassais un peu à la fin, donc autant en rester là.



Répondre
H


Tu risques d'être déçue effectivement si tu lis cet opus là... La série s'essouffle



Y


Un auteur que malgré sa notoriété je n'ai toujours pas lu.



Répondre
H


Tu peux t'en passer je pense.



A


Je n'avais pas aimé plus que cela le tome 1, trop daté années 70-80 à mon goût. Du coup, je n'ai pas persévéré.



Répondre
H


Je les avais bien appréciés, surtout pour le lien entre els personnages.



K


J'ai beaucoup aimé les 4 ou 5 volumes des Chroniques que j'ai lus, maintenant ils ne me tentent plus guère sauf peut-être si je prévoyais un voyage à San Francisco !



Répondre
H


Je te comprends, il vaut mieux s'arrêter effectivement si la lassitude est au rendez-vous.



A


Je ne me suis pas précipitée sur ce roman parce que j'ai peur de casser la magie des premiers tomes. Et puis j'ai pas mal oublié, il faudrait d'abord que je relise la série et je n'ai pas
vraiment le temps en ce moment



Répondre
H


Et bien tu as bien fait.


Nul besoin de connaître par coeur les personnages, ce tome peut vivre seul.



Z


8 tomes??? J'étais persuadée qu'il n'y en avait que 3. Il va bien falloir que je m'y mette un jour... HS: je me réjouis de lire ton avis sur Trop n'est pas assez que je zieute à chacun de mes
passages en librairie.



Répondre
H


Tu peux en lire un pour te faire une idée.


Pour "Trop n'est pas assez" ce sera demain.. patience...



I


C'est vrai que Mary Ann n'est pas un personnage très sympathique. Mais j'ai trouvé qu'elle essayait de se racheter dans cet opus et elle m'a semblé sur le chemin de la rédemption.



Répondre
H


J'ai trouvé sa rédemption un brin forcée... Elle reste très égocentrique malgré tout...



K


Je resterai donc sur les premiers de la série (fort réussis!)



Répondre
H


Tu feras bien...