Miséricorde de Jussi ADLER OLSEN

Publié le par Hélène

Misericorde

♥ ♥

 

 L’auteur :

 

Jussi Adler-Olsen, de son vrai nom Carl Valdemar Jussi Adler-Olsen (né le 2 août 1950 à Copenhague) est un écrivain danois.

Depuis 2007, Jussi Adler-Olsen s'est spécialisé dans un recueil de romans policiers dont son dernier roman Journal 64 fut la meilleure vente de livre en 2010 au Danemark, ainsi il a eu une distinction du meilleur prix littéraire danois au début de cette année qui est le prix du club des libraires danois du nom en danois de boghandlernes gyldne laurbær ou plus exactement en français des « lauriers d'or des libraires ».

 

L’histoire :

 

Pourquoi Merete Lyyngaard croupit-elle dans une cage depuis des années ? Pour quelle raison ses bourreaux d’acharnent-ils sur la jeune femme ? Cinq ans auparavant, la soudaine disparition de celle qui incarnait l’avenir politique du Danemark avait fait couler beaucoup d’encre. Mais, faute d’indices, la police avait classé l’affaire. Jusqu’à l’intervention des improbables Carl Morck et Hafez el Assad du Département V, un flic sur la touche et son assistant d’origine syrienne. Pour eux, pas de cold case …

 

Ce que j’ai aimé :

 

Miséricorde est un bon roman policier qui tient son lecteur en haleine : parallèlement à l’enquête des deux policiers, il assiste impuissant à la lente agonie de celle qu’ils recherchent et qui est enfermée dans une chambre close, soumise à la folie de ses ravisseurs. La tension est ainsi permanente et le compte à rebours se met rapidement en place.

Les deux policiers sont le point fort de ce roman : Carl est un homme fermé, traumatisé par un règlement de comptes qui a coûté la vie à un de ses collègues et a transformé l’autre en légume cloué sur un lit d’hôpital. L’acolyte qu’on lui adjoint est un homme étrange au premier abord, mais qui s’avèrera bien plus efficace que prévu… Leur improbable duo fonctionne bien

 

Ce que j’ai moins aimé :

 

   J’ai rapidement deviné qui était les coupables, ce qui est plutôt mauvais signe pour un roman policier…

Une fois la dernière page refermée, je ne peux pas dire qu’il me reste grand-chose de cette lecture !

 

Premières phrases :

 

« Avec le bout de ses doigts, elle gratta jusqu’au sang les murs lisses, elle frappa de ses poings fermés le verre épais des vitres jusqu’à ce qu’elle ne sente plus ses mains. Dix fois au moins, elle avait retrouvé à tâtons la porte d’acier, inséré ses ongles dans la fente pour l’arracher, mais la porte avait un bord tranchant et restait inébranlable. »

 

Vous aimerez aussi :

 

Le sang des pierres de Johan THEORIN

 

Merci à Florence Godfernaux des Editions Albin Michel.

 

Miséricorde, Jussi Adler Olsen, Traduit du danois par Monique Christiansen, Albin Michel, octobre 2011, 489 p., 22.50 euros

 

challenge voisins voisines

 

 

 

Commenter cet article

Anna Blume 30/09/2012 21:28


Un peu déçue comme toi...Je cite ton billet sur mon blog du coup. A+ 

Hélène 01/10/2012 08:39



Pas un grand souvenir de lecture...



maryse 16/02/2012 10:33


je trouve que tu es bien sévère avec ce roman : j'ai passé 3 jours à me délecter de cette lecture , facile, certes, mais efficace. Bien sûr on devine tout de suite qui a enfermé la pauvre dame ,
et les pages la décrivant en train de croupir dans sa cage ne sont pas les meilleures, MAIS les portraits de Carl le policier et d'Assad, son accolyte, sont brillants et j'aurais plaisir à les
retrouver ! seul regret :  j'aurais aimé que le personnage du frère ( Oluf ) soit plus creusé ...


 

Hélène 17/02/2012 09:47



Je lui ai quand même mis deux étoiles, c'est une lecture que j'ai apprécié, mais assez éphémère, elle me marquera moins qu'un roman de Lehane,  ou Staalesen ou Mankell ... Non ?



Yv 12/12/2011 09:10


La mode des polars nordiques ne produit pas que du bon !

Hélène 12/12/2011 13:08



Non, cela a tendance à se détériorer ces derniers temps...



Alex-Mot-à-Mots 08/12/2011 09:31


Au moins tu auras passé un bon moment. C'est ce qui me console, parfois.

Hélène 08/12/2011 16:02



Oui ce ne fut pas désagréable.



clara 08/12/2011 08:52


Il est dans ma PAL et il va rester à sa place pour le moment.

Hélène 08/12/2011 09:16



Oui, la pauvre héroïne est enfermée pendant  5 ans dans une salle, elle peut encore attendre un peu...



Lystig 07/12/2011 21:06


(je n'avais pas besoin de la traduction du prix littéraire ! ) (mais pourquoi cette
gente dame ne m'a-t-elle pas contactée ?) 


ça se passe à Copenhague ? 


de toute façon, un livre danois, je note, forcément !

Hélène 08/12/2011 09:16



Contacte la gente dame elle est très sympathique...


Un bon roman effectivement.