Nouvel an chinois

Publié le par Hélène

nouvelan_banniere.png

 

NOUVEL AN CHINOIS 2011
L'année chinoise du LAPIN DE METAL BLANC débute le 3 février 2011.

Le Nouvel An Chinois  农历新年 (nónglì xinnián) aussi appelé Fête du printemps 节(chunjié) ou Fête du Têt au Vietnam est la fête la plus importante pour les communautés chinoises à travers le monde entier.

 

 

Voici quelques romans chinois que j'ai lus et appréciés :

 

Lao Che Les tambours : Dans la ville de Chongqing, livrée à la merci des bombardements japonais, le chanteur Baoqing tente de subvenir aux besoins des siens tout en surveillant le destin de Grace, sa fille adoptive. Mais si la jeune femme est déterminée à lutter contre la fidélité à un système qui la dégrade, c'est compter sans les réticences d'une société désespérément conservatrice. ¨Présentation de l'éditeur)

Chi Li Les sentinelles des blés : Contre l'avis de son mari, Mingli part pour Pékin à la recherche de sa fille adoptive, dont elle est sans nouvelles depuis trois mois.
A Pékin, cette quadragénaire rencontre ceux qui ont croisé Rongrong et découvre le vrai visage de sa fille, une personnalité qu'elle ne soupçonnait pas et qui correspond tellement à la Chine aventurière et affairiste d'aujourd'hui. Cet étonnant voyage à travers lequel Mingli tente de faire parler des inconnus, de les mettre en confiance en se livrant elle-même à quelques confidences, la renvoie peu à peu au socle de mémoire sur lequel s'est construite sa vie, et plus particulièrement à son enfance partagée avec Ruifang, la mère biologique de Rongrong, aujourd'hui perdue dans la folie.
Une mémoire au cours de laquelle brille l'icône des sentinelles des blés, ces graminées que le père de Mingli, un éminent agronome, leur avait appris à reconnaître et qui accompagnent cette histoire comme un leitmotiv poétique. Une très belle méditation sur le sens de la vie. Sans abandonner tout à fait le ton incisif qui a fait sa réputation, Chi Li parle ici avec mélancolie des destins qui divergent, de ce qui sépare les gens et des expériences communes qui les rapprochent. (Présentation de l'éditeur)

 

Qiu XIAOLONG : La danseuse de Mao

 

Dai Sijie Balzac et la petite tailleuse chinoise : En 1971, comme des millions d'autres jeunes citadins chinois, le narrateur et son ami Luo sont envoyés sur une haute montagne isolée voisine du Tibet, où ils seront "éduqués" par les paysans. Les adolescents ont trois chances sur mille de revenir un jour dans leur ville natale. Dans le village voisin, un autre jeune de la ville cache scrupuleusement une valise remplie de livres interdits : Balzac, Flaubert, Hugo, Kipling, Emily Brontë, Rousseau, Dostoïevski... Grâce à ces trésors, la ravissante petite tailleuse, jeune fille convoitée par tous, ne sera plus jamais la même. Écrit avec un accent de vérité confondant, un roman fort qui, tout en nous plongeant dans la Chine communiste, raconte une belle histoire d'amitié et d'amour, auréolée de la magie de la littérature. (Présentation de l'éditeur)

 

François CHENG Le dit de Tianyi : Alors qu'il se trouve en Chine, un énigmatique voyageur rencontre le peintre Tianyi, qu'il connaissait autrefois, et reçoit ses confessions écrites, celles d'un homme proche de la mort, vivant dans un hospice. Son récit s'ouvre sur une drôle d'histoire d'âmes errantes : Tianyi, est dans les années trente, un enfant de 5 ans qui décide de vouer sa vie à la quête de la beauté. Sa recherche esthétique l'amènera à découvrir la culture occidentale en même temps que la tradition picturale chinoise. Le récit se poursuit. Il embrasse un demi-siècle d'histoire. En arrière-plan défilent la guerre sino-japonaise, Paris dans les années cinquante où Tianyi part en exil, puis la révolution culturelle au moment du retour en Chine. Le Dit de Tyanyi est un livre bouleversant qui a connu un succès mondial. (Présentation de l'éditeur)

 

Gao XINGJIAN La montagne de l'âme : Dans les années quatrevingts, un homme s’embarque dans un long voyage pour fuir les troubles du Pékin communiste. Il suit la piste d’une mystérieuse montagne et traverse une Chine méconnue, infiniment riche, qu’il n’imaginait pas… À la recherche de luimême, son voyage est aussi spirituel et philosophique. Un roman poétique, teinté d’autobiographie, considéré comme l’un des chefs d’oeuvre de la littérature du XXe siècle. (Présentation de l'éditeur)

Publié dans Littérature Asie

Commenter cet article

mango 11/02/2011 08:36



C'est très intéressant! J'en ai noté quelques-uns que je n'ai pas encore lus.  Connais-tu "Brtothers" de Yu Hua? J'ai adoré ce livre très moderne et bien symptomatique de la Chine
actuelle! 



Hélène 11/02/2011 18:10



J'ai déjà noté "brothers" à l'occasion, quand je le trouverai...



Caroline 04/02/2011 13:27



Tu me fais prendre conscience que j'ai peu lu de littérature asiatique, et notamment chinoise ! Je garde un bon souvenir de Balzac et la petite tailleuse. J'avais aussi lu Histoire
de ma vie, de Lao She, court récit qui m'avait également touchée.



Hélène 04/02/2011 19:52



Je pensais en avoir plus lu que cela aussi.. Mais j'ai "Baguettes chinoises" de Xinran qui m'attendent pour le X du challenge ABC de Babélio...



Anne 03/02/2011 17:27



Je n'ai que "La montagne de l'âme" dans ma PAL. Je connais de nom "Balzac et la petite tailleuse chinoise" mais je ne l'ai même pas lu. Il va falloir que je note tous ces titres pour remédier à
mes lacunes en littérature chinoise.



Hélène 04/02/2011 19:57



Je n'ai noté que ceux que j'avais lu et apprécié, la littérature chinoise est très riche.



cathulu 03/02/2011 16:29



Enfer et damnation, il va vraiment falloir que j'en lise davantage!:)



Hélène 04/02/2011 20:01



C'est ce que je me dis en regardant ma pal (que j'ai répertorié récemment pour la mettre sur mon blog pour encourager les lectures communes) D'un sens je sais aussi que si je n'avais plus de pal,
je ressentirais une angoisse profonde... Idem pour une lal, le monde serait bien triste sans lal... (une façon moderne de dire "la chair est triste hélas! et j'ai lu tous les livres"...)