Park life de Shuichi YOSHIDA

Publié le par Hélène

 park_life-1-.jpg

 

 

 

 ♥ ♥ ♥

 

Un roman magique, statique et poétique centré sur les visiteurs d'un parc.

 

 

 

 

L'auteur :

 

Yoshida Schuichi est un écrivain japonais. Park Life a été couronné en 2002 du prix Akutagawa, l'équivalent du Goncourt au Japon. Il a également publié Parade, toujours aux Editions Picquier.

 

L’histoire :

 

Le narrateur est un jeune employé qui vit près du parc de Komazawa, et travaille non loin du parc Hibiya, et va rencontrer dans le métro qui relie ces deux axes, une femme avec qui il va partager quelques instants, au hasard des rencontres ou des rendez-vous.

 

Ce que j’ai aimé :

 

- Sa poésie aérienne : comme dans de nombreux romans japonais, rien de particulier ne se passe, et ce rien crée la poésie. Le lecteur se laisse juste bercer par un rythme lancinant qui l’emporte dans les airs et lui laisse tout le loisir d’observer le monde en prenant de la hauteur.

- Sa poésie terrienne : le monde est ainsi transfiguré, le quotidien devient magique, tout est sujet à émerveillement :

 

« Sous nos yeux, le jet d’eau a pris de la hauteur. A ce moment précis, la brise de printemps a soufflé sur le square, et une poussière de gouttelettes a jailli tout autour. » (p. 16)

 

 « Un jour, j’ai demandé à M. Kondô : « Mais pourquoi est-ce que tout ce monde vient au parc ? » Il a médité très sérieusement, chose rare chez lui, avant de me dire nettement : « Ils se sentent soulagés. » Comme ce n’était pas une réponse en l’air, je n’ai pas voulu insister, mais il a ajouté : « Même si tu ne fais rien dans un parc, personne ne viendra te le reprocher. Au contraire si tu veux faire quelque chose, comme du racolage ou un discours, on te chassera.» » (p.80)

 

- Ses pistes de réflexion multiples : sur l’identité, la solitude, la connaissance, les liens ténus qui se tissent entre les êtres…

 

Ce que j’ai moins aimé :

 

-          Je ne vois rien à redire, j’ai tout aimé

 

Premières phrases :

 

 « Dans le carrefour souterrain de Hibiya circulent trois lignes. Si l’on compare par exemple le bâtiment Marion de Yûrakuchô à la partie décorative d’un gâteau d’anniversaire, et qu’on découpe ce quartier de haut en bas en deux parties tranchées, sur la partie biscuit moelleux les stations et les couloirs du métro doivent être alvéolées comme une fourmilière. Même si la décoration de surface est brillante, un gâteau au corps spongieux n’a rien d’affriolant. »

 

Vous aimerez aussi :

 

Les années douces de Hiromi KAWAKAMI

 

Park Life, Shuichi YOSHIDA, Philippe PICQUIER, sept 2007, 128 p., 12.50 euros

POCHE : Park Life, Shuichi YOSHIDA, Picquier poche, janvier 2010, 128 p., 6 euros 

D'autres romans japonais ici :   challenge-In-the-mood-for-Japan

 

TAGS : Littérature japonaise - Poésie du quotidien

 

Commenter cet article

Marie 15/07/2010 07:58


En ce moment, j'ai des envies de littérature japonaise. Voici un titre qui me tente beaucoup !


Hélène 15/07/2010 09:51



Il est effectivement très bien, court et intense.



yueyin 25/06/2010 18:41


effectivement voilà qui pourrait beaucoup me plaire, merci Hélène :-)))


Hélène 26/06/2010 17:34



Je pense qu'e'ffectivement si tu as aimé "les années douces", celui-ci te plaire aussi...



Guillome 21/06/2010 16:38


je garde un très bon souvenir de ce petit livre. Je suis en train de lire son 2è publié chez Picquier "Parade". @ bientôt !


Hélène 21/06/2010 16:49



Tu me diras s'il est bien, il m'attire vraiment beaucoup aussi.


Les titres donnés par Gérard Siary en postface me tentent également notamment Ikebukuro West Gate Park d'Ishida IRA.


Un jour viendra...