Poppy Wyatt est un sacré numéro de Sophie KINSELLA

Publié le par Hélène

Poppy_Wyatt_est_un_sacr_num_ro_Sophie_Knsella.jpg

♥ ♥ 

C'est girly, c'est frais, c'est drôle, c'est de la chick-lit  !

L’auteure :

 Sophie Kinsella est une femme de lettres anglaise.

Née Madeleine Townley, elle porte le nom de Madeleine Wickham depuis son mariage avec Henry Wickham, principal d'une école préparatoire pour garçons à Croydon, dans la banlieue sud de Londres. Sa sœur Gemma Townley est aussi une auteure.

Sophie Kinsella a étudié au New College et est devenue écrivain après avoir été journaliste financière.
Elle est aussi l’auteur de six romans signés sous le nom de Madeleine Wickham, dont Une maison de rêve (2007), La Madone des enterrements (2008) et Drôle de mariage (2008), tous publiés chez Belfond.

L’adaptation cinématographique des Confessions d'une accro du shopping est sortie le 20 mai 2009.

Elle vit actuellement dans le quartier de Wimbledon avec son mari et leurs cinq enfants.  (Source : Babélio)

 L’histoire :

 En Angleterre, de nos jours. Poppy Wyatt est au bord de la crise de nerfs : elle vient de perdre sa bague de fiançailles, celle qui est dans la famille de son fiancé Magnus depuis plusieurs générations. Et pour couronner le tout, on vient de lui dérober son portable. Juste au moment où elle envisage la fuite à l’étranger, elle découvre dans une poubelle un téléphone. Miracle ! Enfin pas si sûr… Car ce portable appartient à l’assistante d’un dénommé Sam qui n’a pas l’air de saisir l’urgence de la situation. A force de supplications, Poppy réussit à le persuader de lui laisser ledit téléphone. C’est juré, c’est l’affaire de quelques heures, et elle lui transmettra tous ses messages d’ici là. Sauf que bien entendu, toute cette affaire va rapidement tourner au vinaigre : impossible de retrouver cette foutue bague, la soirée avec les beaux-parents vire au désastre, Magnus n’est pas d’un très grand soutien et Lucinda, la très irritable wedding planner, est aux abonnés absents. Et puis, il y a ces messages étranges reçus sur le portable de Sam, qui laisseraient entendre qu’un complot se prépare contre lui dans sa propre entreprise. Poppy parviendra-t-elle à redresser la situation ? (Source : Babélio)

Ce que j’ai aimé :

 Poppy est une personne attachante, débordant de bonne humeur et de bonnes intentions, jeune fiancée fleur bleue, elle représente la jeune femme moderne dans toute sa légèreté. Elle court entre la préparation de son mariage, sa belle-famille, son fiancé,  et ses collègues amies.

Et se retrouve ici confrontée à un problème de taille : la perte de la bague de fiançailles dans la famille depuis des décennies… Elle est tellement débordée qu’elle n’hésite pas, après s’être fait voler son portable,  à s’approprier  celui d’une inconnue sur lequel elle est tombée par hasard. Elle va alors faire connaissance avec le boss de l’inconnu, par texto interposés…

Roman léger sans prétentions, Poppy Wyatt fait partie de ces comédies romantiques dont on connait déjà la fin, mais tellement bien calibrées et dynamiques que l’on se surprend à passer un bon moment entre gags attendus et situations inventives. C’est moderne, drôle, agréable à lire, et assure à ses lectrices un bon moment passé le sourire aux lèvres.

 Ce que j’ai moins aimé :

 - Entendons nous, j’ai mis 2 cœurs dans la catégorie chick lit, il est bien entendu que ce roman n’est pas Le roman du siècle ;)

 Premières phrases :

 « Du recul. Je dois prendre du recul. Ce n’est pas comme si c’était un tremblement de terre, ou un tireur fou ou même une catastrophe nucléaire, quand même  Sur l’échelle des désastres, ce n’est pas énorme. PAS énorme. Un jour, quand je me rappellerai ce moment, je rirai sûrement : « Ah ! ah ! Ce que j’étais bête de m’inquiéter… »

 Vous aimerez aussi :

 Chick-lit

 D’autres avis :

Babélio

 

Poppy Wyatt est un sacré numéro, Sophie Kinsella, traduit de l’anglais par Daphné Bernard, Belfond, mai 2013, 420 p., 19.50 euros

Publié dans Chick-lit

Commenter cet article

Alex-Mot-à-Mots 04/10/2013 13:17


Peut-être pas le roman du siècle, masi au moins tu as passé un bon moment.

Hélène 05/10/2013 19:32



Exactement, cela détend...



jerome 03/10/2013 22:25


Girly et chick-lit, au secours fuyons !!!!!!!!!!!!!!

Hélène 04/10/2013 08:15



retourne lire ton "animaux solitaires", bien plus mâââââa^le......