Que tous nous veuille absoudre de Stéphanie JANICOT

Publié le par Hélène

      que-tous-nous-veuille-absoudre.jpg     

 ♥

Un roman très actuel…

 

L'auteur :

 Stéphanie JANICOT est une romancière  française. Elle travaille dans le journalisme tout en publiant parallèlement des romans sur la société contemporaine.

L’histoire :

Place de la Contrescarpe un petit garçon borgne scande plusieurs fois par jour ses prophéties. Les habitants de la place sont troublés par cet être venu d’ailleurs. Parmi eux Saar, ancienne journaliste de guerre se remet doucement de l’attentat qui a coûté la vie à son mari Solel et l’a laissée estropiée. Elle va tenter d’approcher l’étrange Immanouel tout en reconstruisant pierre après pierre les ruines de sa vie.

Ce que j’ai aimé :

-          La facilité avec laquelle Stéphanie Janicot campe des histoires si proches de nous. Le lecteur devient le temps de ce roman un habitant de la place de la Contrescarpe, mû par les mêmes questionnements, les mêmes doutes devant la vie et la même fascination pour ce petit prophète.

-          Les rapports humains sont très subtilement décrits. Stéphanie évoque notamment la culpabilité qui se terre au sein des familles : celle des parents qui ne parviennent que peu à influer sur la vie de leurs enfants, celle des enfants qui regrettent parfois de na pas être en adéquation avec les attentes de leurs parents.

-          Les contradictions de ce métier particulier qu’est le journalisme de guerre hantent la jeune Saar qui a le sentiment de s’être « rassasier au grand festin de la rage et du ressentiment. » (p. 71).

Ce que j’ai moins aimé :

-          Je n’ai pas vraiment adhéré à ce roman auquel pourtant je reconnais des qualités. Sans doute parce qu’il ne répond pas à ce que j’attends d’une lecture : l’évasion. Je suis restée à Paris, dans une famille qui ressemble à la mienne, engluée dans des questions qui sont sans doute les miennes mais qui n’ont pas trouvé de réponses en ces pages, bref je n’ai pas décollé.

Premières phrases :

« Un rayon de soleil se glisse par ma fenêtre entrouverte. Assise sur mon vieux canapé en velours, je m’étire pour le sentir caresser ma jambe morte, il me semble émerger d’un interminable hiver. »

 

Que tous nous veuille absoudre, Stéphanie JANICOT, Albin Michel, août 2010, 265 p., 19 euros

Merci à Judith OTT des Editions Albin Michel pour cette découverte.

TAGS : Littérature française - Famille - Journalisme de guerre - Prophète- Deuil

 

1pourcent

Commenter cet article

alain 21/12/2010 17:04



bien sûr je n'ai réagi que par rapport à votre billet sur ce livre; je n'ai pas le temps :-( de lire tout votre blog


 


mais que représente pour vous la littérature française - ça, j'avoue, cela m'intrigue


 


je suppose que cela ne s'étend pas à "toute la littérature francophone" car je pourrais vous citer quelques... rares livres belges de très bonne qualité


 


on y apprend rien. ben oui, et alors.


 


le ton m'avait aussi captivé. enfin bref, ça ne s'explique pas. l'auteure m'a captivé depuis les premières pages donc je crois qu'il y a aussi incompréhension car je parle aussi d'atmosphère,
d'un ton un peu décalé par rapport à la réalité, normal évidemment puisque "Saar" est en convalescence et j'en rajoute une couche. l'idée du "prophète" est absolument géniale.


 


cela dit, on pourrait en discuter des heures. les "pour Houellebecq", les "contre", les pour "Beigbeder", les "contre", les pour les films contemplatifs, les pour les films de baston, les pour
les films de gore intelligent, etc. :)


 


je suis un peu étonné. ayant lu des critiques sur d'autres sites (en diagonale) et  toutes étaient positives // ce qui n'est pas un critère, j'admets


 


bien à vous,


 


en vitesse, je file, bravo pour le travail fourni cela dit et bonnes fêtes !!!


 


alain



Hélène 22/12/2010 10:16



Souvent je ne trouve pas dans la littérature française ce que j'attends de la lecture : évasion, compréhension du monde, découverte d'autres façons de voir le monde... J'ai l'impression que quand
les romans sont seulement basés sur des histoires de la vie de tous les jours, mais de la nôtre, ils ne m'apportent rien.


Au contraire, je les trouvent souvent déprimants (cf les Olivier Adam par exemple)


Bien sûr, mon blog en témoigne, j'apprécie certains auteurs, mais "Que tous nous veuille absoudre" m'a moins plu. Quand je n'aime vraiment pas un roman, je ne lui conscare pas de billets, j'ai
donc trouvé des qualités à ce roman, mais il ne correspond pas assez  à mes attentes pour m'enthousiasmer...


Merci pour ce commentaire fort intéressant.


Bonnes fêtes à vous aussi.



alain 21/12/2010 14:08



j'ai adoré et pige pas trop le ton désabusé de tous les commentaires. pour une fois, une auteur parvient à écrire un livre à message "la guerre, il ne suffit pas de la voir de loin pour la
comprendre, ni de la photographier, cela ne suffit pas" ainsi que d'autres thèmes, la dure lutte pour retrouver une raison de vivre avec en // et de cela, vous ne parler pas du tout, cette
histoire merveilleuse du petit gamin qui récite des extraits de la bible et qui peu à peu fascine de plus en plus de gens.


 


Saar, de plus, est un personnage qui oscille entre être torturée et qui ne parvient plus à socialiser à quelqu'un qui transcende sa souffrance pour arriver à un autre stade, et ce, malgré des
épreuves terribles, mort de son amoureur, morte de sa meilleure amie.


 


bref, je vous trouve tous(tes) très critiques, lol


 


bien à vous,


alain



Hélène 21/12/2010 16:41



Je n'ai rien trouvé d'original dans ce roman trop proche de ma réalité. Il ne m'a rien appris, j'ai trouvé l'écriture banale, les idées tombent à plat et les personnages ne sont guère attachants.


Il faut dire aussi que mes goûts me portent davantage vers la littérature étrangère, et que ce roman incarne tout ce que je déteste dans la littérature française...



emiLie 26/08/2010 16:41



De cet auteur, j'ai lu récemment le recueil de nouvelles, tu n'es pas seul à être seul et je n'avais pas du tout aimé, tellement que je n'ai aucune envie d'en lire un autre. 



Hélène 26/08/2010 17:19



Je te rejoins, je ne pense pas que j'en lirai un autre...



Theoma 22/08/2010 16:24



De cette auteure, j'ai lu Moutarde douce et le dernier La distribution des lumières, j'ai bien aimé les deux.



Hélène 22/08/2010 19:44



C'est un roman qui se lit bien, mais personnellement, je n'ai pas appris grand-chose.



cathulu 21/08/2010 09:41



Une auteure que j'aimerais aimer mais non ça ne fonctionne jamais avec moi et ton billet me le confirme!:)



Hélène 21/08/2010 12:00



Eh bien oui, c'est plutôt bien écrit, les idées se tiennent, mais je n'ai pas eu de coup de coeur, question de goût sans doute, j'attends d'autres avis pour voir...