Rien ne s’oppose à la nuit de Delphine de VIGAN

Publié le par Hélène

rien-ne-s-oppose-a-la-nuit.jpg

Prix Renaudot des lycéens 2011

Prix France Télévisions 2011

 

L’auteur :

 

Delphine de Vigan est notamment l’auteur du best-seller No et moi, plus de 400 000 exemplaires vendus toutes éditions Prix des Libraires 2008, adapté au cinéma par Zabou Breitman, et des Heures souterraines (2009), près de 100 000 exemplaires vendus en édition première et traduit dans le monde entier. Elle faisait partie de la dernière sélection du Goncourt. Elle vit à Paris.

 

L’histoire :

 

« La douleur de Lucile, ma mère, a fait partie de notre enfance et plus tard de notre vie d’adulte, la douleur de Lucile sans doute nous constitue, ma sœur et moi, mais toute tentative d’explication est vouée à l’échec. L’écriture n’y peut rien, tout au plus me permet-elle de poser les questions et d’interroger la mémoire. La famille de Lucile, la nôtre par conséquent, a suscité tout au long de son histoire de nombreux hypothèses et commentaires. Les gens que j’ai croisés au cours de mes recherches parlent de fascination ; je l’ai souvent entendu dire dans mon enfance. Ma famille incarne ce que la joie a de plus bruyant, de plus spectaculaire, l’écho inlassable des morts, et le retentissement du désastre. Aujourd’hui je sais aussi qu’elle illustre, comme tant d’autres familles, le pouvoir de destruction du Verbe, et celui du silence. Le livre, peut-être, ne serait rien d’autre que ça, le récit de cette quête, contiendrait en lui-même sa propre genèse, ses errances narratives, ses tentatives inachevées. Mais il serait cet élan, de moi vers elle, hésitant et inabouti. » Dans cette enquête éblouissante au cœur de la mémoire familiale, où les souvenirs les plus lumineux côtoient les secrets les plus enfouis, ce sont toutes nos vies, nos failles et nos propres blessures que Delphine de Vigan déroule avec force.

 

Mon avis :

 

Rien ne s’oppose à la nuit est un roman dont on demeure prisonnier dès les premières pages amorcées. Il ferre le lecteur avide de connaître l’ensemble du portrait offert par Delphine de Vigan, impatient d’aller jusqu’au bout du malheur, pour, peut-être entrevoir ensuite une once d’éclaircie. Heureusement, Delphine de Vigan, entre deux chapitres consacrés à la souffrance liée à sa famille, désamorce l’angoisse en revenant au présent et en décrivant son propre processus d’écriture. Ces chapitres sont comme des bouffées d’air avant de retourner en apnée dans les pages plus dures.

 

La question que j’ai fini à me poser est « pourquoi s’infliger cette épreuve en tant que lectrice ? » Je conçois que l’auteure ait besoin de se délivrer, de rompre la malédiction, de comprendre :

 

« Je ne me suis jamais vraiment intéressée à la psycho-généalogie ni aux phénomènes de répétition transmis d’une génération à une autre qui passionnent certains de mes amis. J’ignore comment ces choses (l’inceste, les enfants morts, le suicide, la folie) se transmettent.

Le fait est qu’elles traversent les familles de part en part, comme d’impitoyables malédictions, laissent des empreintes qui résistent au temps et au déni. » (p. 283)

 

« A la fois pour moi-même et pour mes enfants – sur lesquels pèse, malgré moi, l’écho des peurs et des regrets- je voulais revenir à l’origine des choses.

Et que de cette quête, aussi vaine fût-elle, il reste une trace. » (p. 297) 

 

«  J’écris ce livre parce que j’ai la force aujourd’hui de m’arrêter sur ce qui me traverse et parfois m’envahit, parce que je veux savoir ce que je transmets, parce que je veux cesser d’avoir peur qu’il nous arrive quelque chose comme si nous vivions sous l’emprise d’une malédiction, pouvoir profiter de ma chance, de mon énergie, de ma joie, sans penser que quelque chose de terrible va nous anéantir et que la douleur, toujours, nous attendra dans l’ombre. »

 

Mais cette plongée en apnée m’a mise mal à l’aise, comme si je rentrais trop avant dans l’univers intime et psychanalytique de l’auteure, au risque de m’y perdre. Je n'ai pas saisi l'intérêt de cette plongée asphyxiante pour un lecteur lambda, je suis passée à côté du texte... 

 

 « Pourtant, toute tentative d’explication est vouée à l’échec. Ainsi devrai-je me contenter d’en écrire des bribes, des fragments, des hypothèses.

L’écriture ne peut rien. Tout au plus permet-elle de poser les questions et d’interroger la mémoire. » (p. 47)

 

Premières phrases :

 

« Ma mère était bleue, d’un bleu pâle mêlé de cendres, les mains étrangement plus foncées que le visage, lorsque je l’ai trouvée chez elle, ce matin de janvier. Les mains comme tâchées d’encre, au pli des phalanges. »

 

Vous aimerez aussi :

 

Du même auteur : Les heures souterraines

Autre : Annie ERNAUX

 

D’autres avis :

Yv Leiloona, Clara, Canel, Mango, Sylvie Emeraude Babélio

Rien ne s’oppose à la nuit, Delphine DE VIGAN, JC Lattès, août 2011, 440 p., 19 euros

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L

je l'ai terminé il y a peu, bientôt mon billet !
Répondre
H


j'ai hâte de le lire ...



G

je n'ai pas du tout vécu cette lecture comme une épreuve ! Les mots de Delphine de Vigan sont tellement justes et ont le courage de dire ce qui est trop souvent caché sous le tapis. C'est une
lecture plutôt libératrice et optimiste. Car malgré un environnement pas très sain, c'est le moins que l'on puisse dire, l'auteure a tout de même réussi à ce construire.
Répondre
H


Comme quoi chaque expérience est différente.



F

Bonjour,


Je pense que cet livre peut très bien illustrer l'influence de l'environnement familial sur le mode de vie et le comportement d'une personne. Intéressée par la psychogénéalogie, ce livre me
plaira sûrement.
Répondre
H


Delphine de Vigan cherche surtout à s'émanciper de cette influence liée à l'histoire de sa famille à mon sens en montrant que on peut avoir une vie tout à fait normale malgré un passé mouvementé.



A

J'ai une appréhension par rapport à ce livre, appréhension que tu confirmes aujourd'hui. J'avais eu la même impression avec "chagrin" de Lionel Duroy, où après un certain emballement, je
m'étais sentie seulement voyeuse malgré moi. Je le prendrai peut-être un jour à la bibliothèque, mais pas sûr ...
Répondre
H


Si tu veux un conseil, passe ton chemin, je pense que même "chagrin" était plus romancé...



N

Il est toujours dans ma PAL, je ne sais pas quand je vais l'en sortir, il me fait un peu peur...
Répondre
H


s'il te fait déjà peur avant même de l'avoir ouvert, je dirais "mais pourquoi s'infliger cette épreuve "? ...



K

Je te comprends, la lecture du premier chapitre dans un magazine m'a fait cette impression et je n'ai pas eu envie de continuer...
Répondre
H


Cela peut sans doute apporter à certains mais personnellement je dois dire que je suis restée sceptique...



C

"pourquoi s’infliger cette épreuve en tant que lectrice ?" pour moi ça n'a  pas été une
épreuve.


Au contraire, ce livre m'a beaucoup apportée et je pense que son témoignage a permis à de nombreux lecteurs
"d'avancer".  La réalité est quelquefois dure mais en parler est nécessaire pour que certains sujets ne soient pas tabous..
Répondre
H


Tu as sans doute raison, je pense juste que chacun recherche des choses différentes dans la lecture et que pour moi, cette lecture là fut une épreuve et non pas un plaisir. Mais je conçois tout à
fait que d'autres y trouvent leur compte et que cela puisse leur servir de catharsis.



A

Moi non plus, je n'ai adhéré aux propos de l'auteur. Ouf, je me sens moi seule...
Répondre
H


et moi donc !



L

je fais partie de ceux à qui il a plu!


l'écriture et la démarche (culottée) m'avaient laissée très admirative!
Répondre
H


Il est vrai que la démarche reste courageuse !



K

Tu as parfaitement mis le doigt sur la raison pour laquelle je n'ai pas trop envie de lire ce livre. je préfère les romans qui emportent... Mais si ça fait du bien à l'auteur et servira à ses
enfants, OK...
Répondre
H


Pour ses enfants, oui admettons... Enfin, il a plu, preuve que ce livre n'est pas inutile...