Sang impur de Hugo HAMILTON

Publié le par Hélène

                                              sang-impur.jpg

♥ ♥ ♥ ♥

« Peut-être que votre pays, c’est juste un endroit que vous vous fabriquez dans votre tête. » (p. 277)

 

L’auteur :

Hugo Hamilton est né à Dublin en 1953 d'une mère allemande et d'un père irlandais. Il accède à la consécration avec son roman autobiographique Sang impur, récompensé en France par le prix Femina étranger en 2004.

 

L’histoire :

Issue de l'union d'une Berlinoise antinazie avec un nationaliste irlandais, une portée de gamins grandit dans les quartiers misérables du Dublin des années 1960. Talochés par un père dont les échecs affligent toute la famille, les petits Hamilton essuient au dehors les insultes du voisinage. Mais auprès de leur douce mère, Hugo, Franz et Maria apprennent le bonheur d'être en vie, de s'aimer et de se serrer fort contre les siens.

 

Ce que j’ai aimé :

Sang impur peint par touches subtiles la fragilité de l’enfance, sa virginité. Le petit narrateur répète sans cesse « je ne sais rien » comme si c’était à lui de s’inventer une histoire, à lui de se construire en fabriquant un être avec tout ce qu'il saisit et entend.

« Quand on est petit, on est comme une feuille de papier vierge sans rien marqué dessus. Mon père écrit son nom en irlandais, ma mère écrit le sien en allemand et il reste un blanc pour tous les gens dehors, qui parlent anglais. (…) Mais nous on a pas envie d’être spéciaux. »  (p. 21)

« Il y a des choses qu’on hérite de son père, pas juste le front, le sourire ou une jambe qui boite, mais d’autres trucs, comme la tristesse, la faim, les blessures. On peut hériter de souvenirs qu’on préfèrerait oublier. Il y a des choses qui peuvent vous être transmises, enfant, comme la colère impuissante. » (p. 54)

Cette lente construction ne se fait pas sans heurts, et si la violence fait aussi partie intégrante de son apprentissage, le giron maternel, la sécurité de son foyer atténuent la douleur liée à la souffrance d'un être qui ne trouve que difficilement sa place dans un monde bien décidé à placer les humains dans des cases :

« Ma mère elle arrange tout avec des gâteaux, des histoires et des câlins qui vous font craquer les os. » (p. 56)

En nous contant avec humour son univers quotidien au sein d'une famille unie, ces luttes incessantes contre un père décidé à bannir de sa miason tout ce qui représente la Grande-Bretagne -y compris les chansons en anglais-, contre les camarades qui ne parviennent pas à adopter ces enfants oscillant entre deux nationalités ennemies, c'est aussi la grande Histoire qu'évoque l'auteur en nous éclairant sur le passif des luttes entre la Grande-Bretagne et l'Irlande et en interrogeant intelligemment la question de la nationalité.

« Lire Sang impur, c’est se rappeler pourquoi les grand écrits ont à nos yeux tant d’importance. C’est aussi voir tous les clichés de l’Irlande du XXème siècle subtilement dénoncés et détruits. Voilà un ouvrage riche de sève, dont la force rare opère comme une délivrance – ce qui ne l’empêche pas d’être dénué du moindre soupçon de prétention. Un livre pour notre temps, et sans doute pour tous les temps. » (Joseph O’CONNOR, préface)

 

Ce que j'ai moins aimé :

- Rien

 

Premières phrases :

« Quand on est petit, on ne sait rien.

Quand j’étais petit, je me suis réveillé en Allemagne. J’ai entendu les cloches, je me suis frotté les yeux et j’ai vu le vent qui gonflait les rideaux par la fenêtre et j’ai vu l’Irlande. »

 

Vous aimerez aussi :

Autre : Au pays des hommes de Hisham MATAR

 

D’autres avis :

Blogs : A propos des livres

Presse : Lire ; Lmda

 

Sang impur, Hugo Hamilton, traduit de l’anglais (Irlande) par Katia Holmes, préface de Joseph O’CONNOR, Phébus, 2004, 279 p., 19.50 euros

POCHE : Sang impur, Hugo Hamilton, traduit de l’anglais (Irlande) par Katia Holmes, Points, 2007, 347 p., 7 euros

challenge voisins voisines

Publié dans Littérature Europe

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Isa 22/11/2011 09:29


C'est un auteur que j'ai envie de découvrir depuis longtemps mais pour l'instant il s'est fait devancer par d'autres.

Hélène 23/11/2011 09:12



Ils sont tellement nombreux à nous tenter...



Alex-Mot-à-Mots 14/11/2011 14:19



Voilà qui me tente bien. Et puis j'aime bien ta citation.



Hélène 14/11/2011 22:29



Un très beau roman à découvrir...



Caroline 12/11/2011 14:14



J'aime les récits d'enfances marquants, sortes de lucarnes sur le monde... Celui-là est pour moi, je note !



Hélène 12/11/2011 17:13



Je pense qu'il te ravira !



gambadou 12/11/2011 12:51



je l'avais noté à sa sortie.... et complètement oublié ! je le renote !



Hélène 12/11/2011 17:13



Il ne faut pas l'oublier, il mérite qu'on se souvienne de lui...



Kathel 12/11/2011 08:39



Je n'ai toujours pas lu cet auteur e't pourtant les irlandais... Au fait, je t'ai tagguée, si cela t'amuse. Bonne journée.



Hélène 12/11/2011 10:21



Je pense que pour commencer avec l'auteur ce roman-là est parfait ! Merci pour le tag.



clara 11/11/2011 17:46



Je le note, il a tout pour me plaire!



Hélène 11/11/2011 20:57



Oui je suis certaine qu'il te plaira...



Ys 11/11/2011 17:04



J'étais certaine d'avoir déjà noté ce titre, ou au moins l'auteur, mais un coup d'oeil à ma LAL me détrompe. Bon maintenant, c'est chose faite, ce livre a tout pour me plaire.



Hélène 11/11/2011 20:58



Ne le perds pas de vue cette fois-ci !



Fransoaz 11/11/2011 11:19



J'aime la couverture et le regard lointain de ce petit garçon.


Je suis attirée par les histoires des couples mixtes. Ici elle est, en plus, à lire éclairée par l'histoire atypique de ces deux pays.


Et si Keisha le conseille aussi...


 



Hélène 11/11/2011 20:58



.... tu ne peux que le lire !



keisha 11/11/2011 09:06



Je devine que tu as "tout aimé"? J'ai lu sang impur, avant blog, sais-tu qu'il y a une sorte de suite? En tout cas je suis ravie de voir ce bouquin chez toi.


l'auteur a aussi écrit deux pseudo polars irlandissimes que je te conseille chaudement!



Hélène 11/11/2011 10:17



J'ai lu "triste flic" effectivement en polar que j'avais bien aimé. Eh oui, j'ai vraiment tout aimé !!