Totally killer de Greg OLEAR

Publié le par Hélène

Totally-killer

 ♥ ♥

 Un roman jubilatoire.

  

L’auteur :

 

Greg Olear est un écrivain américain, Totally Killer est son premier roman. Son second roman Fathermucker paraîtra en 2012 chez Harper.

 

L’histoire :

 

New York, 1991. La belle et ambitieuse Taylor Schmidt, fraîchement diplômée d’une Université du Missouri, débarque dans la Grosse Pomme à la recherche d’un job et du grand amour. Crise économique oblige, elle erre de bureau de placement en bureau de placement, jusqu’à ce qu’une mystérieuse agence lui propose "le job pour lequel on tuerait". Deux jours plus tard, Taylor se retrouve jeune éditrice d’une maison d’édition new-yorkaise et découvre avec effroi le prix à payer : elle va effectivement devoir assassiner quelqu’un. Le marché qui lui est imposé est simple : puisque les baby-boomers occupent tous les emplois dans notre société, il suffit de les éliminer. (Présentation de l’éditeur)

 

Ce que j’ai aimé :

 

-          Si l’idée de départ (consistant à éliminer les concurrents qui postulent sur les mêmes postes que les héros convoitent) rejoint le roman de Donald Westlake Le couperet, le style et le ton sont totalement différents. Bien ancré dans les années 90, Totally killer exploite pleinement les références de la culture pop, n’hésitant pas démanteler certains mythes comme Les Beatles, nous offrant en préliminaires une liste de titres de chansons écoutées par Taylor, l’héroïne, personnage entièrement immergé dans cette culture, et faisant de nombreuses et fréquentes références aux problématiques de l’époque.

 

-          Le ton est enlevé, jubilatoire, dynamique, et nous emmène allègrement au fil des pages sur les traces des protagonistes déjantés.

 

Ce que j’ai moins aimé :

 

-  Bizarrement je ne trouve pas de points négatifs flagrants, et pourtant je ne suis pas totalement enthousiaste. Peut-être simplement parce que ce type de récit ne correspond pas à mon style de lecture, pas à ma culture (j’avais 13 ans en 1991). J’ai trouvé ce récit plaisant mais je n’ai pas décollé…

 

Premières phrases :

 

« Je n’ai jamais aimé Taylor Schmidt. Malgré tout ce que vous avez pu entendre dire.

L’amour est quelque chose de plus pur que cet alliage brut de désir, de fascination et de pitié dont étaient faits mes sentiments à son égard. On ne peut transformer les métaux vils en or, tout brillants qu’ils puissent être. »

 

Vous aimerez aussi :

 

Le couperet de Donald WESTLAKE

 

D’autres avis : Amanda, Jean-MarcChoco 

 

Totally killer, Greg Oléar, traduit de l’américain par François Happe, Gallmeister, collection Americana, mars 2011, 314 p., 22.90 euros

 

Un grand merci à Marie-Anne Lacoma des Editions Gallmeister

Commenter cet article

bruno 09/07/2011 22:28



Effectivement ce livre n'est pas enthousiasmant


cela tient à son style d'une part.........un peu léger et d'autre part il est situé au début de cette phase qui a vu tout s'accélérer via Internet et tout le reste


si bien que tout ce qui fait le "fonds" sociologique de nos peurs, de nos mythes a déjà bien changé et que tout ce qui paraissait important et constituait notre société en 1991 semble bien fade


car depuis il y a eu le 11 septembre, le climat et ses catastrophes, etc.....


mais c'était sympa à lire quand même, car on y retrouve certaines "constantes" de la société américaine, dont le sexe qui tient une grande place ici........



Hélène 10/07/2011 11:07



Effectivement, je pense qu'il est trop ancré dans une époque pour moi, de plus l'humour ne m'a pas touché (comme dans tous les livres que j'ai lu dans la collection "Americana" de Gallmeister).
Je crois que désormais je ne puiserai dans leur catalogue que les "Nature writing" et les policiers.



Miss Alfie 05/04/2011 14:43



Je suis restée un poil sur ma faim, un petit quelque chose qui fait que ce n'est pas le méga coup de coeur même si c'est un liver sympathique. Par contre, j'ai déjà noté "Le couperet" dans ma LAL
car c'est visiblement le même type d'intrigue.



Hélène 06/04/2011 09:39



"Le couperet" est un peu différent, plus lent, mais plus marquant, je te le conseille vivement



Alex-Mot-à-Mots 30/03/2011 11:42



Encore un article positif. Il faut absolument que je le lise.



Hélène 31/03/2011 08:32



Pas inoubliable mais divertissant.



keisha 26/03/2011 10:02



J'ai le même ressenti : vive le NW, les polars, mais americana, moins (j'ai lâché un Tim Robbins...)



Hélène 26/03/2011 19:02



Je n'ai essayé que 'texas marijuana et autres saveurs' lu sans grand enthousiasme !!



Kathel 25/03/2011 18:05



Pas assez d'enthousiasme : je passe ! Je fais la difficile aujourd'hui...



Hélène 26/03/2011 09:46



Vu le nombre de romans qui nous attendent, on a intérêt à faire les difficiles !



Aifelle 25/03/2011 17:48



Moi je fais partie de celles qu'il aurait fallu assassiner et pourtant ma place je l'aurais cédée plus tôt avec grand plaisir  Il ne me tente pas énormément.



Hélène 26/03/2011 09:45



Eh bien voilà, pourquoi les assassiner quand on peut slt les licencier ? Tu as pu trouver la faille... "Le couperet" était plus cohérent sur le  sujet///



keisha 25/03/2011 16:32



Je me suis régalée avec el couperet de Westlake, mais là je ne sais pas? Juste pour savoir comment je réagis aux années 90?



Hélène 26/03/2011 09:44



J'avais aussi bien aimé le couperet, celui-ci a un ton totalement différent. Je remarque ne fait que j'adhère peu à la collection "americina" de l'éditeur, je vais me cantonner aux "nature
writing" et noirs.



zarline 25/03/2011 16:13



Dommage pour ces quelques réserves, le thème me tentait bien mais comme j'étais encore plus jeune que toi en 1990, je m'inquiète un peu. Peut-être en poche.



Hélène 26/03/2011 09:42



Tu peux apprécier je pense sans connaitre cette culture, car il y a l'aspect un peu "déjanté" qui est attirant.



Yv 25/03/2011 14:59



Un peu comme toi pour moi. Livre très ancré dans les 90's, trop pour moi qui n'aie pas la culture états-unienne de l'époque. Le reste par contre est très bien.



Hélène 26/03/2011 09:41



Il m'a manqué quelque chose pour que je sois passionnée, dommage ...