Ultimes rituels de Yrsa SIGURDARDOTTIR

Publié le par Hélène

ultimes-rituels.jpg

 

♥ ♥ 

  

L’auteur :

 

Auteur à succès de renommée internationale et ingénieur civil, Yrsa Sigurdardottir a 46 ans. Elle travaille actuellement comme responsable technique sur l’un des plus gros projets de construction hydro-électrique d’Europe, situé au beau milieu de l’Islande, où les tempêtes hivernales et le blizzard empêchent souvent tout déplacement… Pas étonnant, dès lors, qu’elle ait su peindre à merveille l’atmosphère d’un site isolé.

Trois autres aventures de Thora et Matthew paraîtront en France dans les deux années à venir.

 

L’histoire :

 

Novembre 2005, Reykjavik. Un étudiant allemand est retrouvé mort, atrocement mutilé. Le jeune homme étudiait l’histoire islandaise et portait un intérêt tout particulier à ses heures les plus sombres. Sa famille ne se satisfait pas des conclusions de la police et décide de louer les services de l’avocate islandaise Thora Gudmundsdottir et de l’ancien inspecteur Matthew Reich, un Allemand, afin qu’ils poussent l’enquête plus avant. Elle est sociable et insouciante ; lui est rigide et sévère.

Leur enquête parallèle révèle que l’étudiant assassiné avait recueilli des informations conséquentes au sujet de documents très anciens, et qu’il était membre d’un mystérieux groupuscule, composé d’Islandais fascinés par les événements historiques liés aux méthodes de torture et d’exécution. En outre, le jeune homme avait retiré une importante somme d’argent sur un compte à son nom et était sur le point d’acheter un équipement de sorcellerie. Qui a pu vouloir sa mort ? Quel lien existe-t-il entre cette tragédie et les événements atroces qui se sont déroulés par le passé ? (Présentation de l’éditeur)

 

Ce que j’ai aimé :

 

-          J’ai été immédiatement embarquée dans cette enquête bien menée. Le suspens est savamment distillé, selon le principe du « page turner » : les phrases des derniers chapitres vous obligent à tourner encore une page, à lire encore un autre chapitre pour lever les mystères et questions diaboliquement mis en place… Les pistes sont nombreuses, étoffant ainsi encore davantage l’intrigue.

 

-          L’étudiant assassiné s’intéressait à la chasse aux sorcières aussi le sujet est-il subtilement utilisé apportant une touche d’érudition bienvenue.

 Malleus.jpg

 

Ce que j’ai moins aimé :

 

-          Les mièvreries liées à la relation entre Matthew et Thora. Comme par exemple ces considérations capillaires :

 

« C’était un temps de tempête et le vent vivifiant du nord s’engouffrait dans la chevelure de Thora. Ce matin, elle avait décidé de porter ses cheveux lâchés, décision qu’elle regretta instantanément en constatant que le vent les faisait voler dans tous les sens. Le temps d’arriver à l’intérieur, j’aurai vraiment l’air malin, pensa-t-elle. Elle s’immobilisa quelques instants, se tourna dos au vent et tenta de protéger ses cheveux en s’enroulant un foulard autour de la tête. Côté mode, c’était un échec total, mais au moins ses cheveux y gagnaient-ils un peu de répit. » (p. 68)

 

-          Les aventures extraordinaires du fils de Thora et la façon désinvolte dont elle va gérer la crise sont assez déconcertantes

 

Premières phrases :

 

« Tryggvi, le concierge, rêvassait près de la cafetière électrique. Le bouillonnement de l’eau s’écoulant dans la machine était la seule perturbation sonore dans le bâtiment vide, qui abritait le département d’histoire de l’université. »

 

Vous aimerez aussi :

 

La rivière noire de Arnaldur INDRIDASON

 

D’autres avis : La ruelle bleue

 

 Merci à Julia Gallet des Editions Anne Carrière 

 

 

Ultimes rituels, Yrsa SIGURDARDOTTIR, Traduit de l’anglais (UK) par Marie de Prémonville, Editions Anne Carrière, février 2011, 408 p., 22 euros

 

challenge voisins voisines

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
K

Moi, j'ai adoré ce livre...je l'ai lu en deux nuits entières car j'étais tellement captivé par ça que j'ai pa pu arrêter...


Après je suis d'accord sur les relations entre Thora Matthew même si ces petits trucs comme l'exemple des cheveux au vent est assez lourd dans le texte. Mais je pense que ça apporte une touche
plus réelle, plus décontracté pour un rapprochement vers le lecteur.


Le concierge avec l le bruit du café est un sous entendu pour symboliser le silence des lieux, la grandeur...


Même si le livre est peu joyeux, il comporte de l'humour créant un paradoxe avec le crime vraiment sordide de Harald.


C'est un livre vraiment bien pour ma part mélangeant des cultures européennes...
Répondre
H


Je l'ai aussi bien aimé, mais sans doute pas avec ton enthousiasme... Mais j'ose espérer que le prochain opus me comblera davantage...



A


Je ne me sens pas très tentée, je préfère m'en tenir à l'autre Sigurdardottir (Steinunn).



Répondre
H


Et moi il faut que je découvre cette autre Sigurdardottir !



Y


Encore un polar venu du froid, c'est incroyable cette production... j'en ai encore quelques uns sous le coude, par exemple, il faudrait bien que je découvre Mankell avant de chercher plus
original...



Répondre
H


Autant effectivement commencer par la base... Mankell, Staalesen, Indridason...



K


Je ne te sens pas très enthousiaste, je ne note donc pas pour l'instant...



Répondre
H


Je pense qu'il y a d'autres titres nordiques plus notoires effectivement. Celui-ci est prenant toutefois, cela m'a fait du bien de retrouver cette sensation de ne pouvoir lâcher un roman...



L


je ne la connais pas celle-ci !



Répondre
H


Une inconnue encore ici, le salon du livre va peut-être la mettre un peu plus en avant. Il faut dire que ce roman vient de sortir et que c'est son premier traduit en france.



D


on voit fleurir tout une série de polar nordiques d'auteurs inconnus, c'est bien pour la diversité, je note celui là, sans me presser car j'ai déjà une pile conséquente



Répondre
H


Son suspens est intéressant mais la psychologie et l'humour des personnages m'ont peu touchée...