Un avion sans elle de Michel BUSSI

Publié le par Hélène

avion sans elle

L'auteur :

      Après une thèse de doctorat de géographie, Michel Bussi a été recruté à l’Université de Rouen en 1993.

Il est professeur de géographie et directeur du laboratoire de modélisation et traitements graphiques en géographie.

Comme chercheur universitaire, il publie depuis une vingtaine d’années des articles et ouvrages scientifiques, principalement sur la géographie politique (dont beaucoup sur la région).
Son premier roman, Code Lupin, s'est vendu à plus de 7 000 exemplaires et a ensuite été publié en feuilleton, pendant 30 jours lors de l'été 2010 par le quotidien Paris Normandie. Son deuxième roman, Omaha crimes, a obtenu le prix Sang d'encre de la ville de Vienne en 2007, le prix littéraire du premier roman policier de la ville de Lens 2008, le prix littéraire lycéen de la ville de Caen 2008, le prix Octave-Mirbeau de la ville de Trévières 2008 et le prix des lecteurs Ancres noires 2008 de la ville du Havre, devant les meilleurs auteurs de polar de l'année.
Il publie en 2008 son troisième roman, Mourir sur Seine, qui se déroule pendant l'Armada 2008 de Rouen, et qui s'est vendu en quelques semaines à plusieurs milliers d'exemplaires. Mourir sur Seine a obtenu en 2008 le prix du Comité régional du livre de Basse-Normandie (prix Reine Mathilde). 

Il a publié en 2009 un nouveau roman, Sang famille, destiné à la fois aux adultes et aux adolescents. En 2010, il participe au recueil de nouvelles Les Couleurs de l'instant, avec une longue nouvelle, T'en souviens-tu mon Anaïs ?, qui se déroule à Veules-les-Roses et traite de la « légende » d'Anaïs Aubert.

À partir de 2010, il est publié aux Presses de la Cité. Son roman Nymphéas noirs, huis-clos qui se déroule dans le village de Giverny, sort le 20 janvier 2011. Il obtient un succès critique et populaire important, et remporte notamment le prix des lecteurs du festival Polar de Cognac, le prix du polar méditerranéen (festival de Villeneuve-lez-Avignon), le prix Michel Lebrun de la 25e heure du Mans, le prix des lecteurs du festival Sang d'Encre de la ville de Vienne (« gouttes de Sang d'encre »), le Grand prix Gustave Flaubert de la Société des écrivains normands, devenant ainsi le roman policier français le plus primé en 2011.

Salué par Gérald Collard comme le polar de l'année, Un avion sans elle est récompensé par le prix Maison de la presse 2012, le prix du roman populaire 2012 et le prix du meilleur polar francophone 2012 (Montigny-les-Cormeilles). Vendu à plus de 40 000 exemplaires

(Source : Babélio)

 L'histoire :

       Lyse-Rose ou Emilie ? Quelle est l'identité de l'unique rescapé d'un crash d'avion, un bébé de trois mois ? Deux familles, l'une riche, l'autre pas, se déchirent pour que leur soit reconnue  la paternité de celle que les médias ont baptisée Libellule. Dix-huit ans plus tard, un détective privé prétend avoir découvert le fin mot de l'affaire, avant d'être assassiné, laissant derrière lui un cahier contenant tous les détails de son enquête. Du quartier parisien de la Butte-aux-Cailles jusqu'à Dieppe, du Val-de-Marne aux pentes jurassiennes du mont Terrible, le lecteur est entraîné dans une course haletante jusqu'à ce que les masques tombent. Hasards et coïncidences ne sont-ils que les ricochets du destin ? Ou bien quelqu'un, depuis le début, manipule-t-il tous les acteurs de ce drame ? (Source : Babélio)

 Ce que j'ai aimé :

 Ce roman est tellement un page turner tellement turner que j'ai tourné les pages plus vite que ma lecture, oui, j'avoue, je l'ai lu en diagonale.  Parce que soyons honnête dans ce roman le seul intérêt est la résolution de l'intrigue ! L’ensemble est très dilué, avec des longueurs démentielles si bien qu’il est très facile de le lire en diagonale tout en gardant le fil… 

La psychologie est un très sommaire : entre l'amoureux transi qui harcèle sa belle à coup de textos et d'appels intempestifs, la jeune femme parfaite insaisissable, la jeune psychopathe, les clichés s’accumulent.

Les idées sont tout aussi sommaires : ne vous fiez pas aux apparences, les méchants ne sont pas si méchants ni les gentils si gentils...

L'ensemble ne tient que grâce à cette intrigue démoniaque, mais malheureusement, un indice qui crève les yeux nous met rapidement sur la voie... Il n'en reste pas moins que les rebondissements s'enchaînent, que les contre la montre se mettent en place, que les personnages se dévoilent au fil des pages, et tout cela peut ferrer le lecteur. 

Qui sortira de sa lecture comme sonné, comme quand on passe un après midi devant la télé, devant des séries ou des films ineptes qui ont juste eu le mérite de nous faire passer -ou perdre selon le point de vue- notre temps... 

 Premières phrases :

 "L'Airbus 5403 Istanbul-Paris décrocha. Un plongeon de près de mille mètres en moins de dix secondes, presque à la verticale, avant de se stabiliser à nouveau. La plupart des passagers dormaient. Ils se réveillèrent brusquemnt, avec la sensation terrifiante de s'être assoupis sur le fauteuil d'un manège de foire."

 D'autres avis :

 Babélio


Un avion sans elle, Michel Bussi, Pocket, mars 2013, 7.60 euros

Commenter cet article

Miss Léo 08/02/2014 11:59


Pour être honnête, il ne me tentait que très moyennement. Je vais donc m'abstenir !

Hélène 09/02/2014 10:16



oui il vaut mieux !



Géraldine 07/02/2014 20:22


Si longueurs démentielles, je passe ! Dommage, car le pitch était plutôt sympa !

Hélène 09/02/2014 10:16



il est loooonnnngggg



Manu 02/02/2014 22:18


Oui, bon, je vais passer.

Hélène 03/02/2014 08:02



oui, passe !



Noukette 23/01/2014 23:51


Mince, il est dans ma PAL...

Hélène 24/01/2014 08:33



laisse le là où il est ;)


 



claudialucia Ma librairie 22/01/2014 23:03


Tu es sévère! Je l'avais rencontré au festival de Villeneuve-lez-Avignon. J en'ai lu que les nymphés noirs ; ce que j'avais bien aiméce n'est pas l'hsitoire proprement dite mais le cadre, la
maison de Monet.

Hélène 23/01/2014 08:21



Peut-être que 'les nymphéas" sont mieux...



cathulu 22/01/2014 16:16


Ce sera donc sans moi.

Hélène 23/01/2014 08:23



il vaut mieux éviter le crash en effet...



Valérie 22/01/2014 09:40


Je dois lire Les Nymphéas noirs. Je suis tout de même contente que ce normand ait détronné Amélie Notomb dans la liste des 10 romanciers français vendant le plus de livres. 

Hélène 23/01/2014 08:24



Je vais te surpendre, mais je me demande si je ne préfère pas AMélie...



jerome 21/01/2014 17:43


Déjà quand tu as écrit "salué par Gérard Collard" j'ai senti l'arnaque^^
Un polar tout pourri, quel dommage ;) 

Hélèn 21/01/2014 20:01



ah oui ? ses choix ne sont pas terribles ?



Aifelle 21/01/2014 13:32


J'avais aimé moyennement "nymphéas noirs" surtout pour Giverny et Monet, bien documenté, le reste m'avait semblé bof bof. Je n'ai pas eu envie de relire l'auteur.

Kathel 21/01/2014 12:08


J'étais plutôt mitigée aussi (enfin, tu es plus que mitigée) surtout à cause de la psychologie sommaire des personnages... mais j'ai bien aimé la construction et la résolution de l'intrigue...
Certes c'est un peu long pour y arriver.

Alex-Mot-à-Mots 21/01/2014 10:14


Un de mes préféré de l'auteur, jusqu'à présent.

luocine 21/01/2014 09:57


J 'aime beaucoup le hiatus entre tous les compliments sur l'auteur au début de ton article et ton avis plus que mitigé. C'est pour moi le gros avantage du monde des blogs, les auteurs(es) lisent
les livres dont ils ou elles parlent, peu à peu nous nous créons un réseau de blogueurs et plus souvent blogueuses avec qui nous avons des affinités et nous pouvons choisir des livres qui ont une
grande chance de nous plaire.
Je ne lirai pas ce polar , j'en lis déjà très peu alors un qui est aussi peu défendue par toi. Sûrement pas!!


Luocine

monpetitchapitre 21/01/2014 09:32


Ah zut! J'aime beaucoup cet auteur, j'avais adoré Nymphéas noirs et ce titre m'attend depuis un moment dans ma PAL. Reste plus qu'à le lire pour me faire mon idée.

Yv 21/01/2014 08:13


Ah, heureusement que tu es là, on me l'a prêté et plus il m'attendait moins j'avais envie de le lire, je pensais, avec scrupules, le rendre à sa propriétaire, comme ça en loucedé, mais
maintenant, j'ai des arguments...

Hélène 21/01/2014 08:18



Par contre lis la fin pour être crédible parce que savoir le pourquoi du comment est le seul intérêt du roman !



keisha 21/01/2014 07:21


J'ai été plus radicale que toi, je n'ai pas eu la patience de tout lire, même en diagonale, j'ai foncé directement à la fin, et voilà.

Hélène 21/01/2014 08:18



quelle calamité !