Une bonne épouse indienne de Anne CHERIAN

Publié le par Hélène

                                                bonne-epouse-indienne.gif

 

L’auteur :

Anne Cherian est née en Inde et a étudié aux universités de Bombay, de Bangalore et, finalement, de Berkeley en Californie. Elle vit aujourd’hui à Los Angeles. Elle signe là son premier roman.

 

L’histoire :

A la base de la vie de famille en Inde, il y a les mariages arrangés. C’est une des traditions à peu près immuables encore aujourd’hui maintenue par les mères, les grand-mères, les tantes et les belles-mères, très soigneusement à l’insu ou presque des principaux intéressés.

     Neel a beau avoir étudié aux Etats-Unis et être devenu un brillant anesthésiste dans le plus grand hôpital de San Francisco, il n’y échappera pas — malgré son passeport américain et sa pétulante maîtresse californienne. Au cours d’un bref voyage en Inde, le piège se referme sur lui et le voilà marié à Leila qu’il n’a vue qu’une fois.
Certes, elle est belle, douce, cultivée, intelligente — bien plus qu’il ne l’imagine — mais il n’en veut pas. Obligé de la ramener avec lui à San Francisco, il va lui mener la vie dure, avec comme seule idée de s’en débarrasser.

 

Ce que j’ai aimé :

-          C’est une lecture facile, relativement dépaysante, qui  porte un regard neuf sur les mariages arrangés.

 

Ce que j’ai moins aimé :

Je dois avouer que j’ai lu de nombreux passages en diagonale tant ils débordaient de clichés. J’ai trouvé ce roman terriblement attendu, tout est calibré, aucune surprise ne se dévoile au hasard d’une page, et les états d’âme de Neel et de sa belle épouse indienne ont fini par me lasser.

La conclusion de cette cruche chère Leila est de plus très discutable : il vaut mieux faire confiance à sa famille qui nous connait bien pour nous choisir un mari, plutôt que d’opter pour quelqu’un qui ne partage ni notre culture, ni notre situation  sociale, ni notre éducation… Terriblement réducteur et appauvrissant à mon avis (et dangereux quand on sait qu'à une époque Jean-Luc Delarue était considéré comme le gendre idéal pour la ménagère de moins de 50 ans...)

 

Premières phrases :

« Le billet d’avion et l’aérogramme arrivèrent le même jour. L’équipe de nettoyage avait déposé le courrier en une pile bien nette sur le plan de travail de la cuisine. Comme toujours, l’appartement était impeccable, et l’odeur âcre et tenace du produit désinfectant rappelait à Neel l’hôpital. »

 

Vous aimerez aussi :

Quand viennent les cyclones de Anita NAIR

 

Une bonne épouse indienne, Anne Cherian, Traduit de l’anglais par Josette Chicheportiche, Mercure de France, 26,50 €

POCHE : Une bonne épouse indienne, Anne Cherian, Traduit de l’anglais par Josette Chicheportiche, Folio, 7.80 euros

Publié dans Littérature Asie

Commenter cet article

Hélène Choco 11/10/2011 11:06



Je crois que je vais essayer de le lire, justement à cause du regard porté sur les mariages arrangés. Et derrière, comme je vais être agacée, je vais enchainer sur un Simone de Beauvoir histoire
de rétablir l'équilibre...


J'ai ri en lisant ton billet notamment sur le qualificatif que tu accordes à Leila (enfin... il est barré..)



Hélène 27/10/2014 08:13

J'ai bien précisé qu'il avait plu à certaines de mes amies, il en faut pour tout les goûts, je le reconnais. J'ai noté "L'équilibre du monde", je vous conseille aussi "Le tigre blanc" un vrai coup de poing.

Elisa 26/10/2014 21:24

Quel snobisme ...hérissant vos commentaires...
C'est un très bon livre qui décrit un arrangement qui a encore cours ...
Pour ma part ,j'ai trouvé l'écriture fluide les situations,les personnages tout sonne juste ..
A conseiller pour découvrir un monde inconnu,et si vous voulez vous faire les dents lisez donc " l'équilibre du monde " une description de l'Inde ,un livre puissant ,dur ,difficile ,et alors la oui par magie on se met a apprécier " une bonne épouse indienne """

Hélène 11/10/2011 11:37



La libraire me l'a vendu en me disant qu'il pouvait plaire à tous les publics, aussi bien ceux qui aimaient les romans légers que ceux qui préféraient plus de profondeur mais je ne pense pas
qu'elle faisait entrer dans cette dernière catégorie les lectrices de Simone de Beauvoir...  enfin, tu peux le lire,
tu me diras ce que tu en penses



Anne(De poche en poche) 07/10/2011 18:50



C'est amusant parce que je suis en train de lire "Le tigre blanc" de Aravind Adinga donc comme toi, je suis dans une ambiance de lecture indienne qui est bien particulière mais que j'aime
beaucoup.



Hélène 07/10/2011 21:25



J'ai hâte d'avoir ton avis sur "le tigre blanc", j'ai adoré pour ma part !



Marie 07/10/2011 13:44



Hérisser : oui, c'est probablement l'effet que me ferait ce roman !


Tout comme je me suis hérissée en voyant la superbe faute que j'ai déposée dans mon commentaire précédent : tu CITES bien sûr ! Bouuuu la honte ! 


 



Hélène 07/10/2011 15:27



Bof tu parles, les fautes de frappe ça existe non ?


 



Marie 07/10/2011 13:36



Hou là là ! Je crois que les points négatifs que tu citent vont me faire fuir loin de ce livre !  



Hélène 07/10/2011 13:42



C'est une lecture facile qui a plu à certaines de mes amies, personnellement, ce roman a eu tendance à me hérisser !



Kathel 06/10/2011 18:39



Ah, ah, j'adore ton commentaire sur Jean-Luc Delarue ! J'avais lu le début de ce roman, un extrait que je trouvais plutôt attirant, mais je crois que je n'irai pas plus loin...



Hélène 07/10/2011 11:06



Oui, contente toi d'un extrait !



Alex-Mot-à-Mots 06/10/2011 16:05



Comme toi, je passe en survol certains passages de certains romans quand ils m'agacent.



Hélène 07/10/2011 11:05



Je voulais quand même connaître la fin, sinon, je l'aurais simplement abandonné...