Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La vie de Frédérick Douglass, esclave américain, écrite par lui-même de Frédérick DOUGLASS

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥

«Vous avez vu comment d'un homme on fit un esclave ; vous verrez comment un esclave devint un homme.»

Dans ce témoignage personnel, Frederick Douglass, ancien esclave américain en 1845, raconte son enfance sur la plantation, les différents maîtres auxquels il a été confronté, la violence omniprésente, et l'espoir d'échapper à ce destin affreux. Frédérick a oeuvré pour ne plus être un esclave : il a compris notamment que l'oppression passait par l'abêtissement si bien qu'il a appris à lire et à écrire, et peu à peu, a réussi à conquérir sa liberté. Mais avant cette liberté rédemptrice, combien d'humiliations, de violences gratuites, de déshumanisation a-t-il dû subir ....

Par le biais de ce témoignage personnel, Frédérick Douglass dénonce l'esclavage et son ignominie. Il souligne également l'hyprocrisie de ces hommes prétendument religieux et capables pourtant du pire. Son réquisitoire est sans appel, la force du style appuyant la force des propos, usant d'images fortes et marquantes "il la fouettait pour la faire crier et la fouettait pour la faire taire."

Cette édition est assortie d'un dossier didactique très complet.

A lire à partir de la classe de la 4ème.

Présentation de l'éditeur : Gallimard

Partager cet article

Repost0

La trilogie de Corfou tome 2 - Oiseaux, bêtes et grandes personnes de Gérald DURRELL

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥ ♥

Gerald Malcolm Durrell était un naturaliste, écrivain et présentateur de télévision britannique, connu pour avoir fondé le Durrell Wildlife Conservation Trust et le Zoo de Jersey, sur l'île de Jersey, dans la Manche, en 1958. Il a passé une partie de son enfance en Inde et à Corfou ce qui lui a inspiré "La trilogie de Corfou" dont il s'agit ici du deuxième tome (lisez aussi le premier, tout aussi savoureux Ma famille et autres animaux
mais vous pouvez toutefois les lire indépendamment l'un de l'autre)

Avec beaucoup d'humour, il raconte sa jeunesse sur l'île de Corfou aux côtés de sa mère, de sa soeur et de ses deux frères, et de la ménagerie qu'il se crée, en parfait naturaliste débutant. Ainsi, il n'hésite pas à adopter des hiboux, des hérissons, des hippocampes, et tente même d'acquérir un ours qui danse. Son observation attentive de la nature lui permet de contempler avec délices le spectacle fascinant de ce qui l'entoure. Il accompagne les pêcheurs, s'aménage une mare sur la plage pour y placer ses trouvailles, observe les bousiers, traque les argyronètes (araignées d'eau) et n'hésite pas à ramener chez lui une tortue morte pour la dépecer sur la terrasse, ce qui ne ravira pas sa famille, pourtant habitué à ses frasques naturalistes.

Sa famille est tout aussi haute en couleurs Larry ayant la fâcheuse tendance de ramener dans la maison familiale des amis improbables comme ce Sven capable de jouer - faux- des airs d'accordéon jusque plus soif, ou ce capitaine très séducteur, et très peu capitaine. Sa mère est toute dévouée à ses enfants, offrant un âne à Gerry pour l'accompagner dans ses pérégrinations, et n'hésitant pas à affronter une spirite pour sortir Margo et son acné de ses griffes.

En passionné invétéré, Gérald Durrell est entièrement dédié au présent et savoure chaque seconde passée aux côtés de ceux qu'il aime au coeur de son île paradisiaque. Comme s'il souhaitait retenir ces moments hors du temps, avant que la famille ne s'éparpille et que la guerre ne s'annonce.

"L'air chaud, le vin et la mélancolique beauté de la nuit m'emplissaient d'une délicieuse tristesse. Ce serait toujours ainsi, pensais-je. L'île lumineuse, accueillante, pleine de secrets, ma famille et mes animaux autour de moi et , par-dessus le marché, nos amis."

A savoir : Ces romans autobiographiques ont été adaptés pour la télévision sous le titre "The Durrells" (titre français La Folle Aventure des Durrell) en 2016.

Vous aimerez aussi : Le premier tome Ma famille et autres animaux

 

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article

Repost0

Penss et les plis du monde de Jérémie MOREAU

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥ 

À l’aube des temps, alors qu'il devrait aider son clan à chasser, Penss préfère passer ses journées à contempler la beauté de la nature. Mais comme il est incapable de participer à la survie du clan, il est chassé et contraint de survivre seul, démuni. Sa mère meurt peu de temps après, et si lui survit, il ne voit plus la nature du même oeil : il la voit désormais comme un ennemi qu'il faut maitriser pour espérer pouvoir survivre.

 

Penss oscille sans cesse entre appel à la solitude et volonté -et nécessité - d'appartenir à un clan et cette incapacité à choisir entre l'appel et son cœur et la sagesse de la raison le mène au seuil de situations dramatiques :

"C'est à ça que sert un clan. Il nous donne une raison de vivre. Et ce n'est qu'à travers lui que nous pouvons prétendre à un brin d'éternité."

Personnage atypique comme l'était Grimr, Penss nous enjoint à nous interroger sur le monde qui nous entoure, sur nos choix face à lui et sur leurs implications.

Ce que j'ai aimé :

Les aquarelles sont magnifiques. L'histoire entre préhistoire et philosophie est fascinante, si bien que ce récit ne peut que marquer les esprits.

Ce que j'ai moins aimé :

Néanmoins, j'ai ressenti une tristesse lancinante dans ce récit qui a un peu gâché mon plaisir.

 

Du même auteur : La saga de Grimr ; Le singe de Hartlepool

Présentation de l'éditeur : Delcourt

Partager cet article

Repost0

Dans le murmure des feuilles qui dansent de Agnès LEDIG

Publié le par Hélène

Au préalable, j'aimerais vous prévenir qu'il ne s'agit pas là du genre de lecture que je choisis et apprécie habituellement. Mais je me suis laissée convaincre, et j'ai voulu tenter à nouveau malgré tout. A tort.

Le pitch : "Anaëlle, jeune femme en recherche d'informations pour l'écriture de son roman, engage un échange épistolaire avec Hervé, procureur de province. Celui-ci, vivotant dans une routine qui l'ennuie, s'y plonge avec délectation, au grand dam de sa greffière, rapidement agacée par cette insupportable correspondance.

Parallèlement, Thomas, menuisier passionné de nature, s'appuie sur la force des arbres et sa connaissance des sous-bois pour soutenir son petit frère, en proie à une longue hospitalisation.

C'est une petite maison qui sera à la croisée de leurs destins. "

J'ai été exaspérée par les images naïves "Vous êtes réellement une petite fleur de printemps au milieu d'une étendue morne et stérile."

"Celui qui mange sans sel depuis toujours n'a pas conscience de ce qu'une pincée peut apporter dans la révélation des saveurs. Voilà, vous êtes ma pincée de sel. Et je n'ai plus envie de manger fade."

Exaspérée par des phrases toutes faites dégoulinantes de clichés et de bonnes intentions :

"Il y aura toujours des drames injustes, et toujours des imbéciles qui ne comprennent rien à la vie, ni à pourquoi elle vaut la peine d'être vécue, simplement, sans se rajouter des problèmes parce qu'on n'en a pas assez, ou alors des pas assez graves."

"Oui, on peut me corrompre en m'offrant de bons chocolats ! je suis une faible femme."

Alors même si la fin densifie un peu le propos en offrant une bluette amoureuse inattendue, même si les destins son émouvants, même si l'histoire personnelle de l'auteure m'a attendrie, je ne suis toujours pas convaincue par ce type de littérature ! C'est décidé, je ne tente plus le "Feel Good" car l'effet souhaité n'est pas atteint avec moi, ça m'énerve et m'ennuie !!

 

Présentation de l'éditeur : Albin Michel

D'autres avis : je vois beaucoup d'avis positifs, donc j'imagine que, POUR QUI AIME CE TYPE DE ROMANS "Feel Good", il est recommandable.

 

Merci à l'éditeur.

Partager cet article

Repost0

La dame de Reykjavik - Le secret de Ragnar JONASSON

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥ 

Hulda, soixante-quatre ans, est à la fin de sa carrière en tant qu'enquêtrice du poste de police de Reykjavik. Dans ce monde masculin, elle a rencontré des difficultés pour trouver sa place, et sa direction la pousse vers la sortie pour la remplacer par une jeune homme fringant. Affolée à l'idée de ses heures creuses qui s'offrent à elle, elle demande une dernière faveur à son chef : rouvrir une affaire non résolue. Elle choisit de s'intéresser à la mort de Elena, jeune russe demandeuse d'asile.

Le personnage de Hulda est intéressant, à l'orée de la retraite, hésitant à se lancer dans une histoire d'amour, avec un passé conséquent, il est peu commun dans les romans policiers. Ses failles lui apportent de la profondeur et c'est elle qui concentre l'intérêt du roman. Les paysage islandais, entre beauté et solitude, répondent aux ambiguïtés de son personnage et on finit par se prendre aux mailles de son enquête.

Une belle surprise pour une trilogie qui compte déjà deux tomes, j'irai lire le suivant avec plaisir !

Du même auteur : Snjor  ; Sott

Présentation de l'éditeur : La Martinière

Partager cet article

Repost0

La vague de Todd STRASSER

Publié le par Hélène

♥  

« Et pour le restant de vos jours, jamais, au grand jamais, vous ne permettrez à un groupe de vous déposséder de vos libertés individuelles. »

La Vague, paru en 1981, est une adaptation du téléfilm La Vague, lui-même inspiré de La Troisième Vague, une expérience de psychologie pratique réalisée au lycée Cubberley en Californie en 1969 par le professeur d'histoire Ron Jones. Celui ci a en effet conduit une expérience particulière : ses élèves s'étonnant que les allemands aient pu suivre aussi aveuglément Hitler, il en vient à se demander si ce comportement est inexplicable. Il fonde alors un mouvement qu'il appelle "la vague", avec comme principes « La force par la discipline, la force par la communauté, la force par l'action ». Cette expérience rencontre rapidement un enthousiasme fulgurant chez les élèves, mais apparaissent aussi des menaces, de la délation et de la paranoïa chez ceux, comme le personnage de Laurie, qui émettent des réserves.

Le professeur stoppera cette expérience en tirant une leçon :  «  Vous avez échangé votre liberté contre une pseudo égalité. Mais cette égalité vous l’avez transformée en supériorité sur les non-membres. Vous avez accepté la volonté du groupe face à vos propres convictions, sans vous soucier de ceux qui en souffraient. »

Il en déduit que le fascisme semble se tapir en chacun de nous, ce qui nous enjoint à être pleinement responsables de nos propres actes et à réfléchir à ce que nous faisons plutôt que de suivre un chef aveuglément.

Ce que j'ai aimé :

Cette expérience et ses résultats sont glaçants, et le récit prend le lecteur à la gorge, si bien qu'on ne peut qu'avancer dans la lecture, pressé de savoir comment tout cela va finir...

Ce que j'ai moins aimé :

Le style tient plus du témoignage d'adolescent. Les clichés adolescents sont au rendez-vous également avec la jalousie entre copines, la popularité des joueurs de foot, les faibles et les forts qui s'affrontent. La morale est somme toute assez sommaire aussi, au fond, tout un chacun connait la puissance du groupe et ses méfaits potentiels.

Bilan :

Une expérience édifiante qui encourage malgré tout à rester sur ses gardes...
 

Présentation de l'auteur : Pocket

A noter un film et une série Netflix.

Partager cet article

Repost0

Paris-Venise Florent OISEAU

Publié le par Hélène

♥ ♥ 

Roman vient de trouver un job sur le Paris-Venise. A 30 ans, ce job est une chance étant donné qu'il s'est fait viré de son job de réceptionniste pour avoir permis à des copains d'utiliser les chambres vides de l'hôtel quand ils ramenaient des filles en fin de soirée. Dans le Paris-Venise ses tâches sont simples, mais il se heurte tout de même au trafic de clandestins, aux douaniers scrupuleux ou aux descentes de pickpockets. Mais Roman n'en a cure, quand son projet dépasse de loin toutes les perspectives professionnelles : séduire la belle Juliette, sa nouvelle collègue.

Le ton est allègre, le gars naïf à souhait, anti-héros ordinaire, peu scrupuleux, un homme tellement proche de nous. Les dialogues alertes émaillent le récit :

"-Comment s'est terminée votre dernière aventure professionnelle ?

- Comme une histoire d'amour, monsieur, avec des regrets et quelques jolis souvenirs.

- Vous vous êtes fait virer.

- Oui"

Ce que j'ai moins aimé :

Côté intrigue, c'est un peu mince et ça s'embourbe dans les retards du Paris Venise.

Bilan :

Alors oui c'est frais et moderne mais c'est un peu juste pour marquer les mémoires...

 

 

Partager cet article

Repost0

Mafioso de Ray CELESTIN

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥ 

Il s'agit ici du troisième volet de la quadrilogie de Ray Célestin consacrée à  retracer l'histoire du jazz et de la mafia pendant cinquante ans au XXème siècle. "Selon un procédé inspiré de l'Oulipo, chacune des quatre parties présente une ville, une décennie, un morceau, une saison, un thème et des conditions météorologiques différentes." explique l'auteur. Il nous entraine cette fois-ci à New-York, en 1947. La mafia règne sur la ville, les familles s'affrontent, et au sein de la famille Luciano, une lutte souterraine s'engage entre Franck Costello et Vito Genovese. La chasse aux communistes s'organise, touchant cette fois-ci Hollywood.  

Tous les occupants d'un hôtel de Harlem sont massacrés et le fils de Michael Talbot est accusé du meurtre. Il fait appel à Ida Davis, ancienne détective de l'agence Pinkerton pour l'aider à sortir son fils Tom de prison. Parallèlement Gabriel Leveson, patron d'un club en vogue de Manhattan se retrouve lui aussi mêlé à cette affaire.

Ce que j'ai aimé :

L'auteur a su savamment entremêler faits historiques, personnages connus et personnages fictifs, les frontières sont troubles et accusent son talent. Les personnages sont toujours aussi bien campés, Ida, à un tournant de sa vie, Michael, vieillissant et désarmé face aux accusations qui touchent son fils. Gabriel, englué dans ses relations avec la mafia, et prêt à tout pour préserver sa nièce est, lui aussi, criant de vérité. L'auteur nous plonge dans un monde réaliste, enneigé et brumeux, dans lequel les frontières entre clans, entre vertus et vices, peuvent s'estomper facilement.

Ce que j'ai moins aimé :

- Des longueurs

- La présence de Louis Armstrong et du jazz est discrète par rapport aux autres tomes.

Bilan :

Un bon roman, assez sombre, mais j'ai préféré les tomes précédents Carnaval et Mascarade

 

Présentation de l'éditeur : Le cherche midi

Partager cet article

Repost0

De terre et de mer de Sophie VAN DER LINDEN

Publié le par Hélène

♥ ♥  ♥ ♥ 

Henri se rend sur l' île de Batz en Bretagne, dans le but de retrouver Youna, femme qu'il a aimée jadis. Il passera vingt-quatre heures sur l'île, rencontrera quelques silhouettes, errera, cotoiera Youna, pour finalement repartir, seul.

Ce délicat roman est construit comme un plan séquence cinématographique, s'attachant à un personnage, Henri, puis un pêcheur, puis un fermier, un cuisinier ou même un chat, au fil des errances de la narration, qui revient toujours à ce personnage principal, Henri. Celui ci est peintre et l'île et ses couleurs nous apparaissent sous ses yeux. L'écriture de l'auteure procède en effet par touches impressionnistes, s'attachant davantage aux  sensations qu'à une description réaliste du lieu. Cette façon de raconter si particulière, par touches fines, n'est pas sans rappeler celle de Virginia Woolf.

Sophie Van der Linden nous plonge dans cette Bretagne du début du XXème siècle, et nous emporte hors du temps, dans un temps suspendu entre terre et mer, loin de l'Histoire qui, pourtant, risque de surgir subitement. Elle nous fait vivre un moment de grâce, teinté d'éternité...

 

D'autres avis : Babélio

Présentation de l'éditeur : Buchet Chastel

Partager cet article

Repost0

Sélection romans indiens

Publié le par Hélène

Ce week-end devait avoir lieu le salon du livre dédié à L'inde. Annulé, rien ne nous empêche de nous plonger malgré tout dans la littérature indienne. Voici mes trois romans préférés :

La colère des aubergines de Bulbul SHARMA 

Un petit livre à s'offrir ou à offrir sans hésiter. Il conjugue des histoires divertissantes et drôles sur les femmes indiennes, et des recettes indiennes savoureuses qui en raviront plus d'un...

  Le tigre blanc de Aravind ADIGA

Un véritable chef d'oeuvre qui nous fait découvrir effectivement l'Inde sous une autre facette, nous entraînant bien loin des clichés de Bollywood... A lire ABSOLUMENT...

L’année des secrets d’Anjana APPACHANA 

 Foisonnant, nous emportant dans l'intimité d'une famille aux secrets bien gardés, L'année des secrets est un roman résolument très prenant.

 

Et vous ? lesquels conseilleriez-vous ?

Partager cet article

Repost0