Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Indian creek : un hiver au coeur des Rocheuses de Pete FROMM

Publié le par Hélène

                     

♥ ♥ ♥  

Un bon roman d’aventures au coeur des Rocheuses.

 

 

L'auteur :

 

Pete Fromm est un écrivain américain contemporain. Lors de l'hiver 1978, il accepte un travail pour l'office de réglementation de la chasse et de la pêche dans l'Idaho, et c'est ensuite cette expérience qu'il relate plusieurs années plus tard dans Indian Creek. A part ce roman-là et un recueil de nouvelles Avant la nuit, ses romans ne sont pas encore traduits en français.

 

L’histoire :

 

Le narrateur Pete Fromm lui-même, décide de se transformer en aventurier en acceptant un travail au cœur des Rocheuses durant les sept mois d’hiver. Il est ainsi chargé de surveiller des œufs de saumon implantés dans une rivière. Il dormira donc dans une tente à proximité de ladite rivière et devra apprendre à composer avec la dure loi de la vie sauvage…

 

Ce que j’ai aimé :

 

-          La fluidité du récit : je ne me suis pas ennuyée une seule seconde (contrairement au narrateur) tant le rythme est enlevé et le style vivant et drôle.

-          Les aventures s’enchaînent judicieusement, entre tentatives de chasse, rencontre avec un lynx ou un puma, visite de chasseurs…

 

 Ce que j’ai moins aimé :

 

-          Peut-être l’absence de réflexions philosophiques ou écologiques ou…, bref, l’absence de réflexions. Le texte nous livre les aventures de façon brute, sans fioritures, et personnellement, j’en aurais bien appréciées quelques unes…

 

Premières phrases :

 

  "Après le départ des gardes, la tente que nous avions dressée me parut encore plus petite. Je me tenais devant elle, et un frisson que je croyais dû à une bourrasque me parcourut le cou. Allais-je vraiment vivre là-dedans désormais ? Serait-ce là mon foyer pour les sept mois à venir ? Seul, durant tout un hiver ?"

 

Vous aimerez aussi :

 

Là où se trouvait la mer, Rick BASS

 

Indian creek, Pete FROMM, Editions Gallmeister, Nature Writing, sept. 2006, 266 p., 22.90 euros

POCHE : Indian creek, Pete FROMM, Editions Gallmeister, Totem, avril 2010, 237 p., 9 euros

 

Partager cet article

Repost 0

Les ruines du ciel de Christian BOBIN

Publié le par Hélène

 les ruines du ciel

♥ ♥ ♥ 

Un petit bijou poétique concentré autour de la destruction de Port Royal. 

 

L'auteur :

 Christian BOBIN est un écrivain français contemporain, auteur de "fragments", des textes en prose poétiques. Il a connu le succés à partir de 1991 avec Une petite robe de fête.

 L'histoire :

Les livres de Christian BOBIN n’ont pas d’histoire… Il préfère la contemplation à l’action, aussi choisit-il un fil conducteur, ici la destruction de Port Royal par Louis XIV, puis, serpente-t-il sur des sentiers vagabonds semés d’aphorismes, de réflexions, de fragments… 

   « Qu’est-ce que Port-Royal ? » explique-t-il, « C’est une poignée d’hommes et de femmes qui ne se laissent pas éblouir par le roi soleil, qui préfèrent la course des nuages à celle des honneurs. Ils pensent qu’il y a autre chose dans la vie que l’argent, la gloire ou la puissance. Ils parient sur cette autre chose. » 

 Ce que j’ai aimé :

-          Sa poésie en général, présente à toutes les pages :

« La pluie, si belle avec son insouci de plaire et la fièvre de ses longs yeux gris. » (p.174)

-          Plus spécifiquement, la poésie du quotidien, ou l’art de transformer le détail quotidien en un miracle :

« Les ablutions musicales des oiseaux sont toute ma religion. » (p. 72)

« L’art de vivre consiste à garder intact le sentiment de la vie et à ne jamais déserter le point d’émerveillement et de sidération qui seul permet à l’âme de voir. 

Le monde ne devient réel que pour qui le regarde avec l’attention qui sert à extraire d’un poème le soleil qu’il contient. » (p. 28)

-          Sa façon d’appréhender l’écriture et le livre :

« L’écriture est le doigt qui montre le miracle. » (p. 175)

 

Ce que j’ai moins aimé :

-          Je suis une inconditionnelle de Christian BOBIN, vous ne pourrez pas me faire dire du mal de lui…

 Premières phrases :

« Angélique Arnaud, abbesse de Port-Royal, morte le 6 août 1661, passe devant la fenêtre du bureau où j’écris. »

 Vous aimerez aussi :

Lambeaux de Charles JULIET

 

Les ruines du ciel, Christian BOBIN, Gallimard, octobre 2009, 182 pages, 15.50 euros

Partager cet article

Repost 0

La colère des aubergines de Bulbul SHARMA

Publié le par Hélène

50263852-1-.jpg 

 

 

 

♥ ♥  

 

Un petit livre à s'offrir ou à offrir sans hésiter. Il conjugue des histoires divertissantes et drôles sur les femmes indiennes, et des recettes indiennes savoureuses qui en raviront plus d'un...

 

 

 

 

 

  L'auteur :

 

  Bulbul SHARMA est peintre et écrivain. Elle réside à Dehli en Inde. Elle est     l'auteur de recueils de nouvelles dont seulement deux sont traduits en français : La colère des aubergines et Mes sacrées tantes.

 

L’histoire :

 

Il s’agit d’un recueil de nouvelles indiennes. Les femmes sont au coeur de ces histoires, on y découvre leurs façons de vivre, leurs conflits, leurs statuts dans la famille, et surtout leur cuisine. En effet la cuisine est le centre de l'univers de ces femmes, et chaque nouvelle se termine par une nouvelle recette.
 

Ce que j’ai aimé :

 

-       Ces nouvelles nous entraînent vers des univers peu connus.

-       Les propos sont drôles et légers, même si sous-jacentes, nous sentons des tensions plus graves, comme chez cette femme qui, chaque année, cherche un prêtre pour un rite funéraire en l’honneur de son mari et qui n’est jamais satisfaite, cachant là sans doute une peine incommensurable :

 

« Elle suspectait certains d’entre eux de n’être pas d’authentiques brahmanes, en leur voyant l’air négligé et les pieds crevassés, terreux. « Un vrai prêtre a des pieds de bébé, doux et propres, parce qu’il se les lave régulièrement. » affirmait-elle. » (p. 146)

 

-       Ces récits sont un véritable régal pour nos sens puisqu'au coeur de leurs propos bouillonnent les marmites qui nourriront les protagonistes.

 

« Elle savourerait le goût relevé et légèrement aigre des pois, mordrait dans la pâte croustillante du samosa et laisserait fondre lentement dans sa bouche le mélange de pommes de terre et d’épices qu’il contenait » (p. 125)

 

-       Les recettes originales, insérées en fin de nouvelle sont de très bonnes surprises. Elles sont faciles à réaliser et toujours savoureuses, du « Biryani vert » au « Pickle de mangue » en passant par le « Chutney à la menthe ». Un lexique détaille en fin de livre les ingrédients typiquement indiens inconnus à la cuisinière européenne.

 

Ce que j’ai moins aimé :

 

-       Le manque de profondeur : l’auteur donne l’impression que la seule préoccupation des femmes indiennes est de bien nourrir et de rendre heureux leurs maris.

 

Premières phrases :

 

« Buaji comptait sur le bout de ses doigts tout en mesurant le ghî. Chaque cuillerée tombait lourdement comme une motte de terre mouillée lors d’un glissement de terrain, pour atterrir exactement au centre du bol tenu d’une main ferme par le cuisinier.»

 

 

Vous aimerez aussi :

 

Le Dieu des petits riens de Arundhati ROY

 

La colère des aubergines, Bulbul SHARMA, Philippe PICQUIER, mai 1999, 189 p., 17.53 euros

POCHE : La colère des aubergines, Bulbul SHARMA, Picquier poche, oct. 2002, 201 p., 6.50 euros

 

 TAGS : Littérature indienne - Femmes - Couple - Cuisine

 

Elles l'ont aussi lu :Ys, Leiloona et Keisha.

Publié dans Littérature Asie

Partager cet article

Repost 0

La joueuse d’échecs de Bertina HENRICHS

Publié le par Hélène

Joueuse-d--echecs.jpg 

 

 

 ♥ ♥ ♥

Une petite merveille à découvrir. Un trés beau portrait de femme.

 

 

L'auteur : 

Bertina Henrichs est une romancière et scénariste allemande qui réside en France. La joueuse d'échecs fut son premier roman publié en 2005, That's all right mama l'a suivi en 2008.

L’histoire :

Eleni et sa famille vivent sur l’île de Naxos en Grèce. Eleni est femme de chambre, elle se laisse porter par le cours du temps, convaincue de l’inutilité de toute résistance. Jusqu’au jour où, en faisant le ménage dans la chambre d’un couple de français, elle ramasse une pièce d’échecs tombée d’un jeu d’échecs. Un fou. Animée par une fascination pour Paris et son univers, elle s’approprie alors cette passion pour les échecs, ayant ainsi l’impression de devenir un peu parisienne. Elle demande à son vieux professeur Kouros de l’initier aux règles particulières du jeu. « Folie »  se dit-elle.

Ce que j’ai aimé :

-       La construction : La joueuse d’échecs ressemble par sa construction à un conte de Perrault, formé sur le même schéma classique du récit : situation initiale, élément perturbateur, péripéties… Et comme pour les contes, cela fonctionne merveilleusement bien.

-       La psychologie très fine des personnages : Eleni s’étoffe au fur et à mesure de son apprentissage du jeu d’échecs, ses réflexions gagnent en consistance. De simple pion qui se laissait porter par les évènements, elle devient reine de son île, basculant dans un autre univers. Les autres personnages vont évoluer favorablement à son contact, tel son mari Panis, qui derrière ses allures de mâle dur et fier, cache des trésors de bonté de d’intelligence, ou son professeur, adepte convaincu de la solitude qui découvrira les bienfaits de l’amitié.

-       L’humour caché derrière les propos plus profonds. Comme quand Eleni Eleni doit dissimuler son jeu d’échecs dans le congélateur « bien au froid » si elle ne veut pas être la risée de l’île.

Cette passion doit en effet rester secrète, car Eleni connaît Naxos, un petit monde fermé, avec « ses lois implicites », ses règles, son « code d’honneur » : une femme de chambre qui joue aux échecs est une « excentrique » qui délire.

Ce que j’ai moins aimé :

-       Là encore, j’ai tout aimé.

Premières phrases :

« C’était le début de l’été. Comme tous les jours, Eleni gravit la petite colline qui séparait l’hôtel Dionysos du centre de la ville à l’heure où le soleil apparaissait à l’horizon. »

Vous aimerez aussi :

 

 

Battement d’ailes de Milena AGUS

 

 

La joueuse d’échecs, Bertina HENRICHS, Liana Levi, sept 2005, 151 pages, 15 euros

POCHE : La joueuse d’échecs, Bertina HENRICHS, LDP, janvier 2008, 5 euros 

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article

Repost 0

Park life de Shuichi YOSHIDA

Publié le par Hélène

 park_life-1-.jpg

 

 

 

 ♥ ♥ ♥

 

Un roman magique, statique et poétique centré sur les visiteurs d'un parc.

 

 

 

 

L'auteur :

 

Yoshida Schuichi est un écrivain japonais. Park Life a été couronné en 2002 du prix Akutagawa, l'équivalent du Goncourt au Japon. Il a également publié Parade, toujours aux Editions Picquier.

 

L’histoire :

 

Le narrateur est un jeune employé qui vit près du parc de Komazawa, et travaille non loin du parc Hibiya, et va rencontrer dans le métro qui relie ces deux axes, une femme avec qui il va partager quelques instants, au hasard des rencontres ou des rendez-vous.

 

Ce que j’ai aimé :

 

- Sa poésie aérienne : comme dans de nombreux romans japonais, rien de particulier ne se passe, et ce rien crée la poésie. Le lecteur se laisse juste bercer par un rythme lancinant qui l’emporte dans les airs et lui laisse tout le loisir d’observer le monde en prenant de la hauteur.

- Sa poésie terrienne : le monde est ainsi transfiguré, le quotidien devient magique, tout est sujet à émerveillement :

 

« Sous nos yeux, le jet d’eau a pris de la hauteur. A ce moment précis, la brise de printemps a soufflé sur le square, et une poussière de gouttelettes a jailli tout autour. » (p. 16)

 

 « Un jour, j’ai demandé à M. Kondô : « Mais pourquoi est-ce que tout ce monde vient au parc ? » Il a médité très sérieusement, chose rare chez lui, avant de me dire nettement : « Ils se sentent soulagés. » Comme ce n’était pas une réponse en l’air, je n’ai pas voulu insister, mais il a ajouté : « Même si tu ne fais rien dans un parc, personne ne viendra te le reprocher. Au contraire si tu veux faire quelque chose, comme du racolage ou un discours, on te chassera.» » (p.80)

 

- Ses pistes de réflexion multiples : sur l’identité, la solitude, la connaissance, les liens ténus qui se tissent entre les êtres…

 

Ce que j’ai moins aimé :

 

-          Je ne vois rien à redire, j’ai tout aimé

 

Premières phrases :

 

 « Dans le carrefour souterrain de Hibiya circulent trois lignes. Si l’on compare par exemple le bâtiment Marion de Yûrakuchô à la partie décorative d’un gâteau d’anniversaire, et qu’on découpe ce quartier de haut en bas en deux parties tranchées, sur la partie biscuit moelleux les stations et les couloirs du métro doivent être alvéolées comme une fourmilière. Même si la décoration de surface est brillante, un gâteau au corps spongieux n’a rien d’affriolant. »

 

Vous aimerez aussi :

 

Les années douces de Hiromi KAWAKAMI

 

Park Life, Shuichi YOSHIDA, Philippe PICQUIER, sept 2007, 128 p., 12.50 euros

POCHE : Park Life, Shuichi YOSHIDA, Picquier poche, janvier 2010, 128 p., 6 euros 

D'autres romans japonais ici :   challenge-In-the-mood-for-Japan

 

TAGS : Littérature japonaise - Poésie du quotidien

 

Partager cet article

Repost 0

Un automne à River Falls de Alexis AUBENQUE

Publié le par Hélène

arton13530[1]

 

 

♥ ♥  

Un thriller qui fonctionne bien malgré de nombreux écueils.

 

 

L'auteur :

Alexis AUBENQUE est un auteur français libraire de profession, jusqu'ici plutôt tourné vers la science fiction. Sept jours à River Falls  fut son premier thriller en 2008, suivi en 2009 par Un automne à River Falls.

L’histoire :

En ce début d’automne, deux meurtres sont commis à River Falls, ville dont le shérif Mike Logan se doit d’assurer la tranquillité. Il va donc enquêter aux côtés de sa compagne Jessica Hurley, profileuse au FBI, pour placer derrière les barreaux les meurtriers de Robert Gordon, célèbre avocat, et celui d’un SDF inconnu. A priori les deux affaires ne semblent pas liées…

Ce que j’ai aimé :

-       Les nombreuses ramifications mises en place : nous suivons ainsi parallèlement l’histoire de deux frères nouvellement arrivés sur le campus, sans savoir si un lien unie les jeunes hommes aux meurtres

-       Le suspense mieux travaillé que dans le premier opus.

-       Les multiples rebondissements.

Ce que j’ai moins aimé :

-       Les premières scènes qui se déroulent à l’université, vulgaires et réductrices.

-       La relation entre Hurley et Logan, un peu trop fleur bleue à mon goût :

 

« Une fois encore, Hurley fut subjuguée par l’aplomb de son homme. » (p.102)

 

« - Je suis très en colère contre toi, lança-t-elle d’une voix difficilement maîtrisée. Tu as de la chance de prendre conscience de ta bêtise ! » (p. 205)

 

-       La psychologie des personnages reste relativement peu approfondie, simplifiée au maximum.

-       Les réflexions simplistes sur l’Amérique :

 

« - Un jour, il faudra que ça change. Ce pays marche sur la tête.

Logan était tout à fait d’accord, mais il n’y croyait pas un seul instant. Chacun pour soi et Dieu pour tous ! Tel était le credo de l’Amérique. » (p. 206)

Premières phrases :

"Dans un dernier coup de reins, Robert Gordon atteignit l'orgasme si longtemps repoussé. Il poussa un râle caractéristique et s'effondra sur le corps de sa ducinée."

Vous aimerez aussi :

Les romans de Peter MAY

 

 Un automne à River Falls, Alexis AUBENQUE, Calmann Lévy, juin 2009, 462 pages, 17.50 euros

POCHE : Un automne à River Falls, Alexis AUBENQUE, LGF, juin 2010, 536 pages, 7.12 euros  

Partager cet article

Repost 0

L’or des fous : Vies, amours et mésaventures au pays des Four Corners de Rob SCHULTHEIS

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥

Un roman vivifiant et intelligent qui décrit bien ce qui oppose les partisans de "la vie sauvage" à ceux qui défendent la civilisation et ses méfaits.

   

L'auteur :

Rob Schultheis est un journaliste américain qui a longtemps été correspondant de guerre en Afghanistan. Il est également féru d'alpinisme. Il vit à Telluride, Colorado, et l'expérience qu'il raconte dans L'or des fous est la sienne. Un autre de ses romans, Sortilèges de l'ouest est aussi publié chez Gallmeister.

L’histoire :

En 1973, Rob Schultheis décide de quitter la ville et son aliénation pour se rendre au fin fond du Colorado, à Telluride. Il a comme voisins des ours et des grizzlis, ainsi que quelques hurluberlus qui aiment se raconter des histoires à dormir debout…

Il nous conte quelques épisodes cocasses de cette expérience, avec, en regard l’évolution négative que lui ont infligée divers promoteurs intéressés.

Ce que j’ai aimé :

-       Les anecdotes cocasses qui cachent au fond des réflexions bien plus profondes.

-       Le style vivant et vivifiant, comme le vent d’hiver qui hante ces contrées sauvages :

 

« Le paradis, de par sa nature même, est difficile d’accès, insaisissable, réfractaire et invivable. Si on essaie de vous fourguer un paradis qui ne ressemble pas à ça, on cherche à vous tromper. » (p. 56)

 

-       L’harmonie avec la nature :

 

 « Les montagnes ne sont pas un monde mort ; au contraire, elles bruissent de vie. Nous essayons de les anéantir avec nos mines, nos routes, nos pistes, nos remonte-pentes ; mais elles continuent de tenter de communiquer avec nous avant qu’il ne soit trop tard. » (p. 118)

 

-       La philosophie de vie de ce drôle d’aventurier :

 

« Pourquoi n’ai-je pas vécu toute ma vie avec une telle authenticité, avec force, détermination et intensité ? Tout le reste n’est que du temps gâché, et le temps est tout ce que nous avons. (…) Décaper nos vies, nous débarrasser de tout ce qui est faux et illusoire, stupide ou terne, mensonger ou méprisant, et vivre comme nous pouvons le faire, même si nous nous appliquons à l’oublier. » (p.166)

 

YEAAAHHHH !!

Ce que j’ai moins aimé :

-       Les chapitres s’enchaînent sans liens apparents, sans chronologie, j’aurais apprécié plus de construction.

Premières phrases :

« C’est en 1973 que j’ai pris mon baluchon pour aller m’installer dans les San Juan Mountains, pratiquement à l’endroit où le Colorado, l’Utah, le Nouveau-Mexique et l’Arizona se rejoignent. Telluride, Colorado, 8750 pieds et des poussières au-dessus du niveau de la mer, perchée au fond d’une vallée encaissée tout là-haut. Au plus profond du cœur déchiqueté des Rocheuses. »

Vous aimerez aussi :

Indian creek de Peter FROMM

 

  L'or des fous, Rob SCHULTHEIS, Editions Gallmeister, Nature Writing, mars 2008, 235 pages, 22.90 euros 

Partager cet article

Repost 0

Sept jours à River Falls de Alexis AUBENQUE

Publié le par Hélène

7 jours à River falls                                                                          

 

 ♥ ♥ ♥  

 

Un roman divertissant même s’il n’est pas inoubliable. Son intrigue est tournée vers le monde particulier des étudiants dans une ville située au pied des Rocheuses. 

 

 

L'auteur :

 

Alexis AUBENQUE est un auteur français libraire de profession, jusqu'ici plutôt tourné vers la science fiction. Sept jours à River Falls  fut son premier thriller en 2008, suivi en 2009 par Un automne à River Falls La série River Falls devrait se clore avec un troisième opus encore à paraître.

 L’histoire :

 River Falls est une petite ville des Rocheuses qui semble calme et c’est pour cette raison que Mike Logan en est devenu le shérif, fuyant un passé violent. Malheureusement pour lui, le calme n’est qu’apparent : deux jeunes filles sont retrouvées affreusement mutilées dans la forêt voisine. Une autre jeune fille, Sarah Kent semble en savoir plus long qu’elle ne le prétend. Logan va devoir enquêter au côté de son ex-petite amie Jessica Hurley, pour traquer celui qui rompt la paix de sa bourgade.

 

Ce que j’ai aimé :

 

-       C’est un roman bien ficelé, bien mené.

-       Les rebondissements arrivent au bon moment pour relancer l’action qui ne s’essouffle jamais.

 

Ce que j’ai moins aimé :

 

-       Le manque de suspense : tout s’enchaîne très vite, trop vite, le lecteur n’a pas même le temps de se poser des questions ou d’avoir peur.

-       Les personnages pas assez travaillés psychologiquement parlant : l’exemple type est celui de la journaliste qui retourne sa veste un peu trop facilement…

 

Premières phrases :

 

« Mike Logan arriva sur les lieux.

Tous les policiers du comté étaient déjà sur place en train de ratisser le terrain. »

 

Vous aimerez aussi :

 

Les romans de Patricia CORNWELL.

 

Sept jours à River Falls, Alexis AUBENQUE, Calmann Lévy, Thriller, juin 2008, 372 pages, 16.90 euros

POCHE : Sept jours à River Falls, Alexis AUBENQUE, LGF, Thriller, juin 2009, 476 pages, 6.95 euros

Partager cet article

Repost 0

Prodigieuses créatures de Tracy CHEVALIER

Publié le par Hélène

Prodigieuses 

 

 

♥ ♥  

 

Un roman divertissant qui constitue un bon moment de lecture.  Le domaine de la paléontologie abordé n'est qu'un prétexte pour peindre l'histoire d'une belle amité entre deux femmes de milieux différents.

 

 

 

L'auteur :

 

Tracy CHEVALIER est une écrivaine américaine domiciliée en Angleterre.  Elle écrit des romans qui ont toujours un arrière-fond historique. Elle connaît le succés en 1999 grâce à La jeune fille à la perle, roman centré sur le tableau éponyme du peintre VERMEER.

 

L’histoire :

 

Nous sommes en 1810 sur la côte du Dorset au Sud de l’Angleterre. Mary Anning, jeune fille d’origine modeste arpente les plages à la recherche de ces « prodigieuses créatures » que sont les fossiles afin de les revendre. Elizabeth Philpot, célibataire cultivée, va hanter les mêmes plages, fascinée par ces « curios » qu’elle collectionne. Les deux femmes ne pourront donc que se rencontrer et s’allier pour découvrir ces créatures hors du commun.

 

Ce que j’ai aimé :

 

-          Intérêt historique : Comme dans beaucoup de ses romans, Tracy Chevalier se base sur des données historiques véritables. Ainsi elle romance ici la vie de Mary Anning (1799-1847), devenue une célèbre paléontologiste.

-          Volet théologique : la découverte de ces « curios », animaux étranges aux formes inconnues remet en cause la théorie créationniste de la Bible : comment Dieu aurait-il pu créer des animaux qu’il aurait ensuite fait disparaître ? Néanmoins si la question est posée dans le roman, elle reste peu approfondie.

-          Attrait sociologique : Tracy Chevalier nous donne à voir une société aux codes et aux convenances très marqués. Les femmes n’ont résolument pas les mêmes droits que les hommes, ne pouvant se promener seules, et leurs découvertes même sont « récupérées » par les scientifiques de sexe masculin.

Les différences de condition sont également évoquées au travers de la question du mariage.

-          Sentimental : les fossiles et leur découverte ne sont qu’un prétexte, qu’un contexte pour écrire l’histoire de l’amitié entre ces deux femmes, amitié que quelques hommes viendront perturber…

-          Les changements de point de vue (un chapitre Mary, le suivant Elizabeth) vivifient la narration.

-          L’ensemble est bien rythmé, les évènements se succédant intelligemment de façon  à garder l’attention du lecteur intacte.

 

Ce que j’ai moins aimé :

 

-          La psychologie des personnages reste relativement sommaire, et surtout celles des hommes.

 

 « C’était le genre d’hommes à prendre des décisions et à ne pas aimer attendre qu’elles soient suivies d’effet » (p. 111)

 

« Evidemment il adorait lui faire part de ce qu’il savait, les hommes sont comme ça. » (p. 202)

 

-          Les personnages secondaires sont trop rapidement délaissés, décrits de façon très rapide.

-          En résumé, je dirais donc que la comparaison avec Jane Austen apparaissant en quatrième de couverture me semble exagérée.

 

Premières phrases :

 

« La foudre m’a frappée toute ma vie. Mais une seule fois pour de vrai. Je devrais pas m’en souvenir, parce que j’étais à peine plus qu’un bébé. »

 

Vous aimerez aussi :

 

La belle chocolatière de PECASSOU CAMEBRAC

 

 

Prodigieuses créatures, Tracy CHEVALIER, Editions de la Table Ronde, Quai Voltaire, mai 2010, 377 pages, 23 euros 

Partager cet article

Repost 0

La patience des buffles sous la pluie de David THOMAS

Publié le par Hélène

848267597 L 

 

 

♥ ♥ ♥  

Une pépite à lire, offrir, relire, méditer…

De très belles réflexions sur le couple.

 

 

 

L'auteur :

 

David THOMAS est un auteur français qui écrit plutôt pour le théâtre et le cinéma. Il est l'auteur notamment de la pièce Tais-toi et parle-moi. La patience des buffles sous la pluie est sa première publication préfacée par Jean-Paul DUBOIS.

 

L'histoire :

 

Il s’agit d’un recueil de nouvelles courtes ayant souvent pour sujet le couple et ses ramifications : son usure, la solitude après une rupture, le célibat, la drague…

 

Ce que j'ai aimé :

 

-       Un univers drôle :  

 

« J’ai fait le calcul, depuis que nous sommes ensemble, j’ai attendu ma femme 16224 minutes. Un soir je suis arrivé au rendez-vous à l’heure, comme à mon habitude, et comme c’était à prévoir, elle n’était pas là. Alors je suis parti. Je suis rentré onze jours, six heures et vingt-quatre minutes plus tard. On est quittes. » (p.135)  

 

-       Des narrateurs ou narratrices qui nous ressemblent.

 

-      Des thématiques universelles, proche de nous. Le couple n’est au fond qu’un prétexte pour aborder des questions plus essentielles, existentielles, comme le temps qui passe, le bonheur qui fuit, les rêves que l’on n’a pas accomplis…  

 

« Est-ce qu’un jour moi aussi je mâchouillerai un brin d’herbe sous un saule en me disant que la vie est belle ? Qu’elle est sacrément belle ? Faut que j’arrête de gamberger, c’est pas bon. » (p. 116)  

 

-       Une vraie poésie qui transforme le quotidien, l’irradie d’un éclat particulier, une véritable œuvre d’art…

 

-       La construction des nouvelles : elles sont courtes, admirablement bien construites et surtout dotées d’une chute digne de ce nom.

 

Ce que j'ai moins aimé :

 

-       On aimerait en avoir plus, davantage encore, peut-être un roman, quelque chose de complet, qui nous sauverait, peut-être…

 

Première phrase :  

 

« Je me demande parfois ce que je serais devenu si j’avais vécu d’autres choses que celles que j’ai vécues jusqu’à aujourd’hui. »

 

 

La patience des buffles sous la pluie, David THOMAS, Bernard Pascuito Editeur, 154 pages, février 2009, 16.95 euros

Partager cet article

Repost 0