Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La petite Malika de Mabrouck RACHEDI et Habiba MAHANY

Publié le par Hélène

la-petite-malika

 

 Un roman plein de fraîcheur.

 

 

Les auteurs :

Habiba Mahany est l’auteur de Kiffer sa race. Mabrouck Rachedi, auteur du Poids d’une âme et du Petit Malik, est son frère. Il a travaillé dans la finance et défend activement l’image positive de la banlieue. La Petite Malika est leur première collaboration littéraire.
 

L’histoire :

Vingt-deux ans dans la vie de Malika, jeune surdouée dans une cité de banlieue.

Ce que j’ai aimé :

-          Chaque chapitre nous offre une ou plusieurs scènes correspondant à un âge précis de la jeune Malika. Ainsi, chapitres après chapitres, années après années, c’est un portrait frais et vivant de la petite Malika qui se dessine sous nos yeux.

-          Le ton est résolument drôle et léger, le style très facile épousant parfaitement cette truculente évocation d’une vie dans une cité.  De la mère redoutant plus que tout une grossesse précoce pour sa fille (qui n’a alors que 5 ans), des amies apprenant le langage SMS à Malika en passant par le trajet éreintant et surréaliste de sa mère pour aller travailler, les années d’enfance sont alertes et vivantes :

« j’imaginais le mot qu’elles laisseraient dans leurs journaux intimes : je me sui faché av Malika ké pa genti vu kel é pa com nou tro c pa drol lé coincos com el((((((. J’ai dit que dalle du fight à la daronne qui zarma m’a demandé de parler correct, stp. Lol. » (p. 72)

Le ton s’alourdit quelque peu avec l’âge, on a tendance à moins sourire au fur et à mesure, la fraîcheur du début s’effaçant devant la gravité de la maturité.

Ce que j’ai moins aimé :

-          Je n’ai pas tellement apprécié les passages au style très travaillé, comme pour rompre avec le style parlé qui court en ces pages. J’ai eu l’impression que les auteurs voulaient nous prouver qu’ils pouvaient écrire autrement. Soit. Mais cela alourdit un récit que je préfère dans la spontanéité de la chronique vécue.

Premières phrases :

« Dès mes premiers pas, maman m’avait appris à ranger les chemises bleues avec les chemises bleues, les jeans avec les jeans, les chaussettes avec les chaussettes. Et aussi les verres à la place des verres, les assiettes à la place des assiettes, les couteaux à la place des couteaux et tout plein de trucs dans le genre. »

Vous aimerez aussi :

  Autobiographie d'une courgette de Gilles PARIS

La petite Malika, Mabrouck RACHEDI et Habiba MAHANY, JC Lattès, septembre 2010, 237 p., 16.50 euros

  Merci à Anne BLONDAT pour cet agréable moment de lecture.

  Sophie l'a lu aussi et chez elle vous trouverez aussi une interview des auteurs

  Clara aussi l'apprécié.

Partager cet article
Repost0

Top 10 des tops 10

Publié le par Hélène

Après un petit tour sur quelques blogs,

 

 j'ai relevé les livres les plus souvent cités

 

dans le "Top 10 des livres 2010" :

 

  

La malédiction des colombes de Louise ERDRICH chez Aifelle, Choupynette, Kathel, et chez moi.

   

Un bûcher sous la neige de Susan FLETCHER chez Aifelle, Choupynette, Malika et chez moi

   

La couleur des sentiments de Kathryn STOCKETT chez Choupynette, Sylde, Malika, Armande  

 

Rosa candida de Audur Ava OLAFSDOTTIR chez Kathel, Cathulu,  Sylde, Isa

 

Purge de Sofi OKSANEN, chez Aifelle, Fransoaz et moi

 

Sukkwan island  de David VANN chez Isa, SylireMalika

 

 Ru  de Kim THUY chez Kathel, Sylde

 

La mer noire de Kéthévane DAVRICHEWY  de Kathel, Sylire,

 

 Zola Jackson de Gilles LEROY chez Kathel et Théoma 

 

Ouragan de Laurent GAUDE chez Fransoaz et Malika

Partager cet article
Repost0

De pierre et de cendre de Linda NEWBERY

Publié le par Hélène

                                               de-pierre-et-de-cendre.jpg

 ♥ ♥

Un roman victorien plutôt bien mené

 

L’auteur :

 

Linda Newbery est une auteure anglaise qui a publié son premier roman en 1988. Elle est auteur pour adultes mais aussi pour enfants.

 

L’histoire :

 

En 1898, Samuel Godwin, jeune artiste peintre, est engagé à Fourwinds, belle propriété victorienne du Sussex située aux abords d’un lac, par le riche veuf Ernest Farrow pour donner des leçons de dessin à ses deux filles, Juliana et Marianne. Très vite, Samuel comprend que des événements tragiques se sont déroulés à Fourwinds et que l’on s’emploie à garder secret un passé proche pour le moins scandaleux.

 

Ce que j’ai aimé :

 

-          L’atmosphère typique des romans victoriens emporte immédiatement le lecteur dans un souffle romanesque : demoiselles éplorées, femmes de tête émotives, lac embrumé, silhouette fantômatique les soirs de grand vent, sentiments refoulés… L’aventure commence…

 

« La brume s’accrochait au sol, si bien que les arbres avaient l’air de plonger leurs racines dans quelque marais vaporeux. Je tournai la poignée. La partie gauche du portail s’ouvrit en un cri grinçant, désagréable, dont la nuit renvoya l’écho.

Mais dans l’instant même, un autre bruit effrayant entra si fort en concurrence avec la protestation de la grille, que j’en eus le cœur battant et les nerfs à vif. C’était un hurlement de douleur. » (p. 17)

 

-          Le mystère qui entoure cette belle propriété et ses non moins charmantes locataires est savamment dosé.

-          Les émois du cœur viennent bien évidemment apporter le touche fraîcheur et passion à ce récit : un homme perdu entre trois femmes mystérieuses, toutes belles et disponibles, ne peut qu'être indécis quant à la suite des évènements... Laquelle va-t-il demander en mariage ???

 

Ce que j’ai moins aimé :

 

-          La biographie de Samuel que l’on trouve à la fin du roman et qui nous apprend ce qu’il est devenu par la suite. Je n’aime pas savoir ce que deviennent les personnages, ils vivent le temps d’une histoire, ensuite laissons-les en paix… 

-        Certaines scènes frôlent la facilité des romans à l’eau de rose… La psychologie des personnages reste assez sommaire, et s’il reste un bon roman victorien, De pierre et de cendre n’égale pas les romans de Wilkie Collins ou des sœurs Brontë…

 

Premières phrases :

 

« L’affiche a quasiment disparu derrière la foule qui se presse aux portes de la galerie. Mon verre à la main, je me déplace sur le côté, spectateur de ma propre exposition ; et tandis qu’entrent les invités, j’affecte le radieux sourire que je devrai arborer tout au long de la soirée. »

 

Vous aimerez aussi :

 

Le treizième conte de SETTERFIELD

Et bien sûr La dame en blanc de Wilkie COLLINS

 

De pierre et de cendre, Linda NEWBERY, traduit de l’anglais par Joseph Antoine, Phébus, avril 2008, 400 p., 23.50 euros

De pierre et de cendre, Linda NEWBERY, traduit de l’anglais par Joseph Antoine, Le livre de poche, avril 2009, 380 p., 6.95 euros

 

Lecture commune avec : avec Miss Alfie, Céline, George, Karine Lael, Manu, Syl, Vilvirt.

D’autres avis : Lilly, Cryssilda, Sylire, Choupynette...

 

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article
Repost0

Antigone de Jean ANOUILH

Publié le par Hélène

                                                 antigone

 ♥ ♥ ♥ ♥

 « Il ne faut pas que je sois petite ce matin. » (p. 20)

  

L’auteur :

 

Jean ANOUILH est un dramaturge français. En 1944 il décide de réécrire la tragédie de Sophocle Antigone en lui offrant une résonance moderne :

« L'Antigone de Sophocle, lue et relue, et que je connaissais par cœur depuis toujours, a été un choc soudain pour moi pendant la guerre, le jour des petites affiches rouge. Je l'ai réécrite à ma façon, avec la résonance de la tragédie que nous étions alors en train de vivre. »[2]

 

L’histoire :

 

Antigone est la fille d'Œdipe et de Jocaste, souverains de Thèbes. Après le suicide de Jocaste et l'exil d'Œdipe, les deux frères d'Antigone, Étéocle et Polynice se sont entretués pour le trône de Thèbes. Créon, frère de Jocaste et – à ce titre – nouveau roi, a décidé de n'offrir de sépulture qu'à Étéocle et non à Polynice, qualifié de voyou et de traître. Il avertit par un édit que quiconque osera enterrer le corps du renégat sera puni de mort. Personne n'ose braver l'interdit et le cadavre de Polynice est abandonné à la chaleur et aux charognards.

Seule Antigone refuse cette situation. Malgré l'interdiction de son oncle, elle se rend plusieurs fois auprès du corps de son frère et tente de le recouvrir avec de la terre. Ismène, sa sœur, informée de sa décision, refuse de la suivre, craignant sa propre mort. (Source Wikipédia)

 

Ce que j’ai aimé :

 

-          Le personnage d’Antigone : Jean Anouilh aurait pensé à elle suite à l’action d’un jeune résistant, Paul Collette, qui, en 1942, tire sur un groupe de dirigeants collaborationnistes au cours d’un meeting de la Légion des Volontaires français, blessant ainsi Pierre Laval et Marcel Déat. Paul Collette n’appartient à aucun réseau de résistance, à aucun mouvement politique, son geste héroïque est isolé et vain.  Ainsi, Créon représenterait le pouvoir, et peut-être même le maréchal Pétain, et Antigone serait comme une allégorie de la Résistance Française.

 

Elle incarne la pureté des valeurs, plus reine que Créon car elle est libre de défendre ce qu’elle croit vrai, quand lui doit sans cesse se plier à ses prérogatives et faire respecter l’ordre.

 

-          Cette pièce est aussi un magnifique témoignage de la difficulté de quitter l’enfance doucereuse pour un monde qui refuse les compromissions. Antigone est une jeune femme qui oscille entre l’enfance et la maturité, et qui n’est pas encore prête à affronter les vicissitudes de l’âge adulte.

 

« Moi, je veux tout, tout de suite, -et que ce soit entier, - ou alors je refuse ! Je ne veux pas être modeste, moi, et me contenter d’un petit morceau si j’ai été bien sage. Je veux être sûre de tout aujourd’hui et que cela soit aussi beau que quand j’étais petite – ou mourir. » (p. 95)

 

« Il faudrait ne jamais devenir grand. » dira Créon à son page à la fin de la pièce. (p. 122)

 

-          C’est un texte fort admirablement bien écrit, un texte qui résonne ensuite en chacun de nous pour de longues années. Un chef d’œuvre tout simplement.

 

« La vie n’est pas ce que tu crois. C’est une eau que les jeunes gens laissent couler sans le savoir, entre leurs doigts ouverts. Ferme tes mains, ferme tes mains, vite. Retiens-la. Tu verras, cela deviendra une petite chose dure et simple qu’on grignote, assis au soleil. (…) Tu l’apprendras toi aussi, trop tard, la vie c’est un livre qu’on aime, c’est un enfant qui joue à vos pieds, un outil qu’on tient bien dans sa main, un banc pour se reposer le soir devant sa maison. Tu vas me mépriser encore, mais de découvrir cela, tu verras, c’est la consolation dérisoire de vieillir, la vie, ce n’est peut-être tout de même que le bonheur ! » (p.91)

 

Ce que j’ai moins aimé :

 

- Rien.

 

Premières répliques :

 

« Un décor neutre. Trois portes semblables. Au lever du rideau, tous les personnages sont en scène. Ils bavardent, tricotent, jouent aux cartes.

Le Prologue se détache et s’avance.

LE PROLOGUE

Voilà. Ces personnages vont vous jouer l’histoire d’Antigone. Antigone, c’est la petite maigre qui est assise là-bas, et qui ne dit rien. Elle regarde droit devant elle. Elle pense. Elle pense qu’elle va être Antigone tout à l’heure, qu’elle va surgir soudain de la maigre jeune fille noiraude et renfermée que personne ne prenait au sérieux dans la famille et se dresser seule en face du monde, seule en face de Créon, son oncle, qui est le roi. »

 

Vous aimerez aussi :

 

La guerre de Troie n'aura pas lieu de Jean GIRAUDOUX 

 

Antigone, Jean ANOUILH, La petite Vermillon, 1946 mai 2008 pour cette édition,123 p., 5.40 euros

 

challenge littérature au féminin

Publié dans Théâtre

Partager cet article
Repost0

Une vie à coucher dehors de Sylvain TESSON

Publié le par Hélène

                                                 vie à coucher dehors2

 ♥ ♥ ♥ ♥

Prix Goncourt de la nouvelle 2009

 

L’auteur :

 

Sylvain Tesson est un journaliste, écrivain voyageur et alpiniste français. Ses expéditions sont financées par la réalisation de documentaires, par des cycles de conférences et par la vente de ses récits d'expédition, qui connaissent un certain succès.

 

L’histoire :

 

En Sibérie, dans les glens écossais, les criques de l’Egée ou les montagnes de Géorgie, les héros de ces quinze nouvelles ne devraient jamais oublier que les lois du destin et les forces de la nature sont plus puissantes que les désirs et les espérances. Rien ne sert à l’homme de trop s’agiter dans la toile de l’existence, car la vie, même quand elle ne commence pas très bien, finit toujours mal. Et puis une mauvaise chute vaut mieux qu’une fin insignifiante. (Quatrième de couverture)

 

Ce que j’ai aimé :

 

Ces nouvelles sont toutes admirablement bien construites, entrainant allègrement le lecteur dans des univers très différents pour finalement le surprendre par une chute brutale inoubliable.

 

Sylvain Tesson, écrivain-voyageur nous offre un pan de son expérience de voyageur en plantant le décor de ses nouvelles dans des régions diverses du monde : L’asphalte se passe en Géorgie dans un petit village, le personnage principal Edolfius se battant pour qu’une véritable route desserve son village, et non plus une simple piste de cailloux, Les porcs aborde le sujet de l’élevage intensif au pays de Galles, La statuette est celle trouvée près d’une mine par un démineur en Afghanistan…

Il nous permet ainsi non seulement de découvrir des paysages variés mais aussi de nous familiariser avec des modes de vie et de pensée autres. Par exemple dans Le bug, il nous livre en quelques lignes plusieurs révoltes de femmes à travers le monde, femmes qui un jour se sont révoltées contre leur condition, au même moment « De Sao Paulo à Libreville et d’Anvers à Johannesburg, au même moment, sans prodromes, des milliards de femmes, dans un élan commun, s’avancèrent vers l’inconnu, affranchies. » (p. 78)

 

Les thèmes abordés le sont toujours intelligemment et subtilement, servant un dessein plus large que la simple mission de raconter une histoire. Une morale se dessine souvent en filigrane derrière ces nouvelles, morales qui font la part belle au destin et aux forces de la nature auxquelles sont soumis les hommes…

 

La particule est peut-être la plus originale de ces nouvelles au charme bigarré : on y suit les pérégrinations d’une particule :

 

« Je roulai jusqu’au Gange dans un flot indistinct d’alluvions et d’ordures. A peine dans les eaux du fleuve, je fus filtrée par les ouïes d’une perche. (…) Je m’infiltrai dans les granules de sable et les cristaux d’argile. La radicelle d’un arbuste m’aspira et me propulsa dans la tige. La succion de la sève m’injecta dans la nervure d’une feuille. (…) Je coulai dans la trachée d’un jeune anglais et m’épanouis dans sa viande. (…) Et moi, misérable particule, cellule anonyme, pauvre poussière d’atome, je vous supplie, ô dieux du ciel, de me donner le repos, de me délivrer du cycle et de me laisser gagner le néant… » (p. 151)

 

Des nouvelles qui sont comme de petites pépites glaciales… A découvrir absolument...

 

Ce que j’ai moins aimé :

 

-          Rien.

 

Premières phrases :

 

« - Salaud !

On entendait tinter les bouteilles longtemps avant d’apercevoir le livreur. Chaque soir, la scène était la même : Edolfius se rangeait pour laisser passer le camion et se protégeait le nez avec son foulard, mais la poussière lui fourrageait les muqueuses et lui laissait un goût d’emplâtre dans la bouche. »

 

Vous aimerez aussi :

 

  Chucho de Grégoire POLET

 

Une vie à coucher dehors, Sylvain TESSON, Gallimard, mars 2009, 196 p., 16.90 euros

Une vie à coucher dehors, Sylvain TESSON, Folio, septembre 2010, 206 p., 5.60 euros

 

Je remercie Lise CHASTELOUX des éditions Folio pour cette très agréable lecture !

 

D’autres avis chez Cuné, Clara...

Partager cet article
Repost0

Broderies de Marjane SATRAPI

Publié le par Hélène

                                                        broderies

 ♥ ♥ ♥ ♥

« Laisse-la se ventiler le cœur. Il n’y a rien de mieux que de parler. »

« Et ainsi nous débutions une longue séance de ventilation du cœur. »

 

L’auteur :

 

Marjane SATRAPI est une auteur de bande dessinée française d’origine iranienne. Elle publie Broderies en 2003, après la publication de Persépolis.

 

L’histoire :

 

Il s’agit d’une bande dessinée mettant en scène des femmes iraniennes qui, à la fin d'un repas, préparent le thé et desservent la table à l'écart des hommes, qui eux font la sieste. Elles peuvent donc parler librement de ce qui leur tient à cœur (le sexe, l'amour, mais pas seulement), loin des clichés sur les femmes soumises du Moyen-Orient.

 

Ce que j’ai aimé :

 

-          C’est un album doté d’une liberté de ton très humoristique. Les sujets abordés sont plutôt graves (notamment la condition des femmes en Iran, les mariages forcés, la virginité) mais Marjane Satrapi leur instille son humour caustique si bien que l’ensemble paraît léger.

-          Ces femmes apparaissent comme des femmes fortes, capables de résister au plus retors des hommes. Comme le dit justement le grand-père de Marji à la fin du volume : « Quand le serpent vieillit, la grenouille l’encule. »

 

 broderies1

  Elles ont une vision très juste du mariage, même si au fond de leur âme elles continuent de croire en l’amour…

 

« Je n’ai jamais vraiment compris comment c’était possible de se marier trois fois. Moi, un seul mariage m’a suffit pour me rendre compte que vivre avec un homme était impraticable ! 

 

- Marjane Satrapi nous offre un petit bijou d’intelligence et d’humour

 

Ce que j’ai moins aimé :

 

-          Rien.

 

Vous aimerez aussi :

 

Du même auteur : Persepolis

  

Broderies, Marjane SATRAPI, L’association, 2003, 15 euros

 

D’autres avis : Papillon, Damien (Onirik.net)

Partager cet article
Repost0

BONNE ANNEE 2011 !

Publié le par Hélène

Partager cet article
Repost0

L’art d’écosser les haricots de Wieslaw MYSLIWSKI

Publié le par Hélène

 

art d'écosser haricots

 

♥ ♥ ♥

Un grand roman philosophique

« L’imagination est le terreau de notre existence. » (p. 249)

 

L’auteur :

 Wieslaw Mysliwski est un écrivain majeur de la littérature polonaise qui a reçu par deux fois le prix Nike, la récompense littéraire la plus prestigieuse en Pologne, une fois pour son roman L’horizon (1997) et une autre fois en 2006 pour L’art d’écosser les haricots. Ce roman est le premier traduit en français.

 

L’histoire :

 Le narrateur, vieux gardien d’un village de vacances, reçoit un jour la visite d’un inconnu qui souhaite lui acheter des haricots. Pendant qu’ils écossent ensemble, le maître des lieux raconte, dans une sorte d’improvisation savante, les évènements et les rencontres qui ont marqué sa vie.

Orphelin de guerre et simple électricien sur les chantiers staliniens, musicien autodidacte, saxophoniste dans un groupe de jazz à l’étranger, le héros de cette épopée fait défiler un demi-siècle d’histoire polonaise et européenne.

 

Ce que j’ai aimé :

-          La dimension philosophique est très présente dans l’oeuvre de cet auteur. Rien n’est certain pour le narrateur, tout est sans cesse soumis à interrogations dans ce monde mouvant qui n’offre aucune certitude. Tout est sujet à philosophie : le monde existe-t-il vraiment ou est-il l’objet de notre imagination ? Quel est le rôle exact du hasard par rapport au destin ?  

-          Le narrateur apparaît comme un héros universel sans identité précise, comme si la guerre avait anéanti en lui toute possibilité de se connaître soi-même.

 « C’est vrai que se trouver soi-même n’est pas chose facile. Qui sait si ce n’est pas la plus difficile des tâches que l’homme doit accomplir sur cette terre ? » (p. 275)

 Les mots qu’ils prononcent le dessinent au fur et à mesure, il acquiert une identité à travers son récit :

 « Est-ce seulement possible de raconter quoi que ce soit ? Les choses racontées ne sont au fond qu’un récit, rien d’autre. Cela n’a strictement aucun rapport avec ce qui a été, qui est, ou qui sera. Elles mènent leur propre vie. Au lieu de se figer à jamais, elles vagabondent, se déploient, s’éloignant de plus en plus de ce qui a été ou de ce qui sera. C’est peut-être leur façon d’atteindre la vérité, qui sait ? (…) Nous vivons dans le récit. Le monde n’est qu’un récit. » (p. 69)

 -          Aussi le pouvoir des mots et par extension le pouvoir de l’art sont mis ici en avant. Cet homme simple, paysan, va se construire dans et par l’art. Le pouvoir de l’imagination est immense.

« Les livres, m’avait-il confié un jour, alors que je l’avais rejoint en haut de l’échafaudage, sont le seul moyen pour l’homme de ne pas oublier son humanité. Lui, en tous cas, n’aurait pas pu exister sans livres. Selon lui, les livres, c’était aussi un monde, celui que l’homme se choisit et non celui qui le voit naître. » (p. 152)

 « Le passé, ce n’est que notre imagination, et l’imagination a besoin de nostalgie, elle s’en nourrit. (…) Et pour en revenir au passé, il est toujours là puisque nous le recréons indéfiniment. C’est notre imagination qui le crée, c’est elle qui fonde notre mémoire, lui donne ses marques, lui dicte ses choix, et non pas l’inverse. L’imagination est le terreau de notre existence. La mémoire n’est qu’une fonction de l’imagination. » (p. 249)

 Ce que j’ai moins aimé :

 -          Pas très gai…

 Premières phrases :

 « Vous êtes venu acheter des haricots ? Chez moi ? Alors qu’on en trouve dans n’importe quel magasin. Mais entrez, je vous en prie. Vous avez peur des chiens ? Il ne faut pas. Ils vont juste vous renifler. C’est parce que vous venez pour la première fois. Non, ce n’est pas moi qui leur ai appris. Ils font ça naturellement. Allez savoir pourquoi. Un chien, c’est insondable, comme un homme. Vous avez un chien ? Vous devriez. On peut beaucoup apprendre d’un chien. Assis, Rex ! Assis Laps ! Ca suffit. »

 

Je remercie les Editions Actes Sud pour cette belle plongée introspective.

 L’art d’écosser les haricots, Wieslaw MYSLIWSKI, Traduit du polonais par Margot CARLIER, Actes Sud, novembre 2010, 383 p., 23.80 euros

 

challenge voisins voisines

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article
Repost0

Casco bay de William TAPPLY

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥ ♥
« Casco Bay » est un roman à découvrir absolument.
Situant son action dans le Maine, il allie un goût prononcé pour les espaces sauvages et la vie en plein air (pêche, promenades...) et une intrigue policière prenante.
 
L’auteur :
William G. Tapply a écrit une vingtaine de romans policier ayant pour héros Brady Coyne. Il est également spécialisé dans les ateliers d'écriture et la pêche à la mouche. Les Editions Gallmeister ont choisi de traduire une série avec un autre héros, Stoney Calhoun. Trois volets sont publiés, malheureusement, ce sera tout pour cette série car Wiliam Tapply est décédé en 2009... A quand la traduction de l'autre série ?
 
L’histoire :

Stoney Calhoun est guide de pêche dans le Maine. Il tient également une boutique d'articles de pêche avec son associée Kate Balaban. Un mystérieux accident a effacé de sa mémoire il y a sept ans de cela sa vie antérieure. Il essaie vainement de reconstituer les morceaux qui lui permettront d'en savoir plus sur sa vie d'avant et sur l'accident.
Quand il trouve lors d'une excursion un cadavre carbonisé, des instincts d'enquêteur le poussent à en apprendre davantage...

 

Ce que j’ai aimé :

-          La nature   L'action se passe dans le Maine, dans le calme d'une bourgade lovée au coeur de lanature. L'auteur mène une réflexion intéressante sur le contraste entre ces lieux a priori calmes, intouchés, en pleine nature, et la violence omniprésente avec les autres, mais aussi en nous. La maison de Stoney est l'emblème de cette opposition, cachée dans les bois, elle fera l'objet de multiples attaques.

-          L’intrigue prenante : Autant l'intrigue en question n'était pas totalement aboutie dans le premier roman de Tapply « Dérive sanglante » (à lire aussi, ne serait-ce que pour connaître l'origine de la relation entre Stoney et Kate), autant ce roman-là réussit avec brio à intégrer le policier au « nature writing ».
-          Les personnages sont profonds, ils ont en eux la juste part de mystère nécessaire à instaurer l'intérêt du lecteur.

Ce que j’ai moins aimé :
-           Rien

Premières phrases :

"Il était trois heures moins cinq lorsqu'une sonnerie se déclencha dans la tête de Stoney Calhoun, cinq minutes avant celle du réveille-matin, bien inutile, posé près de son lit. L'horloge interne de Calhoun ne lui avait pas encore fait défaut, pourtant il n'arrivait pas encore à lui faire entièrement confiance."  
 Vous aimerez  aussi :

La rivière de sang de Jim TENUTO

 

Casco bay, William TAPPLY, Gallmeister, juin 2008, 312 p., 22.9 euros

D'autres avis : chez Jean-Marc, Choco, Keisha, Yann

challenge nature writing

Partager cet article
Repost0

Surprises de Noël de Andreï KOURKOV

Publié le par Hélène

surprises-de-noel.gif

♥ ♥ ♥

Trois nouvelles de saison

 

L’auteur :

 

Andreï KOURKOV est un écrivain russe qui vit en Ukraine. L’auteur du célèbre Pingouin est aujourd’hui traduit en 32 langues…

 

L’histoire :

 

Trois nouvelles très originales se succèdent avec en commun le thème des fêtes de Noël  :

« Surprise de Noël » : un couple cherche une façon originale de fêter Noël. Le frère  la jeune femme, spécialisé dans le tourisme extrême, va les mener dans une drôle d’aventure…

« Ma différence préférée » : une nuit de désoeuvrement, un homme se souvient de Iya, la seule femme qu’il ait aimé. Il va l’appeler et la suivre dans ses pérégrinations nocturnes.

« Les champignons de la liberté » : Un homme se retrouve en prison à la suite d’une soirée un peu trop arrosée. Dans son cachot humide, il décide de cultiver des champignons et d’apprendre le finnois.

 

Ce que j’ai aimé :

 

-        Ce sont des histoires loufoques, décalées, de bon augure en cette période de Noël… L’univers de Kourkov est intelligent, lumineux, il nous emmène au-delà du commun pour que nous rompions la monotonie d’une vie sans folie : "Pour revenir à la norme, il faut passer par l’extrême. » dira  justement Iya (p.39)

-        Le romantisme hante ces couples qui cherchent leur bonheur dans une vie déstructurée. Ainsi ce personnage qui avait promis à sa bien-aimée « Je viendrai sous ta fenêtre, une nuit d’hiver, à bord d’un tank d’une blancheur de neige » (p. 27) tiendra bien sa promesse car au fond « A mon âge, on ne trouve plus guère d’intérêt à tirer des fusées ni même à organiser des feux d’artifice privés. Un char d’assaut, ça en impose en effet davantage que n’importe quel pétard. » (p. 41) 

-        Nous découvrons avec plaisir un Noël typiquement ukrainien :

 

« Marina alluma la grande bougie dressée au milieu des trois kalatchi empilés. Les vieilles récitaient d’une voix chantante une prière de Noël. Puis la cadette ôta le couvercle du grand pot de terre et déposa dans l’assiette de chacun un peu de koutia : une bouillie de millet au miel et au pavot. Ensuite vinrent le bortsch aux champignons et les dix autres plats. Et enfin l’ouzvar, une soupe froide, préparée avec une douzaine de fruits séchés différents. Et quand nous fûmes repus, on entendit la neige crisser au-dehors. Quelqu’un s’arrêta au seuil de la maison, et au même moment s’éleva une koliadka, une de ces chansons teraditionnelles ukrainiennes qu’on chante pour Noël. »

 

Ce que j’ai moins aimé :

 

-        Trop court, on aurait voulu d’autres nouvelles encore..

 

Premières phrases :

 

« Il neigeait. Une neige duveteuse, pelucheuse, indolente, pareille à une touriste irlandaise ayant abusé de l’hospitalité ukrainienne. Et c’est sous cette neige matinale, si pure et si gaie, qua sans hâte nous nous baladions. »

 

Vous aimerez aussi :

 

Du même auteur : Laitier de nuit

Autre : L’année du jardinier de Karel CAPEK

 

 

Surprises de Noël, Andreï KOURKOV,  traduit du russe par Paul Lequesne, Liana Levi, Piccolo, novembre 2010, 63 p., 4 euros

 

D'autres avis chez Cryssilda, Leiloona

 

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article
Repost0