Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La rivière du sixième jour de Norman MACLEAN

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥ ♥

Roman autobiographique, La rivière du sixième jour, traduit aussi Et au milieu coule une rivière, raconte l'adolescence de Norman Maclean dans les Rocheuses. Pour Norman et Paul, la vie s'articule autour de la famille et de la nature. SI Norman mène une vie de famille relativement équilibrée, Paul connait une trajectoire plus débridée, ponctuée de bagarres dans les bars et d'alcool. Toutefois, les deux frères se retrouvent en symbiose avec la vie et les éléments quand ils pêchent côte côte, bercés par les remous de la rivière et par le lancer de leurs cannes à pêche. Ils partagent alors ce qui échappe à l'entendement, la magie d'un moment suspendu entre ciel et terre.
Ce récit est aussi teinté par la nostalgie des jours qui hantent à jamais, avec cette question qui revient comme un leitmotiv dans le roman "peut-on aider les autres ?", "aurais-je pu l'aider ou le sauver ?"

 

 

Hommage à son frère, à la pêche, au caractère rédempteur de la nature, ce roman magnifique est un incontournable, adapté au cinéma en 1991 par Robert Redford.

Présentation de l'éditeur : Payot et Rivages

Première participation pour le Challenge Le mois du nature writing avec Chinouk

Partager cet article
Repost0

Aller aux fraises de Eric PLAMONDON

Publié le par Hélène

♥ ♥

Dans ces trois nouvelles, l'auteur évoque son adolescence avec mélancolie, se souvenant de ces moments qui ne reviendront pas et auxquels on ne fait pas assez attention. Heureusement la littérature permet de les revivre et d'appeler le lecteur à s'arrêter sur ses propres expériences.

Dans la première nouvelle, il revient sur un des derniers étés de son adolescence, les soirées entre chums, les blondes rencontrées, et les chars finissant malencontreusement dans un champ... La deuxième se penche sur son père et la troisième rappelle les longs trajets de l'auteur, encore étudiant, entre le domicile de sa mère et celui de sa blonde. Une nuit, il croise un orignal blanc lors d'une tempête de neige, un signe, mais signe de quoi ? Juste que la vie est là, prête à des fulgurances et qu'il faut avoir confiance en elle pour nous surprendre et nous la faire aimer.

Ce recueil très court auréolé d'un charme nostalgique nous rappelle combien la vie est courte et précieuse...

Présentation de l'éditeur : Quidam Editeur

Il s'agit de ma première participation à Québec en novembre orchestré par Karine et Yueyin

Partager cet article
Repost0

Le bonheur est au fond du couloir à gauche de JM ERRE

Publié le par Hélène

♥ ♥

Michel vient de se faire larguer par Bérénice. Un temps, ce dépressif patenté envisage le suicide, mais il comprend rapidement que les risques d'en réchapper sont trop grands. Il décide alors de reconquérir Bérénice, quoiqu'il lui en coûte. Il tente tout, jusqu'au marabout qui lui assure qu'en six heures son problème sera résolu.  Il attend donc sa dulcinée de pied ferme à 19h47 et pour mettre toutes les chances de son côté, il décide de laisser de côté sa dépression et de redevenir heureux. Plus facile à dire qu'à faire, étant donné qu'il a  cinq heures et une minute pour ce faire. Il teste une alimentation saine, le sport... Mais le bonheur semble récalcitrant...

De façon décalée et humoristique, l'auteur fustige les excès de notre société, que ce soit cette recherche effrénée du bonheur, par le biais de ces manuels de développement personnel censés nous donner les clés de tout, que ce soit Google, Amazon que chacun utilise avec mauvaise conscience mais utilise tout de même, les voisins qui se mêlent de tout, ou finalement toutes les angoisses inexpliquées des êtres humains.

Ainsi il constate par exemple que les lions passent leurs journées à faire la sieste vautrés dans la savane comme des rois fainéants alors que souris lapins ou musaraignes pygmées sont sans cesse en situation de stress et "en tant que français citadin vivant à cinq mille kilomètres de la savane la plus proche et gratifié d'une espérance de vie de 79.2 ans, je n'ai aucun prédateur.

Question : pourquoi est-ce que je vis aussi stressé qu'une musaraigne pygmée alors que je devrais profiter comme un lion ?"

Un roman distrayant, même si la fin est quelque peu ... radicale !

 

Présentation de l'éditeur : Pocket

Partager cet article
Repost0

Les sorcières de Salem de Arthur MILLER

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥ ♥

" Il ne s’agit pas de confondre les jeux d’une enfant avec les maléfices d’une sorcière. "

En 1692 dans plusieurs villages du Massachusetts proches de Salem, plusieurs personnes sont accusées de sorcellerie et exécutées sur la foi de ces affirmations. Il s'agit de la la chasse aux sorcières la plus importante de l'histoire de l'Amérique du Nord.

En 1953 dans un contexte fortement marqué par le maccarthysme, une autre forme des chasses aux sorcières, Arthur Miller écrit cette pièce, montrant ainsi qu'à plusieurs siècles d'intervalle les mêmes erreurs se répètent et des personnes peuvent être accusées et condamnées sans preuve.

Il reprend ainsi l'histoire des sorcières au moment où Abigail, jeune femme de 17 ans a provoqué chez l'une de ses camarades Betty une crise profonde : elle a convié plusieurs de ses amies à une cérémonie nocturne durant laquelle elle a bu un philtre à base de sang.  Le Révérend Samuel Parris père de Betty et oncle d'Abigail cherche à cacher cette cérémonie durant laquelle les morts ont été invoqués, il fait appel  au révérend Hale pour l'aider à chasser le Démon de la ville.

Mais l'affaire s'envenime se transformant en chasses aux sorcières et prétexte à de multiples accusations invérifiables. A qui faire confiance si ce n'est à soi-même ? Faut-il mentir pour sauver sa peau ?

« Ne vous attachez donc pas à des principes si ces principes doivent faire couler le sang. C’est justement une loi trompeuse que celle qui nous conduit au sacrifice. La vie est le plus précieux des dons de Dieu, et rien ne donne le droit à personne de l’ôter à un être.»

« Faites ce que vous voudrez, mais ne laissez personne être votre juge. »

La frontière entre raison et folie s'avère infime, l'imagination portant ici bien son nom de "folle du logis". Malheureusement, le fanatisme rôde encore et toujours, profitant de ces failles pour s'engouffrer et condamner arbitrairement. Même la notion de justice est alors mise à mal.

Un grand texte qui nous enjoint à rester attentifs, toujours...

 

Présentation de l'éditeur : Pavillons poche

Publié dans Théâtre

Partager cet article
Repost0

Victime 2117 de Jussi ADLER OLSEN

Publié le par Hélène

 ♥ ♥

Nombreux sont les réfugiés qui échouent sur les côtes méditerranéennes pour gagner ce qu'ils pensent être l'eldorado. Cette victime là est la 2117ème de l'année et le journaliste Joan Aiguader est décidé à enquêter sur elle. Mais cette mort-là ne semble pas seulement due à la noyade... Pour Assad, appartenant au département V de Copenhague depuis dix ans, cette victime n'est pas n'importe qui, elle surgit du passé et fait ressurgir des fantômes qui risquent de bousculer son univers. Les secrets surgissent, et avec eux les monstres enfantés par le djihadisme, monstres que vont combattre Carl et son équipe du département V.

Ce récit bien mené tient de bout en bout en haleine son lecteur, le laissant le souffle court au fur et à mesure que l'horreur de la situation se dévoile.

Ce que j'ai moins aimé :

- J'ai ressenti un petit regret de ne pas avoir suivi la trajectoire des autres personnages en lisant les tomes précédents dans l'ordre ... De fait, je vous remets en bas de la page la série dans l'ordre.

- L'histoire est assez dure, âmes sensibles, s'abstenir

Bilan :

Un roman aux implications glaçantes profondément ancré dans l'actualité !

 

Prix Babelio polar et thriller 2020.

Présentation de l'éditeur : Le livre de poche

Du même auteur : Miséricorde ♥ ♥ (policier) ;  Délivrance  ♥ ♥ ♥ ♥ (policier) ;  Dossier 64 ♥ ♥ (policier)

La série dans l'ordre (et il vaut mieux la lire dans l'ordre) :

- Miséricorde

- Profanation

- Délivrance

- Dossier 64

- L'effet papillon

- Promesse

- Selfies

- Victime 2117

Partager cet article
Repost0

Les belles personnes de Chloé CRUCHAUDET

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥ ♥

"Le secret, m'a-t-il dit, n'est pas d'être prince - qui croirait à cette fable ? - mais d'agir en prince, tous les jours. Et c'est ça le véritable héroïsme. rendre à chaque jour sa beauté, contempler le monde dans les quelques paires d'yeux qui, au milieu de la foule, nous adressent pourtant mille promesses."

« Faire des portraits d'anonymes ». Cette idée, impulsée par le festival Lyon BD, a assez vite interpellé Chloé Cruchaudet. Elle a alors modelé cette proposition pour rendre le dispositif interactif : un appel à contributions a été lancé, afin de recueillir des éloges de « belles personnes » ; l'objectif étant d'inciter les gens à ne pas se fier aux apparences. Son choix s'est orienté vers quatorze témoignages parmi ceux qu'elle a jugés les plus étonnants ou touchants : Denise, présumée sorcière, Mint, chien d'aveugle, ou encore Mme Neuville, professeure de philosophie... Chacune de ces belles personnes étant singulière, l'autrice a souhaité adapter son traité graphique à chaque récit. Et en fin d'ouvrage, ces contributions textuelles sont retranscrites dans leur forme originelle avec, en vis-à-vis, un portrait pleine page.

Elle met ainsi en avant son admiration envers les personnes discrètes, elle incarne le quotidien dans plusieurs visages. Sa bienveillance est profondément émouvante, d'autant plus qu'elle se livre aussi personnellement en mentionnant notamment son frère : 

"Le monde bien souvent ne voit rien, c'est pour ça qu'il faut lui rappeler à quel point mon frère est courageux et formidable, pour ne pas que le monde l'oublie à force de ne pas le voir. Pour ne pas que le monde l'oublie, parce qu'on voudrait que les belles personnes soient belles et bien portantes. Alors qu'il y a tous les autres, les cassés, les abîmés... qui portaient pourtant en eux toutes les promesses du monde quand ils sont nés."

 

 

Ce magnifique album nous encourage à rester attentif à ceux qui nous entourent et à leur sourire, pour tirer le meilleur d’eux-mêmes, pour les amener à être de belles personnes.

Un essentiel !

 

Présentation de l'éditeur : Editions Soleil

Du même auteur : Mauvais genre ;

Partager cet article
Repost0

La vérité sur la lumière d Audur Ava OLAFSDOTTIR

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥ ♥

"On dit que l'homme ne se remet jamais d'être né. Que l'expérience la plus difficile de la vie, c'est de venir au monde. Et que le plus difficile ensuite, c'est de s'habituer à la lumière."  p 129

Dyya est sage-femme, "mère de la lumière". Elle est issue d'une lignée de sage-femmes quand ses parents dirigent des pompes funèbres et que sa sœur météorologue commente l'arrivée des tempêtes. La vie, résumée en une famille : la naissance, les tempêtes et la mort.

Diyya livre ses éblouissements, puisque "Il n'y a pas grand chose sous le soleil qui puisse surpendre une femme ayant une si longue expérience du métier. Si ce n'est l'être humain lui-même." En effet, si les petits arrivent démunis dans cette nouvelle aube, les parents sont quelquefois tout aussi surpris, innocents face à cet être qu'ils doivent mener vers le meilleur. certaines sages-femmes elles-mêmes se créent des angoisses, redoutant de ne pas être à la hauteur de leur mission. Mais Diyya et son expérience rassure les uns et les autres, avec humanisme et tendresse. Elle est comme guidée par son héritage, et par sa grand-tante disparue, elle-même sage femme.

C'est d'ailleurs en rangeant les cartons de sa grand-tante, que Diyya découvre une œuvre dans laquelle il est question de lumière et de nature.

Et cette lumière resplendit tout au long de ce roman tellement atypique, si beau. La beauté se découvre peu à peu, au détour d'une phrase, d'une fulgurance, d'un mot qui résonne soudain plus fort qu'un autre dans notre âme de lecteur.

Ces pages profondément humanistes et touchantes mettent au monde délicatement une nouvelle façon de regarder le monde !

Présentation de l'éditeur : Zulma

Du même auteur : Rosa candida ♥ ♥ ♥ ♥ ;  L’embellie  ♥ ♥ ♥ ; L'exception ♥ ♥ ♥ ♥ ; Le rouge vif de la rhubarbe ♥ ♥ ♥ ♥ ;  Ör ♥ ♥ ♥ ; Miss Islande ♥ ♥ ♥ 

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article
Repost0

Top 20 des livres

Publié le par Hélène

Sur Instagram court un challenge organisé par Un livre chacune qui consiste à citer les vingt livres qui nous ont le plus marqués / secoués . Je me suis prêtée au jeu. Je me suis rendue compte que ces choix étaient souvent dus à des rencontres marquantes, des partages harmonieux...

Les contes d'Enid Blyton, et La série des Alice, lus et relus en rallumant en douce la lumière bien après l'extinction officielle des feux...

Jane Eyre, lu très tôt - en 6ème je crois - d'un romantisme parfaitement adapté à mon adolescence !

Le vent sombre, lecture partagée avec ma sœur et mon père, je le relis actuellement, je l'aime toujours autant !

Que ma joie demeure est l'un de mes livres préférés, il incarne ma vision de la vie :

"Ce n'est pas vrai. S'il n'y avait pas de joie, il n'y aurait pas de monde. Ce n'est pas vrai qu'il n'y a pas de joie. Quand on dit qu'il n'y a pas de joie, on perd confiance. Il ne faut pas perdre confiance. Il faut se souvenir que la confiance c'est déjà de la joie. L'espérance que ça sera tout à l'heure, l'espérance que ça sera demain, que ça va arriver, que c'est là, que ça attend, que ça se gonfle, qua ça va crever tout d'un coup, que ça va couler dans notre bouche, que ça va nous faire boire, qu'on n'aura plus soif, qu'on n'aura plus mal, qu'on va aimer." 

Un été dans l'ouest a provoqué en moi des velléités de voyages et m'a fait comprendre combien la liberté comptait à mes yeux.

Christian Bobin marque ma rencontre avec Fanette, une amitié forte, inoubliable.

Proust fut un éclair fulgurant quant à la place de la littérature dans ma vie, lecture partagée avec Julie cette fois-ci.

"Le rôle de la littérature est de révéler des réalités cachées sous des vérités acquises."

Saint John Perse : le sujet de mon mémoire, suggéré par Henriette Levillain, présente à une période importante de ma vie

Une année à la campagne et Jacques Poulin sont en relation avec ma rencontre avec Bénédicte que je garde toujours dans mon cœur, tendrement.

François Cheng a une sensibilité qui me parle et là encore je partage cette passion avec ma mère et ma sœur.

Jorn Riel m'a sorti de la déprime plus d'une fois !

Swan Peak est un de mes romans policiers préférés.

Ma famille et autres animaux et les autres romans de la série sont des bols d'air tellement drôles et tonifiants !

La patience des buffles sous la pluie est un jalon essentiel puisque il est le premier article de ce blog. Le texte suivant m'accompagne souvent :

"Quand je l’ai rencontrée, j’étais tellement heureux que je me suis écrit une longue lettre dans laquelle j’ai raconté tout mon bonheur dans les moindres détails, je n’ai rien oublié, tout ce qu’on a vécu, tout ce que j’éprouvais, tout ce que je pensais, tout ce qu’elle disait, tout, même les  choses les plus insignifiantes. Ensuite je me suis envoyé la lettre en recommandé avec accusé de réception, et quand je l’ai reçue, je l’ai rangée dans un coin. Quelques années plus tard, on était
toujours ensemble et, franchement c’était plus pareil. On avait tous les deux changé, on s'aimait
plus du tout de la même façon, notre amour était beaucoup plus sourd, enfoui, tellement enfoui
que c'était à se demander si on s'aimait encore. À tel point que j’ai pensé à me barrer.  Alors
j’ai décacheté la lettre. Ça m’a suffi pour me convaincre de rester. "

Comment Wang Fo fut sauvé et Le héron de Guernica : deux textes qui allient poésie et engagement, ils rappellent le rôle essentiel de l'art et de la beauté.

Petit Pays : ce roman m'a permis de découvrir les chansons de Gaël Faye, des textes magnifiques !

Mike Horn : L'aventurier par excellence, qui nous rappelle de ne jamais perdre la foi en nos projets. Son parcours est extraordinaire. Chacune de ses phrases me touchent.

"Au cœur de la longue nuit polaire, je me suis laissé guider par mon instinct. Tout était simple : vivre, chercher un endroit pour se reposer, manger. C'est dans les grandes épreuves que se révèle l'étincelle humaine. c'est devant l'immensité de la montagne que je suis moi-même, petit, mais bien là. Il serait bien sûr illusoire de rejeter notre civilisation moderne. Mais il faudra bien retrouver le sens premier des choses. Le miracle des feuilles au printemps, le parfum du vent, le bourdonnement des abeilles, la beauté de l'horizon... Toutes nos puces électroniques, nos ordinateurs, nos écrans et nos robots ne nous donneront jamais le bonheur. "

 

Partager cet article
Repost0

Washington Black de Esi EDUGYAN

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥ ♥

"Quelle est la vérité de toute vie, Titch ? Je doute que même l'homme qui la vit soit en mesure de la dire. On ne peut pas connaître la vraie nature de la souffrance des autres.

- Non, mais on peut faire de son mieux pour ne pas l'aggraver." p 469

La Barbade, 1830. Washington Black, onze ans, est esclave dans la plantation de Erasmus Wilde, homme violent et sans cœur. Washington est protégé par une vieille esclave, Big Kit, jusqu'au jour où le propre frère de Erasmus le prend sous son aile, en tant qu'assistant. Christopher Wilde surnommé Titch a en effet un projet novateur : il veut construire un ballon dirigeable. Cet homme abolitionniste soutient alors le jeune Washington, fasciné par ses talent de dessinateur, il s'attache à lui et le défendra, quoiqu'il lui en coute.

Ce roman aux multiples aventures emporte son lecteur de La Barbade à Londres en passant par le Pôle Nord. Le jeune Washington apprend le prix de la liberté au fil des péripéties et aiguise peu à peu son jugement sur les personnes qui l'entourent. Lui aussi devra revoir ses préjugés et s'ouvrir pour trouver sa propre identité.

Un roman d'aventures passionnant !

 

Présentation de l'éditeur : Folio

Partager cet article
Repost0

Tant qu'il y aura des cèdres de Pierre JARAWAN

Publié le par Hélène

♥ ♥

Un proverbe dit "Si quelqu'un croit avoir compris le Liban, c'est qu'on le lui a mal expliqué."

Les parents de Samir le narrateur ont fui le Liban et se sont réfugiés en Allemagne où ils vivent heureux entourés de leurs amis. Mais un beau jour Brahim, le père si gai et heureux de vivre de Samir change, il devient distant, triste et finit par disparaitre sans laisser de traces, laissant sa famille désemparée. Samir n'a que huit ans et ce drame le marquera à jamais.

Des années plus tard, alors qu'il doit se marier, il comprend qu'il ne pourra lui-même fonder une famille s'il ignore ce qui s'est passé. Il se rend donc à Beyrouth, sur les traces de son père. Guidé par les contes que lui racontait son père le soir, il relève les indices et tente de reconstituer le destin de son père.

Ce que j'ai aimé :

L'enquête s'efface peu à peu pour laisser place à une nonchalance, reflet de l'état d'esprit du narrateur, en quête d'identité après cette perte irrémédiable tout autant qu'inexplicable. L'atmosphère bercée par les contes orientaux se voile alors de mélancolie et les rencontres prennent alors un autre sens...

Ce que j'ai moins aimé :

- L'histoire politique du pays est complexe et les subtilités sont difficiles à comprendre.

- Le rythme est relativement lent durant cette quête.

Bilan :

Un beau roman sur la quête des origines.

 

Présentation de l'éditeur : Le livre de poche

Publié dans Littérature Asie

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 200 > >>