Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Editions Zulma

Publié le par Hélène

Samedi dernier, nous avons été plusieurs blogueurs à avoir été reçus par les Editions Zulma, rue du Dragon, l'occasion de revenir sur l'histoire de cette maison d'édition si particulière...

Une maison fondée en 1991

Laure Leroy était stagiaire dans l'édition et a décidé de fonder sa propre maison d'édition en 1991. Pendant quinze ans, elle a appris son métier de directrice, mais elle a surtout appris tous les métiers de l'édition.

En 2006 elle a décidé qu'il était temps de refonder la maison de fonds en combles.

2006, l'année des changements

Laure Leroy décide alors de publier moins, seulement 10 ou 12 livres par an, mais en prenant le temps de trouver, publier, et promouvoir ces livres choisis pour son catalogue. Elle ne publie que des livres qu'elle aime, parce que pour elle une maison d'édition ne peut toucher ses lecteurs que si il y a cette chaine d'authenticité, ces gens passionnés d'un bout à l'autre du projet.

La diversité du monde et l'universalité des sentiments

Ce qui manquait dans le paysage éditorial français était une maison ouverte sur la diversité du monde, une maison qui ne serait pas spécialisée dans la littérature française, japonaise ou russe, mais une maison qui s'attacherait à la diversité du monde. Si les cultures sont différentes, chacun reste un être humain qui partage avec les autres des valeurs universelles, d'humanisme, tous les êtres humains ont des craintes, des émotions, des aspirations. Zulma a souhaité aller voir des écrivains dans le monde entier qui construisent une oeuvre avec une culture différente dont on ne connait rien. 

Par exemple au Kerala, état du Sud de l'Inde,  on parle une langue qui s'appelle le malayalam. Or cet état est riche et éduqué, et pourtant on en ignore tout. Pourtant, il y a forcément là-bas des écrivains extraordinaires, et parmi eux, il en existe forcément un qui pourra plaire. Le travail de recherche est très important chez Zulma. Sur place, des traducteurs tout aussi passionnés traduisent quelques chapitres pour donner envie aux éditeurs français de publier leurs auteurs. C'est comme cela que Laure Leroy a découvert Basheer.

Si on prend un livre comme La somme de nos folies, c'est avant tout l'histoire d'une vieille dame excentrique, ce qui est plus important que de préciser que c'est un roman qui se passe en Malaisie.

Une identité singulière pour des voix fortes

David Pearsons était un graphiste anglais qui a beaucoup travaillé pour Penguin.

Laure lui a demandé pour leurs couvertures de respecter un cahier des charges, avec un design contemporain, reconnaissable, comme un écrin. De fait, la quatrième de couverture n'existe pas dans cet écrin.

 

Une équipe soudée

Au sein de cette équipe soudée, Béatrice Pô s'occupe du travail éditorial et de la fabrication, Héloïse Bailly est l'oeil de la maison, traquant les coquilles et aidant Béatrice, Catherine Henry s'occupe des relations libraires depuis 2006, Amélie Louat négocie les sessions de droits, l'acquisition des droits et Rym et maintenant Valentin se consacrent aux relations presse et blogueurs.

Le rôle d'agents

La spécificité de Zulma tient aussi au fait que la maison est l'agent de ses auteurs étrangers. Quand ils sont traduits dans un autre pays, c'est Zulma qui gère les contrats. Les échanges de droits se passent lors de la grande foire de Francfort. Zulma soit valider le choix de la maison d'édition, du traducteur, du titre et de la couverture.

 

Les étapes de la fabrication

L'impression se fait sur une feuille 52/80cm qui est ensuite pliée pour constituer des cahiers.

Les cahiers sont ensuite assemblés, cousus, puis placés dans la couverture.

Zulma travaille en partenariat avec les imprimeries Floch en Mayenne.

Rencontre avec Jean-Marie ROBLES

Le premier livre de l'auteur Là où les tigres sont chez eux, mélange de Umberto Eco et Indiana Jones, fut un véritable coup de coeur pour Laure Leroy. En 2014, elle publie de lui L'île du Point Némo, puis Dans l'épaisseur de la chair. En janvier 2019, il publiera Le rituel des dunes. Ce roman se passe à la fin ]des années quatre-vingt dans la Chine communiste. Roetgen vient de quitter Tientsin. Il laisse derrière lui le petit milieu des expatriés, joyeusement délétère et décalé, pourtant en prise avec le quotidien souvent absurde du régime. Plus que tout, c’est son histoire avec Beverly, une Américaine de vingt ans son aînée, que Roetgen cherche à comprendre. Beverly, qui a vécu (ou fantasmé) mille vies rocambolesques, des plus sordides aux plus éclatantes, est exubérante, excessive, jalouse, elle n’a aucune limite, elle ne vit que par passion. D’emblée Roetgen est fasciné, mais Beverly a aussi sa face obscure. Beverly réclame sans cesse à son amant des histoires à la hauteur de sa propre biographie. Il lui raconte les affres d’un empereur chinois au double visage, une folle nuit au cœur de la Cité Interdite, un vrai faux polar dont il ne livre qu’un chapitre sur deux – récits haletants, volontiers désopilants, qui vont à leur tour nourrir la folie de Beverly.
 

Sortira également La maîtresse de Carlos Gardel de Mayra Santos-Febres. La puissante Mano Santa est appelée au chevet de Carlos Gardel, l’icône du tango, à la veille de sa tournée dans les Caraïbes. La guérisseuse emmène avec elle sa petite-fille Micaela, étudiante infirmière silencieuse et appliquée, à qui elle confie Gardel.

Les plus grands succès

Rosa Candida de Audur Ava OLAFSDOTTIR : vendu à plus de 100 000 exemplaires en grand format, et traduit partout dans le monde à la suite de son succès en France.

Là où les tigres sont chez eux de Jean-Marie Blas de ROBLES : Prix Medicis et Prix du roman Fnac

Palestine de Hubert HADDAD : prix Renaudot poche

Le garçon de Marcus MALTE : Prix Fémina

Mes coups de coeur :

Les romans de Audur Ava OLAFSDOTTIR dont Le rouge vif de la rhubarbe

Rosa Candida et L'exception

Le complexe d'Eden Bellwether de benjamin WOOD

La boite aux lettres du cimetière de Serge PEY

Gouverneurs de la rosée de Jacques ROUMAIN

L'île du point Némo de Jean-Marie ROBLES

La lettre à Helga de Bergsveinn Birgisson

L'année des secrets de Anjana APPACHANA

Les nuits de laitue de Vanessa BARBARA

 

Merci à toute l'équipe pour ce bel après-midi !

Publié dans Divers

Partager cet article
Repost0

Seules les bêtes de Colin NIEL

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥

Au cœur des Causses, une femme a disparu alors qu'elle était partie randonner. Quand les anciens parlent de "la tourmente" qui l'a emportée, d'autres explorent d'autres pistes et remontent le temps pour comprendre. Plusieurs personnes prennent alors la parole tour à tour pour dévoiler des secrets bien tapis au creux des montagnes... Qu'il s'agisse de l'assistante sociale de la région, de son mari Michel, de Joseph, paysan reclus dans ses montagnes, ou de Maribé, nouvellement arrivée dans le village, tous ont des choses à cacher... Si au premier abord, les récits semblent déconnectés les uns des autres, page après page, les vies se raccordent pour trouver leur cohérence.

Les êtres, perdus dans cette montagne qu'ils subissent quelquefois, sont hantés par la solitude qu'ils cherchent à combler à tous prix. Ils ne sont pas tous paysans par choix, beaucoup ont subi l'influence familiale, la pression pour reprendre la ferme des parents pesant sur leurs frêles épaules.  Certains malfaisants profiteront et abuseront de cette solitude pour jouer avec les sentiments de ces êtres vulnérables.

Parfaitement maîtrisé, ce roman puise ses racines aussi bien dans des sujets d'actualité que dans une fine analyse sociologique des milieux paysans. Il est efficace aussi bien quand il nous plonge dans le Massif Central que quand il nous emmène en Afrique.

 

Présentation de l'éditeur : Le Rouergue

Du même auteur : Ce qui reste en forêt

D'autres avis : Babélio

Prix littéraires :


Prix Polar en séries de Quais du Polar 2017
• Prix Polar Landerneau 2017

• Prix de l'Académie cévenole Cabri d'or 2017
• Prix Goutte de Sang d’Encre 2017

• Prix du roman Cézam inter-CE 2018

Partager cet article
Repost0

Laissez-moi (Commentaire) de Marcelle SAUVAGEOT

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥

"Ne me demandez pas de vous regarder par-dessus l'épaule et ne m'accompagnez pas de loin. Laissez-moi."

Une jeune femme retourne au sanatorium pour lutter contre la maladie qui la ronge, laissant derrière elle son amant. elle lui écrit alors pour que s'amenuise la distance, pour qu'il continue de l'aimer. Quelques lettres plus tard, il lui apprend brutalement qu'il la quitte, qu'il se marie avec une autre.

Le temps laissé vaquant devant elle lui permet d'analyser son coeur, de revenir sur cette histoire engendrée et sur les sentiments bafoués.

« C’est du bonheur d’être bouleversé et de ne plus rien savoir. Mais avoir encore un petit coin de conscience qui toujours sait ce qui se passe, qui, parce qu’il se sait, permet à tout l’être intellectuel et raisonnable d’avoir aussi à chaque seconde quelque chose du bonheur qui arrive, avoir ce petit coin de conscience qui apprécie lentement l’évolution de la joie, la suit jusqu’à ses fins les plus extrêmes, n’est-ce pas du bonheur ? Il y a un petit coin qui ne vibre pas, mais ce petit coin qui ne vibre pas reste le témoin de la joie ressentie. C’est lui qui se souvient et qui peut dire : j’ai été heureux et je sais pourquoi. Je veux bien perdre la tête, mais je veux saisir le moment où je perds la tête et pousser la connaissance au plus loin de la conscience qui abdique. Il ne faut pas être absent de son bonheur. »

Elle "commente" la fin de sa relation avec une acuité d'observation et d'analyse troublante, de celle qui tende vers l'universel. Chacun peut se reconnaitre dans cette douleur de l'abandon intime vibrant de vérité et de sincérité. La lucidité de la jeune femme résonne en nos âmes, emporté par son écriture poétique, on ne peut qu'être ébloui par ce destin tragique !

« Un petit volume si amer, si pur, si noble, si lucide, si élégant, si sévère et d’une tenue si haute dans son allure désolée et déchirée. On serait presque tenté de dire que c'est là un des chefs-d’œuvre de la plume féminine, » confie Paul Claudel

Ce que j'ai moins aimé : c'est assez ironique car dans mon édition, les avant propos et annexes sont multipliés, commentant à l'envie cette oeuvre pure qui pourtant se suffit à elle-même.

 

Présentation de l'éditeur : Phébus

D'autres avis : Télérama

 

Partager cet article
Repost0

L'écart de Amy LIPTROT

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥

Amy a dix-huit ans quand elle quitte son île natale des Orcades, îles au nord de l’Écosse, pour rejoindre Londres et ses lumières de pacotille. Au cœur de la capitale, elle sombre peu à peu dans un univers interlope, empli de fêtes, de drogues et d'alcool. Beaucoup d'alcool, trop d'alcool, au point que Amy ne peut plus s'en passer et sombre jour après jour dans l'addiction. Elle perd alors son travail, son petit ami, et se retrouve seule, désœuvrée, définitivement alcoolique.

Pour combattre ses démons, elle décide de revenir en arrière, de mettre de la distance entre Londres et elle, et repart vers ses racines, vers les Orcades. Là, elle intègre une organisation dédiée à la conservation des animaux et cherche à se reconstruire. Elle s'installe sur une petite île, et réapprend à vivre normalement, sans alcool. Grâce au pouvoir guérisseur de la nature, elle trouve un sens à sa vie, loin des futilités londoniennes. Elle va à la pêche aux couteaux, pour les faire revenir ensuite le soir à l'ail et les savourer avec des spaghettis, elle s'attache peu à peu aux petits détails de la vie savoureux pour lutter contre ses démons.

"J'ai troqué les boules à facettes des discothèques pour les lumières célestes, mais je reste entourée de danseurs : soixante-sept lunes gravitent autour de moi."

Ce que j'ai moins aimé : Quelques longueurs.

Bilan : Ce récit authentique nous faisant le témoin d'une reconstruction touche par sa sincérité.

 

Présentation de l'éditeur : Editions Globe

D'autres avis : Nadael ;

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article
Repost0

Le royaume tome 1 Anne de Benoît FEROUMONT

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥

Anne est chassée du château... Il faut dire qu'elle couche dans le lit du roi et que des oiseaux querelleurs décident de la dénoncer à la reine. Elle décide de rebondir en ouvrant une taverne dans ce petit village moyen-âgeux. Et même si la reine est bien décidée à lui mettre des bâtons dans les roues, elle persévère, encouragée par un forgeron un peu trop beau à son goût !

Cette BD reprend les thèmes habituels du conte de fée pour les détourner offrant ainsi une réécriture décalée des clichés habituels. Anne ne s'en laisse pas conter, et est bien loin des héroïnes naïves !

Ce que j'ai moins aimé : les dessins.

Bilan : Une Bd pleine de fraicheur !

 

Présentation de l'éditeur : Dupuis

Partager cet article
Repost0

Les petites épiceries de mon enfance de Lee MEKYEOUNG

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥ ♥

""Essaie de vivre la vie comme elle vient" : je veux suivre ce conseil donné par mon père et mener une vie tranquille et ordinaire, à mon image et à l'image de es épiceries modestes et simples."

Alors qu'elle attendait son deuxième enfant, l'auteure déménage au fin fond de la commune de Toechon, dans le province de Gyeonggi. En se promenant dans le village de Gwaneum, elle tombe sous le charme d'une petite épicerie, attirée par cette beauté discrète qui s'ignore. Vingt ans plus tard, elle parcourt toujours le pays pour s'arrêter devant les petites épiceries, les prendre en photo pour les peindre ensuite, minutieusement. Dans ce recueil, elle nous livre ces merveilles, émaillée de brèves chroniques.

A travers textes et peintures, elle rend aussi hommage aux êtres modestes et simples qui vécurent avec nous à une époque donnée. Rares sont les épiceries qui survivent au fil des années. "Faisons attention aux choses qui nous entourent et qui nous sont familières. Peut-être leurs angles usés et arrondis par le temps cachent-ils une beauté que rien ne pourra remplacer ? En les observant attentivement, on peut y percevoir les traces du temps et de la douleur de la vie. Tel est le chemin qui mène à ces petites épiceries dans ma mémoire, elles qui suscitent en nous un bonheur attendrissant chaque fois que nous tournons au coin de la rue."

Dessiner toutes ces petites épiceries avant qu'elles ne disparaissent, devient ainsi comme une urgence et justifie son art. En les peignant, elles s'inscrivent dans la durée et continuent à vivre à travers l'oeuvre de l'auteure.

Avec délicatesse et modestie, Lee Mekyeoung nous invite à faire attention aux choses et à réfléchir à ce qui disparait tous les jours dans nos quartiers au nom du développement et du progrès. Chaque peinture est comme un fragment de bonheur, un hommage touchant à la vie qui passe, un souvenir éclatant dans le ciel de l'édition. 

 

Présentation de l'éditeur : Picquier

D'autres avis : Chinouk

 

Les petites épiceries de mon enfance, LEE Mekyeoung, traduit du coréen par Lim Yeong-hee et Lucie Modde, Editions Philippe Picquier, octobre 2018, 208 p., 26.50 euros

Merci à l'éditeur !

Publié dans Littérature Asie

Partager cet article
Repost0

L'emploi du temps de Michel BUTOR

Publié le par Hélène

Dans ce récit déconstruit, éclaté, le narrateur Jacques Revel relate par écrit les évènements qui lui sont arrivés au cours des huit derniers mois, depuis son arrivée dans la ville de Bleston, inspirée de Manchester.

Ce roman, qui se présente comme un roman policier confond les strates temporelles, dans un processus propre au nouveau roman.

Ce que j'ai aimé : les errances du narrateur dans la ville, personnage à part entière.

Ce que j'ai moins aimé : le fait que l'intrigue soit éclatée, perdant le lecteur à loisir dans un labyrinthe sans fin ...

 

Présentation de l'éditeur : Les Editions de Minuit

D'autres avis : Babélio

 

Partager cet article
Repost0

Déception et abandon du mois

Publié le par Hélène

Félix LECLERC Calepin d'un flâneur

Le calepin d'un flâneur, paru d'abord en 1961, est le premier de quatre recueils qui rendent compte de cette pratique exigeante : écrire au fil des jours, des maximes, des anecdotes, des réflexions... Si j'ai trouvé quelques bonnes trouvailles, j'ai aussi connu beaucoup de déceptions, c'est "plate" comme disent les québecois...

"On n'a pas de tableaux dans le salon, mais on a la fenêtre."(Un habitant)

"Puise à la source et non dans le petit lac que vient de faire la pluie. (Comprendre : l'éternité de préférence à l'actualité).

Du même auteur, j'avais pourtant beaucoup aimé Pieds nus dans l'aube

 

Le camp des autres de Thomas Vinau

J'avais envie de l'aimer celui-ci, tant j'apprécie l'oeuvre de l'auteur. Mais je n'ai pas réussi à entrer dans l'univers de ce petit garçon, Gaspard, qui fuit dans la forêt et tente de survivre. Pour tout dire, je n'ai pas même au le courage d'aller jusqu'à la rencontre avec la bande inspirée de La Caravane à Pépère, cette bande organisée qui organisa vols et braquages pendant les années 1906 et 1907 à travers la France.

Le style m'a lassée et l'auteur me touche plus quand il écrit des courts textes poétiques que des romans.

Présentation de l'éditeur : Editions 10/18

Je vais me consoler en relisant l'une de ses autres oeuvres :

Nos cheveux blanchiront avec nos yeux ♥ ♥ ♥ ; Ici ça va ♥ ♥ ♥ ; Bric à brac hopperien  ♥ ♥ ♥ ♥ ; Juste après la pluie ♥ ♥ (Poésie) ; La part des nuages ♥ ♥ ♥ ; Bleu de travail  ♥ ♥ ♥ 

Partager cet article
Repost0

Commissaire Kouamé. Un si joli jardin de Marguerite ABOUET et Donatien MARY

Publié le par Hélène

A Abidjan, le corps d'un homme est retrouvé dans un hôtel sordide, destiné à abriter les passes des prostituées. Les indices sont minces dans ce quartier plutôt enclin au silence. Quant l'identité de la victime est découverte, le grand commissaire Marius Kouamé est immédiatement mis sur l'affaire, l'affaire devant rester discrète. Kouamé, avec l'aide de son fidèle adjoint Arsène, traque alors les suspects, jusque dans les quartiers interlopes...

Ce que j'ai aimé :

- Les dessins

- La peinture réaliste d'une ville au charme bigarré...

Ce que j'ai moins aimé :

- Assez sanglant, les scènes de torture m'ont mises mal à l'aise.

- Je n'ai pas particulièrement apprécié la personnalité du commissaire Kouamé

- Je me suis perdue en route dans l'intrigue, sans réussir à en saisir l'humour.

Bilan : J'avais nettement préféré Aya du même auteur !
 

Présentation de l'éditeur : Gallimard

Du même auteur : Aya

 

Kouamé, 1 Un si joli jardin, Marguerite Abouet, Donatien Mary, Couleurs de Frédéric Boniaud, Gallimard, novembre 2017, 104 pages, 20 €
 

 

Partager cet article
Repost0

Enterrez vos morts de Louise PENNY

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥ ♥

L’inspecteur-chef Armand Gamache et ses collègues tentent de surpasser le traumatisme lié à une opération policière longue et éprouvante, à l'issue fatale. Armand séjourne chez Emile, à Vieux-Québec et il aime se réfugier dans la bibliothèque de la Literary and Historical Society, loin de la violence du monde. Mais dans ce lieu mythique qui abrite les archives historiques de la ville, on retrouve le corps sans vie d'un archéologue passionné par Samuel de Champlain, un des fondateurs du Québec. Etait-il sur la piste de la sépulture de cet homme célèbre, restée secrète jusqu'à aujourd'hui, près de 400 ans après ? Qui aurait eu intérêt à éliminer cet homme devenu ridicule à force de creuser les sols à la recherche du tombeau de Champlain ?

Parallèlement, Gamache, torturé par l'erreur, se demande s'il n'a pas condamné trop vite celui qu'il a mis en prison pour le meurtre de l'ermite à Three Pines (cf Révélation brutale). Il envoie donc son fidèle Langlois dans le petit village, par acquis de conscience, pour enquêter discrètement.

A l'image de la bibliothèque dont Gamache arpente les allées, ce roman est d'une richesse infinie. Si le meurtre initial porte vers l'histoire de la ville, avec cette vieille querelle entre anglais et français, il s'oriente rapidement sur la mémoire et les traces qu'elle laisse profondément en nous.

"La ville avait peut-être été construite grâce à la foi et aux fourrures, par des êtres en chair et en os, mais c'étaient les symboles qui lui servaient de carburant. Et la mémoire."

Mémoire de notre histoire commune, mémoire de nos parents, mémoire du passé proche, aliénant, handicapant quelqurfois. En avançant, Gamache apprend peu à peu à faire siennes les quatre phrases qui mènent à la sagesse :  "Je m'excuse. Je me suis trompé. J'ai besoin d'aide. Je ne sais pas.". Il comprend que la sécurité n'est que factice et que la vie est un risque à prendre, même si cela peut être douloureux.

""Se sentir en sécurité", pensa Gamache. C'était un besoin primordial, vital. Que feraient les gens pour préserver un havre sûr ? Ils feraient ce qu'ils avaient fait depuis des siècles. ce que les français avaient fait pour sauver le Québec, ce que les Anglais avaient fait pour le conquérir. Ce que faisaient les pays pour protéger leurs frontières, et les individus pour protéger leur maison.

C'est à dire tuer. Pour se sentir en sécurité. mais ça ne fonctionnait à peu près jamais." p. 245

Pour Gamache, la sécurité sera davantage à trouver dans l'amour de ses proches, sa femme la première qui retient de cette aventure traumatisante un point essentiel, qu'elle répète comme un mantra "Il est vivant". Car finalement, "Enterrez vos morts" n'est pas un livre sur la mort, mais sur la vie. Et sur la nécessité à la fois de respecter le passé et de s'en détacher." (Postface de l'auteure)

Mon préféré de la série jusqu'ici !

 

Présentation de l'éditeur : Actes Sud

D'autres avis : Aifelle ; Enna ; Karine

Sur le blog :  Nature morte ♥ ♥ ♥  ; Le mois le plus cruel ♥ ♥   ; Défense de tuer ♥ ♥ ♥ ♥ , Révélation brutale ♥ ♥ ♥ 

La série dans l'ordre :

  1. Nature morte
  2. Sous la glace
  3. Le Mois le plus cruel
  4. Défense de tuer
  5. Révélation brutale
  6. Enterrez vos morts
  7. Illusion de lumière
  8. Le Beau Mystère
  9. La Faille en toute chose
  10. Un long retour
  11. La Nature de la bête
  12. Un outrage mortel
  13. Maisons de verre

 

Partager cet article
Repost0