Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Avant d'aller dormir chez vous d'Antoine de MAXIMY

Publié le par Hélène

♥ ♥

Antoine de Maximy est surtout connu pour son émission J'irai dormir chez vous dans laquelle il parcourt le monde, et atterrit dans des endroits plus ou moins éloignés en s'invitant chez les locaux pour y manger et dormir, afin d'être en immersion total dans ces autres cultures. 

Dans ce témoignage, il raconte ses expériences passionnantes, tant cet homme autodidacte a connu un parcours extraordinaire. Exalté par la découverte et par le fait d'être débutant et de devoir improviser, il apprend rapidement, et teste différents genres.

"C'est pour cette raison que je ne pense pas trouver ma place un jour. Parce que trouver sa place, c'est commencer à s'ennuyer. Pour moi, le bonheur n'est pas de trouver sa place, mais de la chercher. Et dans ce domaine, une chose est sûre : quand rien n'est prévu, tout est possible."

Il est à la fois ingénieur du son, reporter de guerre, puis réalisateur de documentaires animaliers  avec des passionnés, des "types capables de venir te réveiller en pleine nuit parce qu'ils ont trouvé une chenille plus grosse qu'un caméléon". Son côté technique inventif lui permet de mettre en forme la cinébulle, une montgolfière motorisée biplace conçue pour des prises de vue aériennes et utilisée par Nicolas Hulot. Il évoque également l'incroyable radeau des cimes qui permet d'observer la forêt tropicale de la cime des arbres :

Dans ses reportages de l'émission qui le rendra célèbre, cet homme simple et bienveillant privilégie tout ce qui est ambiance, atmosphère, relations humaines, sans forcément donner les informations typiques des documentaires, et c'est ce qui fera finalement son succès.

Un beau portrait humaniste à découvrir !

 

Présentation de l'éditeur : J'ai Lu

 

Merci à Gaspard d'avoir attiré mon attention sur ce petit livre.

 

Tous les épisodes ICI : https://www.france.tv/france-5/j-irai-dormir-chez-vous/

Partager cet article
Repost0

Les caprices de Marianne de Alfred de MUSSET

Publié le par Hélène

♥ ♥

"-Que tu es heureux d'être fou !
- Que tu es fou de ne pas être heureux !"

Le jeune Coelio est amoureux de la belle Marianne, mariée au vieux juge Claudio. Coelio ne sachant pas manier l'art de la langue, demande de l'aide à son ami Octave pour plaider sa cause auprès de sa belle. Marianne se laisse attendrir par les mots d'Octave et se décide à prendre un amant... Mais lequel ?

Coelio est un être sincère, simple, représentant du héros romantique mélancolique trouvant difficilement sa place dans ce siècle. Pour l'aider, Octave, libertin qui profite des plaisirs de la vie sans croire à grand chose mais reste fidèle à Coelio.

"OCTAVE. - Figure-toi un danseur de corde, en brodequins d'argent, le balancier au poing, suspendu entre le ciel et la terre ; à droite et à gauche, de vieilles petites figures racornies, de maigres et pâles fantômes, des créanciers agiles, des parents et des courtisans ; toute une légion de monstres se suspendent à son manteau et le tiraillent de tous côtés pour lui faire perdre l'équilibre ; des phrases redondantes, de grands mots enchâssés cavalcadent autour de lui ; une nuée de prédictions sinistres l'aveugle de ses ailes noires. il continue sa course légère de l'orient à l'occident. S'il regarde en bas, la tête lui tourne ; s'il regarde en haut, le pied lui manque. Il va plus vite que le vent, et toutes les mains tendues autour de lui ne lui feront pas renverser une goutte de la coupe joyeuse qu'il porte à la sienne, voilà ma vie, mon cher ami ; c'est ma fidèle image que tu vois."

Illustrations pour les oeuvres d’Alfred de Musset / Eugène Lami, peintre ; Adolphe Lalauze, graveur. 1883. Source : BnF/Gallica

Marianne quant à elle est une femme décidée, peu encline à se laisser dicter sa conduite par qui que ce soit, portant sa liberté comme un étendard.

"Marianne : N'est-ce pas une chose bien ridicule que l'honnêteté et la foi jurée ? Que l'éducation d'une fille, la fierté d'un cœur qui s'est figuré qu'il vaut quelque chose, et qu'avant de jeter au vent la poussière de sa fleur chérie, il faut que le calice en soit baigné de larmes, épanoui par quelques rayons de soleil, entrouvert par une main délicate ?
(...) Qu'est-ce, après tout, qu'une femme ? L'occupation d'un moment, une coupe fragile qui renferme une goutte de rosée, qu'on porte à ses lèvres et qu'on jette par-dessus son épaule. Une femme ! C'est une partie de plaisir ! Ne pourrait-on pas dire quand on en rencontre une: voilà une belle nuit qui passe ?"

"MARIANNE- [...]
Si je me rends, que dira-t-on de moi ? N'est-ce pas une femme bien abjecte que celle qui obéit à point nommé, à l'heure convenue, à une pareille proposition ? Ne va-t-on pas la déchirer à belles dents, la montrer au doigt et faire de son nom le refrain d'une chanson à boire ? Si elle refuse, au contraire, est-il un monstre qui lui soit comparable ? Est-il une statue plus froide qu'elle, et l'homme qui lui parle, qui ose l'arrêter en place publique son livre de messe à la main, n'a-t-il pas le droit de lui dire : vous êtes une rose du Bengale sans épines et sans parfum ?"

Quel plaisir de retrouver la langue de Musset, ces joutes verbales si savamment menées ! L'art du langage est porté à son apogée à travers les échanges entre Octave et Marianne. Ce drame oscillant entre comédie et tragédie est à relire encore et encore pour nous rappeler que "on ne badine pas avec l'amour"...

 

Présentation de l'éditeur : Le livre de poche

Du même auteur : On ne badine pas avec l'amour

Les Caprices de Marianne sur le site de l’INA

Mise en scène pour la télévision par Claude Loursais, en octobre 1962. Lien vers le site de l’INA (extrait gratuit, version intégrale payante)

Mise en scène pour la télévision par Georges Vitaly, en juin 1970.
Lien vers le site de l’INA (extrait gratuit, version intégrale payante)

Dossiers pédagogiques

Dossier Pièce (dé)montée à propos de la mise en scène de Frédéric Bélier-Garcia n° 202 – mars 2015. Lien vers le site de Canopé

Lien vers le dossier de presse du Théâtre de la Tempête,  mise en scène de Frédéric Bélier-Garcia (2016). Lien vers le site du théâtre.

Publié dans Théâtre

Partager cet article
Repost0

Leurs enfants après eux de Nicolas MATHIEU

Publié le par Hélène

♥ ♥

"L'éducation est un grand mot, on peut le mettre dans des livres et des circulaires. En réalité, tout le monde fait ce qu'il peut. Qu'on se saigne ou qu'on s'en foute, le résultat recèle toujours sa part de mystère."

Août 1992. L'été s'étire dans cette petite ville de l'est de la France, assommant la jeunesse désœuvrée. Ils s'appellent Anthony, Stéphanie, et Hacine, et trainent leurs 14 ans le long d'un ennui prégnant, cherchant désespérément une occupation entre les baignades dans le lac, les fêtes, les copains et les filles. Tous rêvent de partir, Anthony pour fuir son père alcoolique, Steph, pour se construire un meilleur avenir loin d'une famille de parvenus sans culture, et Hacine pour ne pas suivre les traces de son père immigré et inadapté. Sont-ils condamnés à répéter le même schéma que leurs parents ou pourront-ils s'échapper de ce quotidien lourd qui semble les tirer vers le fond ? Durant quatre étés, nous les verrons grandir, entre désoeuvrement et espoir, pour peu à peu s'acheminer vers l'adulte de demain.

"Etre adulte, c'était précisément savoir qu'il existait d'autres forces que le grand amour et toutes ces foutaises qui remplissaient les magazines, aller bien, vivre ses passions, réussir comme des malades. Il y avait aussi le temps, la mort, la guerre inlassable que vous faisait la vie. Le couple, c'était ce canot de sauvetage sur le rebord de l'abîme."

Parce qu'il a su puiser dans sa propre jeunesse et ses souvenirs pour écrire, parce qu'il sait restituer une atmosphère, une ambiance par la biais d'une sensation, d'un bruit, d'un détail, Nicolas Mathieu offre ici un récit d'une justesse exemplaire, parfaite adéquation entre acuité d'observation et d'analyse et beauté de l'écriture réinventée.  Il évoque l'éducation, la transmission, les rêves adolescents, les désillusions sentimentales, le marasme et le vide toujours à l'affût, les rêves trop grands, et tout à coup au détour d'une page, l'évidence nous traverse, il parle de nous, il parle de notre jeunesse, il parle de l'humain.

"A mille détails, on percevait le souci que les habitants avaient de leur confort, de leur intimité, du respect de leur propriété. Un homme arrosait sa pelouse à l'aide d'un jet, chemise ouverte, l'air content. de temps en temps, on entendait un éclat de rire au loin, le raclement d'une chaise longue qu'on rentrait pour la nuit. des hirondelles passèrent très vite au-dessus des sa tête."

Une belle réussite.

 

Présentation de l'éditeur : Actes Sud

D'autres avis : Télérama ; Joëlle ;

Vous aimerez aussi : D'acier de Silvia Avallone

 

Leurs enfants après eux de Nicolas MATHIEU, Actes Sud, août 2018, 432 p., 21.80 euros

Partager cet article
Repost0

Comme un lundi de Thomas VINAU

Publié le par Hélène

♥ ♥

"La vie est grave. Il faut gravir." Pierre Reverdy

Thomas Vinau rédige ce "Carnet de bord assis au bord du temps" pour tenter de saisir le quotidien avant qu'il ne s'échappe, retenir encore un peu contre son coeur tous ces moments suspendus qui mis bout à bout créent bonheur "Dire le vent dans les arbres. Et les jets d'eau. Et les moineaux qui s'y baignent. Et la lumière sur les pierres de la terrasse." Saisir l'instant dans ce qu'il a d'éternellement beau, assujetti des contingences liées au temps.

Parce que souvent, le bonheur ne se saisit qu'après coup, quand il est trop tard et qu'il a filé se tapir sous les branches. La vie finit par nous désarmer, nous laissant pantelants, geignards, quand il aurait été si simple de regarder le monde, notre monde et de s'émerveiller quand il était encore temps. Si simple de dire à ceux qu'on aime que l'on tient à eux, d'admirer la ténacité de castors, de savourer la beauté d'un amour qui dure

"Je regarde les photos sur les murs en buvant à petites gorgées ma vielle compagne la solitude au fond du bol de café. On a avancé. On a pris des coups. On s'en est donné. On sait bien à présent que personne ne s'aime jamais comme il faudrait. Qu'à chaque instant on doit se retrouver. Le jour est bien levé maintenant, sa bataille habituelle commence. J'entends à la radio qu'on vieillit plus vite dans l'espace. O.K. mais à condition d'y être ensemble. Vieillir, c'est savoir que ça vaut le coup d'essayer. "

La page de remerciement même est un condensé de beauté :

Face à un monde désarmant, Thomas Vinau oppose une douce folie nécessaire à notre survie, indispensable à notre bonheur.

 

Présentation de l'éditeur : La Fosse aux Ours

Du même auteur :  Nos cheveux blanchiront avec nos yeux  ; Ici ça va ; Bric à brac hopperien  ♥ ; Juste après la pluie ♥ La part des nuages ♥ ♥ ♥ ; Bleu de travail  ♥ ♥ ♥ 

Blog de l'auteur : Thomas Vinau

D'autres avis : LeiloonaSabineMokaLecture commune avec Noukette

 

Comme un lundi, Carnet de bord assis au bord du temps, Thomas Vinau, La Fosse aux Ours, août 2018, 128 p., 15 euros

Partager cet article
Repost0

Les frères Sisters de Patrick DeWITT

Publié le par Hélène

♥ ♥

"Il y a des jours où nous sommes plus forts ... que d'autres."

Oregon 1851. Eli et Charlie Sisters chevauchent vers la Californie, envoyé en mission par le Commodore pour traquer un prospecteur d'or. Tueurs à gages, ils devront se débarrasser de lui après avoir récolté des renseignements sensibles. Mais cette traque prend rapidement un tour insolite ...

A travers le destin des deux frères réputés pour leur violence, l'auteur remet au goût du jour le western dans toute sa splendeur. Les deux comparses n'hésitent pas à user de la gâchette, à séduire les jolies filles, et à boire plus que de raison pour oublier leur solitude. Ils croisent toute une panoplie de personnages étonnants  et cocasses, mais aussi des castors qui ressemblent à des humains, des savants fous aux trouvailles hors du commun, des chevaux borgnes. Ils ont toujours connus la violence, elle fait partie de leur quotidien, et si Charlie ne se pose pas de questions, ou les noie dans l'alcool, Eli  quant à lui aimerait raccrocher pour une "question d'éthique".  Coeur d'artichaut, il a tendance à rapidement se laisser séduire par les jeunes filles qu'il croise et n'aspire finalement qu'à un peu de paix aux côtés de l'une d'elle. L'argent est peu important pour eux, tellement facile à gagner, et tellement volatile aussi.

Le chemin vers la félicité sera long, mais Eli ne renoncera pas à devenir "un grand homme", ou à tout le moins, un homme apaisé.

Beaucoup d'humour et de tendresse transparaît dans ce récit tonitruant que je vous conseille vivement !

 

Présentation de l'éditeur :  Actes Sud

Existe en poche : Babel

 

Partager cet article
Repost0

Le premier homme de Jacques FERRANDEZ d'après l'oeuvre d'Albert CAMUS

Publié le par Hélène

♥ ♥

Le premier homme est le manuscrit inachevé de Albert Camus, retrouvé dans ses affaires à sa mort. Il n'a été publié qu'en 1994. Camus souhaitait ainsi écrire le roman de l'Algérie, de la colonisation, de la guerre d'indépendance, à travers le destin de son personnage.

Nous suivons les pas de Jacques Cormery, écrivain, qui part à la recherche de ses origines, sur les traces de son père disparu durant la Première Guerre mondiale. Il va à la rencontre des personnages qui pourraient l'éclairer sur son histoire, sur ses origines, et se remémore alors la grand-mère assez dure face à une mère effacée, son enfance dans un quartier populaire d'Alger, le bonheur insouciant aux côtés des copains, les virées à la plage, l'école comme un échappatoire lumineux.

L'école fut en effet une joie pour l'enfant, affamé de découvertes, qui comprend rapidement que le savoir est un moyen de sortir de sa misère. En effet, "La misère est une forteresse sans pont-levis", et "Dans notre classe, pour la première fois, on se sentait exister et nous étions l'objet de la plus haute considération ; on nous jugeait dignes de découvrir le monde." C'est grâce à la rencontre avec un instituteur qui a su déceler chez l'enfant un avenir prometteur que l'écrivain a pu s'élever socialement. Les passages sur l'école revêtent un aura particulier quand on devine que derrière ce Jacques Cormery, se cache Camus lui-même.

Jacques Ferrandez vient du même quartier que Camus et son attachement à son pays et à son histoire est tout aussi prégnant, ce qui se ressent dans les dessins magnifiques. Ce très bel album permet d'éclairer l’œuvre du grand Camus. Un très bel hommage.

 

Présentation de l'éditeur : Gallimard

D'autres avis : Télérama  ; Marianne ;

Du même auteur : L'étranger

De Camus : La peste ; L'état de siège

 

La BD de la semaine est accueillie par Moka ce mercredi

 

Partager cet article
Repost0

Là où les chiens aboient par la queue de Estelle-Sarah BULLE

Publié le par Hélène

♥ ♥

"Dés le départ, toute notre histoire prend racine dans la terre à chimères."

Dans la famille Ezechiel, la jeune nièce guadeloupéenne vivant en métropole s'interroge sur ses origines. Elle décide alors de se tourner vers sa tante Antoine, la plus indomptable de la fratrie, pour qu'elle lui livre son histoire antillaise. L'histoire familiale revit alors sous les mots d'Antoine, mais aussi sous ceux de Lucinde et Petit-frère, la soeur et le frère d'Antoine. A travers leurs récits, la narratrice découvre ce bourg particulier de Morne-galant, surnommé "Là où les chiens aboient par la queue" d'où vient sa famille.  

Ce premier roman chatoyant évoque la Guadeloupe dans les années 40, au travers de l'enfance dans la campagne de cette Antoine fascinante, puis la découverte de Pointe-à-Pitre, le commerce dans les mers des Caraïbes, pour finalement choisir l'exil à Paris au pied du Sacré-Coeur.

"Je suis restée plantée au milieu de la rue. En continuant d'approcher, il m'a lancé : " T'es Noire ou t'es Blanche , toi ? "
Je n'ai pas tout de suite compris ce qu'il voulait. "Qu'est-ce que tu veux que je te réponde ?" Il a répété sa question en tendant vers moi un doigt menaçant. Ma vie dépendait peut-être de ce que j'allais dire. Toutes ces histoires de négritude qu'on entendait , que Césaire et Senghor poétisaient admirablement et qui fascinaient les jeunes, ça m'avait toujours laissée indifférente.
Je me considérais comme une femme, ça oui, et comme une guadeloupéenne, c'est-à-dire une sang-mélangé, comme eux tous, debout sur un confetti où tout le monde venait d'ailleurs et n'avait gardé qu'un peu de sang des Caraïbes, les tout premiers habitants. Ça m'éloignait définitivement de toute idée de grandeur et de pureté. Ma fierté, c'était le chemin que je menais dans la vie et que je ne devais qu'à moi-même. (p. 234)

En France, Antoine découvre aussi le racisme : " Je dirais qu’en métropole, nous sommes devenus noirs vers 1980, à partir du moment où avoir du boulot n’est plus allé de soi. Avant ça, le plein-emploi et la jeunesse soudaient les gens, ceux qui n’avaient pas grand chose, dans une même vigueur et des rêves communs. Bien sûr que le racisme existait, mais pas suffisamment pour gâcher la fête."

Les autres voix qui se font entendre contre-balancent les avis quelquefois tranchés de cette tante au caractère bien trempé, offrant ainsi le destin de toute une génération d’Antillais pris entre deux mondes qui scintille sous les mots limpides de l'auteur.

 

Présentation de l'éditeur : Liana Levi

D'autres avis : Télérama ; L'or des Livres ;

 

Là où les chiens aboient par la queue, Estelle-Sarah BULLE, Liana Levi, 288 p., 19 euros

Publié dans Littérature Antilles

Partager cet article
Repost0

La somme de nos folies de Shih-Li Kow

Publié le par Hélène

♥ ♥

À Lubok Sayong, petite ville au nord de Kuala Lumpur, les habitants sont habitués aux catastrophes naturelles, leur village étant inondé plusieurs fois par an. Ils ont su s'adapter au lieu, hauts en couleur, ils évoluent gaiement dans un monde tourmenté. Parmi eux, Beevi, décide de transformer la grande demeure familiale en bed and breakfast et embauche l’extravagante Miss Boonsidik pour l’aider dans sa tâche. Au même moment, à la mort de sa soeur, elle doit prendre en charge la jeune Mary Anne, débarquée sans crier gare de son orphelinat où toutes les filles s’appellent Mary quelque chose. A leur côté, telle une sentinelle, se tient Auyong, qui dirige l'usine de mise en boîtes de litchis.  

« Attention aux maladies véhiculées par l’eau, répétaient les gens de la capitale. Attention aux crocodiles et aux serpents. Attention de ne pas marcher sur la carcasse pourrie d’une bête morte. Gare au choléra. Gare aux tourbillons et aux courants. Ils publiaient des consignes de survies dans des journaux qui n’étaient pas distribués ici et qu’on lisait dans la capitale en sirotant un café latte frappé, bien installé chez Starbucks. Gare à la vie.»

Chronique d'une petite communauté, servi par deux voix, le roman oscille entre gravité et loufoquerie.   Entre cette tête de vache sanglante livrée à la mauvaise adresse, la voisine qui élève des sangsues, un poisson carnivore relâché dans un lac, ce chouette roman nous rappelle que nous ne sommes que la somme de nos folies, "racontées ou tues". Original et décalé, il est une des bonnes surprises de cette rentrée littéraire.

 

Présentation de l'éditeur : Zulma 

D'autres avis : Yves ; Leiloona

 

La Somme de nos folies, premier roman traduit de l’anglais (Malaisie) par Frédéric Grellier,  384 pages, 21,50 € • Paru le 23/08/18

Publié dans Littérature Asie

Partager cet article
Repost0

Et si l'amour c'était aimer de FABCARO

Publié le par Hélène

 

Sandrine et Henri coulent des jours paisibles dans leur villa luxueuse. Jusqu'au jour où Sandrine tombe sous le charme d'un livreur de macédoine, chanteur de rock à ses heures.

Sur le modèle du roman-photo, Fabcaro tourne en dérision ces codes formatés pour s'interroger sur le sentiment amoureux. Si les clichés et les métaphores sont ceux des romans à l'eau-de-rose avec le beau ténébreux et les coups de foudre, le premier rendez-vous très cocasse se fera au ... zoo. Le monde du travail se fait aussi éreinter au passage avec ces brainstormings vains, tout comme les prétendus chansons à texte d'artistes engagés...

Les dialogues sont tout aussi savoureux, teinté d'humour douce-amer, ces scénettes absurdes éclairent l'érosion du quotidien :

Pourquoi ces passions ne durent-elles pas alors que l'on reste persuadé au premier regard de n'avoir jamais connu cela auparavant ? Pourquoi ces certitudes qui s'éteignent tels des feux de paille ? ET si tout cela n'était qu'illusions serties dans des mots et métaphores qui ne signifient finalement pas grand-chose ?

« Comment dire ? Tu sais Bruno, l’amour est une chose éphémère et imprévisible… Comme un petit oiseau fragile qui fait du moonwalk dans l’aquarium du bonheur, et puis un jour le courant d’air de la fatalité ouvre la baie vitrée du destin, et le petit oiseau s’échappe et se fait écraser par un catcheur argentin sur le ring de la lassitude. Alors les employés municipaux Cotorep des sentiments viennent nettoyer et jeter le cadavre tout écrabouillé dans la poubelle des souvenirs mitigés et du soulagement… Tu comprends ? »

Un artiste à découvrir, incontestablement !

 

Présentation de l'éditeur : 6 pieds sous terre

Du même auteur : Zaï Zaï Zaï

D'autres avis : Télérama ; Alex ; Luocine ; Sabine ; Violette ; MoJérôme

 

Et si l'amour c'était aimer. FABCARO, 6 pieds sous terre, 54 p., 12 €.

C'était ma Bd de la semaine accueillie par Noukette

 

Partager cet article
Repost0

Rencontre avec Carole FIVES

Publié le par Hélène

Nous avons eu la chance de rencontrer en petit comité Carole FIVES lors du Forum Fnac Livre ce week-end pour son roman Tenir jusqu'à l'aube chez Gallimard dont voici la présentation : "Une jeune mère célibataire s'occupe de son fils de deux ans. Du matin au soir, sans crèche, sans famille à proximité, sans budget pour une baby-sitter, ils vivent une relation fusionnelle. Pour échapper à l'étouffement, la mère s'autorise à fuguer certaines nuits. À quelques mètres de l'appartement d'abord, puis toujours un peu plus loin, toujours un peu plus tard, à la poursuite d'un semblant de légèreté.
Comme la chèvre de Monsieur Seguin, elle tire sur la corde, mais pour combien de temps encore? "

Pourquoi choisir ce thème ?

Non, ce roman ne parle pas de ma vie... Je voulais parler de ces mères solos, de leur solitude profonde et de leurs difficultés.

J’ai cherché des faits divers, et je n’ai pas trouvé grand chose hormis des cas d’abandon, très ponctuels, par exemple, une jeune mère laisse ses enfants seuls au Mac Do toute une soirée… et vient les récupérer vers 23h, c’est la police qui l’accueille. C’est des petites choses, mais qui d’après moi en disent beaucoup sur les charges, les servitudes qui pèsent sur les femmes aujourd’hui.

J’ai voulu tordre le cou dans ce roman au cliché de la Mère Courage, ou de la mère sacrificielle, qu’on présente habituellement lorsqu’on parle des mères célibataires. Et monter une femme qui ressemblait plus dans son quotidien à celles qui m’entouraient.

 

Si cette femme se retrouve seule dans cette ville, c’est qu’elle y a rejoint le père de son fils, et qu’après la séparation, elle ne peut pas se décider à partir. Elle attend un signe de lui.

Pourquoi cette référence à la Chèvre de Monsieur Seguin ?

Parallèlement, je lisais ce conte à mon fils. Je déteste ce conte qui parle des femmes et est profondément anti féministe. J'ai rapidement fait le lien avec cette mère solo emprisonnée.

Qu'avez-vous penser en visitant les forums ?

Pour le roman, j'ai effectivement fréquenter ces forums de maman. J'y ai vu beaucoup de jugements, "Si tu n'y arrives pas, c'est que tu ne sais pas t'organiser". Mais non ! C'est un problème structurel, pas un problème d'organisation. Sur ces forums, on ne s'avoue pas ses failles, il y a peu de bienveillance, peu d'entraide.

Quelles seraient les solutions à envisager pour pallier à cette situation des femmes solos ?

Pour le moment les pères ont seulement le droit de visite et doivent verser une pension alimentaire. Si l'on reste sur ce schéma, les aides doivent être plus conséquentes et la priorité pour la crèche doit être donnée à ces parents solos. Actuellement rien n'oblige à rester parent quand on se sépare. Il faudrait que la loi prenne ce problème à bras le corps.

Quels retours avez-vous eu après la parution du roman ?

Beaucoup de retours d'hommes étonnamment. Des femmes aussi, qui se confiaient et m'avouaient qu'il leur arrivait de mettre en danger leur enfant à cause de cette solitude subie. Nous sommes dans une société individualiste, avant la famille était au sens élargi, maintenant les familles sont isolées, séparées, géographiquement souvent. Ces femmes n'ont personne sur qui s'appuyer.

Pourquoi ce choix de couverture ?

C'est une photographie de Anni Leppala, j'ai demandé à l'éditeur de choisir une de ses photos pour la couverture de mon roman, ils ont choisi celle-ci. Toutes ses photos sont magnifiques.

Pourquoi aborder aussi ce thème de la violence conjugale ?
C'est un thème qui me tient à coeur. D'ailleurs je travaille sur une pièce de théâtre actuellement sur ce thème. Elle sera en janvier au théâtre de la Pépinière dans le cadre du Paris des Femmes.

A lire : Tenir jusqu'à l'aube

Du même auteur : Une femme au téléphone ♥ ;  Quand nous serons heureux ; C'est dimanche et je n'y suis pour rien ♥ ; Ca nous apprendra à naître dans le nord

 

Merci à l'agence Anne et Arnaud et au service communication chic et choc de la Fnac pour cette belle rencontre ! et merci à Benoît de A l'ombre du Noyer, Eva du blog Tu vas t'abîmer les yeux, Séverine de Blablamia, Camille de Mémoires du vivant, Nath du Boudoir de Nath, Audrey Du Souffle des mots et les autres blogueurs pour ce beau moment partagé

Partager cet article
Repost0