Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Lectures jeunesse

Publié le par Hélène

Vous aussi durant ces vacances vous cherchez à décoller vos enfants des écrans addictifs ?

Voici quelques pistes de lectures qui permettront de pallier au manque qui risque de se faire sentir, je laisse la parole à mes deux lecteurs-geeks :

 

Pour 11 ans :

Les cinq éléments de Jolley DAN :

Ce roman raconte l'histoire de quatre adolescents qui vont être attachés à des éléments comme le feu, l'air, l'eau et la terre. Ces éléments vont leur permettre de survivre face à des créatures horribles nommées les Traqueurs. Il existe un cinquième élément que l'on découvrira dans le livre : la magie. Les amis vivent des aventures à San Francisco à notre époque.

Même si au début j'étais perdu avec les personnages, j'ai aimé la lecture au fur et à mesure du livre parce que les aventures se succèdent sans cesse par exemple les héros vont dans les souterrains de San Francisco. J'ai aimé le personnage de Jackson, son comportement mystérieux et prétentieux est étrange, on ne sait pas s'il est gentil ou méchant. J'ai aussi aimé Brett parce qu'il contrôle l'eau et c'est l'élément qui me plaît le plus. Par contre j'aurais préféré que la fin soit plus travaillée , je l'ai trouvée trop rapide à mon goût.

Le deuxième tome sortira en octobre.

Magnus Chase et les dieux d'Asgard de Rick RIORDAN tome 2 : Magnus Chase raconte l'histoire d'un garçon qui, après sa mort, va vivre des aventures dans les 9 mondes, royaumes de la mythologie nordique. Cette série se passe dans le même univers que Percy Jackson, d'ailleurs,  Annabeth est même la cousine de Percy Jackson. J'ai aimé l'humour de ce roman parfois même ridicule ainsi que les références mythologiques. L'aventure est intéressante même si la trame de l'histoire se répète du tome 1 au tome 2.

 

Pour 9 ans :

Madame Pamplemousse tome 1, 2 et 3 de Rupert KINGFISHER :

Madame Pamplemousse raconte l'histoire d'une fille qui travaille chez son oncle dans un restaurant. Un jour elle doit aller acheter un ingrédient pour le restaurant et elle arrive à une épicerie dans laquelle se trouve Madame Pamplemousse. Les clients du restaurant savourent le nouvel ingrédient. Par la suite Madeleine devient amie avec Madame Pamplemousse et visite différentes époques dans le tome 2. Dans le tome 3 elle est dans un monde mystérieux au coeur d'une confiserie.

J'ai aimé les personnages de Madeleine et de Madame Pamplemousse ainsi que leurs aventures.

Le journal de Gurty Vacances en Provence de : lu deux fois tellement il a eu de succès !

Gurty est une petite chienne qui raconte son quotidien en Provence pendant les vacances de ses maîtres. Elle a une amie, Fleur. Elle est drôle, chaque jour elle fait une nouvelle bêtise.

Quart de frère, quart de soeur de Sophie ADRIANSEN tome 1 et 2 :

C'est l'histoire d'un garçon qui s'appelle Arthur et un jour à l'école arrive une nouvelle élève Viviane. Ils se détestent mais ils vont devoir apprendre à s'apprécier car leurs parents se rapprochent.

J'ai aimé les deux personnages qui sont attachants. L'histoire se lit facilement et les illustrations dans le livre sont jolies.

J'ai hâte de connaître la suite des aventures d'Arthur et Viviane, suite prévue en octobre-novembre. C'est loin..

 

Après cette trêve, ils sont retournés à Minecraft et m'ont fait acheter cela :

 

Mais je ne désespère pas, j'ai commandé Le journal de Gurty, Parée pour l'hiver, et j'ai convaincu Romain de commencer Le seigneur des anneaux, même si après lecture des premières pages, il n'est pas très enthousiaste. Il est censé aussi m'accompagner dans la lecture de Misérables cet été, je le lirai en intégrale, lui en version abrégée à l'Ecole des Loisirs.

Vaste programme !

Publié dans Jeunesse Roman

Partager cet article
Repost0

Concours Thé Box 10-18

Publié le par Hélène

Un petit concours pour l'été ?

Jouez pour tenter de gagner 11 livres des éditions 10/18 parmi lesquels Belgravia de Julian Fellowes, La cuisinière de Beth Keane, La femme à l’insigne d’Amy Stewart ou encore Babayaga de Toby Barlow. Gagnez également une Thé Box Le Mystère de Hampton Road. 

Vous avez jusqu’au dimanche 30 juillet 2017 pour participer.

C'est ICI

Dans votre thé box vous trouverez :

Les deux premiers chapitres d'un roman addictif -je me suis précipitée pour me procurer le roman et connaitre la suite-

 

Un assortiment de thés aux saveurs variées :

 

Un tote bag et des marque-pages

 

Et un guide pour savourer chaque thé à l'ombre d'une lecture :

 

Alors tentez votre chance !

 

Publié dans Concours

Partager cet article
Repost0

Une journée de bonheur de Pascal QUIGNARD

Publié le par Hélène

♥ ♥

"Vivre l'entièreté de la journée d'un jour encore, telle est ma prière. Telle est ma simple prière.

Vivre seulement un jour.

Avoir encore le bonheur d'un jour.

Passer encore sur cette terre seulement, en gros, douze heures de lumière, entre la gaieté et les irisations et les cris qui fusent dans l'aurore - et le ternissement, la douceur, l'obscuration, le silence crépusculaire et l'enténèbrement."

 

Le premier texte de ce recueil est une conférence  intitulée"Tuer les fleurs" donnée à Lille en 2013 au musée des Beaux-Arts. Dans ce texte, Pascal Quignard veut "chercher à comprendre ce mouvement qui, s'il n'est pas universel, est invétéré (puisqu'il est attesté dès le paléolithique, il est documenté dès les tombes de Shanidar, en Irak), qui consiste à prélever des fleurs dans les champs, sur les rives, dans les forêts, au haut des montagnes, et à les disposer dans les demeures souterraines auprès des os rassemblés et teints d'ocre des morts." De là, il revient sur trois rituels : l'art floral de l'ikebana au Japon, la composition d'anthologies dans la Grèce ancienne et le fait de citer des morts à Rome, les mots des morts étant arrachés de leurs origines pour revivre ailleurs dans un autre recueil. 

Il s'interroge sur "le carpe diem" cher à Horace et sonde l'obscurité que recèle ce célèbre vers. Paradoxalement l'acte de cueillir porte en lui la mort de la fleur, la mort de l'instant or il est nécessaire de choisir la mort pour faire croitre la vie, de s'abstraire du temps de la vie et de la mort pour vivre pleinement hors du temps, sans crainte du futur, sans désir qui pousse en avant. Sacrifier une fleur, pour donner plus de vie à la vie. La fulguration de la chute porte en elle un surplus de vie. 

De la même façon, les heures crépusculaires durant lesquelles tout bascule fascinent l'écrivain poète :“Il s’agit toujours de ramener de la nuit une espèce de beauté qui éclairerait le monde” note-t-il dans ‘Performances de ténèbres’.

"Où cours-tu , Aurore ? Reste, si mince et bouleversante lueur ! Aurore, garde-toi de l'aube ! C'est l'heure que je préfère. C'est l'heure où le monde s'apprête à être le plus pur. Où l'air est le plus frais. Où l'oiseau tire de son gosier énorme et de sa tête minuscule le chant le plus liquide et le plus miraculeux. Où la feuille de l'arbre retombe, dans la première pâleur, couverte de la rosée que l'air mystérieusement pleure, attendant les becs des oiseaux et les lèvres si brèves des chats qui boivent l'aube sur leurs pétales ou la prélèvent sur leur peau." Dies est Dieu

Ainsi la vie se terre-t-elle dans les interstices, entre le jour et la nuit, entre la vie et la mort... Tout le talent de l'artiste sera de la débusquer...

 

Présentation de l'éditeur : Arléa

Du même auteur : Les solidarités mystérieuses Villa amalia

 

Une journée de bonheur, Pascal Quignard, Arléa poche, mars 2017, 11 euros

Merci à l'éditeur

Partager cet article
Repost0

Magic Time de Doug MARLETTE

Publié le par Hélène

♥ ♥

Années 90. Carter regagne son Mississippi natal pour se remettre d'un choc et d'une rupture douloureuse. Mais la tranquillité ne sera pas au rendez-vous puisque il revient dans la ville de Troy au moment de la réouverture d'un procès retentissant pour le meurtre de militants des droits civiques par le Ku Klux Klan en 1965. Le père de Carter, le juge Ransom était en charge de l'affaire à l'époque, or il semblerait que des éléments soient restés enfouis. Les souvenirs de Carter resurgissent, sa petite amie de l'époque faisant partie des victimes. Jeune homme de 19 ans issu d'un milieu bourgeois, il s'était pourtant lié avec le groupe du Magic Time aux côtés de son ami d'enfance Lige. Là, il rencontre Sarah, celle dont le souvenir restera à jamais gravé en lui.

Les chapitres balancent entre les deux périodes et peu à peu les coulisses du procès s'éclairent, des batailles acharnées pour défendre les droits civiques, aux abominations perpétrées par le Klan. Les 660 pages balaient le climat tendu de l'époque : des victimes qui disparaissent sans laisser de traces, des sudistes qui ne sont pas inquiétés quand toutes les preuves convergent vers eux, des arrestations musclées sans bien-fondé, des inégalités prégnantes qui jour après jour créent un climat de violence latente. Dans ce contexte, le personnage de Carter aux prises avec l'Histoire se construit sous nos yeux, rétrospectivement il reconnait s'être bandé les yeux, refusant de comprendre certains évènements tragiques dépassant l'entendement humain.

Ce que j'ai moins aimé :

- des longueurs.

- quelques clichés : "Parfois, les gens dont nous sommes le plus proches sont ceux que nous connaissons le plus mal."

Bilan : Un roman prenant qui par le biais de personnages attachants nous renvoie à cette période essentielle du pays. Toutefois, sur le même sujet j'avais préféré Le temps où nous chantions

 

Présentation de l'éditeur : 10-18 ; Le cherche midi

D'autres avis : Repéré chez Sandrine Eva ; Dominique ; Keisha ; Jérôme ; Kathel ;

 

Magic Time, Doug Marlette, traduit de l'anglais (EU) par Karine Lalechère, 10-18, avril 2017, 660 p., 9.60 euros

 

Partager cet article
Repost0

Vacances !

Publié le par Hélène

 

Publié dans Divers

Partager cet article
Repost0

Le colonel Chabert de BALZAC

Publié le par Hélène

♥ ♥

"Il vaut mieux avoir du luxe dans ses sentiments que sur ses habits." p.55

Le colonel Chabert est un être fantomatique qui revient d'entre les morts. Tous pensaient qu'il était mort à la bataille d'Eylau, mais il revient avec l'idée de retrouver son nom, son titre, son rang et sa fortune et son épouse. Malheureusement ladite épouse s'est emparée de sa fortune et s'est remariée avec le Comte Ferraud qui aspire à devenir pair de France. Elle n'a donc aucun intérêt à sortir des décombres ce mari encombrant. Son identité vacille. Le colonel fait appel à Derville, un avoué pour défendre ses intérêts. Mais dans cette nouvelle société gouvernée par l'argent, l'argent agissant comme un poison qui altère les relations humaines, retrouver son statut sera un parcours semé d'embûches...

"J'ai été enterré sous des morts, mais maintenant je suis enterré sous des vivants, sous des actes, sous des faits, sous la société tout entière, qui veut me faire rentrer sous terre !" p. 18

En effet, le colonel appartient au monde de l'Empire et revient dans celui de la Restauration dans lequel il n'a plus sa place. Ayant connu la gloire durant la période historique et politique du Directoire, du Consulat et de l’Empire (1795, 1800, 1815), il a connu la bataille d’Eylau en 1807 et, lorsque le colonel revient à Paris, une dizaine d’années a passé. Dans ce monde perverti, le colonel Chabert incarne la droiture, la fidélité, l’amour de la patrie, l’honneur, l’altruisme, la générosité.

"Certains hommes ont une âme assez forte pour de tels dévouements, dont la récompense se trouve pour eux dans la certitude d'avoir fait le bonheur d'une personne aimée." p. 47

L'avoué quant à lui est le témoin des ignominies de son siècle, il peut témoigner de tout ce qu'il a vu d'ignoble dans la nature humaine : "Je ne puis vous dire tout ce que j'ai vu, car j'ai vu des crimes contre lesquels la justice est impuissante. Enfin, toutes les horreurs que les romanciers croient inventer sont toujours au-dessous de la vérité." p. 57

Le colonel Chabert offre un magnifique portrait qui permet d'incarner les revers de la "comédie humaine" chère à Balzac.

 

Présentation de l'éditeur : Folio

D'autres avis : Dominique

Du même auteur : Le père Goriot

 

Le colonel Chabert, Honoré de Balzac, Folio, 208 p.,Première parution en 1994,Édition de Patrick Berthier. Préface de Pierre Barbéris,Édition mise à jour en 1999, 2.50 euros

Partager cet article
Repost0

Mary Barton de Elizabeth GASKELL

Publié le par Hélène

♥ ♥

"Ne rien convoiter sous les vastes cieux,

N'avoir à regretter aucune vilenie,

Non plus qu'une heure gaspillée,

Et comme une timide violette, en silence,

Exhaler vers le Ciel un suave parfum,

Pour le remercier de toutes ses bontés,

Puis ployer, satisfait sous la pluie purifiante." Elliott

Ce premier roman d'Elizabeth Gaskell peint le destin de la jeune et trop jolie Mary Barton dont le coeur oscille entre son ami d'enfance Jem Wilson et le fils du patron des filatures, Harry Carson. Jeune couturière vivant dans la pauvreté et le dénuement, si son coeur a tendance à la pousser vers Jem, ses rêves et sa coquetterie lui font espérer une vie prospère, comme une revanche sur la pauvreté actuelle, aux côtés de Harry.

En ces années 1839, la misère frappe durement les ouvriers, la faim taraudant les plus faibles et les menant aux portes de la mort. La moindre miette de pain est une bénédiction en ces périodes de disette. De plus, le contraste entre les ouvriers et ces patrons qui préfèrent ignorer les revendications des uns et des autres provoque les premières luttes syndicales. Le père de Mary Barton s'engage corps et âme dans ces luttes. Les revendications des syndicalistes veulent ouvrir une ère nouvelle : "Il était souhaitable que les ouvriers ne fussent pas seulement des ignorants se comportant comme des machines, mais des hommes éduqués, capables de discernement ; et qu'il existât entre eux et leurs patrons des liens de respect et d'affection, et pas seulement des contrats financiers ; en somme, il souhaitait que la loi gouvernant les rapports entre les deux parties fût conforme à l'esprit du Christ." p. 473

Au fil du roman, Mary mûrit et revient aux valeurs essentielles, éprise de justice, elle sera soumise à une dilemme bien plus grave que de simples hésitations sentimentales...

Vous l'aurez compris, malgré ses 600 pages, Mary Barton est un roman social prenant aux nombreuses ramifications.

« Audacieux pour son temps, accueilli avec intérêt par Dostoïevski, Mary Barton est éloigné de toute subversion, mais touche par son réalisme juste et sensible. »

Le Monde

 

Présentation de l'éditeur : Fayard, Points

D'autres avis : Télérama ; Claudia ; Kathel ;

Du même auteur : Nord Sud

 

Une lecture qui clôturera - un peu en retard- le Mois anglais pour moi

 

Mary Barton, Elizabeth Gaskell, Points, mars 2016, 595 p., 8.40 euros

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article
Repost0

Les bottes suédoises de Henning MANKELL

Publié le par Hélène

♥ ♥

"Vieillir, c'est s'aventurer sur une glace de moins en moins solide." p. 200

Oui, le bandeau scande la filiation avec Les Chaussures italiennes, mais je vous rassure de suite, les deux romans peuvent se lire indépendamment l'un de l'autre.

Fredrik vit seul sur une île de la Baltique. Il se réveille un matin dans sa maison en feu. De cette maison héritée de ses grands-parents, il ne reste rien. A 70 ans Fredrik s'installe dans une caravane au confort rudimentaire et se demande comment envisager la suite de son existence. Une journaliste venue l'interroger sur le drame pourrait lui redonner le goût de vivre, mais la belle reste fuyante. De surcroit, des sous-entendus laissent penser qu'on le croit responsable de l'incendie. Fredrik noie sa mélancolie dans les paysages de son île quand l'arrivée de sa fille Louise porteuse d'un secret ravive son envie de vivre. 

Doux roman mélancolique, Les bottes suédoises prend son temps, à l'image des bottes commandées par Fredrik qui tardent à arriver au magasin. En attendant, Fredrik se promène avec deux bottes de pied gauche, claudiquant dans sa vie ravagée. Il lui faudra du temps pour se reconstruire et appréhender les êtres qui l'entourent qui bien souvent constituent un mystère pour lui.

Cette belle réflexion sur le temps qui passe et sur la vieillesse nous prend dans ses serres pour nous relâcher ensuite, apaisés, prêts à regarder aux côtés de Fredrik vers des rivages harmonieux.

 

Présentation de l'éditeur : Seuil ; Points

D'autres avis : Télérama Babelio ; Antigone

 

Les bottes suédoises, Henning Mankell, Traduit du suédois par Anna Gibson, Points, 384 p., juin 2017, 7.9 euros

 

Et merci à Isabelle pour le prêt !

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article
Repost0

Molière de Jean-Michel COBLENCE et Elléa BIRD

Publié le par Hélène

De la naissance à sa mort, des Précieuses Ridicules au Malade Imaginaire, retrouvez tout Molière en BD !

Voici l'histoire de Jean-Baptiste Poquelin, destiné à devenir tapissier à la suite de son père durant le règne de Louis XIV, quand ses rencontres vont lui créer un destin atypique. D'abord ce destin est marqué par la rencontre avec Madeleine Béjart et leur décision de créer une troupe "L'illustre théâtre" en 1643. Suivent leurs difficultés puis, par miracle, la protection de Monsieur le frère du roi. Les premiers succès arrivent alors avec Les précieuses ridicules, les comédies ballet puis les déceptions s'invitent avec Tartuffe.

A la biographie, s'ajoutent des planches présentant les pièces les plus connues. Les sujets de prédilection de ces pièces restent les conflits de génération entre des pères soucieux de leur autorité et de leur fortune, des fils fougueux et amoureux et des filles réalistes et amoureuses et toujours en toile de fond un valet malin et peu scrupuleux.

Pour finir un dossier final apporte une documentation sur l'âge du classicisme et Molière d'hier à aujourd'hui.

Un opus plutôt bien fait car il a le mérite de relever les éléments marquants de la biographie de Molière tout en présentant certaines de ses pièces. Les dessins sans fioritures, simples et classiques s'accordent au ton de la série.

Bilan : Une version académique assez plaisante pour ouvrir nos enfants aux incontournables de la littérature, de l'histoire ou de la mythologie.

 

Avis de Romain 11 ans :

Je n'ai pas trop compris les pièces...

 

Présentation de l'éditeur : Casterman

La collection Tout en Bd : Tout en BD

Dans cette collection : Iris et Osiris

 

Molière, Jean-Michel Coblence et Elléa Bird, Casterman, juin 2017, 64 p., 13.95 euros, dés 8 ans

 

Merci à l'éditeur.

 

BD de la semaine chez Moka

 

Publié dans Jeunesse BD

Partager cet article
Repost0

Show devant de Lily BRETT

Publié le par Hélène

♥ ♥

Une belle surprise pour ce roman décalé.

Ruth, new-yorkaise, dirige une entreprise atypique de cartes de correspondance. Son père l'aide occasionnellement et maladroitement en réapprovisionnant ses stocks en objets inutiles et futiles. Mais du jour au lendemain Edek ne vient plus au bureau et fait des mystères à sa fille. Cela aurait-il un lien avec les deux polonaises qu'il a décidé d'accueillir chez lui ?

Show devant aborde avec intelligence un sujet peu usité : la passion amoureuse après 80 ans. Edek est touchant, toujours de bonne humeur, optimiste quoi qu'il arrive, restant persuadé que les êtres autour de lui ne lui veulent que du bien et que ses projets aboutiront, aussi farfelus soient-ils. Ruth est une femme bien plus angoissée, new-yorkaise dans l'âme, elle incarne la femme active, méfiante mais aussi attachante dans sa froideur. Au contact de Edek et de ses amies extravagantes, elle s'ouvre peu à peu à l'inconnu et à la folie. Elle accepte l'imprévu et lâche prise devant l'entrain de cette drôle de bande aux projets extravagants.

Les recettes finales proposées constituent l'ultime bonne surprise de ce roman revigorant.

 

Présentation de l'éditeur : 10-18

D'autres avis : Conseillé par Des pages et des îles ; Libération

 

Partager cet article
Repost0