Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le grand marin de Catherine POULAIN

Publié le par Hélène

♥ ♥ 

"Risquer de perdre la vie mais au moins la trouver avant..." p. 163

Un beau jour, Lili décide de larguer les amarres et de partir au bout du monde. Elle échoue à Kodiak en Alaska et s'embarque sur un bateau de pêche Le Rebel. Les conditions de vie sont difficiles, le travail très physique et dangereux, les hommes aux côtés de qui elle travaille crient beaucoup, mais Lili s'attache à ce monde rude qui la met sans cesse à l'épreuve. 

"Manquer de tout, de sommeil, de chaleur, d'amour aussi, il ajoute à mi-voix, jusqu'à n'en plus pouvoir, jusqu'à haïr le métier, et que malgré tout on en redemande, parce que le reste du monde vous semble fade, vous ennuie à en devenir fou. Qu'on finit par ne plus pouvoir se passer de ça, de cette ivresse, de ce danger, de cette folie oui !" p. 37

Surnommée "le moineau" par les hommes d'équipage, elle se fait peu à peu sa place dans cet univers masculin. Comme eux, elle a besoin de braver la mort pour se sentir vivante, c'est aux confins de sa vie, quand elle teste sa propre finitude qu'elle se sent vivre. Comme eux, à terre, elle erre désoeuvrée dans les docks, tentant de retrouver l'ivresse de la mer dans l'alcool qu'offrent les bars. 

Quand elle rencontre le grand marin, c'est comme par inadvertance, cela ne cadre pas avec ses projets, elle qui veut aller à Point Barrow, au bout du monde, et souhaite "M'asseoir au bout, tout en haut du monde. J'imagine toujours que je laisserai pendre mes jambes dans le vide... Je mangerai une glace ou du pop-corn. Je fumerai une cigarette. Je regarderai." p. 99 Pour elle, le couple et ses clichés semble être à l'opposé de ce qui la fait vibrer, bien trop statique pour lui convenir. Se laissera-t-elle apprivoiser ? 

Catherine Poulain signe là son premier roman inspiré de sa propre expérience puisqu'elle est elle aussi partie pêcher durant 10 ans en Alaska. Il a obtenu le prix Mac Orlan, le prix Joseph Kessel, le prix Henri Quéffelec, deux prix des Gens de mer et le prix Ouest-France Etonnants Voyageurs. Un beau succés pour ce magnifique portrait d'une femme qui veut juste être debout, vivante et se battre pour sa vie "C'est la seule chose qui compte, non ? Résister, aller au-delà, surpasser. Tout." p. 333

Ce que j'ai moins aimé :

- Quelques longueurs et répétitions

- Une petite baisse de régime se fait sentir quand on rentre dans l'aspect sentimental et/ou sexuel de la relation entre Lili et le grand marin. 

- Il faut adhérer au style, très minimaliste, à la Claudie Gallay. 

- Et une dernière question essentielle : pourquoi toutes les trois pages les protagonistes passent-ils leur temps à se moucher dans leurs doigts ???

 

Présentation de l'éditeur : Editions de l'Olivier

D'autres avis : Repéré chez Clara 

Vous aimerez aussi : Les déferlantes de Claudie Gallay

 

Le grand marin, Catherine Poulain, Editions de l'Olivier, 2016, 19 euros

Partager cet article

Repost0

Vacances !

Publié le par Hélène

Je pars rattraper le temps perdu !

Retour le 11 !

Publié dans Divers

Partager cet article

Repost0

Que lire après Harry Potter ?

Publié le par Hélène

Votre enfant a dévoré tous les Harry Potter en une semaine ? Il vous a trainé dans toutes les expos possibles et imaginables sur le sujet ? Il cherche à vous ruiner en vous bassinant avec les studios visitables à Londres ? Il a commencé à vous ruiner d'ailleurs en vous demandant de débourser 40 euros pour une soit disant baguette magique qui finalement ne s'est révélée n'être qu'un vulgaire bout de bois ? Il vous fait manger des bonbons appétissants au goût de vomi ?  Il vous a fait passer des tests ridicules pour savoir dans quelle école vous iriez pour ensuite se moquer pendant 10 jours parce que le résultat était Serpentard ? Il a retapissé sa chambre avec des posters d'Harry alors que vous aviez prévu de jolis posters avec des chevaux crinière au vent ? Ne cherchez plus, j'ai la solution !

Faites lui lire autre chose ! Quoi ? me demanderez-vous alors après avoir essayé en vain "Oui oui au cirque" et autres joyeusetés ? J'ai la solution ! Vous pensez bien que je n'ai pas trouvé cela seule, je me suis adressée pour répondre à cette épineuse question à mon collègue Benoît.

Vous remarquerez que le collègue reste une valeur sûre dans bien des domaines : aller vous chercher un café à 7h du mat au 8ème étage parce que la machine à café du rez de chaussée est en panne et que grimper 8 étages, ça fait haut quand même (collègue de la sécurité), vous suggérez diplomatiquement de refaire votre cv et par la même occasion de faire une formation word et excel, parce que "vraiment là ce n'est pas possible Hélène" (collègue RH) vous apprendre philosophiquement que le gars de la compta couche avec le mec de la créa (assistante de direction), vous expliquer que non les chauffages électriques ne sont pas écologiques, et que mieux vaut rester dans 16°, c''est plus sain pour la planète (collègue maintenance)...

Bref, là où je travaille j'ai un collègue geek acheteur compulsif (à l'origine de mon achat de liseuse dont je vous parlerai une autre fois), des collègues de la sécurité qui ronflent quand j'arrive le matin à 8h, et les collègues de la maintenance qui passent leur temps à se promener avec des échelles pour faire croire qu'ils sont débordés. Benoît est un des gars à l'échelle. Il est jeune, il est sympa, et voici ce qu'il a conseillé à mon fils pour pallier à son manque après la fin d'Harry Potter : 

EragonUn garçon… un dragon… une épopée… Eragon vit avec son cousin Roran et son oncle Garrow dans une petite ferme sur les terres de l’empire de l’Alagaësia. Jusqu’au jour où il découvre une magnifique pierre bleue. Il n’imagine pas alors qu’il s’agit d’un œuf de dragon, et que sa vie va en être bouleversée. Il deviendra Dragonnier, héritier d’une caste d’élite que le démoniaque roi Galbatorix, veut éradiquer… Eragon n’a que 15 ans, et le destin de l’empire est désormais entre ses mains.

Percy JacksonPercy Jackson n’est pas un garçon comme les autres. Ado perturbé, renvoyé de collège en pension, il découvre un jour le secret de sa naissance et de sa différence : son père, qu’il n’a jamais connu, n’est autre que Poséidon, le dieu de la mer dans la mythologie grecque. Placé pour sa protection dans un camp de vacances pour enfants « sangs mêlés » (mi-humains, mi-divins), Percy se voit injustement accusé d’avoir volé l’éclair de Zeus. Afin d’éviter une guerre fratricide entre les dieux de l’Olympe, il va devoir repartir dans le monde des humains, retrouver l’éclair et démasquer le vrai coupable... au péril de sa vie.

-Je précise pour celui-ci que mon fils l'a lu et que j'ai eu droit à mille questions par heure sur la mythologie, si bien que j'ai fini par craquer et lui acheter un dictionnaire avec tous les dieux et déesses grecques pour avoir la paix ! 

A la croisée des mondesPourquoi la jeune Lyra, élevée dans l'atmosphère confinée d'une prestigieuse université anglaise, est-elle l'objet de tant d'attentions? De quelle mystérieuse mission est-elle investie? Lorsque son meilleur ami, Roger, disparaît, victime des ravisseurs d'enfants qui opèrent dans tout le pays, elle n'hésite pas à se lancer sur ses traces... Un voyage vers le Grand Nord, périlleux et exaltant, qui lui apportera la révélation de ses extraordinaires pouvoirs et la conduira à la frontière d'un autre monde.

Le livre des étoilesGuillemot est un garçon du pays d'Ys, situé à mi-chemin entre le monde réel et le Monde Incertain. Mais d'où lui viennent ses dons pour la sorcellerie que lui enseigne Maître Qadehar ? Et qu'est devenu Le Livre des Étoiles, qui renferme le secret de puissants sortilèges ? 
Dans sa quête de vérité, Guillemot franchira la Porte qui conduit dans le Monde Incertain, peuplé de monstres et d'étranges tribus...

Artemis Fowl Nom : Fowl. Prénom : Artemis. Age : 12 ans 
Signes particuliers : une intelligence hors du commun.
Profession : voleur. 
Recherché pour : enlèvement de fées et demande de rançon. 
Appel à tous les FARfadets, membres des Forces Armées de Régulation du Peuple des fées : cet humain est dangereux et doit être neutralisé par tous les moyens possibles. Un anti-héros pétillant de malice, une galerie de personnages décapants, une histoire au rythme débridé... Découvrez l'univers unique et enchanteur d'Eoin Colfer.

Narmia Au commencement étaient un petit garçon, Diggory, et une petite fille, Ponny, qui passaient leurs vacances en Angleterre dans des maisons voisines. A la suite de leurs pérégrinations enfantines, ils se retrouvent sans l’avoir voulu dans le cabinet de travail d’Andrew, l’oncle bizarroïde de Diggory. Au moyen de bagues magiques, ce dernier envoie Polly… ailleurs : elle disparait en tout cas de la maison londonienne ! Diggory, n’écoutant que son courage, part à son tour « ailleurs », la retrouver, éventuellement la sauver, et surtout la ramener. 

Au vu des commentaires qui suivent je retire Narmia de cette liste !

Quête d'Ewilan En pénétrant accidentellement dans l’univers de Gwendalavir, Camille découvre qu’elle est l’élue sur qui repose la survie de tout un peuple. Après avoir réussi à maîtriser le Don du dessin et terrassé de nombreux ennemis, Camille devient Ewilan… Sa quête lui permet de faire la lumière sur son identité, ses responsabilités, ses aspirations et sa place dans le monde..

 

Récemment, une libraire m'a aussi conseillé ces deux romans (parce que les libraires c'est aussi une valeur sûre...) :

Le premier défi de Mathieu Hidalf de Christophe Mauri Dans le royaume astrien, un royaume de (presque) conte de fée, il existe un enfant déjà très célèbre malgré son jeune âge, c’est Mathieu Hidalf. Il s’apprête à fêter son dixième anniversaire et le royaume est suspendu à ses faits et gestes. Mathieu est né le même jour que le vieux souverain et concocte, chaque année une bêtise particulièrement spectaculaire. Bien sûr, cela entraîne des punitions tout aussi spectaculaires car le père de Mathieu, haut dignitaire du royaume, ne supporte pas que son fils lui vole la vedette.

Tobie Lolness Tobie et sa famille appartiennent au peuple de l'arbre qui réside dans un vénérable chêne, ruche de vie. Le jeune héros mesure quelques millimètres, ce qui lui rend la vie bien difficile. Le père de Tobie, grand savant, refuse de révéler sa dernière découverte scientifique qui pourrait bouleverser non seulement leur vie à tous mais aussi les projets de certains membres du Grand Conseil... Ce refus va entraîner la famille de Tobie dans la déchéance. Emprisonné, le jeune héros va se retrouver propulsé seul dans de terribles aventures...

 

Babelio propose aussi sa liste : Babelio Que lire après Harry Potter ?

Et vous avez-vous trouvé d'autres solutions ? D'autres titres à conseiller ? 

 

Vous pouvez aussi le sortir de cet univers en tentant les romans de Slalom, la semaine dernière il a lu Camp Pikachu et actuellement il est plongé dans le roman de Sophie Adriansen Les grandes jambes , mais comme il a participé à la vidéo de lancement de la maison d'édition et qu'il connaît Sophie, je pense que cela explique son désintérêt passager pour Harry et je ne peux pas vous garantir que cela marche pour le vôtre ... 

 

Publié dans Jeunesse Roman

Partager cet article

Repost0

Meurtre en Mésopotamie de Agatha CHRISTIE

Publié le par Hélène

♥ ♥ 

Un roman classique toujours aussi efficace ! 

L'infirmière Amy Leatheran est appelée à s'occuper de Mme Leidner . Son mari s'inquiète en effet de certains dérèglements qui demande une présence assidue à ses côtés. Amy raconte ainsi son séjour au sein de la petite communauté d'archélogues, M. Leidner étant un américain dirigeant une entreprise de fouilles archéologiques sur l'emplacement d'une vieille ville assyrienne. Elle rencontre alors des personnages atypiques : Miss Johnson, une anglaise qui assiste le professeur Leidner, le couple Mercado, Carey, architecte, le père Lavigny, un missionnaire français qui relève les inscirptions anciennes, Colean et Emmott, un américain taciturne. les relations entre les protagonistes sont tendues à l'arrivée de l'infirmière

Après le meurtre, intervient le célèbre Hercule Poirot, au physique surprenant mais à l'intelligence vive. Il interroge tour à tour les suspects en s'attachant aux détails et se fait peu à peu une idée plus précise de la situation.

Pour cette intrigue, Agatha Christie s'inspira d'une personne rencontrée quand elle était en voyage de noces avec son second mari : Katherine Wolley était l'épouse de Sir Leonard Woolley, directeur de chantier de fouille sarchéologiques d'Ur. Les deux femmes étaient devenues amies, et la romancière fut attirée par la forte personnalité de son amie provoquant chez les autres des réactions très contrastées allant de la haine pure et simple à une passion outrancière. les personnages de Meurtre en Mésopotamie ont des réactions tout aussi épidermiques face à Mme Leidner, rendant la découverte du coupable difficile. 

Si la trame du roman est somme toute classique (présentation des personnages et de leurs relations - meurtre - interrogatoires subtils de Hercule Poirot - deuxième meurtre - nouveaux interrogatoires - résolution de l'intrigue), la finesse d'analyse des comportements et le talent de conteuse de Agatha Christie priment rapidement. 

Un classique à redécouvrir ! 

 

Présentation de l'éditeur : Le livre de poche 

D'autres avis : lecture commune avec Electra

 

Lu dans le cadre du mois anglais avec pour thème aujourd'hui : Agatha Christie

Publié dans Roman policier Europe

Partager cet article

Repost0

Les grandes jambes de Sophie ADRIANSEN

Publié le par Hélène

♥ ♥ 

Marion est une jeune collégienne confrontée aux affres des complexes adolescents. Dotée de jambes interminables, elle peine à trouver le jean adéquat qui les galberait idéalement, jusqu'aà terre, sans s'arrêter à mi mollet... Chaque séance de shopping est vécue comme un parcours du combattant aux étapes souvent décevantes. D'autant plus qu'elle aimerait plaire à Grégory... 

Lors d'un voyage scolaire à Amsterdam, elle ouvre ses yeux et son coeur à d'autres destinées que la sienne et commence à relativiser ses propres soucis d'adolescente... Elle visite la maison d'Anne Franck et découvre le Rijksmuseum, s'éveillant ainsi au monde et à l'art. 

"Aucune reproduction d'aucun livre n'égalera jamais la rencontre avec un tableau grandeur nature, dans son pays d'origine et dans l'écrin d'un musée national."

Léger, bien écrit, fluide, Les grandes jambes de Sophie constituent une lecture très agréable sur l'acceptation de soi. Sa jeune Marion aux prises avec les turbulences de l'adolescence nous émeut, touchante quand elle nous apprend que c'est à chacun de trouver son propre talent et sa beauté.

A noter qu'il s'agit ici d'un des premiers titres de la nouvelle maison d'édition Slalom qui propose des romans pour les 8-12 ans. J'ai beaucoup apprécié la couverture et la mise en page. Et puis quelle merveilleuse idée de reproduire le tableau mentionné dans le roman au dos de la couverture ! Une collection prometteuse avec des auteurs de talent !

 

Présentaiton de l'éditeur : Slalom 

D'autres avis : Babelio

 

Les grandes jambes, Sophie Adriansen, Slalom, juin 2016, 128 p., 10.9 euros

A partir de 10 ans

Je vous joins le teaser de la maison d'édition auquel ont participé mes enfants...

Publié dans Jeunesse Roman

Partager cet article

Repost0

Mes coups de coeur anglais

Publié le par Hélène

Voici une petite sélection de mes coups de coeur pour le Mois anglais :

 

 A quand les bonnes nouvelles de Kate ATKINSON Un roman drôle et profond à la fois, dans lequel chacun peut trouver les réponses à certaines des questions qu'il se pose.  

 

Lady Susan de Jane AUSTEN Le portrait d'une manipulatrice hors pair 

 

Expiation de Ian McEWAN Un chef d'oeuvre appelé à devenir un classique !

 

Pourquoi être heureux quand on peut être normal ? de Jeanette WINTERSON : Jeanette Winterson revient ici sur son enfance passée auprès d'une mère adoptive rigoriste obsédée par sa religion, l'Enfer, le Mal et toute leur bande... Une mère qui l'a mise à la porte parce qu'elle préférait les filles aux garçons.

 

 Sucré, salé, poivré de Mary Wesley Une satire sociale de la société anglaise des années 70 menée tambour battant. 

 

La chute du British Museum  Un roman très drôle

 

 Ma cousine Rachel de  Daphné du Maurier et  Mary Anne

 

GASKELL Elizabeth Nord Sud  Mon premier roman industriel !

 

HARDY Thomas Les forestiers ; Loin de la foule déchaînée de Thomas Hardy A travers de beaux portaits simples et sincères, Thomas Hardy nous mène vers une réflexion profonde sur les fondements de l'être, sur le mariage et ses vicissitudes, et sur les valeurs que l'on porte en soi.

 

 Jack Rosenblum rêve en anglais de Natasha Solomons Un véritable enchantement que ce petit roman. conte de fée loufoque et savoureux !

 

HUTH Angela Les filles de Hallows Farm  Un beau roman sur cette période de l'histoire vue du point de vue de ceux qui restent à terre ...

 

 

Ecosse :

 

http://www.akaoka.com/

 

Un bûcher sous la neige de Susan FLETCHER : un roman ensorcelant se déroulant dans l'Ecosse du XVIIèe siècel

Un monde ouvert de Kenneth WHITE : un recueil de poésie 

Dans l'oeil du faucon de Kathleen Jamie

 

BD :

 

 Le singe de Hartlepool de Wilfrid LUPANO et Jérémie MOREAU

 

POLICIERS : 

 

Les John HARVEY : De chair et de sang de John HARVEY ;  Le deuil et l’oubli de John HARVEY ; Lignes de fuite de John Harvey ;Cold in hand de John HARVEY  

Les Peter ROBINSON : Bad Boy de Peter ROBINSON ; 

WADDELL Dan Code 1879

 

 

Partager cet article

Repost0

Mes amis de Emmanuel BOVE

Publié le par Hélène

♥ ♥

"Est-ce donc si difficile de se comprendre sur terre ?" 

Mes amis est le premier roman d'Emmanuel Bove. Le roman connut un beau succés au moment de sa parution en 1924 avant de tomber dans l'oubli avec son auteur, mort praméturément en 1945. Il raconte la quête de Victor Bâton. Bénéficiant d'une maigre pension de guerre, il ne travaille plus et erre dans la ville de Montrouge portant un regard sans complaisance sur lui-même et sur le monde qui l'entoure. Pourtant, il clame son envie de se faire des amis : "La solitude me pèse. J'aimerais à avoir un ami, un véritable ami, ou bien une maîtresse à qui je confierais mes peines. Quand on erre, toute une journée, sans parler, on se sent las, le soir dans sa chambre." p. 50

Malheureusement, il va gâcher tous les balbutiements de relations qui pourront s'ébaucher entre lui et les autres, comme si finalement, il préférait sa solitude aux autres, préférant se plaindre, être plaint et se croire victime de l'injustice des autres, plutôt que d'assumer une véritable relation, qu'elle soit amicale, amoureuse ou professionnelle. Victor Bâton est un personnage qui se fait d'abord une idée des choses et voit selon son idée, selon le sentiment que lui inspire cette idée. Il souffre d'un trop plein d'imagination. 

"Un homme comme moi, qui ne travaille pas, qui ne veut pas travailler, sera toujours détesté. 

J'étais, dans cette maison d'ouvrier, le fou, qu'au fond, tous auraient voulu être. J'étais celui qui se privait de viande, de cinéma, de laine, pour être libre. J'étais celui qui, sans le vouloir, rappelait chaque jour aux gens leur condition misérable." p. 168

Avec ce roman où il ne se passe rien, Emmanuel Bove bouleversa la littérature française : son écriture, alliant subtilement densité du style et simplicité formelle, se double d'une ironie mordante qui a traversé les années. Il a renouvelé la pratique du roman psychologique de l'époque en cernant la vérité de tous les jours, S'il revient au devant de la scène actuellement, selon François Ouellet, c'est à cause de :

"Le narcissisme individualiste de notre société, profondément viciée par la perte des certitudes et une valorisation des rapports égalitaires au profit d'une posture victimaire s'exerçant au détriment de la responsabilité citoyenne. (...) Anti-héros postmoderne, qui rachète sa défaite, son impuissance à vivre, par sa grandeur d'âme et la beauté de sa solitude, Bâton luit comme une étoile au firmament des névrosés fin de millénaire." 

Ce que j'ai moins aimé : j'ai toujours quelques difficultés avec les anti-héros en littérature ...

 

Présentation de l'éditeur : Editions de l'arbre vengeur 

D'autres avis : Le magazine littéraire ; Le Matricule des anges

 

Mes amis, Emmanuel Bove, Editions de l'arbre vengeur, 2015, 244 p., 17 euros

Partager cet article

Repost0

Les filles de Hallows Farm de Angela HUTH

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥

Les filles de Hallows Farm ont été embauchées dans cette ferme du Dorset pour participer à l'effort de guerre durant l'automne 1941. Elles sont trois à se porter volontaires pour travailler dans la ferme des Lawrence : Prue qui vit à cent à l'heure, Stella plus rêveuse et Agatha, la plus posée des trois.  Elles se plient bien volontiers aux travaux de la campagne, apprennent à traire les vaches, à tracer des sillons bien droits avec le tracteur, à chasser les rats... Contre toute attente, elles se plaisent dans cet univers préservé, aidé en cela par Joe, le fils du fermier réformé pour question de santé, qui lui aussi va reprendre goût à la vie à leur contact virevoltant.

Les trois filles sont à un âge où le flirt constitue tout leur horizon, et leur rapport à l'amour est aussi bien différent : quand Prue tombe amoureuse tous les matins et se lasse tout aussi vite de ses conquêtes, Stella rêve et idéalise son premier flirt Philip, et Agatha pense de loin en loin à un jeune homme croisé un jour avec la certitude qu'il est l'homme de sa vie. 

Si ces jeunes filles et leurs idylles sont attachantes, ce qui importe davantage dans ce roman est l'impact de la guerre sur des destins individuels, l'amour souvent cristallisé par les incertitudes d'un monde chancelant. Durant cette période irréelle, tous ressentent le poids de la guerre et la nécessité d'avoir des projets solides, quitte à faire fausse route. L'urgence de vivre symbolisée par les avions qui rôdent autour de la ferme contraint les uns et les autres à accélérer des choix desquels ils pourraient se retrouver prisonniers par la suite... 

Un beau roman sur cette période de l'histoire vue du point de vue de ceux qui restent à terre ...

 

Présentation de l'éditeur : Folio 

D'autres avis : Babelio 

Du même auteur : la suite Souviens-toi de Hallows Farm

 

Les filles de Hallows Farm, Angela Huth, traduit de l'anglais par Christiane Armandet et Anne Bruneau, Folio, 2000, 560 p., 9.70 euros

 

Lu dans le cadre ud mois anglais consacré aujourd'hui à cette auteure.

 

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article

Repost0

Carnaval de Ray CELESTIN

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥ ♥

De 1918 à 1919 un tueur en série a sévit sur la Nouvelle Orléans, surnommé "Le tueur à la hache". Les premières victimes étaient des italiens, laissant supposer un raport avec la mafia en plein essor dans la ville à cette époque. Le tueur se servait de la presse pour transmettre des messages, dont le plus notoire fut une lettre du 13 mars indiquant qu'il tuerait 15 minutes après minuit, mais épargnerait les habitants qui écouteraient du jazz ce soir-là. Le tueur à la hache n'a jamais été identifié, les meurtres s'arrêtant brutalement. Ray Célestin s'est inspiré de ce drame et de l'effevervescence de la ville à cette époque pour bâtir son roman. Il campe plusieurs enquêteurs : un policier, Michael Talbot, mais aussi Ida, jeune secrétaire de l'agence Pinkerton, aidée par Lewis Armstrong, musicien, et pour finir Luca d'Andrea, tout juste sorti de prison, mandaté par la mafia locale pour découvrir l'identité de ce mystérieux tueur en série. Les trois suivent des pistes différentes qui les mèneront dans des directions opposées.

Si ce sont des personnages forts aux identités bien marquées, la ville de la Nouvelle Orléans est la véritable star du roman, à la fois fascinante et capable des pires horreurs. Malmenée par les éléments naturels, elle est une ville à part, mélangeant les populations francophones et des frontières raciales floues "lieu exotique, une enclave étrangère, cachée au coeur du Sud profond."

"La Nouvelle Orléans était inondée tous les deux ans, les incendies et les tempêtes ne cessaient de détruire ses grandes constructions, le terrain marécageux faisait trembler les rues et s'écrouler les bâtiments. La nappe phréatique était tellement proche de la surface qu'on ne pouvait pas enterrer les morts correctement. Franchement, La Nouvelle-Orléans éait plutôt un symbole de la fragilité de l'homme face à la nature." p. 97

Cette ville de ségrégation et de racisme voit aussi la naissance du jazz, et assiste aux débuts de Louis Armstrong, joueur de cornet dans les bars. Le quartier Storyville vient d 'être fermé, les bordels interdits, privant la ville de toute une partie de son économie. Le climat est tendu, les rivalités ethniques exacerbées. 

Fort de tous ces éléments, ce premier roman bien rythmé est une vraie réussite, envoûtant et passionnant. L'auteur prévoit une suite qui se déroulera à Chicago, quelques années plus tard, sous la Prohibition et avec les mêmes personnages. Vivement ! 

 

Présentation de l'éditeur : Cherche midi  ; 10-18

D'autres avis : Repéré chez Electra, Jérôme ; Babelio 

 

Carnaval, Ray Célestin, traduit de l'anglais par Jean Szlamowicz, 10-18, mai 2016, 8.80 euros

 

Merci à l'éditeur. 

 

 

Publié dans Roman policier Europe

Partager cet article

Repost0

Le galop du vent sous le ciel infini. Chroniques des terres australes de David LEFEVRE

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥ 

"Je rends grâce à cette terre d'exagérer à tel point la part du ciel."

Roger Caillois

Depuis 2010, David Lefevre s'est retiré sur l'île de Chiloé pour vivre en parfaite harmonie avec la nature et s'adonne ainsi à une vie frugale proche de l'autosubsistance. Il consacre plusieurs récits à cette expérience unique comme Aux quatre vents de Patagonie ou le magnifique Solitudes australes. Dans ce Galop du vent sous le ciel infini, il revient vers les origines de cette fascination pour la Patagonie, terre de mythes et d'aventures extraordinaires qui exerce un pouvoir d'attraction immense sur les hommes.

Après s'être abreuvé durant sa jeunesse à des récits d'écrivains amoureux de cette région comme Roger Caillois, Jean Raspail, Cendrars, Supervielle, Saint Exupéry ou encore Bruce Chatwin, sa rencontre avec cet espace "de ciel, de pluie et de vent" sonne comme une révélation : "Dans l'époustouflante beauté de ses paysages, je reconnus l'incarnation d'une sorte d'absolu que depuis toujours je portais en moi". 

Ses rencontres sont marquées par le sceau de l'inoubliable et même les humeurs de ses saisons l'enchantent. Parmi les aventures et les rencontres extraordinaires qu'il a pu vivre sur ces terres australes, il choisit ici de s'approcher de plus près de quelques unes. Il s'attarde notamment sur le marin Charles Milward, oncle de Bruce Chatwin et sur sa fuite épique à bord du Dresden, croiseur allemand pourchassé par la marine britannique dans les mers australes en 1914. En mentionnant Bruce Chatwin et son En Patagonie il s'interroge alors sur les limites de ce récit de voyage, qui a pu quelquefois laisser la réalité historique en suspens. Chatwin a à peine mentionné dans son récit le coup d'état de 1973 et ses conséquences, le pays tout entier étant alors sous le joug d'une dictature militaire répressive et violente. Cet oubli permet à David Lefevre de s'interroger sur l'engagement de l'écrivain voyageur : 

"Je veux croire cependant qu'en certaines occasions, l'écrivain ne peut se contenter d'être un go between, mais un homme capable de s'engendrer lui-même. Je veux croire que son statut peut être la cause d'une inquiétude chaque fois qu'il observe du dehors un monde qui vire au désert glaçant, et ce sans se préoccuper de savoir si ce sera là ou non la source de son malheur ou bien de sa notoriété." p; 192

La puissance des récits de David Lefèvre tient dans cette alliance subtile entre des passages narratifs autour de ses rencontres originales, comme avec cet homme qui tient un cabinet de curiosités préhistorique, sorte de musée officieux, et des réflexions plus philosophiques qui interrogent sa présence au monde. Entre récit, essai, réflexion philosophique, poétique, il rend ici un bel hommage à cette région du bout du monde et à ses habitants.

http://www.evaneos.com/chili/voyage/etape/8907-ile-de-chiloe/

"Pendant des mois, j'ai observé le temps qu'il fait là-bas. J'ai levé les yeux et j'ai connu la part du ciel, cet autre paysage renversé sur le dos des hommes. J'ai vu se faire et se défaire d'indicibles nuages. J'ai vécu cet instant précis où les contours de la terre s'effacent et les saisons s'abolissent. Les pluies m'ont rincé et les vents m'ont envoyé au tapis. (...) Ma propre vérité m'est venue un jour de la bouche d'un gaucho qui me connaisait de la veille, auquel j'annonçais vouloir traverser la Patagonie en marchant sur un seul méridien : "Tu en reviendras la peau et l'esprit burinés, mais tu sauras ce que la nature du monde réserve à ceux qui s'approchent d'elle en la regardant."" p. 15

Ce que j'ai moins aimé : J'avoue m'être perdue dans le cheminement autour de Charles Milward, oncle de Bruce Chatwin et de son aventure à bord du Dresden.  

 

Présentation de l'éditeur : Le Passeur Editions 

 

Le galop du vent sous le ciel infini. Chroniques des terres australes, David Lefèvre, Le Passeur éditeur, avril 2016, 278 p., 19.90 euros

 

Reçu dans le cadre d'une opération Babélio Masse Critique 

Partager cet article

Repost0