Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La dame de Reykjavik - Le secret de Ragnar JONASSON

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥ 

Hulda, soixante-quatre ans, est à la fin de sa carrière en tant qu'enquêtrice du poste de police de Reykjavik. Dans ce monde masculin, elle a rencontré des difficultés pour trouver sa place, et sa direction la pousse vers la sortie pour la remplacer par une jeune homme fringant. Affolée à l'idée de ses heures creuses qui s'offrent à elle, elle demande une dernière faveur à son chef : rouvrir une affaire non résolue. Elle choisit de s'intéresser à la mort de Elena, jeune russe demandeuse d'asile.

Le personnage de Hulda est intéressant, à l'orée de la retraite, hésitant à se lancer dans une histoire d'amour, avec un passé conséquent, il est peu commun dans les romans policiers. Ses failles lui apportent de la profondeur et c'est elle qui concentre l'intérêt du roman. Les paysage islandais, entre beauté et solitude, répondent aux ambiguïtés de son personnage et on finit par se prendre aux mailles de son enquête.

Une belle surprise pour une trilogie qui compte déjà deux tomes, j'irai lire le suivant avec plaisir !

Du même auteur : Snjor  ; Sott

Présentation de l'éditeur : La Martinière

Partager cet article

Repost0

La vague de Todd STRASSER

Publié le par Hélène

♥  

« Et pour le restant de vos jours, jamais, au grand jamais, vous ne permettrez à un groupe de vous déposséder de vos libertés individuelles. »

La Vague, paru en 1981, est une adaptation du téléfilm La Vague, lui-même inspiré de La Troisième Vague, une expérience de psychologie pratique réalisée au lycée Cubberley en Californie en 1969 par le professeur d'histoire Ron Jones. Celui ci a en effet conduit une expérience particulière : ses élèves s'étonnant que les allemands aient pu suivre aussi aveuglément Hitler, il en vient à se demander si ce comportement est inexplicable. Il fonde alors un mouvement qu'il appelle "la vague", avec comme principes « La force par la discipline, la force par la communauté, la force par l'action ». Cette expérience rencontre rapidement un enthousiasme fulgurant chez les élèves, mais apparaissent aussi des menaces, de la délation et de la paranoïa chez ceux, comme le personnage de Laurie, qui émettent des réserves.

Le professeur stoppera cette expérience en tirant une leçon :  «  Vous avez échangé votre liberté contre une pseudo égalité. Mais cette égalité vous l’avez transformée en supériorité sur les non-membres. Vous avez accepté la volonté du groupe face à vos propres convictions, sans vous soucier de ceux qui en souffraient. »

Il en déduit que le fascisme semble se tapir en chacun de nous, ce qui nous enjoint à être pleinement responsables de nos propres actes et à réfléchir à ce que nous faisons plutôt que de suivre un chef aveuglément.

Ce que j'ai aimé :

Cette expérience et ses résultats sont glaçants, et le récit prend le lecteur à la gorge, si bien qu'on ne peut qu'avancer dans la lecture, pressé de savoir comment tout cela va finir...

Ce que j'ai moins aimé :

Le style tient plus du témoignage d'adolescent. Les clichés adolescents sont au rendez-vous également avec la jalousie entre copines, la popularité des joueurs de foot, les faibles et les forts qui s'affrontent. La morale est somme toute assez sommaire aussi, au fond, tout un chacun connait la puissance du groupe et ses méfaits potentiels.

Bilan :

Une expérience édifiante qui encourage malgré tout à rester sur ses gardes...
 

Présentation de l'auteur : Pocket

A noter un film et une série Netflix.

Partager cet article

Repost0

Paris-Venise Florent OISEAU

Publié le par Hélène

♥ ♥ 

Roman vient de trouver un job sur le Paris-Venise. A 30 ans, ce job est une chance étant donné qu'il s'est fait viré de son job de réceptionniste pour avoir permis à des copains d'utiliser les chambres vides de l'hôtel quand ils ramenaient des filles en fin de soirée. Dans le Paris-Venise ses tâches sont simples, mais il se heurte tout de même au trafic de clandestins, aux douaniers scrupuleux ou aux descentes de pickpockets. Mais Roman n'en a cure, quand son projet dépasse de loin toutes les perspectives professionnelles : séduire la belle Juliette, sa nouvelle collègue.

Le ton est allègre, le gars naïf à souhait, anti-héros ordinaire, peu scrupuleux, un homme tellement proche de nous. Les dialogues alertes émaillent le récit :

"-Comment s'est terminée votre dernière aventure professionnelle ?

- Comme une histoire d'amour, monsieur, avec des regrets et quelques jolis souvenirs.

- Vous vous êtes fait virer.

- Oui"

Ce que j'ai moins aimé :

Côté intrigue, c'est un peu mince et ça s'embourbe dans les retards du Paris Venise.

Bilan :

Alors oui c'est frais et moderne mais c'est un peu juste pour marquer les mémoires...

 

 

Partager cet article

Repost0

Mafioso de Ray CELESTIN

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥ 

Il s'agit ici du troisième volet de la quadrilogie de Ray Célestin consacrée à  retracer l'histoire du jazz et de la mafia pendant cinquante ans au XXème siècle. "Selon un procédé inspiré de l'Oulipo, chacune des quatre parties présente une ville, une décennie, un morceau, une saison, un thème et des conditions météorologiques différentes." explique l'auteur. Il nous entraine cette fois-ci à New-York, en 1947. La mafia règne sur la ville, les familles s'affrontent, et au sein de la famille Luciano, une lutte souterraine s'engage entre Franck Costello et Vito Genovese. La chasse aux communistes s'organise, touchant cette fois-ci Hollywood.  

Tous les occupants d'un hôtel de Harlem sont massacrés et le fils de Michael Talbot est accusé du meurtre. Il fait appel à Ida Davis, ancienne détective de l'agence Pinkerton pour l'aider à sortir son fils Tom de prison. Parallèlement Gabriel Leveson, patron d'un club en vogue de Manhattan se retrouve lui aussi mêlé à cette affaire.

Ce que j'ai aimé :

L'auteur a su savamment entremêler faits historiques, personnages connus et personnages fictifs, les frontières sont troubles et accusent son talent. Les personnages sont toujours aussi bien campés, Ida, à un tournant de sa vie, Michael, vieillissant et désarmé face aux accusations qui touchent son fils. Gabriel, englué dans ses relations avec la mafia, et prêt à tout pour préserver sa nièce est, lui aussi, criant de vérité. L'auteur nous plonge dans un monde réaliste, enneigé et brumeux, dans lequel les frontières entre clans, entre vertus et vices, peuvent s'estomper facilement.

Ce que j'ai moins aimé :

- Des longueurs

- La présence de Louis Armstrong et du jazz est discrète par rapport aux autres tomes.

Bilan :

Un bon roman, assez sombre, mais j'ai préféré les tomes précédents Carnaval et Mascarade

 

Présentation de l'éditeur : Le cherche midi

Partager cet article

Repost0

De terre et de mer de Sophie VAN DER LINDEN

Publié le par Hélène

♥ ♥  ♥ ♥ 

Henri se rend sur l' île de Batz en Bretagne, dans le but de retrouver Youna, femme qu'il a aimée jadis. Il passera vingt-quatre heures sur l'île, rencontrera quelques silhouettes, errera, cotoiera Youna, pour finalement repartir, seul.

Ce délicat roman est construit comme un plan séquence cinématographique, s'attachant à un personnage, Henri, puis un pêcheur, puis un fermier, un cuisinier ou même un chat, au fil des errances de la narration, qui revient toujours à ce personnage principal, Henri. Celui ci est peintre et l'île et ses couleurs nous apparaissent sous ses yeux. L'écriture de l'auteure procède en effet par touches impressionnistes, s'attachant davantage aux  sensations qu'à une description réaliste du lieu. Cette façon de raconter si particulière, par touches fines, n'est pas sans rappeler celle de Virginia Woolf.

Sophie Van der Linden nous plonge dans cette Bretagne du début du XXème siècle, et nous emporte hors du temps, dans un temps suspendu entre terre et mer, loin de l'Histoire qui, pourtant, risque de surgir subitement. Elle nous fait vivre un moment de grâce, teinté d'éternité...

 

D'autres avis : Babélio

Présentation de l'éditeur : Buchet Chastel

Partager cet article

Repost0

Sélection romans indiens

Publié le par Hélène

Ce week-end devait avoir lieu le salon du livre dédié à L'inde. Annulé, rien ne nous empêche de nous plonger malgré tout dans la littérature indienne. Voici mes trois romans préférés :

La colère des aubergines de Bulbul SHARMA 

Un petit livre à s'offrir ou à offrir sans hésiter. Il conjugue des histoires divertissantes et drôles sur les femmes indiennes, et des recettes indiennes savoureuses qui en raviront plus d'un...

  Le tigre blanc de Aravind ADIGA

Un véritable chef d'oeuvre qui nous fait découvrir effectivement l'Inde sous une autre facette, nous entraînant bien loin des clichés de Bollywood... A lire ABSOLUMENT...

L’année des secrets d’Anjana APPACHANA 

 Foisonnant, nous emportant dans l'intimité d'une famille aux secrets bien gardés, L'année des secrets est un roman résolument très prenant.

 

Et vous ? lesquels conseilleriez-vous ?

Partager cet article

Repost0

Vouloir toucher les étoiles de Mike HORN

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥ 

"Tout est question d'équilibre. J'ai avancé comme un funambule sur ma ligne de vie"

En 2007 Mike Horn se lance un pari fou : gravir avec trois amis les quatre 8000 de suite dans l'Himalaya : le Gasherbrum I et II, Broad Peak et K2, ceci sans oxygène et sans cordes. En relatant cette ascension, Mike Horn en profite pour raconter son parcours, du temps où son père l'autorisait à aller où il voulait à la condition qu'il rentre à 18h, aux aventures les plus folles, Latitude zéro, ou 20000 km autour du cercle polaire arctique. Accompagné à distance de sa femme, sa croix du Sud et d'une volonté sans failles, il se heurte aux obstacles pour mieux grandir, parce qu'il porte cet élan vers la liberté en lui.

"Ces dernières années, j'ai parcouru l'Himalaya, j'ai tracé ma route au large de la Somalie, j'ai senti le vent du désert et la présence des talibans, j'ai vu mourir des amis en haute montagne. J'ai eu des hauts et des bas. Des hauts magnifiques et des bas terribles. Mais j'ai gardé le cap. Pour continuer à ressentir ces émotions irremplaçables. Explorer les coins les plus inaccessibles de la planète. Et transmettre aussi aux plus jeunes le goût de la liberté. Cette liberté qui offre un espace infini à la vie."

Il vit au bord du précipice, arpentant "la zone de mort", cette zone située au dessus de 7600 mètres dans laquelle l'être humain doit rester le moins possible, et risque de mourir en quelques minutes. La mort guette à tout moment ceux qui cherchent à se mesurer à cette montagne sauvage et envoutante. Il faut aussi apprendre à renoncer quelquefois face à elle, en écoutant son corps et son instinct. Une personne sur 4 ne revient pas de l'ascension mythique du K2. Les fenêtres météorologiques sont étroites pour tenter l'aventure, et aujourd'hui encore, malgré plusieurs tentatives, le K2 résiste encore à Mike Horn... La nature a toujours le dernier mot.

A travers ce récit, cet homme hors du commun nous offre une formidable leçon de vie, tout en grandeur et simplicité :

" Mais l'homme ne doit jamais se sentir plus grand que la vie. Rester humble, vivre simplement, avoir du respect en toutes circonstances, c'est la manière la plus facile d'affronter les problèmes au quotidien. C'est dans la simplicité qu'on trouve les solutions. Comme mon père me l'a toujours dit, et comme je le répète aujourd'hui à mes filles : il faut garder les pieds sur terre pour pouvoir toucher les étoiles."

Le plus : les photographies qui permettent d'illustrer le parcours de cet aventurier de l'extrême !

Présentation de l'éditeur : Pocket

Merci à mon collègue Gaspard pour ce conseil  de lecture !

Je vous conseille de regarder le film ! Epoustouflant !

Publié dans Récits de voyage

Partager cet article

Repost0

Le courage des autres de Hugo BORIS

Publié le par Hélène

 

Le début est somme toute original : alors qu'il vient d'obtenir une ceinture noire de karaté, Hugo Boris rentre chez lui en RER et , témoin d'une altercation, il ne réagit pas, se contentant de tirer la sonnette d'alarme. Cette inertie l'interroge et le pousse à relever par la suite les gestes d'autres personnes, plus courageuses que lui face à une situation inquiétante dans le RER.

"La communauté humaine qui se rassemble pour cette épopée quotidienne donne à voir le meilleur et le pire d'elle-même. Mais dans ce pire, il suffit du courage dune seule personne pour la racheter. Il s'en trouve quelques-uns dans cet herbier, des hommes ou des femmes, pou relever tous les autres. Qu'ils soient ici célébrés."

Si cette mise à nu initiale était sincère, teintée d'humour et pouvait sans doute aboutir à une réflexion enrichissante, par la suite, l'auteur se contente de compiler des scènes vues dans le RER, or si l'on prend le RER tous les jours, quel intérêt de lire notre quotidien, sans transmutation ? Et pour les autres, est-ce destiné à les effrayer pour qu'ils fuient la capitale ? Je n'ai pas compris l'intérêt, je suis passée à côté. Je vais relire Police  pour me consoler...

 

Présentation de l'éditeur : Grasset

D'autres avis : Babélio

Du même auteur : Police 

Partager cet article

Repost0

A contre-courant d'Antoine CHOPLIN

Publié le par Hélène

♥ ♥ 

Un beau matin, l'écrivain Antoine Choplin prend la route, non pas sur le chemin de Compostelle, ni sur celui de Stevenson, non, il décide plutôt de parcourir sa propre région l'Isère pour remonter aux sources du fleuve, jusqu'au coeur du massif des Alpes, à plus de 2600 mètres. A contre courant, il remonte le fleuve, arpentant des lieux familiers.

Ce que j'ai moins aimé :

Alors que j'aime beaucoup cet auteur, et que j'apprécie également les récits de voyageurs, j'avoue avoir un avis mitigé sur celui-ci. Les paysages ne m'ont pas fait rêver, le sel des rencontres m'a échappé, et je suis finalement plus ou moins passée à côté de ce récit paradoxalement très statique.

 

Présentation de l'éditeur : Editions Paulsen

Du même auteur : La nuit tombée ♥ ♥ ♥ ♥ ; Le héron de Guernica ♥ ♥ ♥ ♥ ;  Radeau ♥ ♥ ♥ ; L'incendie ♥ ♥ ; Une forêt d'arbres creux ♥ ♥ ♥ ; Quelques jours dans la vie de Tomas Kusar ♥ ♥ ♥ ; Partiellement nuageux ♥ ♥ ♥

Partager cet article

Repost0

Sans foi ni loi de Marion BRUNET

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥ ♥ 

Un beau matin, Ab Stenson, une hors-la-loi débarque chez Garett, jeune homme de 16 ans resté seul chez lui. Poursuivie par le shérif, elle kidnappe Garett pour assurer sa sécurité. Commence alors une cavale aux côtés de cette ravisseuse qui s’avère plus sympathique qui prévu... Garett découvre alors un autre univers, loin d'un père pasteur violent, un monde libre où l'attend sans doute l'amitié et l'amour.

La figure de Ab est très attachante, elle prend le jeune homme sous sa coupe et un lien particulier se lie entre eux. Garett apprend la vie à ses côtés et rapidement, il comprend que la moralité n'est pas toujours là où on l'attend. Ab, personnage hors normes, est détestée non pas tellement en raison de sa violence, mais parce qu'elle ose s'habiller en homme, qu'elle n'a pas fondé de famille, qu'elle préfère vivre une vie d'homme, différente, libre. Elle se rapproche en cela de Meursault chez Camus, être atypique condamné parce qu'il refuse les codes de la société.

Ab est aussi une "étrangère", fréquentant les saloons avec plaisir, sympathisant avec les prostituées, as de la gâchette ... Elle se crée des inimités qui risquent de lui être fatales. Dans ce western passionnant, chaque personnage a ses failles et ses forces, et l'intrigue prenante ne lâche pas son lecteur. Si ce roman est plutôt estampillé de l'étiquette "roman jeunesse", je vous conseille à vous aussi de sortir des cadres et de tenter l'aventure.

 

Sans foi ni loi a été récompensé par la Pépite d’or au salon de Montreuil en 2019.

Présentation de l'éditeur : PKJ

Du même auteur : L'été circulaire

D'autres avis : Noukette ; Jérôme

Publié dans Jeunesse Roman

Partager cet article

Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>