Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'amour dans l'âme de Daphné DU MAURIER

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥

En 1830, la famille Coombe est installée à Plyn, un port de la côte sud des Cornouailles et Janet se sent irrémédiablement attirée par la mer, marquant ainsi plusieurs générations : tout comme elle, son fils Joseph ressentira cet appel et ses enfants après lui. Janet, Joseph, Christopher et Jennifer sont "tous unis par un étrange et même amour, par un même esprit d'inquiétude et de souffrance, par une semblable intolérable passion pour la beauté et l'indépendance."

L'amour dans l'âme est le premier roman de Daphné Du Maurier publié en 1950 sous le titre La chaîne d'amour.  Cette saga familiale s'étend sur cent ans : de 1830 à 1930, quatre générations se succèdent permettant de présenter une vaste fresque des passions humaines. Les sentiments forts s'affrontent, entre amour et incompréhension, le destin des personnages est souvent marqué par le passé, par cette chaîne sans fin se perpétuant au fil des générations. Mais chacun se bat pour asseoir sa place et tenter de trouver un semblant de bonheur dans cette histoire familiale tourmentée.

"Elle conçut l'horreur que l'on doit éprouver à grandir, l'horreur de ne plus rire des choses vraiment drôles, de ne plus courir à perdre haleine, de marcher tristement au lieu de battre les arbres au passage avec une baguette. Elle pensa qu'un jour elle ne trouverait plus délicieux de donner des coups de pied dans les feuilles que l'automne rassemble dans les caniveaux, de construire des campements avec des chaises, de faire des dînettes de brindilles d'herbes ou d'effeuiller les marguerites. Plus de promenades les mains dans les poches, en sifflotant une chanson et en cherchant l'aventure au coin de la rue. " p 410

Une très belle saga familiale !

 

Présentation de l'éditeur : Le livre de poche

Du même auteur : Mary Anne ♥ ♥  ; Ma cousine Rachel ♥ ♥ ♥ ♥ ; Rebecca ♥ ♥ ♥ ♥

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article
Repost0

Tu ne me dis pas tout de Kimberly MCCREIGHT

Publié le par Hélène

♥ ♥

En plein Brooklyn, dans un quartier huppé, Amanda Grayson a été assassinée. Son mari est arrêté sous un prétexte fallacieux et placé en détention à Rikers. Pour le défendre, il fait alors appel à Lizzie, qu'il a fréquentée durant ses études de droit. La jeune femme découvre alors que Amanda a trouvé la mort au retour d'une soirée libertine chez des voisins. Les deux évènements seraient-ils liés ?

Ce que j'ai aimé :

Roman policier efficace, le suspens est bien présent.

Ce que j'ai moins aimé :

Mais le style ne se démarque pas et le thème a été vu et revu : des familles riches qui cachent des secrets inavouables derrière le vernis de leur fortune.

Bilan :

Rien de bien original !

 

Présentation de l'éditeur : Editions Hauteville

Partager cet article
Repost0

Appelez-moi César de Boris MARME

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥

Pendant l'été 1994 une bande de garçons part en montagne durant un camp d'été. Tous viennent de la même cité, sauf Etienne, scolarisé dans un quartier plus huppé. Vingt-cinq ans après les faits, celui-ci raconte ce qui a mené à la disparition de l'un d'eux lors d'une randonnée en montagne.
Il évoque le groupe, sa mécanique difficile pour trouver sa place et la conserver, il parle de Jessy, leader charismatique et dangereux à la fois. Chacun teste ses limites et les limites des autres jusqu'à la tragédie qui changera à jamais leurs vies ...

Ce roman peint minutieusement les dynamiques du groupe d'adolescents, les défis lancés, les secrets gardés jalousement pour que les autres n'aient pas de prises, la violence sous-jacente cachée sous des jeux plus cruels qu'ils n'y paraissent, la fascination pour celui qui se démarque, pour ce "César", rôle que tous rêvent d'endosser. Les adultes s'avèrent inopérants face à cette force du groupe et à ces personnalités si fortes.

Un récit initiatique juste et intense, porté par le suspens initial et par une analyse très fine de l'adolescence. Une belle réussite !
 
 
Présentation de l'éditeur : Plon
Partager cet article
Repost0

Coeur du Sahel de Djaïli Amadou Amal

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥

"Se taire, fermer son cœur et continuer à se battre pour survivre n'est pas seulement une option, c'est la réalité à laquelle il faut se conformer ici."

Faydé grandit au nord du Cameroun dans un petit village aux ressources limitées, aux côtés de sa mère et de ses frères et sœurs. Son beau-père a disparu au cours d'une razzia de Boka Haram. Pour aider sa famille, elle décide de partir pour la ville voisine pour rejoindre ses amies Srafata et Bintou, et comme elles, devenir domestique dans de riches concessions. Mais là-bas, les jeunes filles subissent de multiples épreuves, mauvais traitements, mépris de classe, la lutte est âpre pour survivre et garder le sourire dans cette ville aliénante. Elles gardent néanmoins espoir, se soutenant dans les moments difficiles.

Coeur de Sahel est un beau roman émouvant qui aborde le statut des femmes domestiques dans ces régions, se heurtant aux ordres des coépouses ou quelquefois à des hommes abusifs. Si l'autrice met l'accent sur les différences sociales et les nombreuses injustices subies par les femmes victimes du carcan de la société qui les empêche d'être libres, elle nuance aussi ses propos en proposant des portraits variés, des hommes et des femmes plus humains, qui pourront, à plus ou moins long terme, faire évoluer la situation.

Seule l'éducation pourra permettre à ces femmes de s'émanciper peu à peu et de lutter contre les abus. L'auteur elle-même a été mariée de force à 17 ans à un homme plus âgé et a pu s'échapper par le biais de la lecture et de l'écriture. Elle a ensuite fondé une association Femmes du Sahel dont un des objectifs est de promouvoir la scolarisation des enfants en prenant en charge ceux issus des milieux défavorisés mais aussi de sensibiliser et mener les actions sociales contre le mariage précoce et/ou forcé, et toute forme de violence faite aux femmes.

Un beau roman qui permet de comprendre tous ces enjeux !

Du même auteur : Les impatientes

Publié dans Littérature Afrique

Partager cet article
Repost0

Anaïs Nin, sur la mer des mensonges de Léonie BISCHOFF

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥

Anaïs Nin est mariée à un banquier qui a laissé de côté ses ambitions pour se concentrer sur sa carrière. Ils vivent à Louveciennes en région parisienne. La jeune femme ressent une angoisse diffuse dans cette vie d'épouse, livrant ses affres à son journal intime. Elle souhaite être écrivain, et rencontre alors Henry Miller, qui l'encourage à suivre sa voie.
 

Les dessins magnifiques témoignent avec douceur et bienveillance de la libération de la jeune femme, qui s'affranchit des codes de son époque et de son sexe pour trouver sa propre voie vers la liberté et le plaisir. A travers son destin, on assiste à la naissance de la psychanalyse, avec la prise en compte des rêves, si bien que les frontières s'estompent entre rêve et réalité, pour célébrer la création sous toutes ses formes.

Un très bel album !

Présentation de l'éditeur : Casterman

Partager cet article
Repost0

Déception et abandon du mois

Publié le par Hélène

Roald DAHL Moi boy, souvenirs d'enfance

Roald Dahl raconte ses années d'enfance, les différentes écoles fréquentées, mettant en avant quelques anecdotes marquantes. Dans chaque établissement fréquenté, il insiste sur  les maltraitances rencontrées : « J’ai été horrifié par ce privilège accordé aux maîtres et aux grands élèves d’infliger des blessures, parfois très graves, à de jeunes enfants. Je ne pouvais pas m’y habituer. Je n’ai jamais pu. » p 117

J'ai de fait regretté qu'il n'insiste pas plus sur ses amitiés, sur sa famille. Je m'attendais de plus à un récit plus humoristique que cela.

Lu par un de mes élèves de 3ème qui a bien accroché au début, s'identifiant au narrateur, mais finalement à la moitié du livre, a perdu le fil.

François PLACE Le vieux fou de dessin

Quatrième de couverture : Il était une fois au Japon, au cœur du XIXe siècle, un petit vendeur des rues, nommé Tojiro. Le jeune garçon rencontre un jour un curieux vieil homme. C'est Katsushika Hokusai, le vieillard fou de dessin, le plus grand artiste japonais, le maître des estampes, l'inventeur des mangas. Fasciné par son talent, Tojiro devient son ami et son apprenti, et le suit dans son atelier…

Mon avis : je trouvais intéressant de faire découvrir Hokusaï aux plus jeunes, mais ce petit roman est un peu trop expéditif à mon goût, ne permettant pas de s'attacher au narrateur ni au peintre.

Mon élève, en 3ème également, a eu la même impression. Passionnée par le dessin de mangas, elle a été déçue. Néanmoins, cela a eu le mérite de lui faire découvrir Hokusaï qu'elle ne connaissait pas du tout. Le livre est plus adapté à un enfant de 9 ans qu'à une adolescente de 14 ans.

Truites et cie et John GIERACH

Les chroniques de ce recueil nous immerge dans le monde des pêcheurs à la recherche du meilleur emplacement, de la meilleur mouche, technique. De fait, si on ne s'intéresse pas vraiment à la pêche il est difficile de se concentrer sur ces histoires. Il me semble que j'avais déjà tenté la lecture de cet auteur avec le même résultat (ICI) : un manque d'intérêt prégnant !

Partager cet article
Repost0

La petite boulangerie du bout du monde de Jenny COLGAN

Publié le par Hélène

♥ ♥

L'entreprise créée par Polly et son mari fait faillite, et son mariage coule également. Polly décide alors de repartir à zéro en trouvant refuge dans un petit port de Cornouailles, sur une île. Dans ce petit village rythmé par les allers venues des marins, elle essaie tant bien que mal de faire sa place et décide de se lancer dans la confection de pains.

Ce que j'ai aimé :

J'ai apprécié l'ambiance du bord de mer, les embruns, les pêcheurs, l'activité de ce petit port de pêche qui est bien mis en scène, comme préservé des défauts de la ville, même si, peu à peu, il assiste à l'afflux progressif de nouveaux habitants en quête "d'authenticité".

L'autrice se serait inspirée du Saint Michael's Mount situé en Cornouailles pour écrire son roman.

© Valery Egorov/123RF

Les dialogues sont dynamiques, assez truculents.

Ce que j'ai moins aimé :

Les bluettes amoureuses restent des bluettes sans grand intérêt, nous sommes résolument dans de la chick lit, il ne faut pas s'attendre à beaucoup de profondeur dans l'analyse des personnages et de leur psychologie... Même les drames s'effacent rapidement et ne laissent que peu de stigmates...

Bilan :

Une lecture légère dont il ne faut pas trop attendre.

 

D'autres tomes suivent Une saison à la petite boulangerie et Noël à la petite boulangerie

 

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article
Repost0

La pelouse de camomille de Mary WESLEY

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥

Chaque été neveux et nièces se rendent chez Richard et Héléna, au bord des falaises de Cornouailles, dans leur grande maison qu'agrémente une pelouse de camomille. Cet été là, la jeune Sophy est amoureuse d'Oliver, lui-même fasciné par Calypso qui, elle, virevolte à droite et à gauche. Nous sommes en 1939 et tout risque bientôt de basculer.

Par la suite tous se souviendront de cet été et de cette pelouse comme du temps de l'insouciance.

La narration superpose deux époques : quarante ans plus tard, certains des cousins et tantes se rendent à un enterrement, et se remémorent ces périodes troublées, et les relations décomplexées créées par la guerre et ses conséquences. Les couples sont libres, trouvant un équilibre bienheureux hors des schémas classiques, personne ne juge, car tous sont habités par l'urgence de vivre.

Un roman qui m'a fait pensé à la saga des Cazalet, mais en plus ramassé et intense. J'ai apprécié le vent de liberté qui court en ces pages !

A conseiller !

Présentation de l'éditeur : J'ai Lu

Du même auteur : Sucré, salé, poivré ♥ ♥ ♥

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article
Repost0

Le festin de Margaret KENNEDY

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥

Cornouailles, 1947. Le père Bott se prépare pour une oraison funèbre bien particulière : l'hôtel Pendizack situé sur la falaise s'est effondré avec l'éboulement de la falaise et a disparu avec sept résidents.

L'histoire revient alors quelques jours en arrière pour présenter les locataires et propriétaires de cet hôtel.

Ce que j'ai aimé :

-Le suspens : qui de tous ces protagonistes sera épargné ? Comment évitera-t-il la catastrophe ?

- Les personnalités sont très différentes : de nombreux couples, ceux qui se forment, ceux qui se quittent, ceux qui ne se supportent plus, ceux qui sont ensemble par obligation, ceux qui se cherchent, mais aussi des enfants, aimés, moins aimés.

Ce que j'ai moins aimé :

- Beaucoup de personnages au début.

Bilan :

Une lecture très agréable !

 

Présentation de l'éditeur : Editions de la table ronde

Thème du jour : Margaret Kennedy

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article
Repost0

La ferme des animaux de George ORWELL

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥

Cet apologue raconte la révolte d'animaux de la ferme, qui ne souhaitent plus se laisser spolier par les fermiers qui ne produisent rien personnellement mais exploitent la production des animaux. Ils renversent donc les fermiers et prennent la tête de la ferme, bien décidés à travailler dur pour eux mêmes. Mais tout ne se passe pas comme prévu, l'égalité qui devait être de mise est remise en question peu à peu par certains cochons.

« Ces scènes d’épouvante et ces massacres, ce n’était pas ce que nous avions appelé de nos voeux la nuit où Sage l’Ancien avait exalté en nous l’idée du soulèvement. Elle-même se fut-elle fait une image du futur, ç’aurait été celle d’une société d’animaux libérés de la faim et du fouet : ils auraient été tous égaux, chacun aurait travaillé suivant ses capacités, le fort protégeant le faible, comme elle avait protégé de sa patte la couvée de canetons, cette nuit où Sage l’Ancien avait prononcé son discours. Au lieu de quoi – elle n’aurait su dire comment c’était arrivé – des temps sont venus, où personne n’ose parler franc, où partout grognent des chiens féroces, où l’on assiste à des exécutions de camarades dévorés à pleines dents après avoir avoué des crimes affreux. »

Si Orwell s'en prend à la révolution russe à travers ces allégories, il condamne surtout toutes le formes de totalitarisme et de tyrannie et ces hommes prêts à tout pour asseoir leur domination plutôt que de mettre en avant les valeurs démocratiques de justice. Le roman met à mal les régimes totalitaires qui contrôlent les esprits et endoctrinent la population grâce à la propagande notamment. La leçon est plus philosophique et la morale est universelle : les hommes face au pouvoir perdent souvent toute mesure et sagesse.

« Bien sûr, j’ai conçu ce livre en premier lieu comme une satire de la révolution russe. Mais, dans mon esprit, il y avait une application plus large dans la mesure où je voulais montrer que cette sorte de révolution (une révolution violente menée comme une conspiration par des gens qui n’ont pas conscience d’être affamés de pouvoir) ne peut conduire qu’à un changement de maîtres. La morale, selon moi, est que les révolutions n’engendrent une amélioration radicale que si les masses sont vigilantes et savent comment virer leurs chefs dès que ceux-ci ont fait leur boulot. "

— George Orwell, « Lettre à Dwight Macdonald. 5 décembre 1946 »

 

Présentation de l'éditeur : Folio

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 200 > >>