Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Créole belle de James Lee BURKE

Publié le par Hélène

Dave Robicheaux se remet doucement de ses blessures (cf L'arc-en-ciel en verre), il erre à l'hôpital et reçoit la visite de Tee Jolie, une jeune femme chanteuse qui lui fait part de ses craintes concernant son conjoint. Quand il raconte à ses proches la visite de la jeune femme, ceux-ci doutent de sa réalité car il se trouve que la jeune femme a disparu depuis plusieurs mois. Dave lui-même ne sait plus très bien s'il a rêvé ou vécu cette scène. La morphine lui aurait-elle joué des tours ? Puis la jeune soeur de Tee Jolie est retrouvée morte...

Quant à lui, Clete, personnage atypique des romans de James Lee Burke pour qui   "Une journée moyenne n'était pas très différente d'un astéroïde s'écrasant sur Lewittown." piste un étrange tueur à gages avec qui il semble avoir plus d'un point commun...

Les deux comparses sont encore une fois aux prises avec les puissances de l'argent qui corrompent peu à peu l'environnement et noircissent un monde qui a tout pour être lumineux. Cette lumière transparait en filigrane dans les descriptions lyriques de l'auteur qui voue un amour inconditionnel à sa région : "Pour moi la Louisiane a toujours été un endroit hanté. Je suis persuadé que les spectres des esclaves, des Indiens Houma et Atakapa, des pirates, des soldats confédérés, des fermiers d'Acadie et des belles des plantations sont toujours là dans la brume. Je suis persuadé que leur histoire n'a jamais été contée, et que tant qu'elle ne l'aura pas été ils ne trouveront pas la paix." p. 45

Clete et Dave tentent de lutter contre la pollution des esprits et de la planète avec acharnement, gardant espoir malgré la noirceur qui tombe peu à peu sur le monde.

Ce que j'ai moins aimé :

J'avoue avoir éprouvé quelques difficultés à accrocher à l'intrigue, très lente à se mettre en place, et partant souvent dans diverses directions.

Bilan : L'atmosphère crépusculaire des romans de James Lee Burke continue néanmoins à m'envoûter. Pour l'heure mon préféré de la série reste Swan Peak

 

Présentation de l'éditeur : Rivages noir

D'autres avis : Lecture commune avec Electra

Télérama

 

Créole belle, James Lee Burke, Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Christophe Mercier, janvier 2016, Rivages noirs, 704 p., 10.20 euros

 

La série des Dave Robicheaux :

La Pluie de néon,

Prisonniers du ciel,

Black Cherry Blues

Une saison pour la peur

Une tache sur l'éternité

Dans la brume électrique avec les morts confédérés

Dixie City

Le Brasier de l'ange

Cadillac Jukebox

Sunset Limited

Purple Cane Road

Jolie Blon's Bounce

Dernier tramway pour les Champs-Elysées

L'Emblème du croisé

 La descente de Pégase

La nuit la plus longue

Swan Peak

L'Arc-en-ciel de verre

Créole belle

Lumière du monde

 

Partager cet article

Repost 0

Idées cadeaux de Noël - Livres

Publié le par Hélène

En première ligne mes coups de coeur de cette rentrée :

- Petit Pays de Gaël Faye, à conseiller également ses albums Pili-Pili sur un croissant au beurre et celui avec le groupe Milk Coffee and Sugar

- The girls de Emma Cline

- Des hommes de peu de foi de Nickolas Butler ou Retour à Little Wing   de lui aussi le magnifique

- Sur les chemins noirs de Sylvain Tesson, et je vous conseille aussi ses autres livres notamment : Une vie à coucher dehors ♥ ♥ ♥ ♥ (Nouvelles) ; Dans les forêts de Sibérie ♥ ♥ (Récit de voyage)Géographie de l’instant ♥ ♥ ♥ ♥ (Récit de voyage)

- Le rouge vif de la rhubarbe de Audur Ava Olafsdottir et ses autres romans : Rosa candida ;  L’embellie L'exception

- Le plus et le moins de Erri De Luca (et ses autres romans aussi : Trois chevaux  ♥ ;  Le jour avant le bonheur , Le contraire de un ♥ (Nouvelles)  ; Le poids du papillon ; En haut à gauche ♥ (Nouvelles) ;  Montedidio ♥ ♥ ; La parole contraire ♥ ♥  ; Le plus et le moins

 

Lus cette année et appréciés :

Romans :

- Les maraudeurs de Tom Cooper

- En Attendant Bojangles de Olivier Bourdeaut

- Nord sud de Elizabeth Gaskell

- Tristesse de la terre de Eric Vuillard

- Suite française de Irène Némirovsky

- Une femme simple et honnête de Robert Goolrick

- Mansfield Park de Jane Austen

- En étrange pays de Karel Schoeman

 

Policiers :

- Surf City de Kem Nunn

- Carnaval de Ray Célestin

- Défense de tuer de Louise Penny

 

BD :

- Les beaux étés de Zidrou et Jordi Lafebre

- Va'a, une saison aux Tuamotu de benjamin Flao et Troubs

- Les équinoxes de Cyril Pedrosa

 

Poésie :

- La poésie sauvera le monde de Jean-Pierre Siméon

- L'inespérée de Christian Bobin et ses autres livres toujours merveilleux (ou presque) : Les ruines du ciel  ♥ ♥ ♥ ; La part manquante ♥ ♥ ; L’homme-joie ♥ ♥ ♥ ;  Eloge du rien ♥ ♥ ♥ ; La dame blanche ♥ ♥ ♥ ; La grande vie ♥ ♥ ; L'épuisement  ♥ ♥ ♥ ♥  

 

Jeunesse :

- Une journée parfaite de Danny Parker

- Sentimento de Carl Norac et Rebecca Dautremer

 

Voyage :

- Grizzly park de Arnaud Devillard

 

Essai :

- Propos sur le bonheur de Alain

 

D'autres idées dans Mes coups de coeur et Idées cadeaux

Partager cet article

Repost 0

Idées cadeaux de Noël - Liseuse

Publié le par Hélène

Je profite de cette liste de Noël pour vous parler de mon expérience avec ma liseuse, que j'ai depuis quelques mois déjà.

Jusqu'ici, j'avais un discours assez vindicatif sur la liseuse, et puis par hasard (#colleguegeek), je me suis retrouvée avec ma première liseuse Kobo Aura.Par la suite j'ai eu la chance de tester la Kobo Aura 2 en septembre grâce à la Fnac, et je suis définitivement conquise.

Avantages :

- L'atout numéro 1 pour moi est le confort de lecture : tout d'abord il est possible de choisir la police, sa taille :

Le modèle de la Kobo Aura 2 est rétro-éclairé, ce qui permet de lire dans l'obscurité sans gêner quiconque.

Ensuite, l'encombrement est moindre, la liseuse est facilement maniable, ce qui est plus qu'appréciable quand on veut partir en vacances avec plusieurs livres sans se retrouver avec une seule paire de tongs pour tout le séjour. Avec sa mémoire interne de 4 Go la Kobo peut contenir jusqu'à 3000 livres, ce qui laisse le temps de voir venir ...

Elle bénéficie d'une autonomie de 2 mois (si on n'utilise pas le Wifi et pour 30 minutes de lecture par jour).

Après, certains gadgets peuvent être appréciables comme la recherche dans le dictionnaire.

Ou encore la recherche dans le livre par mot :

La Kobo offre aussi des recommandations de lecture en fonction de nos goûts : elle m'a proposé Etre ici est une splendeur de Marie Darrieussecq, je ne connaissais pas du tout, je suis assez tentée... Autre gadget, il est possible de consulter ses statistiques de lecture :

Je n'ai pas testé toutes les fonctionnalités, notamment le catalogue en ligne et la possibilité d'acheter directement.

Inconvénients :

Mon seul regret tient au prêt difficile, j'apprécie beaucoup de faire circuler les écrits que j'ai aimés et malheureusement, avec la liseuse, cela reste réduit...

Le prix des livres numériques également peut être un frein, car si l'achat numérique est intéressant pour un livre broché, il ne l'est pas pour un poche...

Bilan :

Je vous la conseille !

 

Voici la présentation officielle de la Kobo Aura 2 :

Faites l’expérience d’une lecture numérique simple et naturelle avec Kobo Aura

Compact et confortable.

Faites l’expérience d’une lecture numérique simple et naturelle avec Kobo Aura et perdez-vous dans votre livre grâce à son écran tactile Carta E Ink de 6 pouces. Le design léger de la Kobo Aura assure un confort de lecture pendant des heures, vous ne voudrez jamais la poser.

Lisez nuit et jour, dans le noir ou en pleine lumière.

Comme vous le feriez avec un livre papier, lisez en plein soleil sans gêne ni reflet ou améliorez votre expérience de lecture en lisant dans l’obscurité complète grâce à l’éclairage ComfortLight réglable intégré. Quelle que soit l’heure de la journée, continuez votre lecture sans vous fatiguer les yeux.

Le compagnon de voyage idéal.

La Kobo Aura est compacte et facile à transporter : vous pouvez l’emmener absolument partout. Grâce à sa capacité de stockage de 3 000 eBooks, vous ne serez jamais à cours de lecture. Avec une autonomie pouvant aller jusqu’à deux mois, vous pouvez lire un eBook en entier sans recharger et profiter de la liberté de laisser votre chargeur à la maison.

Découvrez des possibilités de lecture infinies.

Grâce au Wi-Fi intégré, vous avez accès aux plus de 3 millions de titres de la librairie en ligne Kobo by Fnac. Ainsi, vous trouverez toujours votre nouveau titre préféré à portée de doigts. Recevez des recommandations personnalisées en fonction de vos habitudes et de vos évaluations de lecture ainsi que de critiques de bibliophiles comme vous.

Une liseuse ouverte

Par ailleurs, Kobo Aura est une liseuse numérique ouverte. Vous pouvez lire un nombre incroyable de types de fichiers. Contrairement à d'autres modèles concurrents pour lesquels vous êtes contraints d'acheter dans la libraire du constructeur, les liseuses Kobo by Fnac vous laissent libre de choisir l'origine de vos fichiers et de la librairie (sous réserve que le format soit compatible).

 

Pour des tests plus techniques : http://www.lesnumeriques.com/liseuse/kobo-aura-edition-2-p34957/test.html

 

Partager cet article

Repost 0

Calme et attentif comme une grenouille de Eline SNEL

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥  

La méditation pour les enfants ... avec leurs parents. 

Présentation de l'éditeur :

Les enfants d’aujourd’hui sont souvent agités, dispersés, stressés. Comment les aider à s’apaiser ? Comment leur apprendre à se concentrer ?

La méditation est un outil simple et efficace pour y parvenir. Elle s’adapte parfaitement aux besoin des petits et leur procure des bénéfices immédiats.

Eline Snel a donc mis au point une méthode de méditation adaptée aux enfants, directement inspirée de la pratique de la pleine conscience élaborée par Jon Kabat-Zinn. Elle a également créé aux Pays-Bas l’Académie pour l’enseignement de la pleine conscience.

Cette méthode repose sur des exercices de respiration simples qui aident peu à peu à se recentrer sur l’instant présent et à prendre du recul par rapport à l’agitation et aux ruminations. Les bienfaits de cette pratique sont tels que le ministère de l’Éducation de son pays a décidé d’offrir à tous les enseignants qui le souhaitent une formation dans son Académie.

Les arènes 

Mon avis : 

L'auteure part du postulat que les enfants sont dans la pleine conscience, présents au monde et à eux mêmes, comme l'illustre une citation de Wordsworth "l'arc en ciel' :

Mon cœur bondit lorsque je vois
S’élancer un arc-en-ciel :
Ainsi était-ce au début de ma vie;
Ainsi est-ce maintenant que je suis un homme ;
Qu’il en soit ainsi quand il me faudra vieillir ,
Ou bien que je meure !
L’Enfant est le Père de l’Homme ;
Et je souhaiterais que mes jours fussent
L’un à l’autre liés de piété naturelle.

Pour conserver cette présence au monde, il faut l'entretenir. Ces exercices permettent aussi de faire face à des situations problématiques ponctuelles : le manque de concentration, les pensées négatives qui nous envahissent quelquefois, les colères incontrôlées. Nous croyons que c'est en ruminant que nos résolvons les problèmes, c'est une erreur. 

Ces exercices constituent un moment de complicité avec les parents. Les enfants apprennent à faire attention à leur respiration, ils pratiquent avec entrain l'exercice du spaghetti, ils se fabriquent un bouton "pause"... Ces exercices sont faits pour éviter d'agir impulsivement, ils sont comme des premiers secours en cas de sensations désagréables pour se créer un refuge dans lequel on se sent en sécurité,  et gérer les pensées tourbillonnantes.

Les lectures de Sara Giraudeau à la voix douce et posée accompagnent les enfants dans leur méditation,  le CD étant plutôt destiné aux enfants et le livre aux parents.

Si l'auteure n'invente rien, elle a le mérite de se mettre à la hauteur des enfants avec des dessins adaptés aux petits.

L'avis d'Anaïs, 8 ans : ♥ ♥ ♥ ♥ 

Le Cd est bien, parce qu'on s'exerce à la respiration. Cela m'aide à rester plus calme, je me mets moins en colère. "Dors bien" m'a appris à dormir en pensant à sa respiration, si bien que je m'endors plus vite. J'ai appris aussi à chasser les mauvaises pensées. J'aime bien l'exercice du spaghetti parce que au début tu dois serrer tes muscles et après tout relâcher et cela me détend.

La voix de celle qui raconte est douce, elle me berce.

J'écoute souvent ce Cd parce que c'est bien et ça me relaxe.

J'ai beaucoup aimé le calendrier parce que il y a des phrases intéressantes pour chaque mois. J'ai aimé cette phrase :

"La respiration c'est ce qui te permet d'être attentif comme une grenouille. La grenouille ne se laisse pas facilement distraire. Elle voit bien toute l'agitation autour d'elle, mais elle ne réagit pas. Elle reste calme et attentive, sans bouger. Elle respire et se tient tranquille. Son ventre gonfle et dégonfle, il va et il vient. Toi aussi, tu peux faire comme la grenouille.

Faire attention à sa respiration, c'est très utile, par exemple quand on s'est fait mal, quand on est fâché ou fatigué."

L'avis de Romain, 10 ans :

Le CD m'a endormi !

 

Calme et attentif comme une grenouille, Eline Snel, préface de Christophe Honoré, traduction du nééerlandais par Jacques Van Rillaer, Illustré par Marc Boutavant, Les arènes, 2012, 24.80 euros

Publié dans Document Jeunesse

Partager cet article

Repost 0

L'été Diabolik de Thierry SMOLDEREN et Alexandre CLERISSE

Publié le par Hélène

"Car le véritable démon loge dans le coeur des hommes, pas dans les bureaux du KGB"

L'été 67, un innocent match de tennis fait basculer la vie de Antoine, 15 ans. En effet, sa victoire entrainera des rencontres décisives pour la vie future de son père et la sienne. Et pourtant, cet été semblait se placer sous le signe des nouvelles amours et amitiés, mais une atmosphère étrange et macabre s'installe finalement peu à peu, transformant irrémédiablement l'été et la jeunesse du pauvre Antoine . Le jeune homme mettra vingt ans à comprendre ce qui s'est joué cet été-là. Les masques tomberont les uns après les autres, balayant les illusions adolescentes.

L'été Diabolik est un hommage aux revues BD qui sortaient dans les kiosques et ont nourri toute une génération d'adolescents. En effet, Diabolik était une publication de série noire dessinée créée en 1962 par Angela et Luciana Giussani, une BD italienne à l'atmosphère mystérieuse et érotique, propre à séduire les adolescents...

Ce que j'ai moins aimé : Les dessins très vifs censés rappeler les comics ne me parlent malheureusement pas...

Bilan : Mêlant subtilement une intrigue haletante, mystérieuse et une belle réflexion sur l'adolescence, cet été Diabolik marquera les esprits sensibles aux comics colorés ...

 

Présentation de l'éditeur : Dargaud 

D'autres avis : Télérama ; Babélio

 

L'été Diabolik, Thierry Smolderen et Alexandre Clerisse, Dargaud, 168p., 21 euros

Public : Ado-adulte - à partir de 12 ans
 

Bande dessinée qui fait partie de la sélection polar du Prix SNCF du POLAR et aussi du Prix Fnac BD

 

Bd de la semaine chez Moka

 

Partager cet article

Repost 0

Le plus et le moins de Erri DE LUCA

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥ ♥

"Les livres ne redoublent pas l'épaisseur des murs, ils l'annulent au contraire. A travers les pages, on voit dehors." (L'espace de personne)

Dans ces 37 petits chapitres autobiographiques, Erri De Luca évoque les thèmes qui lui sont chers comme l'enfance dorée et innocente, l'amour de la montagne mais aussi l'engagement politique, ...

Né dans les années 50 l'auteur a vécu de l'intérieur les bouleversements de son siècle, s'engageant toujours du côté des opprimés pour lutter à corps perdu contre l'injustice. Dans On ne loue pas aux Napolitains notamment, il évoque le sort des émigrés et les fausses promesses qui les précèdent :

"On m'avait dit qu'à New York les rues étaient pavés d'or. Quand je suis arrivé, j'ai aussitôt vu trois choses : la première, qu'il n'y avait pas d'or dans les rues ; la deuxième, qu'elles n'étaient même pas pavées ; la troisième, que c'était moi qui devrais les paver." 

Pourtant, chaque homme sur terre devrait se pencher sur le sort de ses contemporains, puisque tous, nous sommes des étrangers sur la surface de la terre. La fraternité est une valeur essentielle dans ce monde difficile physiquement et moralement, et il est du devoir de chacun de se révolter contre des situations inconcevables :

"IL EST DANGEREUX DE SE PENCHER AU-DEHORS, dit l'écriteau officiel des temps modernes. Il est nécessaire de le faire." (Pour un guide d'escalade)

Ces textes sont courts, évocateurs, mais essentiels. Parce que l'écriture est essentielle, comme pour ces femmes qui se racontent la guerre pour la réduire à une histoire. Il est important de se raconter des histoires, tant les récits recèlent des pouvoirs magiques.

Erri De Luca ne dit rien, il raconte seulement le temps qui passe, les souvenirs d'enfance, les souvenirs de lutte, mais entre les lignes émerge un monde dense et riche aux valeurs essentielles. Sa puissance d'évocation révèle tout son talent !

 

Présentation de l'éditeur : Gallimard

D'autres avis : Les échos ; Babélio 

Du même auteur Trois chevaux   ;  Le jour avant le bonheur  Le contraire de un  ; Le poids du papillon En haut à gauche  ;  Montedidio  ; La parole contraire

 

Le plus et le moins, Erri De Luca, traduit de l'italien par Danièle Valin, Gallimard, 2016, 208 p., 14.50 euros

 

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article

Repost 0

Let it snow de la TEAM COMEDIE ROMANTIQUE

Publié le par Hélène

♥ ♥

100% comédie,
100% romantique,
100% Noël
et 100% numérique

Isabelle Alexis, Tonie Behar, Adèle Bréau, Sophie Henrionnet, Marianne Lévy, Marie Vareille nous offrent six nouvelles romantiques pour agrémenter cette fin d'année ! Elles ont formé un collectif d'auteures de comédies romantiques à la française qui livrent ici leur interprétation décalée de la romance.

Crush et crash d'Isabelle Alexis :

Une réunion de famille dans laquelle l'esprit débridé et libérateur de Noël s'installe... Un zeste de revendications, une pointe d'humour et de passion suffit à déconstruire la structure aliénante d'une famille bourgeoise ...

Y aura-t-il de la neige à Noël ? de Tonie Behar :

Une narratrice amoureuse de Noël et de sa magie qui soignent jusqu'aux moindres détails sa soirée de réveillon (jusqu'à ses ongles rouges sont même ornés de flocons blancs). Mais une panne d'ascenseur va bouleverser ses projets de soirée romantique en amoureux... ou pas, la magie de Noël pouvant tomber du ciel, comme la neige, comme les anges, à tout instant... Une nouvelle qui nous enseigne l'importance de s'émanciper des cases toutes faites...

Ma préférée du recueil.

Le marché de Noël de Adèle Bréau :

Une nouvelle qui débute avec l'évocation d'un père seul avec ses deux petites filles à cause de la défection d'une mère sauf que cette situation initiale n'a plus de rapport avec la suite et son histoire de fromage... Dommage ! Une déception.

La théorie du pingouin de Sophie Henrionnet :

Un style original avec ses hashtags mais une histoire assez banale entre deux collègues qui s'échangent des mails. Les histoires de bureau grèvent l'humour et la magie de Noël à mes yeux, même si, bien sûr il en faut pour tous les goûts !

Keep calm et love Christmas de Marianne Lévy :

Une nouvelle avec un fan de Franck Sinatra et une actrice de pacotille qui cherche à lui redonner le sourire. J'ai perdu rapidement le fil...

Cap ou pas cap ? de Marie Vareille :

Une jeune femme emprisonnée dans un grand magasin le soir de Noël avec un charmant jeune homme cambrioleur... Assez prometteur.

 

Bilan : Ma préférence va aux deux premières nouvelles du recueil, la première pour son humour dévastateur qui déconstruit tous les clichés de la famille, la deuxième pour son univers romantique si parfaitement rendu.

Des nouvelles rafraichissantes variées autour de Noël qui, s'il fait rêver certains, est synonyme pour d'autres de réunions de famille exacerbant les conflits et ressassant les mêmes sujets éternels d'insatisfaction. La fuite semble alors la seule issue... Un recueil dédié aux anges de Noël (au cas où ils existent).

 

Présentation de l'éditeur : http://comedieromantique.com/

D'autres avis : Stephie

Qui sont-elles ? : http://comedieromantique.com/qui-sommes-nous/

 

Disponible en format numérique sur Amazon à 0.99 euros !

Partager cet article

Repost 0

L'amie prodigieuse de Elena FERRANTE

Publié le par Hélène

♥ ♥

Elena et Lila vivent dans un quartier pauvre de Naples à la fin des années cinquante. Elles deviennent rapidement amies, même si leurs vies ne prennent pas les mêmes directions : Lila abandonne l'école pour travailler avec son père cordonnier tandis que Elena va au collège puis au lycée, soutenue par ses professeurs.

Sur la toile de fond de leur enfance se dessinent des conflits entre les familles, entre bandes rivales, entre catégories sociales... Une rivalité sous-jacente se joue sous les sentiments pourtant sincères d'Elena pour Lila. A l'adolescence, cette jalousie se cristallise autour des études ou de la beauté, dans un va-et-vient lié aux déboires adolescentes.

Là encore, leurs destins prennent des tournures différentes puisque Lila décide de se marier avec un homme riche qui lui apportera une aisance financière ainsi qu'à sa famille, quand Elena continue ses études et hésite en amour.

Cette peinture vibrante d'une amitié indéfectible est le premier tome d'une tétralogie consacrée au destin des deux femmes.

Ce que j'ai moins aimé : A trop rester rivée uniquement sur les deux femmes, une lassitude finit par se faire sentir. Des intrigues secondaires auraient peut-être apporté un souffle romanesque supplémentaire bénéfique au roman...

Bilan : L'amie prodigieuse décrit avec talent le destin des deux amies qui se nourrissent mutuellement des bonheurs et déceptions de l'une ou de l'autre.

 

Présentation de l'éditeur : Folio

D'autres avis : Babélio ; Noukette

Vous aimerez aussi : la suite Le nouveau nom ; D'acier de Silvia Avallone

Sur l'identité de Elena Ferrante : Actualitté

 

L'amie prodigieuse, Enfance et adolescence, Elena Ferrante, traduit de l'italien par Elsa Damien, Folio, décembre 2015, 448 p., 7.99 euros

 

Lecture commune du Blogoclub

 

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article

Repost 0

Déception du mois de novembre

Publié le par Hélène

14 Juillet de Eric Vuillard

Présentation de l'éditeur : Actes sud 

La prise de la Bastille est l’un des évènements les plus célèbres de tous les temps. On nous récite son histoire telle qu’elle fut écrite par les notables, depuis l’Hôtel de ville, du point de vue de ceux qui n’y étaient pas. 14 Juillet raconte l’histoire de ceux qui y étaient. Un livre ardent et épiphanique, où notre fête nationale retrouve sa grandeur tumultueuse.
 

“ De la Bastille, il ne reste rien. La démolition du bâtiment commença dès la nuit du 14 juillet 1789. De l’événement, nous avons les récits du temps. Les députations de notables qui se rendirent à la citadelle et les délibérations de l’Hôtel de Ville y prennent une importance démesurée. On nous raconte la prise de la Bastille du point de vue de ceux qui n’y étaient pas ; et qui vont devenir nos représentants. Ils n’y étaient pas et ne souhaitaient d’ailleurs pas que la Bastille tombe. Ils firent même tout pour l’empêcher. Mais ils ont laissé des témoignages. Car ces gens-là savaient écrire.
Il fallait donc retrouver les relations des gens ordinaires, s’appuyer sur le récit personnel de leur participation à l’émeute du 14 Juillet. Il fallait éviter tout surplomb, afin de ne pas écrire un 14 Juillet vu du ciel. En m’en tenant aux récits méprisés, écartés, j’ai voulu me fondre dans la foule. Et puisque c’est bien le grand nombre anonyme qui fut victorieux ce jour-là, il fallait également fouiller les archives, celles de la police, où se trouve la mémoire des pauvres gens.
L’Histoire nous a laissé un compte et une liste : le compte est de 98 morts parmi les assaillants ; et la liste officielle des vainqueurs de la Bastille comporte 954 noms. Il m’a semblé que la littérature devait redonner vie à l’action, rendre l’événement à la foule et à ces hommes un visage.
À une époque où un peuple se cherche, où il apparaît sur certaines places de temps à autre, il n’est peut-être pas inutile de raconter comment le peuple a surgi brusquement, et pour la première fois, sur la scène du monde.”

Mon avis

Je n'ai pas comme habitude de lire les sorties littéraires dont tout le monde parle -encore moins les français, ceux qui me connaissent le savent- mais quand j'ai lu Tristesse de la terre dernièrement, j'ai regretté de ne pas l'avoir lu plus tôt et j'ai ressenti rétrospectivement une peur froide : celle d'avoir manqué de passer à côté d'un grand roman, sous prétexte de ne pas céder aux sirènes des médias qui encensent toujours les mêmes livres. (lire à ce sujet le billet de Sandrine sur les blogs littéraires et leurs choix)

Cette année, j'ai donc joué le jeu, et j'ai fait confiance aux médias, me plongeant dans la rentrée littéraire, par peur encore une fois de passer à côté d'une oeuvre incontournable.

Et j'ai lu ce 14 juillet. Alors oui, l'auteur fait revivre les petites gens de la révolution, mais pour moi, le roman en se situant entre fiction et essai historique, finit par manquer d'âme. Les dialogues sont absents, remplacés par des descriptions interminables. Bref. Je me suis ennuyée. Je ne l'ai pas trouvé incontournable.

J'ai voulu découvrir d'autres romans mis en avant dans cette rentrée littéraire et j'ai été globalement déçue, seuls The girls ; Petit pays  ; Le rouge vif de la rhubarbe ; Des hommes de peu de foi et Le syndrome de la vitre étoilée  m'ont marquée. Et pourtant j'ai lu :

Le grand jeu de MInard

Soyez imprudents les enfants de Ovaldé

Comment tu parles de ton père de Sfar

Le bal mécanique de Grannec

Tropique de la violence de Appanah

L'enfant qui mesurait le monde  de Arditi

Voici venir les rêveurs de Mbue

Chanson douce de Slimani

Le garçon de Malte

Cannibales  de Jauffret

Continuer de Mauvignier

Laëtitia de Jablonka

14 juillet de Vuillard

Le constat est sans appel : sur 18 livres lus, seuls 5 m'ont plu ! Dont 4 romans étrangers ! Une fois n'est pas coutume, à l'avenir, je vais m'en tenir aux statistiques et aller où mon coeur me porte, vers la littérature étrangère, sirènes ou pas sirènes, quitte à passer à côté d'un incontournable français. Je prends le risque. 

Partager cet article

Repost 0

Pieds nus dans l'aube de Félix LECLERC

Publié le par Hélène

  ♥ ♥

"Une maison chaude, du pain sur la nappe et des coudes qui se touchent, voilà le bonheur." p. 41

Dans son premier roman de Félix Leclerc évoque son enfance et son univers doré à La Tuque près de la rivière Saint Maurice au Québec dans les années 20. Sa poésie enchanteresse inonde ses souvenirs de rayons joyeux et envoûtants, nous emportant sur les ailes d'un bonheur suspendu entre enfance et adolescence.

"Et comme l'équipage d'un navire heureux ne pense ni aux arrivées ni aux départs, mais à la mer qui le porte, nous voguions dans l'enfance, voiles ouvertes, émus des matins et des soirs, n'enviant ni les ports ni les villes lointaines, convaincus que notre navire battait bon pavillon et renfermait les philtres capables de fléchir pirates et malchances." p. 19

Sa famille est un havre de paix, un port où se réfugier en cas de tempête et la philosophie de leur mère "se résumait au pain quotidien et à la paix intérieure ; et elle y tenait, y revenait souvent comme la vague sur la roche, sachant l'inconstance des hommes et la facilité qu'ont les idées de disparaître."p. 40

Entouré de cette famille aux valeurs terriennes, de ses soeurs, de son ami Fidor et de ses autres camarades, le petit Félix grandit harmonieusement, se préparant avec intelligence à la vie d'adulte.

"Si l'on avait offert à Fidor et à moi de passer toute l'existence au bord de la vallée, avec notre taille notre vocabulaire d'enfant de douze ans, dans l'ignorance des villes, des lois, des thèses, des pays lointains, nous aurions accepté. (...) Que nous importaient les liasses de papier d'argent et la puissance des diplômes quand nous n'attendions rien de personne, quand nous étions libres comme des écureuils, riches de tout et de rien, un lasso sur l'épaule en guise de besace et le gosier plein de chansons." p. 131

Puis le passage à l'adolescence et à l'âge adulte, sonne le glas du bonheur, comme un abandon de cet âge d'or, un temps où le malheur s'invite

"C'aurait été pourtant si facile pour le bon Dieu (assurément ce lui serait un jeu encore, s'il le voulait) d'arrêter le temps, un certain soir d'été, alors qu'il a plu beaucoup l'après-midi et que le soleil paraît pour tiédir le vent ; que l'arc-en-ciel s'empare des gouttes d'eau et fait le pont d'une montagne à l'autre ; que la terre boit, satisfaire, comme à la mamelle ; que tous les gavroches, pieds nus dans les lacs de la rue, tirant leurs bateaux de papier, s'interpellent en secouant des cris heureux ; que les ouvriers de retour de l'ouvrage s'attardent sur les marches de leur maison pour applaudir l'éclosion d'une fleur près du trottoir : que l'écho crie sans cesse "Ohé, ohé, ohé !" : que les vieilles grands-mères, toutes cassées, toutes courbées, sortent de l'église et tiennent leur joie à deux mains pour ne pas qu'elle renverse ; qu'un grand soulagement passe sur tout ce qui peine ; que même les pavés poussent de furieux éclats de rire quand un cerceau roule sur leur dos ! 

Insaisissable bonheur !"

Ce frêle souvenir d'une vision de bonheur nous rappelle combien amour et amitié sont le ciment de l'enfance qui permet à l'adulte de construire une maison solide insensible aux tempêtes et aux orages.

 

A noter qu'une adaptation cinématographique réalisée par Francis Leclerc, fils de Félix, est en cours actuellement. https://fr-fr.facebook.com/Piedsnusdanslaube/

 

Québec en novembre

 

Partager cet article

Repost 0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>