Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

De sang et de lumière de Laurent GAUDE

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥ 

Ce recueil de poésie "Korshak" rassemblent des poèmes qui dénoncent l'oppression qui, au fil des siècles, et encore aujourd'hui, peut peser sur certains humains. Qu'il s'agisse d'esclaves dans "Le chant des sept tours", de la pauvreté subie en Haïti dans "Et pourquoi pas la joie", du peuple syrien ou du peuple kurde dans "Seul le vent" ou "Si jamais un jour tu nais", des réfugiés de la jungle de Calais dans "Notre dame des jungles" ou enfin des victimes d'attentats dans "Le serment de Paris", tous sont traversés par le sang et la lumière, sang versé à cause de l'ignominie des hommes, mais lumière d'espoir face à l'humanisme et à l'entraide...

"Et pourquoi pas la joie ?
Au milieu de nos villes escaliers
Où les murs de parpaings suent du béton,
Où les fils électriques dessinent, sur les toits, des ciels d’araignées,
Et pourquoi pas la joie?
Le temps d’une corde à sauter qui fait tourner le monde,
D’un ballon fatigué qui court de jambes en jambes
Et soulève la pauvreté dans les cris d’enfant,
Et pourquoi pas la joie ?
Le pieds dans l’immondice
Mais le regard droit.
C’est notre vie,
Et nous ne pourrons pas la mener tout entière dos plié,
Regard soumis.
Tu es née du ravage, fille,
Les coups de bâton sur nos barrages en bois ont célébré ta venue au monde
Et rien n’a changé, depuis,
Mais pourquoi pas la joie ? "

 

De très beaux textes qui illustrent à merveille le thème du printemps des poètes de cette année : le courage !

 

D'autres avis : Manou

Du même auteur :  Ouragan    ; Le soleil des Scorta ♥ ♥ ♥ ♥ ;  Pour seul cortège ♥ ♥ ♥ ; Danser les ombres  ♥ ; Dans la nuit Mozambique  ♥ ; La mort du roi Tsongor ♥ ♥ ♥ ♥ ; Salina ♥ ♥ ♥ 

Présentation de l'éditeur : Actes Sud

Partager cet article

Repost0

Hernani de Victor Hugo

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥ ♥ 

« La vengeance est boiteuse, elle vient à pas lents, mais elle vient. »

L'intrigue se situe au moment où Don Carlos devient Charles Quint, soit le monarque le plus puissant de l'histoire de l'Occident, un moment historique marquant. Mais l'histoire est ici envisagée du point de vue de l'individu, elle s'incarne dans un individu déterminé, ici le personnage de Hernani. Héros romantique par excellence, c'est la passion amoureuse qui le pousse en avant, qui incarne en lui une force qui l'oblige à agir. Au coeur de cette passion, Dona Sol, promise à don Ruy Gomez et également courtisée par le roi Don Carlos, mais amoureuse de Hernani. Ces hommes vont s'affronter, sommés de choisir entre honneur et passion. Mais un roi peut-il ne pas être mauvais ? La souveraineté ne réclame-t-elle pas quelques violences ? Tout comme la vengeance ?

Victor Hugo tire son sujet d'une vieille chronique espagnole et mélange savamment dans sa pièce le grotesque et le sublime, posant ainsi les premiers jalons de son théâtre romantique. Entre février et novembre 1830, la bataille d'Hernani a fait rage chaque soir au Théâtre-Français, opposant les anciens aux modernes, adeptes des romantiques. Quand les uns huaient la pièce, les autres tentaient de la soutenir.

Hernani. Les feux de la rampe. 1830. Source : BnF/Gallica

Non seulement cette pièce est marquante car elle est un tournant dans l'histoire du théâtre français, mais aussi en raison de ses personnages emblématiques à la fois comiques et tragiques, pathétiques, si proches de l'humain.
 

Présentation de l'éditeur : Le livre de poche

Du même auteur : Le dernier jour d'un condamnéRuy Blas

Publié dans Théâtre

Partager cet article

Repost0

Avalanche Hotel de Niko TACKIAN

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥

En janvier 1980, Joshua Auberson se réveille dans un hôtel sublime des Alpes Suisses, l'Avalanche Hotel. Seulement, il ne se souvient plus de quoi que ce soit, il semble être agent de sécurité dans cet hôtel prestigieux marqué par la disparition récente d'une jeune cliente. Pour trouver des réponses à ses questions, il se fie à un étrange barman qu'il suit dans la montagne.
Il se réveille alors à nouveau, dans une chambre d'hôpital cette fois, en 2018. cette fois-ci il est policier et l'Avalanche Hôtel est désaffecté depuis des années. Il n'enquête plus sur une disparition, mais sur la réapparition d'une jeune femme, plongée dans le coma, une inconnue dont il est impossible de connaitre l'identité.
Quel lien existe-t-il entre ce que Joshua prend pour un rêve et cette réalité actuelle ? S'agissait-il d'un rêve ? Pourquoi dans ce cas les détails étaient-ils si précis, si proches de la réalité ? Son enquête le mène aux portes de la conscience ....

Ce que j'ai aimé :

- L'atmosphère est particulière oscillant entre le monde clinquant de l'ancien hôtel et sa désuétude actuelle. Le décor grandiose des Alpes suisses sert d'écrin à cette intrigue.

- Les réflexions sur la mémoire, assez fascinantes.

Ce que j'ai moins aimé :

- Trop court, je suis restée sur ma faim, comme si toutes les idées étaient bonnes mais insuffisamment exploitées. Tout tourne court trop vite, sans faire monter le suspens.

- On devine aisément la fin, ce qui n'est pas un bon point pour un policier

Bilan :

Comme un soufflé qui retombe après cuisson...

 

D'autres avis : Babélio

Présentation de l'éditeur : Calmann Lévy, Le livre de poche

Prix Ligue de l’imaginaire Cultura.

Prix des lecteurs du festival thrillers à Gujan-Mestras.

Partager cet article

Repost0

Le monde n'existe pas de Fabrice HUMBERT

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥

Le narrateur découvre par hasard que la star du lycée qu'il fréquentait, Ethan Shaw est accusé du meurtre d'une jeune fille de 16 ans. A Drysden, dans le Colorado, Ethan était pourtant le seul à voir considéré Adam, malmené par ses camarades. Adam est aujourd'hui journaliste au New Yorker et avec l'aval de sa direction, il retourne sur les traces de sa jeunesse pour enquêter sur le meurtre mais aussi pour observer la façon dont les médias gèrent cette affaire.

Ce que j'ai aimé :

J'ai retrouvé avec plaisir le Fabrice Humbert de l' Origine de la violence, offrant un roman passionnant aux ramifications nombreuses. Il nous offre ici une observation aigüe de l'adolescence et des places dévolues à chacun entre bourreau et victime dans un petit lycée aux mentalités étriquées, élargissant peu à peu sa réflexion à la question de l'identité, si problématique à cet âge charnière.

Mais au fur et à mesure, la vérité de chacun et les faux semblants se brouillent, tant la manipulation semble régner dans un monde dirigé par les médias et les fake news. Qui sommes-nous dans un monde où règne le mensonge, notre identité peut-elle perdurer quand tout est fait pour créer un monde factice au service des politiques ? L'auteur ne donne pas de réponses, laissant le lecteur libre d'interpréter, libre de faire jouer son droit le plus inaliénable : son esprit critique...

Une belle réussite !

Présentation de l'éditeur : Gallimard 

Du même auteur : L'origine de la violence ; La fortune de Sila

D'autres avis : Alex ;

Partager cet article

Repost0

Déception et abandon du mois

Publié le par Hélène

A la cime des montagnes de CHI ZIJIAN

Présentation de l'éditeur : C'est toute la vie d'un village perché à flanc de montagne, dans l'extrême nord de la Chine, qui se découvre à nous : le forgeron, le héros de guerre, le boucher qui allume sa pipe au feu du soleil, l'embaumeuse, le vendeur de tofu, la séduisante patronne du moulin à huile, le policier exécuteur des basses oeuvres, autrement dit bourreau, dont personne ne veut serrer la main... Les amours, les vengeances, les secrets se dévoilent et s'entrecroisent, tissant des intrigues entremêlées, tel un puzzle musical où chaque pièce viendrait ajouter sa note à l'ensemble de la partition. Et la beauté et la puissance de la nature qui entoure les hommes donne une dimension grandiose à ce monde étonnant, truculent dont les péripéties nous font frémir et vibrer jusqu'à la dernière page.Née en 1964 à Mohe, dans l'extrême nord du Heilongjiang, le pays du froid, tout près de la frontière avec l'URSS, Chi Zijian a publié à ce jour plus de quatre-vingts romans, recueils de nouvelles et essais. Traduite partout dans le monde, elle a remporté de nombreux prix littéraires, parmi les plus prestigieux, comme le prix Lu Xun et le prix Maodun. Une écriture étincelante, des histoires d'une infinie délicatesse, un auteur qui n'a pas fini de nous étonner.

Mon avis : Trop de personnages différents, on a à peine le temps de suivre le destin de l'un d'eux quand soudain un deuxième est présenté. Les noms se ressemblent pour nous occidentaux entre les Xin Kailiu , Xin Qiza ,  Xiuman  , Xin Xinlai  alors oui l'auteure place un arbre généalogique au début de son oeuvre mais il est fastidieux de s'y référer sans cesse. J'ai abandonné.

 

Partager cet article

Repost0

Dans la lumière de Barbara KINGSOLVER

Publié le par Hélène

♥ ♥

Alors que Dellarobia Turnbow se rend à un rendez-vous particulier au cœur de la forêt des Appalaches, elle est arrêtée dans son élan par une lumière aveuglante, et une scène surprenante comme si la forêt prenait feu. Il s'agit en réalité d'un rassemblement peu commun de papillons. Dans la petite communauté dans laquelle Dellarobia vit, certains voient là un signe de Dieu, d'autres, n'en ayant cure, ne pensent qu'à déforester, et les derniers voient là une manne touristique à exploiter. Il est indéniable que ces papillons vont bouleverser la vie des habitants. Des scientifiques s'installent près de chez Dellarobia pour étudier le phénomène, et la jeune femme les suit attentivement.

Ce que j'ai aimé :

Comme souvent, je préfère Barbara Kingsolver quand elle parle de couple et de famille, mettant en avant cette question des choix qui déterminent une vie : "Elle m'a dit que ça ne sert à rien de se plaindre de son troupeau, parce qu'il représente la somme de tous les choix passés."

Par contre ...

Ce que j'ai moins aimé :

- Si le but était d'aborder les changements liés au réchauffement climatique, il me semble que les circonvolutions sont quelque peu nombreuses et alambiquées pour dénoncer ce phénomène.

- Et que de longueurs ! Le sommet étant atteint lors des visites au supermarché, durant lesquelles nous avons droit au détail de tous les rayons, si ce n'est de tous les articles !

Bilan : Trop long

 

Présentation de l'éditeur : Payot Rivages

Du même auteur : L'arbre aux haricots ; Un autre monde ; Petit miracle et autres essais 

D'autres avis : Manou ; Daphné ; ValérieClara ; Dominique

Partager cet article

Repost0

Ici n'est plus ici de Tommy ORANGE

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥ ♥

A Oakland, dans la baie de San Francisco, les Indiens ne vivent pas sur une réserve mais tentent de s'insérer dans une société gangrénée par la violence et la pauvreté. Ils défendent leur histoire, comme Dene qui recueille les témoignages d'indiens de tous horizons. A l'occasion du grand pow-wow, douze personnages se croisent, le pow-wow étant un lieu de rassemblement essentiel pour leur culture : "un endroit où cultiver un lien entre tribus, un lien ancien, qui nous permet de gagner un peu d'argent et qui nous donne un but, l'élaboration de nos tenues, nos chants, nos danses, nos musiques. Nous continuons à faire des pow wows parce qu'il n'y a pas tant de lieux que cela où nous puissions nous rassembler, nous voir et nous écouter."

Que signifie être un indien aujourd'hui, dans un monde qui vous happe et vous aliène et comment retrouver cette essence même de votre être ?

"Mais nous sommes le résultat de ce qu'ont fait nos ancêtres. De leur survie. Nous sommes l'ensemble des souvenirs que nous avons oubliés, qui vivent en nous, que nous sentons, qui nous font chanter et danser et prier comme nous le faisons, des sentiments tirés de souvenirs qui se réveillent ou éclosent sans crier gare dans nos vies, comme une tache de sang imbibe la couverture à cause d'une blessure faite par une balle qu'un homme nous tire dans le dos pour récupérer nos cheveux, notre tête, une prime, ou simplement se débarrasser de nous. "

Ce beau roman met en scène diverses façons d'appréhender la culture indienne, à travers des destinées particulières, chacun étant marqué par une histoire personnelle dense et souvent torturée.

"Quand nous entreprenons de raconter notre histoire, les gens croient que nous voulons la réécrire. Ils sont tentés de nous dire "pauvres losers" ou "passez à autre chose", "arrêtez de jouer les procureurs". Mais s'agit-il vraiment d'un jeu ? Seuls ceux qui ont perdu autant que nous voient la singulière méchanceté du grand sourire de qui pense avoir gagné en disant : "Tournez la page." Le hic, c'est que si quelqu'un a la possibilité de ne pas penser à l'Histoire, ni même de la prendre en considération, qu'il l'ait bien apprise ou non, croire qu'elle mérite considération ou non, alors cela signifie qu'il sait être à bord du bateau où l'on sert des petits-fours et tapote ses oreillers, pendant que d'autres sont à la mer, nageant, se noyant, ou grimpant sur de petits canots pneumatiques qu'ils se relaient pour garder gonflés, les essoufflés, qui ignorent le sens des mots "petits-fours" et "tapoter". "(p162-163)

Ce que j'ai moins aimé : beaucoup de personnages, il est souvent difficile de s'y retrouver...

 

Présentation de l'éditeur : Albin Michel

 

Partager cet article

Repost0

Locke and Key tome 1 à 6 de Joe HILL et Gabriel RODRIGUEZ

Publié le par Hélène

♥ ♥

Alors que leur père a été sauvagement assassiné, les trois enfants Locke Tyler, Kinsey et Bode emménagent avec leur mère Nina à Keyhouse, demeure ancestrale de la famille. Bode trouve alors des clés magiques aux étranges pouvoirs. dans l'ombre, une créature démoniaque nommée Dodge observe les clés trouvées. Il est à la recherche de la clé qui ouvrira la Porte noire pour libérer les démons de l'enfer et prêt à tout pour mettre la main dessus.

Dans cette série oscillant entre horreur et fantastique (Joe Hill est le fils de Stephen King), le lecteur se retrouve indéniablement happé par cet univers et ces personnages profonds et attachants. Au-delà du mystère, elle rejoint l'humain en nous interrogeant sur le regret, sur ceux qui reste derrière nous, mais aussi sur ce qui fonde notre être, nos émotions, nos peurs et nos larmes.

 

Ce que j'ai moins aimé :

- beaucoup d'hémoglobine

- les dessins

Pour conclure, ce n'est pas franchement mon univers, je me suis laissée convaincre par une amie pour qui il s'agit de sa série bd préférée. Néanmoins, j'ai été prise par l'intrigue et j'ai lu les 6 tomes en deux jours...

A noter qu'une série adaptée de cette BD est sortie sur Netflix ce mois-ci.

 

Partager cet article

Repost0

La dame aux camélias de Alexandre DUMAS (fils)

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥

Par hasard, le narrateur rencontre lors de la mise en vente des biens d'une jeune courtisane partie trop tôt à cause de la tuberculose, le jeune Armand Duval, qui fut profondément épris de la jeune femme. Cet amoureux transi raconte alors son histoire : comment il est tombé désespérément amoureux d'elle à l'opéra, comment il a appris qui elle était, Marguerite Gautier, courtisane entretenue par un vieux comte jaloux, comment il réussit malgré tout à la conquérir, et comment cela provoquera son malheur et celui de la jeune femme.

Alexandre Dumas rendit hommage à sa maîtresse la courtisane Marie Duplessis en lui consacrant ce roman à la postérité heureuse. Accueilli triomphalement lors de sa sortie en 1848, il sera adapté pour la scène par Dumas fils lui-même, en 1852. Les nombreuses adaptations cinématographiques et théâtrales continuent depuis lors d'en assurer le succès.

Ce que j'ai moins aimé : J'ai trouvé beaucoup de similitudes avec Manon Lescaut dans ce portrait pathétique d'une courtisane sauvée par l'amour.

Bilan : un beau roman d'amour touchant.

 

Présentation de l'éditeur : Le livre de poche

Partager cet article

Repost0

L'étrange disparition d'Esme Lennox de Maggie O'FARRELL

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥

Enfant, Esme était une petite fille qui ne rentrait dans aucunes cases. A part, elle était cet esprit libre, volatile, spontané et joyeux. Mais un drame familial survient et le carcan se referme sur elle. Nous la retrouvons 60 ans plus tard, dans un hôpital psychatrique qui ferme ses portes. Elle se réfugie à présent dans ses souvenirs pour fuir une réalité oppressante. A l'heure de la fermeture de l'établissement, le directeur appelle la jeune Iris, qui semble être la seule personne à avoir un lien de parenté avec Esme, donc la seule à même de s'occuper d'elle. Sauf que Iris ignore l'existence de cette Esme, soeur de sa grand-mère Kitty qui ne lui a jamais parlé d'elle. Que s'est -il passé pour que Esme disparaisse ainsi de l'histoire familiale ?

Inspirée de faits réels, cette histoire se concentre sur les internements abusifs et sur les secrets de famille qui grèvent les destins des uns et des autres. Les points de vue de Kitty, Iris et Esme alternent pour donner sens peu à peu à des évènements disjoints, comme dans un puzzle qui s'assemble sous nos yeux.

Ce que j'ai moins aimé :

Il est difficile de s'attacher aux personnages, finalement peu fouillés, voire pour certains peu crédibles.

Bilan : Un roman prenant, original avec une fin qui sonne comme une claque !

 

Présentation de l'éditeur : 10/18

D'autres avis : Eva ; Charlotte ;

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article

Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>