Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Héritage de Miguel BONNEFOY

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥ 

Dans cette saga familiale épousant le destin des Lonsonier, arrivés du Jura et exilés au Chili, Miguel Bonnefoy nous livre un peu de sa propre histoire familiale, à travers le destin de son arrière grand-père et de son père, révolutionnaire d'extrême gauche. Tout commence quand le patriarche s'installe à Santiago du Chili à la fin du XIXème siècle : il replante les pieds de vignes malmenés en France par une maladie, se marie, a trois enfants. Eclate alors la première guerre mondiale, et dans les tranchées de 14-18,  se croisent différents destins, quelquefois similaires, alors qu'ils sont quelquefois face à face. 

Ainsi, qu'il s'agisse de Lazare, de Margot, sa fille férue d'aviation ou encore de Ilario Da son fils, chacun se trouvera face à un dilemme, une interrogation qui déterminera la courbe des autres générations.

Miguel Bonnefoy a souhaité exhumer l'histoire des français au Chili ballotés entre deux cultures pour aussi mettre l'accent sur notre statut d'exilés : certains français ont eux aussi été "transplantés", migrants, ils ont connu les souffrances du déracinement. Il balaie le siècle et ses évènements marquants, oscillant entre l'histoire française et chilienne par le biais de personnages attachants.

Ce que j'ai moins aimé :

Ce qui est particulier dans les romans de Bonnefoy est qu'il choisit de nous raconter ce qui s'apparente à des "sagas familiales" mais ramassées en quelques pages, rapidement, quand nous, lecteurs sommes habitués aux pavés, voire même à une histoire courant sur plusieurs tomes. Ici 100 ans tiennent en 250 pages.

Cela peut créer une frustration, j'aurais personnellement aimé vivre plus longtemps aux côtés de ces personnages, et je me demande s'ils vont autant me hanter que si je les avais suivi plus longtemps...

 

 

Du même auteur : Sucre noir

Présentation de l'éditeur : Payot et rivages

Retrouvez ce roman dans votre librairie la plus proche

 

Partager cet article
Repost0

La république du bonheur de Ito OGAWA

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥ 

"Plutôt que de rechercher ce qu'on a perdu, mieux vaut prendre soin de ce qui nous reste."

Hatoko, la jeune femme déjà rencontrée dans La papeterie Tsubaki continue son activité d'écrivain-calligraphe au sein de sa petite papeterie. Elle vient de se marier avec Mitsurô et endosse avec joie le rôle de maman auprès de sa fillette QP. L'éducation de l'enfant lui permet de revenir sur ses propres souvenirs d'enfance, sur sa grand-mère apparemment si dure, sur cette mère disparue qui fera pourtant une apparition surprise ici. Elle se fait peu à peu une place dans sa nouvelle famille, et apprend à cohabiter avec le souvenir de l'épouse défunte de Mitsurô.

Avec délicatesse et sensibilité, Hatoko nous apprend à ouvrir grand les yeux pour profiter de chaque moment de l'existence, qu'il s'agisse d'un repas, source de joie et de partage, d'une promenade en famille, ou encore d'une rencontre avec un client de la papeterie. A travers ce personnage, l'auteur partage la douceur d'une vie centrée sur les petits plaisirs du quotidien, et nous encourage à profiter du bonheur quand il se présente, si ténu soit-il, tant il peut être volatile.

A noter qu'il est préférable de commencer sa lecture par La papeterie Tsubaki pour mieux comprendre les personnages cités.

 

Présentation de l'éditeur : Picquier

Vous aimerez aussi :  Le restaurant de l’amour retrouvé ♥ ♥ ; Le ruban ♥  ; La papeterie Tsubaki ♥ ♥ ♥ 

 Retrouvez ce roman dans votre librairie la plus proche

Publié dans Littérature Asie

Partager cet article
Repost0

Surtensions de Olivier NOREK

Publié le par Hélène

♥ ♥

Le destin de plusieurs personnages se croisent pour le meilleur et pour le pire : une jeune femme prête à tout pour sortir son frère de prison, un fonctionnaire pris en étau entre son travail et sa famille, un pédophile, un assassin, un ancien légionnaire serbe, une équipe de kidnappeurs aux méthodes particulières... Au milieu de cette galerie hétéroclite de personnages, Victor Coste et son équipe enquêtent, tentant de relier les destins disparates entre eux.

Ce que j'ai aimé :

La peinture sociale est acérée, pointue, très travaillée qu'il s'agisse de la description de la vie carcérale ou des milieux interlopes.

Olivier Norek évite tout manichéisme : il ne place pas d'un côté les bons, de l'autre les méchants, chacun a ses failles, ses élans, ses motivations, (excepté peut-être pour un ou deux personnages qu'on ne peut excuser, dont le pédophile, définitivement monstrueux) (à ce sujet, attention à certaines scènes décrites, âmes sensibles, s'abstenir !)

Ce que j'ai moins aimé :

Il s'agit de la troisième enquête de Victor Coste, et afin de mieux comprendre les liens qui l'unissent à ses coéquipiers, je pense qu'il aurait été préférable de lire la série dans l'ordre, c'est à dire de commencer par Code 93 et Territoires

Olivier Norek est lieutenant à la police judiciaire de Seint Saint Denis, il connait bien ses sujets et propose ainsi une description très réaliste de son milieu. De fait, ce roman est très noir, violent et infiniment triste, vous voilà prévenus...

Bilan :

Un roman très intense !

 

Présentation de l'éditeur : Michel Lafon ; Pocket

Du même auteur : Surface ; Entre deux mondes

Retrouvez ce roman dans votre librairie la plus proche

 

Prix Le Point du polar européen - 2016 ;

Grand Prix des lectrices ELLE, catégorie policier - 2017

 

Partager cet article
Repost0

Les grandes marées de Jim LYNCH

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥ 

Miles O'Malley, treize ans, aime se promener sur la plage, de jour comme de nuit, et particulièrement à marée basse. Ainsi, lors d'une promenade nocturne, ce biologiste en herbe fait une découverte qui attire les médias locaux. Mais Miles est davantage préoccupé par le divorce imminent de ses parents, par la santé vacillante de son amie Florence ou encore par son éveil à la sexualité, plus que par leurs questions inquisitrices, rapidement déformées. Les journalistes restent persuadés que la terre cherche à lui délivrer un message, même si Miles leur répond que la terre demande juste à ce que l'on soit attentif à ce qui nous entoure. Son rêve serait que ""Tout le monde" passe une demi heure sur la grève à marée basse ; dix minutes à écouter, dix minutes à regarder et dix minutes à toucher. "

Pour lui, la beauté du monde tient dans le regard porté sur lui... Il se place sous le patronage de Rachel Carson biologiste connue qui disait : "S'il y a de la poésie dans mon livre sur la mer, ce n'est point parce que je l'y ai délibérément mise, mais parce que personne ne peut décrire fidèlement la mer en omettant la poésie." (citation extraite de "Cette mer qui nous entoure", essai pour lequel elle a reçu le National Book Award).

"Les grandes marées" est effectivement un roman éminemment poétique, porté par le regard naïf et émerveillé du jeune Miles pour qui la plage est un terrain de jeu fascinant. Son regard neuf illumine le monde et nous enjoint à plus d'humilité face à lui...

Un coup de cœur !

 

Présentation de l'éditeur : Gallmeister

Du même auteur : Face au vent ♥ ♥ ♥ 

Retrouvez ce roman dans votre librairie la plus proche

 

Partager cet article
Repost0

La brodeuse de Winchester de Tracy CHEVALIER

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥ 

"Des petites choses naît la grandeur"

Comme de nombreuses autres femmes des années 30, Violet Speedwell est restée célibataire, son promis ayant été sacrifié sur le front. Elle vient d'arriver à Winchester, fuyant une mère aigrie par la mort de son fils, et travaille en tant que sténodactylo pour une compagnie d'assurance, mais ce n'est pas là qu'elle rencontre des personnes susceptibles de la comprendre : ses jeunes collègues ne pensent qu'au mariage et regarde d'un oeil suspicieux cette femme de 38 ans restée célibataire. Mais un beau jour, Violet pousse les portes de l'abbaye de Winchester et découvre un cercle de brodeuses occupées à confectionner des coussins et agenouilloirs sous la férule de Louisa Pesel la fondatrice de ce cercle particulier. Un nouveau monde s'ouvre à elle.

En choisissant une époque précise comme toile de fond dans laquelle s'imposent des personnages marquants, Tracy Chevalier tisse une intrigue qui permet d'aborder des sujets très différents, les uns liés à l'époque comme la condition des femmes, les dégâts collatéraux liés à la guerre, les autres plus universels comme le mariage, le deuil, ou encore les rapports humains souvent complexes. Elle nous plonge dans une jolie histoire qui manque peut-être un peu d'aspérités, mais qui permet de passer un bon moment de lecture.

Présentation de l'éditeur : Editions la Table Ronde

Du même auteur : Prodigieuses créatures     ;  La dernière fugitive ♥ ♥ ♥ ; A l'orée du verger ♥ ♥ ♥  ; Le récital des anges ♥ ♥

Retrouvez ce roman dans votre librairie la plus proche

 

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article
Repost0

La vie mensongère des adultes de Elena FERRANTE

Publié le par Hélène

 

♥ ♥

L'année de ses douze ans, Giovanna surprend une conversation dans laquelle son père la compare à Vittoria, une tante dont la famille s'est éloignée pour d'obscures raisons. La jeune adolescente décide alors de partir à la rencontre de cette tante tant décriée, et ce, malgré l'interdiction parentale. Elle découvre alors l'univers populaire de Naples, les quartiers pauvres si loin de l'univers intellectuel de ses parents. Elle s'interroge alors sur le monde des adultes qu'elle ne comprend plus, toutes ses certitudes vacillent à l'écoute de Zia Vittoria. les adultes deviennent pour elle une espèce qu'elle qualifie de "parmi les moins fiables des animaux, pire encore que des reptiles".

Comme dans L'amie prodigieuse, Elena Ferrante peint avec finesse les affres de l'adolescence que Giovanna résume en ses mots cinglants "Je me sens moche, j'ai un sale caractère, et pourtant, je voudrais être aimée." Elle quitte le monde naïf de l'enfance qui ne remet rien en cause pour s'éveiller à ce qui l'entoure et regarder en face la réalité jusqu'ici édulcorée. Pas après pas, elle marche vers son identité et découvre qui elle est vraiment.

Pour ceux qui ont déjà lu L'amie prodigieuse, ce roman pourra prolonger agréablement l'histoire des deux amies, même si l'on ne retrouve pas la même intensité dans l'histoire et dans les descriptions psychologiques, pour les autres, je vous conseillerais plutôt de vous lancer dans la lecture de L'amie Prodigieuse.

 

Présentation de l'éditeur : Gallimard

Du même auteur : L'amie prodigieuse ♥ ♥ ♥ ♥ ; Le nouveau nom ♥ ♥ ♥ ♥ ; Celle qui fuit celle qui reste ♥ ♥ ♥ ; L'enfant perdue ♥ ♥

Retrouvez ce roman dans votre librairie la plus proche

 

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article
Repost0

Pause estivale

Publié le par Hélène

Je reviens mi -août en ces pages !

Bonnes vacances !

Partager cet article
Repost0

Mon voisin Raymond de TROUBS

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥ ♥

Troubs habite une petite ferme au coeur de la Dordogne. Son voisin le plus proche est Raymond, un octogénaire qu'il aide dans ses tâches difficiles. Les deux voisins passent du temps ensemble, à discuter de la météo, des palombes, à cueillir des champignons ou à déplacer des ruches. Le temps s'écoule doucement, simplement.

Troubs nous parle de la vie comme elle va dans ce trésor d'humanité et d'espoir qui place le rapport humain et naturel au centre de l'univers. Il nous enjoint à revenir à la simplicité, à aller juste causer cinq  minutes avec son voisin ou le facteur ou encore à contempler le ballet des mésanges, juste pour le plaisir. En revenant à l'essentiel, à ce rapport convivial et juste à l'autre et au monde, peut-être pourrons-nous enrayer certains méfaits de l'évolution de notre société. Et ainsi espérer créer un monde plus humain...

 

Petite merveille découverte chez Jérôme

Présentation de l'éditeur : Futuropolis

 

Retrouvez cette BD dans votre librairie la plus proche

Partager cet article
Repost0

Une saison ardente de Richard FORD

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥ 

"La vie, c'est fait de choses insignifiantes. Il faut s'y accrocher."

L'année de ses 16 ans, le père de Joe perd son emploi et décide de partir combattre les incendies qui font rage dans la région. Pendant son absence, sa mère rencontre Warren Miller et tombe amoureuse de cet autre homme plus riche sous le regard distancié de son fils. Son univers vacille alors doucement, se consumant dans les flammes de ce nouvel amour. Au retour de son père, il reçoit une leçon de tolérance qui le guidera dans sa vie d'adulte : "On peut sombrer dans le regret du passé au lieu de penser à ce qu'on peut faire pour améliorer le présent. Évite ça."

Il comprend également, au travers des anecdotes racontées par Warren, que ce qui nous visse au sol et nous retient souvent est la peur ressentie quand on pense aux siens sinon, il serait possible de se sentir aussi libre qu'un oiseau, sans attaches et prêt à tout risquer, uniquement présent. Si son père tente cette aventure, pour se sentir vivant ou utile au cœur des flammes, il n'en perd pas moins son couple. Tout choix imprime des conséquences dans les trajectoires de vie...

Dans l'écriture de Richard Ford, se ressent l'influence des grands comme Conrad, Tchekhov ou encore son ami Raymond Carver. Dans un style ramassé, direct comme un uppercut, il saisit l'essentiel en plongeant au cœur de l'âme humaine pour en décrire l'aura. Il écrit ici un roman aux profondeurs insondables !

 

Présentation de l'éditeur : Points

Du même auteur : Canada ;

Retrouvez ce roman dans votre librairie la plus proche

 

Partager cet article
Repost0

L'appel du coucou de Robert GALBRAITH

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥ 

Cormoran Strike, détective privé quelque peu à la dérive, est étonné quand on sonne à sa porte pour lui proposer un enquête : le frère de Lula Landry, célèbre top model, est persuadé que sa soeur ne s'est pas suicidée comme l'affirme la police, mais qu'un homme a mis fin à ses jours. Cormoran accepte d'enquêter, épaulé par une jeune secrétaire intérimaire plus rusée que les autres... Il se confronte alors au monde des palaces, et découvre le revers de ce monde glamour encensé par les journalistes.

Ce que j'ai aimé :

L'auteur est douée pour ferrer son lecteur, et ses 600 pages se lisent d'un seul trait, sans temps mort. Le personnage de Cormoran est attachant, ex-lieutenant de l’armée, revenu d’Afghanistan amputé d’une jambe, il vient de rompre avec sa petite amie, mais ne se perd pas dans une dépression propre à certains autres détectives privés de romans policiers. Sa rencontre avec Robin, la jeune secrétaire, reste tout à fait professionnelle, et je remercie l'auteure, là encore, de ne pas nous avoir obligé à suivre les émois sentimentaux naissants inhérents à certains romans.

Ce que j'ai moins aimé :

Le choix de placer son intrigue dans le milieu du mannequinat semble un peu racoleur, et quelque peu caricatural : les mannequins sont des jeunes filles perdues qui se laissent séduire par des bad boys drogués, les créateurs sont fantasques et efféminés, les personnes qui gravitent autour d'eux sont envieuses, et les paparazzis oppressants et dangereux.

Bilan :

Un roman policier qui ne révolutionne pas le genre, mais permet de passer un bon moment, ce qui est déjà beaucoup !

 

Présentation de l'éditeur : Le livre de poche

Retrouvez ce roman dans votre librairie la plus proche

 

Publié dans Roman policier Europe

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>