Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Tante Rosa de Sevgui SOYSAL

Publié le par Hélène

♥ ♥

Sevgi Soysal est née à Istanbul en 1936. Elle publie Tante Rosa en 1968 ce qui lui vaut la consécration littéraire, mais aussi la surveillance des autorités pour qui le texte est trop ouvertement féministe concernant les relations des hommes et des femmes et l'institution du mariage. 

Cette Tante Rosa en effet tente par tous les moyens de gagner sa liberté et son indépendance. Nourrie aux idéaux de la revue "Entre Nous" et de ses textes à l'eau de rose, elle veut par dessus tout trouver l'amour, quitte à changer de mari plusieurs fois, quitte à abandonner ses enfants, quitte à errer de petits boulots en petits boulots. En 14 chapitres, 14 tranches de vie cubistes, le portrait d'une femme frondeuse se dessine, une femme pour qui la vie de femme au foyer et de mère ne sera jamais une évidence... Malheureusement, elle se heurte aux réalités sociales de l'époque, et rien ne semble lui réussir...

Si l'auteure dit s'inspirer ici - très librement - des vies de sa grand-mère, de sa mère et de sa tante dans l'Allemagne d'après-guerre, elle semble tout aussi déjantée que cette charmante tante : quand on lui demandait pourquoi elle s'était mise à écrire, elle répondait : "Je crois que le joint de mon robinet était usé, alors j'ai commencé."

Un beau témoignage décapant d'une prise de conscience fulgurante de la condition féminine ! 

 

Présentation de l'éditeur : Editions Intervalles

D'autres avisYves - que je remercie pour le prêt. 

 

Tante Rosa, Sevgui Soysal, traduit du turc par Calire Simondin, Editions Intervalles, mars 2016, 110 p., 17 euros

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article
Repost0

Les petits sentiers d'Obaasan de Delphine ROUX et Pascale MOTEKI

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥

"Dans le présent, ici et maintenant."

Mon avis :

♥ ♥ ♥

Ce bel album tout en douceur nous conte la rencontre entre une grand mère de 70 ans et une petite fille de 8 ans, et nous berce avec leur relation faite de petits riens comme fabriquer des poupées, faire un gâteau au thé matcha...

"Obaasan avait l'art de rendre les choses simples aussi précieuses que la danse des lucioles."

Ponctuée d'haïkus, l'album nous berce avec sa douce mélancolie :

"J'aimerais renaître

Si c'était possible

Aussi modeste qu'une violette."

L'avis d'Anaïs, 7 ans :

♥ ♥ ♥

J'ai été touchée par l'histoire et le lien entre cette grand-mère et la petite fille.

J'ai trouvé que c'était gai parce que Obaasan est toujours de bonne humeur et invente plein de choses pour "partager son savoir". J'ai beaucoup aimé quand elle dit à la jeune fille "Va où va ta joie" car elle lui dit d'aller là où elle est heureuse, où elle a envie d'aller.

Et puis j'ai beaucoup aimé la chanson :

Cerisiers, cerisiers,
Sur les collines verdoyantes et les montagnes
Aussi loin qu'on peut voir.
Est-ce du brouillard ou des nuages ?
Parfum dans le soleil du matin.
Cerisiers, cerisiers,
Fleurs en pleine floraison.

Cerisiers, cerisiers,
À travers le ciel de printemps,
Aussi loin qu'on peut voir.
Est-ce du brouillard ou des nuages ?
Parfum dans l'air.
Viens maintenant, viens,
Regardons enfin !

 

Les petits sentiers d'Obaasan, texte de Delphine Roux et illustrations de Pascale Moteki, Picquier jeunesse, 2016, 13.50 euros

A partir de 7 ans.

Merci à l'éditeur

Les petits sentiers d'Obaasan de Delphine ROUX et Pascale MOTEKI

Publié dans Jeunesse Album

Partager cet article
Repost0

Lagos lady de Leye ADENLE

Publié le par Hélène

♥ 

Guy Collins est un journaliste britannique envoyé au Nigéria pour couvrir les élections. Malgré les recommandations des locaux, il décide néanmoins de se confronter à Lagos by night. Il se rend compte rapidement qu'il aurait mieux fait d'écouter les voix raisonnables qui l'enjoignaient à ne pas sortir la nuit dans la capitale nigériane quand  il tombe sur un crime atroce : une prostituée aux seins coupés. Témoin clé, il est embarqué par la police nigériane aux méthodes quelque peu expéditives et violentes. Il ne devra sa survie qu'à l'intervention d'une mystérieuse Nigériane nommée Amaka, qui le tire des griffes de la police et lui demande en contrepartie d'enquêter sur ces assassinats de prostituées.

Amaka protège en effet ces prostituées, dont personne ne se préoccupe, et elle a besoin de l'aide de ce journaliste étranger tombé du ciel : "Parce que les filles sont des prostituées et que les assassins sont des hommes puissants. Les médias ne s'en mêleront pas parce qu'ils craignent ces hommes. La police n'enquêtera pas sur ce meurtre ni sur les filles qui disparaissent tous les jours. Pourquoi ? Parce que les flics ont trop peur des gros bonnets et de la soi-disant magie noire pour laquelle ils se servent des filles." Amaka se bat pour ces filles qui n'ont guère d'autres alternatives que celle de devenir prostituées : "Pour elles, la prostitution n'était pas un choix - c'était une absence de choix." Guy, envoûté par cette "Lagos lady", choisira de l'écouter et de défendre à son tour ces laissées pour compte.

Dans cette peinture endiablée et sans concession de la capitale nigériane, gangrénée par la corruption, la drogue et les trafics en tous genres, les êtres purs peinent à trouver leur place. Les armes tiennent une place centrale, les petits malfrats côtoyants le grand banditisme, et tous, des notables aux plus jeunes semblent capables d'une perversité choquante. Si le roman est efficace et éclaire une certaine vision de la société nigériane, il souffre de certaines limites à mes yeux.

Ce que j'ai moins aimé : il s'agit d'un policier assez violent, ce qui selon l'auteur est une vision juste de son pays, mais l'autre versant plus doux est perdu dans la masse des kalachnikovs et des pervers obnubilés par le sexe, laissant une vision très sombre de ce pays ! La fin ouverte laisse présager une suite, je passerai sans doute mon tour...

 

Présentation de l'éditeur : Métailié

D'autres avis : Jean-Marc

Lecture que je partage avec Electra

Entretien avec l'auteur chez Transfuge

Vous aimerez aussi :

- Sur le Nigéria les romans de Chimamanda Ngozi Adichie : L’hibiscus pourpre  ; Autour du cou Americanah

- Sur le Gabon les romans d'Otsiemi :  La bouche qui mange ne parle pas  ;  African Tabloid  ; Le chasseur de lucioles

 

Lagos lady, Leye Adenle, traduit de l'anglais (Nigéria) par David Fauquemberg, Métailié noir, mars 2016, 336 p., 20 euros

 

Merci à l'éditeur.

Partager cet article
Repost0

Vacances

Publié le par Hélène

Vacances

Je pars batifoler dans les prés normands..

Je reviens en ces pages le 28

pour une lecture commune avec Electra autour de Lagos Lady

Publié dans Divers

Partager cet article
Repost0

Rallyes dans Paris de Gertrude DORDOR

Publié le par Hélène

♥  ♥ 

Parigramme propose ces rallyes dans Paris constitué de 9 parcours destinés aux enfants à partir de 9 ans :

Le jardin des Tuileries

Le Palais du Louvre

L’île Saint-Louis

L’île de la Cité

Le Marais (de Saint-Paul à l’hôtel de Soubise)

Le Marais (de l’hôtel de Sens à la Bastille)

L’hôtel des Invalides

Le parc Monceau

Montmartre

 

Chaque parcours est doté d'une carte et d'une série de questions permettant d'arpenter les lieux en question de façon ludique avec vos enfants sans entendre le sempiternel "Quand est-ce qu'on rentre ?" Le livret de réponses permet de surcroît de doter votre progéniture d'une culture non négligeable. Les questions comprennent des charades, des rébus, des informations à chercher sur les statues, les arbres. 

J'ai testé pour ma part le circuit des Tuileries avec mes enfants de 8 et 10 ans.

Rallyes dans Paris de Gertrude DORDOR

Nous avons visité les toilettes haut de gamme du carroussel du Louvre - 1.5 euros - Gloups - Nous avons observé sous toutes les coutures les statues du parc - Nous avons regretté de ne pas avoir emmené de boussole - Nous avons débattu devant un petit animal à cornes pour savoir s'il s'agissait d'une biche avec des cornes ou d'un petit cerf - Nous avons compté les arbres - Nous avons compté les marches - Nous avons compté les feuilles des arbres (non j'plaisante...) - Nous avons retourné la carte dans tous les sens pour trouver l'indice 11 - Nous avons admiré les monuments - Nous avons cherché désespérément un "long bâtiment à arcades" - Nous avons arpenté en long en large la terrasse à la recherche de cette fichue statue équestre - Nous avons cherché tout aussi désepérément une statue de garçon joufflu - Nous nous sommes intéressés au plan -  Nous nous sommes rendus compte que nous avions pris la terrasse dans le mauvais sens - Nous avons arpenté la terrasse dans l'autre sens - Avons trouvé les arcades - Et la statue équestre - Et le garçon joufflu - Nous nous sommes dirigés vers la sortie - Avons pensé un moment enchaîner avec l'île de la cité - Avons opté pour l'option librairie à la place - Nous sortons enrichis - Intellectuellement - Parce que nous avons aussi dévalisé la librairie - Et que là nous nous sommes considérablement apauvris - Nous sortons fatigués après deux heures de marche - Mais heureux.

Rallyes dans Paris de Gertrude DORDOR

Présentation de l'éditeur : Parigramme

Reçu dans le cadre d'une opération Babelio masse critique

tous les livres sur Babelio.com
Rallyes dans Paris de Gertrude DORDOR

Publié dans Jeunesse Documents

Partager cet article
Repost0

Les équinoxes de Cyril PEDROSA

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥ ♥

"Mais peut-être que c'est pas si mal, tous ces doutes.

- Comment ça ?

- Ben, tu vois... ça crée un déséquilibre... mais qui met en mouvement."

Pendant les équinoxes, la durée du jour égale celle de la nuit, comme si le monde trouvait alors l'équilibre parfait entre l'ombre et la lumière. Un équilibre fugitif, semblable à l'enjeu de nos destinées humaines, sans cesse malmenées. Tel le metteur en scène d'une symphonie humaine, Cyril Pedrosa meut ses êtres à l'équilibre instable et les suit à la trace durant les quatre saisons. 

Qu'il s'agisse de Vincent, de son frère Damien, de sa fille Pauline, de Catherine et de Louis, de Camille, Edith, Antoine, tous ces personnages forment un faisceau de lumière qui éclaire la complexité de la nature humaine. Ils se frôlent, s'interrogent sur l'image qu'ils renvoient aux autres et qui correspond rarement à celle de notre être profond, essaient maladroitement de communiquer, avancent à tâtons dans une vie trop grande pour eux, en cherchant, désespérément, un sens, parce que "Ce serait tellement réconfortant si cela avait un sens."

Leur mélancolie est prégnante, tant leur solitude se répercute dans chaque fibre de leur être. 

"Pourquoi ne peut-on pas retenir cela ? Pourquoi faut-il porter sa vie avec soi comme un spectacle éphémère et invisible aux autres ?"

Malgré tout, certains essaient de laisser une trace et continuent de partager, contre vents et marées : 

"Photographier pour essayer de saisir cette petite part de vérité humaine, singulière et qui pourtant nous anime tous. L'attraper avec précision et prudence.Tout doucement, du bout des doigts. La monter. Lui donner l'importance qui est la sienne. celle d'un atome dérisoire mais nécessaire parmi l'infini des particules en mouvement. Toutes indispensables les unes aux autres."

Parce que l'art reste cette lumière capable d'allumer les âmes et de maîtriser des destinées humaines soumises à une fatalité désespérante...

 

Présentation de l'éditeur : Dupuis 

D'autres avis : Télérama . L'express

Mo ; Saxaoul ; Jérôme

 

Les équinoxes, Cyril Pedrosa, Dupuis, 336 p., 35 euros

 

C'était ma Bd dde la semaine accueillie cette semaine par Noukette

 

Partager cet article
Repost0

Petits moments de bonheur volés de Francesco PICCOLO

Publié le par Hélène

♥ ♥

Avec fraîcheur et humour, l'auteur fait la liste des petits riens qui font le sel de son existence. 

"L'intelligence des choses simples, comme celle du conducteur de la voiture derrière moi quand il comprend tout de suite que je vais me garer et donc faire marche arrière. Il s'arrête à quelques mètres de distance et attend." p. 45

"Toutes les fois où je peux légitimement dire : "Je l'avais dit !" (Ou bien quand quelqu'un dit : "C'est vrai, il l'avait dit je m'en souviens!") " p. 49

Si l'ensemble est plaisant, sa poésie transparaît surtout quand l'auteur parle de sa ville, Rome qu'il se plaît à arpenter. Il sait alors nous faire ressentir la magie de l'instant romain, son effervescence qui alterne avec la quiétude de la ville endormie ou en vacances. 

"Et puis certains après-midi de pluie où les gens qui attendent qu'il cesse de pleuvoir sous les porches font connaissance, se parlent. (...) Le nombre exact de baisers qui se donnent en ce moment. J'aimerais qu'aucune porte ne claque, qu'aucun être humain ne tousse, que pas un citadin ne se sente citadin ; et, toujours en ce moment précis, que quelqu'un dise : qu'il est bon de vivre ici. Même intérieurement." p.135

Un petit opus léger, sans prétention, qui se lit en deux heures et nous permet ensuite de poser un regard plus apaisé sur notre propre ville... 

 

Présentation de l'éditeur : Denoël Points 

D'autres avis : Folavril ; Martine

 

Petits moments de bonheur volés, Francesco Piccolo, traduit de l'italien par Anaïs Bokobza, Points, 2015, 134 p., 5.9 euros

 

Un petit livre qui  m'a fait penser à l'excellent Journal intime de Nanni Moretti, un de mes films préférés.

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article
Repost0

Quelques remarques sur Babélio et les services de presse

Publié le par Hélène

Je reviens sur mes propos concernant la rencontre organisée par Babélio avec Caryl Fere. Je disais à ce sujet :

 

"Par contre j'ai un réel problème avec le principe de ces rencontres. Je m'explique : nous avons été une trentaine de lecteurs de Babélio à être invités à cette rencontre,  Quand je suis allée voir les avis sur le site avant la rencontre, j'ai été assez surprise de trouver tant d'avis dithyrambiques ! Sur 15 notes le roman obtient la moyenne de 3.92. Sur 22 critiques, j'ai lu 2 critiques négatives. Et les 8 critiques qui mentionnent le fait d'avoir reçu le livre par Babélio et avoir été invité à la rencontre sont toutes positives. Suis-je mauvaise langue ?

J'ai fait le test, j'ai rencontré sur place une des lectrices qui m'a dit ne pas avoir vraiment aimé le roman. Quand je lui ai demandé si elle avait fait une critique négative elle m'a répondu "Non, j'ai joué le jeu". Quel jeu demandai-je innocemment ? "Eh bien une fois j'ai fait une critique négative après avoir rencontré un auteur en disant que cet homme était désagréable, j'ai été mise au purgatoire pendant un certain temps, privée de rencontres et de livres en service de presse. Maintenant, j'évite, car Babélio me permet de faire de superbes rencontres, comme par exemple celle de Chimamanda Ngozi Adichie."

Ceci se passe de commentaires !

J'ai rencontré aussi une lectrice qui semblait sincèrement enthousiaste après sa lecture de Condor, je ne fais pas une généralité, je constate seulement que l'honnêteté n'est pas forcément de mise... 

A bon entendeur..."

 

Suite à cela j'ai reçu un mail de Pierre Krause de Babélio :

 

"Bonjour Hélène, 

Je vous écris à propos de votre article de blog concernant la rencontre avec Cary Ferey. Je suis désolé que le livre ne vous ait pas plu...

Pour information et pour vous répondre sur l'organisation des rencontres : personne ne force qui que ce soit à publier une critique positive du roman ou même de la rencontre. Avez-vous eu vous même un message de notre part à ce propos ? Une indication quant à votre critique ou votre comportement pendant la rencontre ? Si vous aviez des choses à dire à l'auteur, vous en aviez d'ailleurs tout à fait l'occasion sans contrôle de notre part. 

Je ne sais pas qui était la lectrice en question mais il n'existe pas de purgatoire qui empêcherait, pendant un temps, l'accès à nos rencontres pour certains membres qui auraient publié des critiques négatives. Cela n'a jamais été le cas, que ce soit pour les rencontres ou les opérations de masse critique. Les lecteurs ont toujours été libres d'écrire quoi que ce soit tant que la critique est argumentée. 

La membre en question semble être venue deux fois au moins à nos rencontres. On essaie de faire tourner au maximum les participants, il n'est pas anormal qu'elle n'ait pas été sélectionnée pendant un certain temps pour d'autres rencontres. 

Pour aller plus loin, il n'est même pas obligatoire de poster de quelconque avis sur les livres reçus pour les rencontres. La seule "obligation" étant de venir à la rencontre quand on a été sélectionné. 

N'hésitez pas à me contacter si vous avez d'autres remarques ou questions.

A bientôt,

Pierre"

 

Je lui ai répondu en lui demandant si je pouvais diffuser sa réponse et en lui suggérant de préciser ce qu'il venait de dire quand il invitait des lecteurs à faire des critiques, pour lever toute ambiguïté.

 

Sa réponse : 

 

"Pour les opérations de Masse Critique, il est indiqué que les critiques sont libres : 

"- Veillez à étayer votre propos : que le livre vous ait plu ou pas, évitez les avis dithyrambiques en deux lignes ou les attaques non justifiées [...]

- Critiquez le fond ou la forme, le travail de l'auteur ou de l'éditeur, le style ou la construction, le dessin ou le scénario...comme bon vous semblera"

Nous le précisons pas pour les rencontres car l'important n'est là pas la critique mais la rencontre mais effectivement, peut-être pourrions nous en dire quelques mots. "

 

C'est effectivement l'impression que j'avais pu avoir auparavant, je me suis toujours sentie libre de donner sincèrement mon avis chez Babélio, tout comme je me sens libre en recevant des services de presse de faire de même. De nombreuses maisons d'édition me font confiance, je ne ressens aucune pression de leur part, et je ne suis jamais placée au "purgatoire" si je fais une critique négative. 

 

Il semble donc que la pression que ressentent certains blogueurs et lecteurs à s'imaginer qu'il faut à tout prix dire du bien d'un livre ne vient que d'eux. 

 

A bon entendeur...

 

 

Publié dans Divers

Partager cet article
Repost0

Condor de Caryl FEREY

Publié le par Hélène

Lorqu'il faisait des recherches pour son précédent roman Mapuche, Caryl Ferey a trouvé tellement de matière qu'il a décidé d'en garder pour son prochain roman, Condor, qui sort ce mois-ci. A la différence de Mapuche qui se déroulait en Argentine, celui-ci se passe au Chili, pays bien moins gai et festif, plombé par les années de dictature répressive de Pinochet. Bouleversé par l'Histoire, par ses horreurs et par l'inhumanité de certains êtres qui se prétendent pourtant humains, l'auteur choisit de planter son décor dans une réalité sociale et politique désabusée. Néanmoins il met ici l'accent sur des jeunes qui portent en eux l'espoir de voir refleurir un monde nouveau, cette génération qui n'a pas connu directement les exactions du dictateur. Ainsi Gabriela est-elle une femme pleine de vie qui va enquêter sur la mort mystérieuse de plusieurs jeunes de quartiers. Pour mener sa croisade, elle demande l'aide d'Esteban, avocat spécialiste des causes perdues. Les deux acolytes plongent alors dans les bas-fonds de Santiago, dans des quartiers gangrénés par la drogue et la corruption. Leur enquête les mènera jusqu'aux confins du désert de l'Atacama.

Malgré ce fond social et politique passionnant, fruit de plusieurs années d'investigation par l'auteur sur place, le roman traîne en longueur, ne parvenant pas à s'élever suffisamment vers une pureté romanesque. Et pourquoi vouloir à tout prix placer une pseudo histoire d'amour ? Pourquoi tant de mièvrerie au coeur d'une intrigue si violente et intense ? Pourquoi des passages comme celui-ci :

"Sa main caressa sa joue, une seconde magnétique. Gabriela frissonna sur le siège tandis qu'Esteban remettait la gomme -maintenant c'était sûr, elle était amoureuse de lui." p. 180

"Tiens, dit Esteban, j'ai ramassé ça pour toi.

Il lui tendit un petit galet poli en forme de coeur." 

Pourquoi décrire à chaque page la façon dont sont habillés les personnages -surtout les filles- 

"Gabriela avait revêtu un jean moulant et un tee-shirt de fille qui soulignait la fluidité de ses bras." p. 43

"La jeune fille portait une robe bleue à motifs, une paire de ballerines assorties en plastique imitation lézard et un collier d'argent mapuche sur un décolleté que son cardigan noir peinait à cacher." p.72

"Véra portait un legging noir et un petit pull en laine de même couleur les cheveux détachés." p. 229

Pourquoi ces dialogues creux : 

"- Putain, faut que je pisse quelque part, annonça daddy.

- Pas sur ma gueule ! s'esclaffa une voix sous un masque.

Les autres pouffèrent, par habitude." p. 47

Pourquoi ces expressions stéréotypées comme  "l'effet dynamisant du pisco sour, de ses yeux bleu pétrole, du temps qui doucement se délitait." p. 129

La fin du roman aux allures de western rattrape quelque peu les passages laborieux, éclairés de surcroît par la culture mapuche de la jeune Gabriela, apprentie chamane. Mais ce ne sera pas suffisant pour le sauver ... 

 

Présentation de l'éditeur : Gallimard 

D'autres avisL'ExpressLes échosTélérama Bibliobs 

Du même auteur : Mapuche

 

Condor, Caryl Ferey, Gallimard, série noire, 2016, 416 p., 19.50 euros

tous les livres sur Babelio.com

 

Merci à Babelio et aux Editions Gallimard qui m'ont permis de rencontrer l'auteur. Concernant la rencontre c'est ICI

 

Je joins un extrait d'une lecture musicale qui a eu lieu récemment à la maison de la poésie : dans le roman, l'un de sprotagonistes écrit un roman dans lequel il livre une allégorie du Chili, premier pays néolibéral après le coup d'état de Pinochet en 1973. Les personnages dépeints, victimes de la dictature, évoluent dans un champ de ruines qui ressemble furieusement au Chili d'aujourd'hui. 

Lecture, chant : Bertrand Cantat - Machines, basses : ManuSound - Guitare : Marc Sens - Ingénieur du son : Eddy Josse

Partager cet article
Repost0

Rencontre Babélio avec Caryl Ferey

Publié le par Hélène

Je l'avoue en préambule, si cette rencontre n'avait pas été programmée, je n'aurais pas terminé ma lecture laborieuse de Condor. Cette rencontre organisée par Babélio m'a permis cependant d'éclairer certaines de mes interrogations.

Voici certaines des questions-réponses

Est-ce un deuxième Mapuche ?

S'il n'est pas intéressé par les suites, il n'en reste pas moins que la matière qu'il avait collecté pour Mapuche était tellement dense qu'il lui fallait en faire un autre roman. 

Est-il un écrivain des causes perdues ?

Dans l'Histoire ce sont souvent les bons qui perdent et il avait envie de redonner la parole à ceux qui perdent. Son coeur va aux opprimés. Esteban -l'avocat des causes perdues- a été inspiré par des personnage réels rencontrés là-bas, des avocats qui défendaient les opprimés. Sous la plume de l'auteur, il est devenu un personnage "joyeux" car comme le pays est plombé, il fallait une touche plus légère.

Pourquoi une histoire d'amour ? (une de mes questions évidemment...)

Il est peu intéressé par les gens qui se contentent de se tirer dessus. N'aimant pas les armes il n'imagine pas un roman fait simplement de gens qui se tirent dessus. Une fois son fonds politique et social trouvé, aussitôt il se demande "quelle histoire d'amour ?". Ce qui l'intéresse quand il lit un roman n'est pas de savoir qui a tué mais est-ce que les protagonistes vont finir ensemble... C'est son côté fleur bleue... Parce que l'histoire d'amour interroge l'altérité. 

Quelle est l'origine des personnages ?

Tous existent ou ont été influencés par ses rencontres. Victor Jara, artiste, abattu en 1973. André Jarlan prêtre de l'action catholique ouvrière qui aidait les démunis et meurt en 1984 tué par balles.  Camilla Vallejo, député. Bien sûr les personnages sont passés sous le spectre romanesque. L'opération Condor existe également. 

Pourquoi certains personnages sont-ils bisexuels ?

Pour montrer que la bisexualité entre dans les moeurs et c'est une façon de dire que les jeunes d'aujourd'hui sont moins coincés que nous. Le seul espoir du Chili est cette jeunesse libérée. La seule génération qui n'a pas connu la dictature est celle de Camilla, des 20-30 ans qui manifestent en revendiquant l'héritage d'Allende. 

Et puis il est féministe, donc veut taper sur les mecs - cherchez le rapport...-

Pourquoi choisir le genre policier ? (ma question)

Parce qu'on peut tout mettre dans un roman noir et que le fait d'avoir envie de tourner les pages est quelque chose qui lui plaît. 

A-t-il été influencé par les westerns ?

Il a surtout été influencé par le cinéma américain des années 70, qu'il préfère au cinéma d'aujourd'hui qui ressemble à un clip dans lequel tout va vite, tout se zappe rapidement. Ce n'est pas réaliste. Dans la première scène de Bullit, 4 minutes sont consacrées au réveil du personnage joué par Steve McQueen, 4 minutes qui résument déjà le personnage. Il s'étoffe dans ces 4 minutes.

Que pense-t-il de l'adaptation de Zulu ?

Les scénaristes ont fait le choix de ne retenir que la partie thriller, choix assumé. Pour lui le résultat est assumé mais en France il faut toujours que les critiques ... critiquent !

Pour Mapuche les droits sont achetés, mais cela peut être long avant que l'adaptation ne voit le jour.

Quel sera le sujet de son prochain roman ?

Il est déjà commencé, il est lié à un ami commun qui a perdu un ami en mer. Le roman sera lié au monde des marins, un monde de chiens dans lequel personne n'est responsable quand un bateau coule. Depuis le problème des migrants a pris d'autres proportions dont il voudrait parler. Son personnage est McCash déjà rencontré dans de précédents romans. Et oui dans ce roman il y aura une histoire d'amour McCash retrouvera son ex femme. (ça c'était ma question...)

Est-ce que Condor est un livre militant ?

Pour lui ce n'est pas le rôle de l'écrivain de défendre une idéologie. Mais il veut donner la parole aux gens du pays qui représentent une classe sociale dans leur pays. Il s'intéresse ici aux revendications des étudiantes par exemple. 

 

Il n'y eut pas d'autres questions parce que Caryl était attendu juste après la rencontre qui n'a duré que 40 minutes de fait au lieu des 1h ou 1h30 annoncés initialement.

 

Mes réactions :

 

Je me suis évidemment hérissée à la réponse sur les histoires d'amour : je trouve terriblement réducteur de dire que un roman policier sans amour se résume à des passes d'armes. 

De même je me suis demandée pourquoi offrir des psychologies si lapidaires à ses propres personnages eux aussi soumis sux rebondissements multiples de l'intrigue. 

Quant au rôle de l'écrivain quant à ses idéologies, là encore, cela se discute...

Il n'en reste pas moins que j'ai trouvé Caryl Ferey sympathique, drôle et ouvert.

Par contre j'ai un réel problème avec le principe de ces rencontres. Je m'explique : nous avons été une trentaine de lecteurs de Babélio à être invités à cette rencontre,  Quand je suis allée voir les avis sur le site avant la rencontre, j'ai été assez surprise de trouver tant d'avis dithyrambiques ! Sur 15 notes le roman obtient la moyenne de 3.92. Sur 22 critiques, j'ai lu 2 critiques négatives. Et les 8 critiques qui mentionnent le fait d'avoir reçu le livre par Babélio et avoir été invité à la rencontre sont toutes positives. Suis-je mauvaise langue ?

J'ai fait le test, j'ai rencontré sur place une des lectrices qui m'a dit ne pas avoir vraiment aimé le roman. Quand je lui ai demandé si elle avait fait une critique négative elle m'a répondu "Non, j'ai joué le jeu". Quel jeu demandai-je innocemment ? "Eh bien une fois j'ai fait une critique négative après avoir rencontré un auteur en disant que cet homme était désagréable, j'ai été mise au purgatoire pendant un certain temps, privée de rencontres et de livres en service de presse. Maintenant, j'évite, car Babélio me permet de faire de superbes rencontres, comme par exemple celle de Chimamanda Ngozi Adichie."

Ceci se passe de commentaires !

J'ai rencontré aussi une lectrice qui semblait sincèrement enthousiaste après sa lecture de Condor, je ne fais pas une généralité, je constate seulement que l'honnêteté n'est pas forcément de mise... 

A bon entendeur...

Publié dans Divers

Partager cet article
Repost0