Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Quelques remarques sur Babélio et les services de presse

Publié le par Hélène

Je reviens sur mes propos concernant la rencontre organisée par Babélio avec Caryl Fere. Je disais à ce sujet :

 

"Par contre j'ai un réel problème avec le principe de ces rencontres. Je m'explique : nous avons été une trentaine de lecteurs de Babélio à être invités à cette rencontre,  Quand je suis allée voir les avis sur le site avant la rencontre, j'ai été assez surprise de trouver tant d'avis dithyrambiques ! Sur 15 notes le roman obtient la moyenne de 3.92. Sur 22 critiques, j'ai lu 2 critiques négatives. Et les 8 critiques qui mentionnent le fait d'avoir reçu le livre par Babélio et avoir été invité à la rencontre sont toutes positives. Suis-je mauvaise langue ?

J'ai fait le test, j'ai rencontré sur place une des lectrices qui m'a dit ne pas avoir vraiment aimé le roman. Quand je lui ai demandé si elle avait fait une critique négative elle m'a répondu "Non, j'ai joué le jeu". Quel jeu demandai-je innocemment ? "Eh bien une fois j'ai fait une critique négative après avoir rencontré un auteur en disant que cet homme était désagréable, j'ai été mise au purgatoire pendant un certain temps, privée de rencontres et de livres en service de presse. Maintenant, j'évite, car Babélio me permet de faire de superbes rencontres, comme par exemple celle de Chimamanda Ngozi Adichie."

Ceci se passe de commentaires !

J'ai rencontré aussi une lectrice qui semblait sincèrement enthousiaste après sa lecture de Condor, je ne fais pas une généralité, je constate seulement que l'honnêteté n'est pas forcément de mise... 

A bon entendeur..."

 

Suite à cela j'ai reçu un mail de Pierre Krause de Babélio :

 

"Bonjour Hélène, 

Je vous écris à propos de votre article de blog concernant la rencontre avec Cary Ferey. Je suis désolé que le livre ne vous ait pas plu...

Pour information et pour vous répondre sur l'organisation des rencontres : personne ne force qui que ce soit à publier une critique positive du roman ou même de la rencontre. Avez-vous eu vous même un message de notre part à ce propos ? Une indication quant à votre critique ou votre comportement pendant la rencontre ? Si vous aviez des choses à dire à l'auteur, vous en aviez d'ailleurs tout à fait l'occasion sans contrôle de notre part. 

Je ne sais pas qui était la lectrice en question mais il n'existe pas de purgatoire qui empêcherait, pendant un temps, l'accès à nos rencontres pour certains membres qui auraient publié des critiques négatives. Cela n'a jamais été le cas, que ce soit pour les rencontres ou les opérations de masse critique. Les lecteurs ont toujours été libres d'écrire quoi que ce soit tant que la critique est argumentée. 

La membre en question semble être venue deux fois au moins à nos rencontres. On essaie de faire tourner au maximum les participants, il n'est pas anormal qu'elle n'ait pas été sélectionnée pendant un certain temps pour d'autres rencontres. 

Pour aller plus loin, il n'est même pas obligatoire de poster de quelconque avis sur les livres reçus pour les rencontres. La seule "obligation" étant de venir à la rencontre quand on a été sélectionné. 

N'hésitez pas à me contacter si vous avez d'autres remarques ou questions.

A bientôt,

Pierre"

 

Je lui ai répondu en lui demandant si je pouvais diffuser sa réponse et en lui suggérant de préciser ce qu'il venait de dire quand il invitait des lecteurs à faire des critiques, pour lever toute ambiguïté.

 

Sa réponse : 

 

"Pour les opérations de Masse Critique, il est indiqué que les critiques sont libres : 

"- Veillez à étayer votre propos : que le livre vous ait plu ou pas, évitez les avis dithyrambiques en deux lignes ou les attaques non justifiées [...]

- Critiquez le fond ou la forme, le travail de l'auteur ou de l'éditeur, le style ou la construction, le dessin ou le scénario...comme bon vous semblera"

Nous le précisons pas pour les rencontres car l'important n'est là pas la critique mais la rencontre mais effectivement, peut-être pourrions nous en dire quelques mots. "

 

C'est effectivement l'impression que j'avais pu avoir auparavant, je me suis toujours sentie libre de donner sincèrement mon avis chez Babélio, tout comme je me sens libre en recevant des services de presse de faire de même. De nombreuses maisons d'édition me font confiance, je ne ressens aucune pression de leur part, et je ne suis jamais placée au "purgatoire" si je fais une critique négative. 

 

Il semble donc que la pression que ressentent certains blogueurs et lecteurs à s'imaginer qu'il faut à tout prix dire du bien d'un livre ne vient que d'eux. 

 

A bon entendeur...

 

 

Publié dans Divers

Partager cet article
Repost0

Condor de Caryl FEREY

Publié le par Hélène

Lorqu'il faisait des recherches pour son précédent roman Mapuche, Caryl Ferey a trouvé tellement de matière qu'il a décidé d'en garder pour son prochain roman, Condor, qui sort ce mois-ci. A la différence de Mapuche qui se déroulait en Argentine, celui-ci se passe au Chili, pays bien moins gai et festif, plombé par les années de dictature répressive de Pinochet. Bouleversé par l'Histoire, par ses horreurs et par l'inhumanité de certains êtres qui se prétendent pourtant humains, l'auteur choisit de planter son décor dans une réalité sociale et politique désabusée. Néanmoins il met ici l'accent sur des jeunes qui portent en eux l'espoir de voir refleurir un monde nouveau, cette génération qui n'a pas connu directement les exactions du dictateur. Ainsi Gabriela est-elle une femme pleine de vie qui va enquêter sur la mort mystérieuse de plusieurs jeunes de quartiers. Pour mener sa croisade, elle demande l'aide d'Esteban, avocat spécialiste des causes perdues. Les deux acolytes plongent alors dans les bas-fonds de Santiago, dans des quartiers gangrénés par la drogue et la corruption. Leur enquête les mènera jusqu'aux confins du désert de l'Atacama.

Malgré ce fond social et politique passionnant, fruit de plusieurs années d'investigation par l'auteur sur place, le roman traîne en longueur, ne parvenant pas à s'élever suffisamment vers une pureté romanesque. Et pourquoi vouloir à tout prix placer une pseudo histoire d'amour ? Pourquoi tant de mièvrerie au coeur d'une intrigue si violente et intense ? Pourquoi des passages comme celui-ci :

"Sa main caressa sa joue, une seconde magnétique. Gabriela frissonna sur le siège tandis qu'Esteban remettait la gomme -maintenant c'était sûr, elle était amoureuse de lui." p. 180

"Tiens, dit Esteban, j'ai ramassé ça pour toi.

Il lui tendit un petit galet poli en forme de coeur." 

Pourquoi décrire à chaque page la façon dont sont habillés les personnages -surtout les filles- 

"Gabriela avait revêtu un jean moulant et un tee-shirt de fille qui soulignait la fluidité de ses bras." p. 43

"La jeune fille portait une robe bleue à motifs, une paire de ballerines assorties en plastique imitation lézard et un collier d'argent mapuche sur un décolleté que son cardigan noir peinait à cacher." p.72

"Véra portait un legging noir et un petit pull en laine de même couleur les cheveux détachés." p. 229

Pourquoi ces dialogues creux : 

"- Putain, faut que je pisse quelque part, annonça daddy.

- Pas sur ma gueule ! s'esclaffa une voix sous un masque.

Les autres pouffèrent, par habitude." p. 47

Pourquoi ces expressions stéréotypées comme  "l'effet dynamisant du pisco sour, de ses yeux bleu pétrole, du temps qui doucement se délitait." p. 129

La fin du roman aux allures de western rattrape quelque peu les passages laborieux, éclairés de surcroît par la culture mapuche de la jeune Gabriela, apprentie chamane. Mais ce ne sera pas suffisant pour le sauver ... 

 

Présentation de l'éditeur : Gallimard 

D'autres avisL'ExpressLes échosTélérama Bibliobs 

Du même auteur : Mapuche

 

Condor, Caryl Ferey, Gallimard, série noire, 2016, 416 p., 19.50 euros

tous les livres sur Babelio.com

 

Merci à Babelio et aux Editions Gallimard qui m'ont permis de rencontrer l'auteur. Concernant la rencontre c'est ICI

 

Je joins un extrait d'une lecture musicale qui a eu lieu récemment à la maison de la poésie : dans le roman, l'un de sprotagonistes écrit un roman dans lequel il livre une allégorie du Chili, premier pays néolibéral après le coup d'état de Pinochet en 1973. Les personnages dépeints, victimes de la dictature, évoluent dans un champ de ruines qui ressemble furieusement au Chili d'aujourd'hui. 

Lecture, chant : Bertrand Cantat - Machines, basses : ManuSound - Guitare : Marc Sens - Ingénieur du son : Eddy Josse

Partager cet article
Repost0

Rencontre Babélio avec Caryl Ferey

Publié le par Hélène

Je l'avoue en préambule, si cette rencontre n'avait pas été programmée, je n'aurais pas terminé ma lecture laborieuse de Condor. Cette rencontre organisée par Babélio m'a permis cependant d'éclairer certaines de mes interrogations.

Voici certaines des questions-réponses

Est-ce un deuxième Mapuche ?

S'il n'est pas intéressé par les suites, il n'en reste pas moins que la matière qu'il avait collecté pour Mapuche était tellement dense qu'il lui fallait en faire un autre roman. 

Est-il un écrivain des causes perdues ?

Dans l'Histoire ce sont souvent les bons qui perdent et il avait envie de redonner la parole à ceux qui perdent. Son coeur va aux opprimés. Esteban -l'avocat des causes perdues- a été inspiré par des personnage réels rencontrés là-bas, des avocats qui défendaient les opprimés. Sous la plume de l'auteur, il est devenu un personnage "joyeux" car comme le pays est plombé, il fallait une touche plus légère.

Pourquoi une histoire d'amour ? (une de mes questions évidemment...)

Il est peu intéressé par les gens qui se contentent de se tirer dessus. N'aimant pas les armes il n'imagine pas un roman fait simplement de gens qui se tirent dessus. Une fois son fonds politique et social trouvé, aussitôt il se demande "quelle histoire d'amour ?". Ce qui l'intéresse quand il lit un roman n'est pas de savoir qui a tué mais est-ce que les protagonistes vont finir ensemble... C'est son côté fleur bleue... Parce que l'histoire d'amour interroge l'altérité. 

Quelle est l'origine des personnages ?

Tous existent ou ont été influencés par ses rencontres. Victor Jara, artiste, abattu en 1973. André Jarlan prêtre de l'action catholique ouvrière qui aidait les démunis et meurt en 1984 tué par balles.  Camilla Vallejo, député. Bien sûr les personnages sont passés sous le spectre romanesque. L'opération Condor existe également. 

Pourquoi certains personnages sont-ils bisexuels ?

Pour montrer que la bisexualité entre dans les moeurs et c'est une façon de dire que les jeunes d'aujourd'hui sont moins coincés que nous. Le seul espoir du Chili est cette jeunesse libérée. La seule génération qui n'a pas connu la dictature est celle de Camilla, des 20-30 ans qui manifestent en revendiquant l'héritage d'Allende. 

Et puis il est féministe, donc veut taper sur les mecs - cherchez le rapport...-

Pourquoi choisir le genre policier ? (ma question)

Parce qu'on peut tout mettre dans un roman noir et que le fait d'avoir envie de tourner les pages est quelque chose qui lui plaît. 

A-t-il été influencé par les westerns ?

Il a surtout été influencé par le cinéma américain des années 70, qu'il préfère au cinéma d'aujourd'hui qui ressemble à un clip dans lequel tout va vite, tout se zappe rapidement. Ce n'est pas réaliste. Dans la première scène de Bullit, 4 minutes sont consacrées au réveil du personnage joué par Steve McQueen, 4 minutes qui résument déjà le personnage. Il s'étoffe dans ces 4 minutes.

Que pense-t-il de l'adaptation de Zulu ?

Les scénaristes ont fait le choix de ne retenir que la partie thriller, choix assumé. Pour lui le résultat est assumé mais en France il faut toujours que les critiques ... critiquent !

Pour Mapuche les droits sont achetés, mais cela peut être long avant que l'adaptation ne voit le jour.

Quel sera le sujet de son prochain roman ?

Il est déjà commencé, il est lié à un ami commun qui a perdu un ami en mer. Le roman sera lié au monde des marins, un monde de chiens dans lequel personne n'est responsable quand un bateau coule. Depuis le problème des migrants a pris d'autres proportions dont il voudrait parler. Son personnage est McCash déjà rencontré dans de précédents romans. Et oui dans ce roman il y aura une histoire d'amour McCash retrouvera son ex femme. (ça c'était ma question...)

Est-ce que Condor est un livre militant ?

Pour lui ce n'est pas le rôle de l'écrivain de défendre une idéologie. Mais il veut donner la parole aux gens du pays qui représentent une classe sociale dans leur pays. Il s'intéresse ici aux revendications des étudiantes par exemple. 

 

Il n'y eut pas d'autres questions parce que Caryl était attendu juste après la rencontre qui n'a duré que 40 minutes de fait au lieu des 1h ou 1h30 annoncés initialement.

 

Mes réactions :

 

Je me suis évidemment hérissée à la réponse sur les histoires d'amour : je trouve terriblement réducteur de dire que un roman policier sans amour se résume à des passes d'armes. 

De même je me suis demandée pourquoi offrir des psychologies si lapidaires à ses propres personnages eux aussi soumis sux rebondissements multiples de l'intrigue. 

Quant au rôle de l'écrivain quant à ses idéologies, là encore, cela se discute...

Il n'en reste pas moins que j'ai trouvé Caryl Ferey sympathique, drôle et ouvert.

Par contre j'ai un réel problème avec le principe de ces rencontres. Je m'explique : nous avons été une trentaine de lecteurs de Babélio à être invités à cette rencontre,  Quand je suis allée voir les avis sur le site avant la rencontre, j'ai été assez surprise de trouver tant d'avis dithyrambiques ! Sur 15 notes le roman obtient la moyenne de 3.92. Sur 22 critiques, j'ai lu 2 critiques négatives. Et les 8 critiques qui mentionnent le fait d'avoir reçu le livre par Babélio et avoir été invité à la rencontre sont toutes positives. Suis-je mauvaise langue ?

J'ai fait le test, j'ai rencontré sur place une des lectrices qui m'a dit ne pas avoir vraiment aimé le roman. Quand je lui ai demandé si elle avait fait une critique négative elle m'a répondu "Non, j'ai joué le jeu". Quel jeu demandai-je innocemment ? "Eh bien une fois j'ai fait une critique négative après avoir rencontré un auteur en disant que cet homme était désagréable, j'ai été mise au purgatoire pendant un certain temps, privée de rencontres et de livres en service de presse. Maintenant, j'évite, car Babélio me permet de faire de superbes rencontres, comme par exemple celle de Chimamanda Ngozi Adichie."

Ceci se passe de commentaires !

J'ai rencontré aussi une lectrice qui semblait sincèrement enthousiaste après sa lecture de Condor, je ne fais pas une généralité, je constate seulement que l'honnêteté n'est pas forcément de mise... 

A bon entendeur...

Publié dans Divers

Partager cet article
Repost0

Touriste de Julien BLANC-GRAS et Mademoiselle CAROLINE

Publié le par Hélène

Lors d'un salon littéraire, Julien Blanc-Gras rencontre Mademoiselle Caroline et en s'échangeant leurs livres, ils décident de travailler ensemble en adaptant le roman de Julien, Touriste édité en 2011 au Diable Vauvert. 

"Certains veulent faire de leur vie une oeuvre d'art, je compte en faire un long voyage. Je n'ai pas l'intention de me proclamer explorateur. Je ne veux ni conquérir les sommets vertigineux, ni braver les déserts infernaux. Je ne suis pas aussi exigeant. Touriste, ça me suffit. Le touriste traverse la vie, curieux et détendu, avec le soleil en prime. Il prend le temps d'être futile. De s'adonner à des activités non productives mais enrichissantes. Le monde est sa maison. Chaque ville, une victoire. Le touriste inspire le dédain, j'en suis bien conscient. Ce serait un être mou, au dilettantisme disgracieux. C'est un cliché qui résulte d'une honte de soi, car on est toujours le touriste de quelqu'un."

Commence alors un voyage à travers le monde, quelques planches présentant un pays, puis rapidement -trop- passant dans un autre pays ou un autre continent. Pas d'approfondissement, peu de relations sociales dignes de ce nom, juste une vérification des clichés -comme dans le Pourquoi Tokyo dont je parlais récemment. Dans ce patchwork de ses différents voyages, assez réducteur, on passe de la Colombie à l'Inde, du désert salvateur au bush du Mozambique, du comique des karaokés de Chine au tragique de Madagascar... Même quand Julien revient à Paris, les clichés ne sont pas bien loin : grisaille, embouteillages, routine aliénante...

Les dessins aux tons colorés - beaucoup moins réussis que celui de la couverture qui m'attirée - ont tendance à simplifier les scènes avec ces tons criards, peu poétiques et peu adaptés finalement pour faire rêver le potentiel touriste que nous sommes.

L'ensemble est finalement à mes yeux assez plat, sans  relief ou angle d'attaque particulier qui aurait apporté un intérêt quelconque aux pérégrinations d'un touriste ordinaire.

 

Présentation de l'éditeur : Delcourt 

D'autres avisFrance Inter  ; Page des libraires 

Interview de Mandor ​

Du même auteur : Paradis avec liquidation 

 

Touriste, Julien Blanc-Gras et Mademoiselle Caroline, Delcourt, mars 2015, 23.95 euros

 

Lu dans le cadre de la BD du mercredi accueillie aujourd'hui par Stephie

Partager cet article
Repost0

L'arc-en-ciel en verre de James Lee BURKE

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥ ♥

Après la découverte de sept jeunes femmes sauvagement assassinées, l'enquête de Clete et Dave semblent les porter vers Herman Stanga, maquereau et dealer notoire. Clete, toujours aussi autodidacte et explosif décide de lui rendre une petite visite qui tourne mal. Stanga porte plainte contre Clete avant d'être lui-même assassiné. 

Parallèlement, Dave constate avec regret que sa fille Alafair fréquente le fils d'une grande famille de la région, famille que Dave ne porte guère dans son coeur car ils sont notamment des descendants de marchands d'esclaves. La jeune fille va apprendre à ses dépens que "La confiance qu'on accorde aux autres, c'est notre plus grande vertu et notre plus grande faiblesse." Dave devra gérer cette relation houleuse, tout en épaulant son ami de toujours, Clete, toujours doté d'un instinct d'autodestruction prégnant : "Tu es l'équivalent humain d'une boule de démolition, Clete. Sauf que les plus gros dommages, c'est à toi-même que tu les causes." p. 161

James Lee Burke n'a pas son pareil pour nous faire sentir "l'odeur des arbres mouillés et des gouttes de pluie heurtant le ciment chaud". Il parvient à éclairer de l'intérieur cette Louisiane gangrenée par la corruption, par la pauvreté et l'industrie galopante. Les éclairs de lumière baignent le roman d'une ambiance crépusculaire, le noir cauchemardesque imprégnant peu à peu le soleil éclatant, et inversement, des rayons inondant la noirceur d'éclats qui rappellent que, malgré tout, la vie vaut la peine. 

"Mais je dus me forcer à me rappeler que, aussi fort qu'on puisse vouloir l'imaginer, notre disparition, pas plus que la disparition d'une époque, n'est une tragédie. S'il existe une tragédie humaine, il n'en existe qu'une seule : c'est ce qui se passe quand nous oublions qui nous sommes, et que nous restons silencieux quand un étranger s'installe dans notre peau." p. 157

Les êtres luttent dans cet antichambre, faisant rimer espoir et cauchemars, ils ne savent plus voir distinctement les frontières... Tout est mouvant chez James Lee Burke pour qui le manichéisme ne signifie rien. A l'orée de ses pages, palpite juste la vie, avec ses aléas, ses luttes, ses petites victoires et ses grandes défaites. Juste des personnages pris dans les entrelacs de la vie, pour le meilleur et pour le pire...

 

Présentation de l'éditeur : Payot Rivages 

D'autres avis : Lecture commune avec Electra ;

Actu du Noir  ; Télérama 

Du même auteur :

La série des Dave Robicheaux :

La Pluie de néon,

Prisonniers du ciel,

Black Cherry Blues

Une saison pour la peur

Une tache sur l'éternité

Dans la brume électrique avec les morts confédérés

Dixie City

Le Brasier de l'ange

Cadillac Jukebox

Sunset Limited

Purple Cane Road

Jolie Blon's Bounce

Dernier tramway pour les Champs-Elysées

L'Emblème du croisé

 La descente de Pégase

La nuit la plus longue

Swan Peak

L'Arc-en-ciel de verre

Créole belle

Lumière du monde

 

L'arc-en-ciel en verre, James Lee Burke, traduit de l'anglais (EU) par Christophe Mercier, Rivages/Noir, juin 2015

Partager cet article
Repost0

Pourquoi Tokyo. Journal d'une aspirante Nipponne de Agathe PARMENTIER

Publié le par Hélène

♥ 

En 2014, Agathe Parmentier décide de fuir la morosité parisienne pour débarquer au Japon, prête à s'immerger dans la société japonaise. Elle tient alors son journal de voyage, par le biais d'un blog http://pourquoitokyo.blogspot.fr/ très fréquenté. Elle y raconte ses expériences tokyoïtes, et offre une vision fraîche et drôle de la ville et de ses habitants. Elle teste ainsi des incontournables japonais : le karaoké, les typhons, les hôtels capsules, les love hotels, et elle passe surtout des heures à errer dans les différents quartiers de la cité japonaise. Au détour de ses rencontres, elle reçoit quelques demandes en mariage, mange sans doute quelques aliments irradiés par la catastrophe d'Hiroshima, et se fait happer par la société de consommation :

"Créer des besoins à défaut de parvenir à en combler d'autres plus élémentaires ... Vous ai-je montré mon porte-clefs chat-sushi ?" p. 244

Peu à peu, elle sent cette "ultra moderne solitude" s'immiscer en elle : "L'une des spécificités du pays est que, qu'il s'agisse de solitude ou de n'importe quoi d'autre , les solutions - parfois effrayantes à les observer d'un oeil occidental - abondent. L'isolement y est donc un peu plus mis en scène qu'ailleurs, notamment par le développement d'une offre de services visant à le tromper : déclinaison sans fin de cafés-concepts, services de location  d'amis, relations virtuelles de toutes sortes, etc..." p. 151

 http://pourquoitokyo.tumblr.com/

Ce que j'ai moins aimé : L'analyse semble assez réductrice, comme si l'auteure se contentait de tester les clichés pour voir s'ils fonctionnent ou pas. Il est à noter qu'elle ne s'est pas du tout intégrée dans la société tokyoïte, préférant traîner dans les McDos en observant de l'extérieur cette société si éloignée de la nôtre plutôt que de chercher à s'y insérer. Elle reste désespérément une "gaijin", une étrangère connaissant à peine la langue malgré une année passée sur place. 

En résumé, j'ai toutefois préféré lire le blog qui a l'avantage d'être illustré de photographies rendant ces chroniques plus vivantes et plus explicites. Il permet de plus de replacer ces expériences à leur juste place : des chroniques légères offrant une vision très personnelle d'une expérience japonaise limitée dans le temps.    

 

Présentation : Anne et Arnaud ; Au Diable Vauvert

D'autres avisChoco Keisha  ; A propos de livres 

 

Pourquoi Tokyo, Agathe Parmentier, Au diable Vauvert, février 2016, 320 p., 17 euros

 

Merci à l'éditeur. 

Publié dans Récits de voyage

Partager cet article
Repost0

Kabuliwallah de Rabindranath TAGORE

Publié le par Hélène

♥ 

"Petites vies, petits chagrins,

Petites histoires de malheur,

D'une linéarité, d'une banalité radicales ;

Des milliers de larmes versées chaque jour,

Si peu sauvées de l'oubli ;

Pas de description élaborée,

Mais un pauvre récit monotone,

Ni théorie ni philosophie,

Aucune histoire vraiment résolue,

Une fin toujours avortée, 

Laissant le coeur insatisfait.

A jamais inachevées,

Les innombrables histoires du monde :

Boutons arrachés avant maturité, 

Gloire en poussière avant d'avoir été chantée,

L'amour, l'effroi, l'injustice

De milliers de vies obscures."

Rabindranath Tagore

Tagore est surtout connu en France pour ses poèmes et son magnifique Offrande lyrique. Et pourtant ce sont des nouvelles que nous présentent ici l'excellente maison d'édition Zulma, 22 nouvelles qui sont l'occasion de mettre en valeur le talent du prix Nobel de littérature pour capter des instants de vie qui en disent long sur les conditions sociales des Indiens en ce début de siècle. Ces nouvelles se déroulent en Inde, à Calcutta, la ville natale de Tagore, et mettent souvent en scène des femmes, victimes du système et de l'oppression masculine.

Qu'il s'agisse du mariage des petites filles (L'histoire du ghât, l'enfant muette), de l'éducation atrophiée des jeunes filles (Le cahier d'écolier), des difficultés dues à la dot (La dette) ou encore des mariages malheureux, la conclusion des nouvelles est souvent désespérée, mettant en valeur une injustice flagrante. L'innocence des enfants se perd, aliénés par la société et ses codes, la domination devenant exaltante pour certains.  A l'origine de tant de noirceur, l'argent qui vérole bien souvent les rapports humains (L'arbre du chagrin,  Le cerf d'or) mais aussi les errances du coeur humain (Insensé), facilement aveuglé, la raison peinant bien souvent à pénétrer l'esprit, et l'être humain se complaisant dans les "pièges de l'illusion". 

Une série de portraits de "petites vies, petits chagrins" sans consessions dans cette Inde de la fin du XIXème siècle. 

Ce que j'ai moins aimé : un peu répétitif, les nouvelles sont courtes et s'enchaînent, laissant peu de temps au lecteur pour s'imprégner de l'atmosphère et des personnages. 

 

Présentation de l'éditeur : Zulma 

D'autres avis : Yves 

Kabuliwallah, Rabindranath Tagore, Nouvelles traduites du bengali (Inde) et présentées par Bee Formentelli, Zulma, février 2016, 400 p., 22 euros

Merci à l'éditeur.

Publié dans Littérature Asie

Partager cet article
Repost0

Le génie des coïncidences de John IRONMONGER

Publié le par Hélène

♥ 

Libre arbitre ou déterminisme ?

Thomas Post,  maître de conférence à l'université de Londres, se présente comme un expert es coïncidences. Venez à lui avec ce que vous prenez pour une coincidence étrange, qui pourrait être selon vous la marque d'une instance supérieure qui régirait nos vies, et il vous démontrera que tout n'est qu'une question de probabiblités et que votre évènement n'est que le fruit du hasard et de la nécessité. Mais le jour où la belle Azalea se présente à lui avec ses propres coïncidences étranges, ses certitudes vacillent. Il se penche alors sérieusement sur - et dans - la vie de la jeune femme afin de dénouer les noeuds déterministes qui semblent la régir...

Cette plongée le mène aux quatre coins du monde, de l'île de Man jusqu'en Ouganda, dans un pays meurtri par une guerre civile sanguinaire. Dans cette région en effet sévit le diabolique Joseph Kony, personnage réel recherché par la Cour pénale internationale pour 33 chefs d'accusation pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité. Il serait responsable de la mort de plus de 100 000 personnes en Afrique centrale ces vingt-cinq dernières années et aurait enlevé entre 60 000 et 100 000 enfants. Par le biais de la fiction, l'auteur apporte un éclairage sur ces évènements tragiques : 

"Nous sommes doués pour escamoter des évènements monstrueux, sans compter qu'après tout, ceux-ci se déroulaient en Afrique, un continent qui demeure effectivement invisible - non parce que la lumière échoue à percer les ténèbres, mais parce que très peu d'entre nous choisissent de regarder ce qu'elle révèle." p. 160

Azalea était-elle déstinée à connaître une telle cruauté ? Va-t-elle mourir le 21 juin comme nombre de ses ancêtres ? Est-elle guidée par une instance supérieure ? Ou portée par le hasard ? Autant de questions qui trouveront des réponses partielles résonnant d'échos kantiens ... 

"... Il y a une providence particulière dans la chute d'un moineau.

Si c'est mainteannt, ce n'est pas à venir ;

si ce n'est pas à venir, ce sera maintenant ;

si ce n'est pas mantenant, pourtant, cela viendra :

le tout est d'être prêt." Shakespeare, Hamlet

Ce que j'ai moins aimé : J'ai trouvé les passages sur l'Ouganda trop documentés à mon goût, presque "collés" à cette intrigue des coïncidences, comme pour apporter un crédit historico-politico-social. 

 

Présentation de l'éditeur : Stock ;  10-18 

D'autres avis : Télérama

Keisha ; Claracathulubouquinbourg, blablablamiaKathelAifelle Antigone 

Tous ces avis sont bien plus enthousiastes que le mien !

Sur Joseph Kony : Le JDD 

 

Le génie des coïncidences, John Ironmonger, traduit de l'anglais par Christine Barbaste, 10-18, février 2016, 

 

Merci à l'éditeur.

Publié dans Littérature Europe

Partager cet article
Repost0

Une journée parfaite de Danny PARKER et Freya BLACKWOOD

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥ 

Un bel album pour poétiser le monde
 Juste la journée ordinaire de trois enfants. Une somme de petits riens qui mis bout à bout forment une guirlande de bonheur. "Du vent, un cerf-volant, un fil pour le guider"

"Une soirée mystérieuse où l'on doit chuchoter

Une nuit toute douce et du temps pour rêver"

Les illustrations sont réalisées au crayon et à l'acrylique sur du papier à aquarelle, apportant légèreté et douceur à ces pages magnifiques qui chantent la liberté, la magie des instants suspendus portant en leur sein cette petite pointe d'ennui. 

Le bonheur n'est finalement pas plus que cela, juste une journée calme et sereine entourée de ceux que l'on aime ...

 

Présentation de l'éditeur : Grasset 

D'autres avis : découvert chez Jérome ; Nadael  ; Mya Rosa

 

Une journée parfaite, Danny Parker et Freya Blackwood, Grasset Jeunesse, 2015, 13.9 euros

 

Publié dans Jeunesse Album

Partager cet article
Repost0

La cour des secrets de Tana FRENCH

Publié le par Hélène

♥ ♥ ♥ ♥ 

 Au coeur d'un pensionnat irlandais

 

Un an auparavant un meurtre a eu lieu dans un pensionnat huppé de Dublin. A l'époque l'inspectrice Conway était chargée de l'enquête mais n'avait pas réussi à savoir qui avait tué le jeune Chris Harper. Aujourd'hui un élément relance l'enquête : une jeune fille a laissé une photo de Chris assortie d'un mot "je sais qui l'a tué" sur le panneau d'affichage du lycée. Conway reprend du service avec à ses côtés Stephen Moran -présent dans Les lieux infidèles- affecté habituellement aux affaires non classées et rêvant d'intégrer la Brigade criminelle. Mais il devra auparavant faire ses preuves. Les deux inspecteurs interrogent une à une les jeunes filles impliquées soient huit jeunes filles issues de deux groupes rivaux. 

Les chapitres alternent entre ces interrogatoires difficiles, tant les jeunes filles sont habituées à manipuler les autres, et d'autres chapitres qui content l'amitié qui lie le groupe de Holly, Rebecca, Selena et Julia, remontant dans le passé et égrenant un compte à rebours jusqu'à la nuit du meurtre. Toute l'action se passe au sein du pensionnat, entre ces murs dorés témoins de l'amitié indéfectible qui relie les jeunes filles. Elles s'épaulent et se soutiennent durant ce délicat passage de l'enfance à l'adolescence fait de contradictions et de surprises :

"Elle entend toutes les voix apaisantes qui lui serinaient quand elle était petite : "N'aie pas peur, ni des monstres, ni des sorcières, ni des gros chiens." Et les mêmes, qui aboient à présent : "Méfie-toi ! Aie peur de tout !", comme si c'était un devoir absolu. Aie peur de t'empâter, que tes seins soient trop gros ou trop petits. Aie peur de marcher toute seule, surtout dans des endroits si tranquilles que tu pourrais t'entendre penser. Aie peur de porter des vêtements ringards, de dire des âneries, de rire comme une cruche, de paraître godiche. Aie peur de ne pas plaire aux garçons ; aie peur de leurs avances. Aie peur des filles, elles sont toutes perverses et te démolliront en moins de deux. Aie peur des inconnus. Aie peur de ne pas obtenir de bonnes notes à tes examens, de te faire mal voir. Aie peur de toi-même, aie peur d'avoir tout faux. Et tu seras une bonne petite." p. 166

Leurs questionnements s'échappent peu à peu de la sphère argentée de l'enfance : faut-il autoriser ou pas les garçons à pénétrer dans leur espace intime, accepter de se fondre ou non dans la masse, croire en l'amitié, lutter contre la jalousie ... Et puis, de temps en temps, reste la possibilité libératrice de s'échapper, de se recueillir dans une clairière, cocon naturel qui offre un havre de paix au sein duquel les quatre amies sont comme intouchables, protégées à jamais : 

"Au-delà du portail en fer forgé, des sentiers serpentent entre les arbres, s'enfoncent dans une forêt perdue à mille lieues de la ville : taches de lumière, battements d'ailes, rouge éclatant des fleurs mettant en valeur la tresse sombre de Becca et la blondeur de Selena tressautant à l'unisson tandis qu'elles escaladent une colline minuscule plantée de buissons qui semblent avoir été taillés en boule par des elfes. Tout à coup, la pénombre se dissipe. Et le soleil aveuglant oblige Holly à mettre une main devant les yeux.

Aussitôt, l'ombre revient. La clairière est petite. De grands cyprès entourent un cercle d'herbe rase. Ici, l'air est différent, frais, apaisant. Seuls les grésillements d'insectes et le roucoulement paresseux d'une colombe perturbent le silence." p. 36

Malheureusement, démeler l'écheveau têtu des relations humaines n'est guère aisé, les errances des unes ou des autres pouvant être fatal ...  

Tana French est passée maître dans l'art des portraits psychologiques fins et acérés, densifiant sa bande de fille au fil de l'intrigue. Sa cour des secrets est hantée par des personnages profondément humains ancrés dans une intrigue passionnante qui happe irrémédiablement son lecteur !  Une réussite !

Ce que j'ai moins aimé : J'avais deviné le - ou la - coupable rapidement... De plus, pour moi, les passages "surnaturels" n'étaient peut-être pas nécessaires...

 

Présentation de l'éditeur : Calmann Levy 

Vous aimerez aussi : Ecorces de sang

D'autres avis : repéré chez Cathulu ; Babelio 

 

La cour des secrets, Tana French, traduit de l'anglais (Irlande) par François Thibaux, calmann Lévy, 2015,5200 p., 21.9 euros

Publié dans Roman policier Europe

Partager cet article
Repost0