Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

79 résultats pour “goncourt lycéens

Remise du prix Goncourt des lycéens 2017

Publié le par Hélène

Hier soir avait lieu la remise du prix Goncourt des lycéens, remis à Alice Zeniter, pour son roman L'art de perdre dans lequel elle raconte le parcours d'une famille de harkis sur plusieurs générations en s'inspirant de l'histoire de sa propre famille.

Un roman traduit du silence

Tahar Ben Jelloun a ouvert le bal des discours en soulignant combien la guerre d'Algérie restait un sujet sensible en raison des mémoires meurtries, et il a admiré le courage de Alice Zeniter qui a su aller encore plus loin en s'intéressant aux harkis. Pour lui, le roman d'Alice Zeniter est un roman traduit du silence car personne n'avait envie de raconter cette part maudite, cette malédiction liée aux harkis et à la guerre d'Algérie, et c'est finalement grâce à la littérature que la parole a pu se faire. Il a remercié les lycéens de leur choix, l'académie Goncourt avait porté L'art de perdre jusqu'à la dernière liste, mais L'ordre du jour de Eric Vuillard l'avait supplanté dans la course finale. Il est heureux qu'aujourd'hui les lycéens le choisissent. Il conclue en disant combien il a été ému par cette histoire qui a levé le voile sur une tragédie sans fin.

30 ans de Goncourt des lycéens

Enrique Martinez, directeur général de la Fnac Darty, a ensuite pris la parole en rappelant que cette édition couronne les 30 ans du Goncourt des Lycéens, avec plus de 30000 lycéens qui ont participé au prix. Il cite une citation de Vargas Llosa qui affirmait que la chose la plus importante qu'il avait pu faire dans sa vie fut d'apprendre à lire. Pour la Fnac il s'agit d'un enjeu important de continuer. La lecture plus que jamais. Le recteur de l'académie de Paris, Gilles Pécout, a lui aussi insisté sur l'importance du prix et de la lecture. Il a remercié Alice Zeniter d'avoir élaboré une oeuvre d'art avec un pan de notre histoire.

De l'importance de la transmission

La présidente du jury des lycéens s'est ensuite exprimée avec beaucoup d'émotion, elle a mis l'accent sur les sensations inoubliables ressenties à la lecture du roman de Alice Zeniter, sur le fait que la lecture lui a permis de développer une maturité et de prendre de la hauteur.

Pour finir, Alice Zeniter, elle-même très émue s'est exprimée. Pour elle il était important de donner des mots à ceux pour qui les mots sont des lieux d'enfermement. Elle voulait aussi parler de la transmission, sur trois générations, de ce qui passe d'une génération à une autre : comment se transmet la culture, mais aussi comment se transmettent les angoisses, les hontes, les traumatismes. Naïma, l'héroïne de son roman est une jeune fille en mouvement, et ce mouvement continue à travers ces lycéens à qui elle a transmis son histoire.

A lire également :

La présentation du prix

Les rencontres régionales du Goncourt à Lille

Le lycée Pierre de Coubertin et le Goncourt des lycéens

Alice Zeniter et le Goncourt des lycéens

Olivier Guez et le Goncourt des lycéens

Alexis Ragougneau et le Goncourt des lycéens

François-Henri Désérable et le Goncourt des lycéens

Ce dernier a d'ailleurs fait une apparition, très fair play pour féliciter sa consoeur.

 

Mon avis sur mes lectures goncourables :

Nos richesses de Kaouther Adimi

Tiens ferme ta couronne de Yannick Haenel

L'art de perdre de Alice Zeniter

Bakhita de Véronique Olmi

Summer de Monica Sabolo

 

Merci aux équipes de la Fnac qui m'ont permis de suivre le prix sur la durée et au réseau Canopé pour leur accueil.

Partager cet article
Repost0

Prix Goncourt des lycéens 2017

Publié le par Hélène

Dans le dernier carré gagnant nous avions :

Les 13 lycéens délégués, désignés pendant ces 6 délibérations régionales, se sont retrouvés aujourd'hui à Rennes pour la grande délibération nationale, et ont annoncé le lauréat du 30ème Prix Goncourt des Lycéens à 12h45 depuis l'Hôtel de Ville de Rennes.

Il s'agit de :

 

Son roman a obtenu sept voix, contre six pour Bakhita (Albin Michel) de Véronique Olmi.

La remise du Prix aura lieu à 18h30 ce soir à la Fnac Ternes à Paris.

En 2016, le Prix Goncourt des Lycéens a été attribué à Gaël Faye pour son premier roman Petit pays (éditions Grasset).

Partager cet article
Repost0

Le lycée Pierre de Coubertin et le Goncourt des Lycéens

Publié le par Hélène

La documentaliste du lycée Pierre de Coubertin à Calais et la professeure Cécile Wallant ont souhaité faire participer leur classe cette année. Le lycée avait déjà participé au prix, et ce fut un franc succés si bien qu'elles ont souhaité proposer à nouveau leur candidature, pour ce "projet sympa qui permet aux élèves de découvrir la littérature contemporaine."

La documentaliste souligne que les élèves lisent de tout, même si en classe, ils ont plutôt tendance à lire de la littérature classique, au CDI ils empruntent beaucoup de littérature jeunesse. Le CDI a acheté un jeu de romans dés le début, ainsi les livres de la sélection ont été beaucoup lus, empruntés. Il semble que Summer plaise beaucoup, mais finalement chaque élève a trouvé un roman différent pour lui plaire...

 

Les lycéennes Léa Flavie, Océane et Eugénie et Léonie ont d'abord été surprises quand elles ont appris participer au prix, c'était assez inattendu, voire effrayant de se dire qu'il allait falloir lire 15 romans en peu de temps. Mais finalement, elles ont trouvé cela enrichissant, notamment le fait d'élargir leurs connaissances sur l'histoire par le biais de personnages et de points de vue différents. Cela leur a permis aussi de s'intéresser à des romans vers lesquels elles ne seraient pas allées volontairement.

Par la suite, elles vont élire des délégués dans chaque classe, qui iront ensuite défendre leurs choix. Pour l'heure, les livres les plus appréciés sont L'art de perdre / Un loup pour l'homme / Summer / et L'ordre du jour.

 

Elèves et professeurs ont créé un blog pour parler de leurs lectures : http://le-goncourt-des-lyceens-2017-quelle-aventure.blog4ever.com/

 

Vous aimerez aussi :

Alice Zeniter et le Goncourt des lycéens

Olivier Guez et le Goncourt des lycéens

François-Henri Désérable et le Goncourt des lycéens

Alexis Ragougneau et le Goncourt des lycéens

 

Publié dans Goncourt des lycéens

Partager cet article
Repost0

Prix Goncourt des Lycéens 2016

Publié le par Hélène

Il ne restait plus que 7 titres en lice :

Les 13 lycéens délégués régionaux, désignés pendant ces 6 délibérations régionales, se sont retrouvés pour la grande délibération nationale, jeudi 17 novembre, et ont annoncé le lauréat du 29ème Prix Goncourt des Lycéens à 12h45 depuis l'Opéra de Rennes :

© C/Damien Roudeau-Schwagga Postfiles

A ma grande joie, le prix a été attribué à Gaël Faye, dont j'ai tant aimé le Petit pays !

Hier soir avait donc lieu la remise du prix au ministère de l'Education nationale en présence de la ministre Najat Vallaud Belkacem.

@Education Nationale

Le discours de la ministre était sobre, insistant sur la transmission et le partage. Si vous souhaitez le lire dans son intégralité rendez-vous sur son site. 

Le président de la Fnac lui a succédé, mettant en avant le fait que la culture reste une valeur essentielle pour le groupe, même s'il vient de fusionner avec Darty. Il a souligné que déjà la Fnac avait récompensé en septembre Petit Pays avec le Prix Roman Fnac, le premier prix de la saison choisi sur épreuves avant même que les critiques ne filtrent sur les romans. Un choix éclairé !

Virginie Despentes a ensuite pris la parole pour louer le roman de Gaêl Faye, suivi par la présidente du jury des lycéens, Margaux Comte, très émouvante dans son discours. 

Enfin c'est un Gaël Faye profondément ému qui s'est exprimé, remerciant ceux qui ont contribué à façonner son succès et soulignant aussi l'importance du prix à l'heure où se déroule le procès de Bobigny, dans lequel s'impliquent ses beaux-parents qui traquent les présumés auteurs du génocide encore en liberté. (A lire au sujet du procès de Bobigny l'article de Maria Malagardis sur Libération)

Gaël Faye sortira un album en janvier et sera présent pour un concert au Trianon le 3 avril. Vivement !  

A lire aussi :

- Lecture musicale de Gaël Faye à la maison de la Poésie pour le festival Paris en Toutes Lettres

Rencontres régionales du Goncourt des lycéens 1er épisode

Rencontres régionales du Goncourt des lycéens 1er plateau

Rencontres régionales du Goncourt des lycéens 2ème plateau 

- Rencontres régionales du Goncourt des lycéens : les réactions des lycéens et des enseignants

- Rencontres régionales du Goncourt des lycéens : réactions de quelques auteurs

Publié dans Prix littéraires

Partager cet article
Repost0

Rencontres régionales du Goncourt des lycéens (4)

Publié le par Hélène

De l'importance d'incarner la littérature

Lors des rencontres régionales entre les auteurs nominés au Goncourt des lycéens et les élèves, j'ai pu discuter avec trois élèves de la classe de seconde du lycée Paul Langevin  à Beauvais : Anaëlle, Christel et Lise et avec les deux enseignantes à l'origine du projet dans ce lycée, Isabelle et Géraldine, l'une professeure de lettres et l'autre documentaliste.

Toutes deux souhaitaient au départ initier un projet inter classes qui aurait concerné tout le lycée pour développer les échanges entre les classes. Seulement le Goncourt des lycéens ne choisit qu'une classe par établissement sur lettre de motivation du professeur, elles ont donc dû choisir. Elles ont opté pour  une classe du seconde pour ne pas être pressées par l'échéance du bac. En postulant au Prix Goncourt des Lycéens, leur motivation était de faire lire les élèves, de les faire parler, échanger, partager en s'axant sur la littérature contemporaine. Elles souhaitaient que les élèves s'ouvrent à d'autres littératures, à d'autres sujets.

Quand elles ont annoncé aux lycéens de leur classe qu'ils participaient au Goncourt des lycéens, tous étaient surpris, et certains n'étaient guère enthousiastes. Puis tous ont réalisé qu'il s'agissait d'une chance puisque seules une cinquantaine de classes sont retenues sur toute la France.

Le fonctionnement

Toute la classe doit avoir lu dans sa globalité les 14 romans sur la base du volontariat. Ils travaillent souvent par petits groupes et vont vers les livres qui les tentent. Les professeurs demandent juste l'effort de lire 10 pages en espérant que la lecture les entraînera au-delà des 10 pages...  Ainsi les trois filles m'ont confiée que le début percutant de Chanson douce les avait suffisamment surprises pour qu'elles aient envie de lire la suite.

D'autres professeurs peuvent se greffer sur le projet comme dans leur lycée le professeur d'histoire qui a décidé d'étudier avec la classe le roman de Magyd Cherfi Ma part de gaulois

Au début certains élèves éprouvaient des réticences à lire puis peu à peu ils se sont investis et maintenant ils sont tous globalement motivés. Un élève a même confié à ses professeurs "Avant je n'aimais pas lire mais maintenant j'aime" comme si participer au Goncourt des lycéens avait créé en lui un déclic. Certains élèves très motivés ont déjà lus 3 romans sur les 14.

Le seul petit bémol concernant l'organisation tient à l'arrivée tardive des romans qu'ils n'ont pu obtenir que le 22 ou 23 septembre. Le temps presse désormais pour lire un maximum de titres...

Nathacha Appanah et Jean-Baptiste Del Amo

Nathacha Appanah et Jean-Baptiste Del Amo

La rencontre 

Anaëlle, Christel et Lise ont été touchées que les auteurs prennent le temps de répondre à leurs questions. Les réponses ont pu éclairer leurs points de vue sur les romans et leur a donné envie de lire des romans vers lesquels elles ne seraient pas allées d'elles-même. Lise s'est passionnée pour Romain Slocombe et est bien décidée désormais à se lancer dans la lecture de son roman ! Elles ont trouvé intéressant de voir les auteurs, d'écouter leurs points de vue, leurs sources d'inspiration. 

Indiscrétions

Pour Anaëlle, Chanson douce se démarque par son histoire, et par l'univers différent qu'il permet de découvrir : celui des nounous, personnages que l'on rencontre rarement dans le rôle principal dans les romans.

Christel porte aussi sa préférence vers le roman de Leïla Slimani, en raison de ce début déroutant qui pousse à poursuivre sa lecture.

Enfin, Lise a été séduite par Continuer de Laurent Mauvignier, et notamment par sa fin qu'elle a trouvée "géniale" car le suspect n'apparaît qu'à ce moment-là !

Dans la classe, les avis étaient globalement partagés, sans que réellement ne ressorte un titre.

Des élèves et des enseignants acteurs investis

Ainsi cette rencontre a le mérite de remotiver chacun, elle relance l'intérêt, et met en place une dynamique prometteuse pour la suite !

 

Vous aimerez aussi : l'article de La voix du Nord

- Rencontres régionales du Goncourt des lycéens 1er épisode

- Rencontres régionales du Goncourt des lycéens 1er plateau

- Rencontres régionales du Goncourt des lycéens 2ème plateau 

- Mon avis sur Tropique de la violence

- Mon avis sur  L'enfant qui mesurait le monde

- Mon avis sur Cannibales 

Prochainement en ces pages :

- Les réactions des auteurs suite aux rencontres

- Mon avis sur Chanson douce de Leïla Slimani

Publié dans Prix littéraires

Partager cet article
Repost0

Rencontres régionales du Goncourt des Lycéens (5)

Publié le par Hélène

A l'issue de ces rencontres régionales, j'ai pu recueillir les ressentis de Leïla Slimani et Jean-Baptiste Del Amo : 

Jean-Baptiste Del Amo 

Présentation de Règne Animal
Règne animal retrace, du début à la fin du vingtième siècle, l’histoire d’une exploitation familiale vouée à devenir un élevage porcin. Dans cet environnement dominé par l’omniprésence des animaux, cinq générations traversent le cataclysme d’une guerre, les désastres économiques et le surgissement de la violence industrielle, reflet d’une violence ancestrale. Seuls territoires d’enchantement, l'enfance – celle d’Éléonore, la matriarche, celle de Jérôme, le dernier de la lignée – et l’incorruptible liberté des bêtes parviendront-elles à former un rempart contre la folie des hommes? 

Règne animal est un grand roman sur la dérive d’une humanité acharnée à dominer la nature, et qui dans ce combat sans pitié révèle toute sa sauvagerie – et toute sa misère

Son ressenti sur ces rencontres :

"C'est l'occasion d'apporter quelque chose au lecteur et de rendre la  littérature vivante, de montrer aux élèves que les écrivains sont vivants ! La transmission est importante. J'ai apprécié leurs questions, différentes des questions habituelles des journalistes. 

J'ai été étonné par le fait que les élèves se questionnent beaucoup sur le rapport au réel, ils nous demandent beaucoup ce qui tient de l'imaginaire et ce qui est inspiré de nos vies dans nos romans. Ils veulent savoir dans quelle mesure nous nous sommes inspirés de la réalité. Cela prouve que les frontières sont de plus en plus floues entre réalité et imaginaire à notre époque. L'attrait pour la téléréalité va aussi dans ce sens. "

Jean-Baptiste a déjà été finaliste du Goncourt des lycéens en 2008 pour Une éducation libertine. Qu'avait il retiré de cette expérience ?

"J'avais été admiratif des lycéens capables de suivre un texte dense, littéraire jusqu'au bout, de le porter jusqu'à la fin. Je sais aussi grâce à cette expérience que l'on ne peut pas se fier aux réactions des lycéens lors des rencontres car Jean-Louis Fournier et son Où on va papa avait eu un franc succès et pourtant, Catherine Cusset avait emporté le prix pour Un brillant avenir, un texte très littéraire. "

Leïla Slimani pour Chanson douce

Son roman Chanson douce

Lorsque Myriam, mère de deux jeunes enfants, décide malgré les réticences de son mari de reprendre son activité au sein d'un cabinet d'avocats, le couple se met à la recherche d'une nounou. Après un casting sévère, ils engagent Louise, qui conquiert très vite l'affection des enfants et occupe progressivement une place centrale dans le foyer. Peu à peu le piège de la dépendance mutuelle va se refermer, jusqu'au drame. 

À travers la description précise du jeune couple et celle du personnage fascinant et mystérieux de la nounou, c'est notre époque qui se révèle, avec sa conception de l'amour et de l'éducation, des rapports de domination et d'argent, des préjugés de classe ou de culture. Le style sec et tranchant de Leïla Slimani, où percent des éclats de poésie ténébreuse, instaure dès les premières pages un suspense envoûtant.

Ses impressions :

"J'ai apprécié d'écouter mes amis auteurs présenter leurs romans et répondre aux questions. Souvent nous nous croisons seulement,  nous sommes par exemple voisins de dédicaces, mais nous n'échangeons pas forcément, cela reste souvent passif. Ces rencontres permettent plus d'échanges entre nous.  

Les questions des lycéens sortent des questions des médias souvent très répétitives, là ce sont des questions ancrées et on se doit de fournir un effort dans les réponses. Par exemple, on ne m'avait jamais demandé si je pensais que la mère était coupable, et pourtant c'est une bonne question. Je pense que pour les journalistes, cela reste une question tabou.

Je ne connaissais pas le Goncourt des lycéens, je suis ravie d'y participer !"

 

Vous retrouverez les questions posées par les lycéens ici :

- Rencontres régionales du Goncourt des lycéens 1er épisode

Rencontres régionales du Goncourt des lycéens 1er plateau

Rencontres régionales du Goncourt des lycéens 2ème plateau 

- Rencontres régionales du Goncourt des lycéens : les réactions des lycéens et des enseignants

- Mon avis sur Tropique de la violence

- Mon avis sur  L'enfant qui mesurait le monde

- Mon avis sur Cannibales 

Prochainement en ces pages :

- Mon avis sur Chanson douce de Leïla Slimani

- Mon avis sur Continuer de Laurent Mauvignier

- Mon avis sur Laëtitia de Ivan Jablonka

Publié dans Prix littéraires

Partager cet article
Repost0

Rencontres régionales du Prix Goncourt des Lycéens 2016 (1)

Publié le par Hélène

Rencontres régionales du Prix Goncourt des Lycéens 2016 (1)

Lundi 10 octobre avaient lieu les premières rencontres régionales entre les auteurs sélectionnés pour la 29ème édition du prix Goncourt des lycéens,  et les lycéens appelés à élire leur roman préféré. 

Le prix Goncourt des lycéens a été créé et est organisé par la Fnac et le ministère de l'éducation nationale avec l'accord de l'Académie Goncourt. Une cinquantaine de classes de niveau secondaire (filière généraliste et professionnelle) sont sélectionnées et s'engagent à lire en deux mois les romans sélectionnés pour le prix Goncourt soit cette année :

  • Nathacha Appanah – Tropique de la violence – Éd. Gallimard
  • Metin Arditi – L’enfant qui mesurait le monde - Éd. Grasset
  • Magyd Cherfi – Ma part de Gaulois - Éd. Actes Sud
  • Jean-Baptiste Del Amo – Règne animal - Éd. Gallimard
  • Jean-Paul Dubois – La succession - Éd. de l’Olivier
  • Gaël Faye – Petit pays - Éd. Grasset
  • Frédéric Gros – Possédées - Éd. Albin Michel
  • Ivan Jablonka – Laëtitia ou la fin des hommes – Éd. Le Seuil
  • Régis Jauffret – Cannibales - Éd. Le Seuil
  • Laurent Mauvignier – Continuer – Éd. de Minuit
  • Yasmina Reza – Babylone - Éd. Flammarion
  • Leïla Slimani – Chanson douce - Éd. Gallimard
  • Romain Slocombe – L’Affaire Léon Sadorski - Éd. Robert Laffont
  • Karine Tuil – L’insouciance - Éd. Gallimard
  •  
  • A noter que la sélection officielle comporte deux titres supplémentaires : L'autre qu'on adorait de Catherine Cusset et Au commencement du 7ème jour de Luc Lang, mais comme ces deux auteurs ont déjà été reçu le prix (en 2008 pour Catherine Cusset avec Un brillant avenir et en 1998 avec Mille six cents ventres pour Luc Lang), ils ne figurent pas dans la sélection. 

​Les 2000 lycéens participants rencontrent les auteurs du 10 au 18 octobre lors de 7 rencontres régionales. Le 14 novembre ont lieu les délibérations régionales puis le 17, les délibérations nationales avant l'annonce du prix le 17 novembre. 

Sur invitation du service communication de la Fnac, j'ai eu la chance d'assister aux premières rencontres le 10 octobre à Lille aux côtés de Leïla Slimani, Karine Tuil, Jean-Baptiste Del Amo, Nathacha Appanah, Régis Jauffret, Romain Slocombe, Metin Arditi et Gaël Faye.

Guidés par l'équipe communication de la Fnac, Audrey, Julie, Estelle et Maurine, (merci à elles) nous sommes partis ensemble de Gare du Nord, et avons été accueillis à Lille par Matthieu, chargé de la programmation culturelle de la Fnac pour la région Nord et Est. Le déjeuner qui a suivi fut convivial et rieur. Du côté de notre table, entre les anecdotes pétillantes de Leïla Slimani, les interventions mesurées de Nathacha Appanah (la douceur incarnée), le calme olympien de Gaël Faye et l'effervescence de Frédéric Launay, journaliste et animateur de la rencontre de l'après-midi, l'équilibre était parfait.

Prochainement, je vous raconterai la rencontre riche en enseignements, et je vous livrerai les réactions des lycéens, des professeurs et des auteurs suite à ces échanges. 

Alors, qui selon vous succèdera à Delphine de Vigan qui avait remporté le prix l'an dernier avec D'après une histoire vraie ?

Publié dans Prix littéraires

Partager cet article
Repost0

Sorties poches à ne pas manquer !

Publié le par Hélène

Cette semaine sont sortis en poche deux romans qui font partie de mes coups de coeur de la rentrée littéraire 2016 :

 

Petit Pays de Gaël FAYE

et

The Girls de Emma Cline

 

J'avais eu la joie de rencontrer les deux auteurs :

Emma Cline lors d'une rencontre à la librairie Gallimard : ICI

 

Gaël Faye lors d'un déjeuner organisé par la Fnac et l'agence Anne et Arnaud pour le forum Fnac du livre 2016 : ICI

lors des rencontres pour le Goncourt des lycéens : ICI

pour la remise du prix  ICI

lors d'une rencontre musicale à la maison de la poésie ICI

 

Je ne peux que vous conseiller leur lecture !!

Partager cet article
Repost0

Prix Goncourt des lycéens 2017

Publié le par Hélène

La nouvelle édition du Goncourt des lycéens se prépare et j'aurai le plaisir d'assister à la rencontre entre les lycéens et les auteurs à Lille, grâce au service communication de la Fnac qui m'a invitée cette année également.

Le 5 septembre dernier, l'annonce par l'Académie Goncourt de sa sélection littéraire lançait la 30ème édition du Prix Goncourt des Lycéens. Créé et organisé par le ministère de l'Éducation nationale et la Fnac, avec l'accord de l'Académie Goncourt, ce Prix donne l'opportunité à près de 2 000 lycéens de se plonger dans une lecture passionnée, et de faire entendre leur voix pour élire leur lauréat parmi les 15 auteurs sélectionnés cette année.

Les 15 romans sélectionnés
  • Nos richesses, Kaouther Adimi, Seuil
  • Taba Taba, Patrick Deville, Seuil
  • Un certain M. Piekielny, François-Henri Désérable, Gallimard
  • Un loup pour l'homme, Brigitte Giraud, Flammarion
  • La disparition de Josef Mengele, Olivier Guez, Grasset
  • Tiens ferme ta couronne, Yannick Haenel, Gallimard
  • La serpe, Philippe Jaenada, Julliard
  • Nos vies, Marie-Hélène Lafon, Buchet-Chastel
  • Bakhita, Véronique Olmi, Albin Michel
  • Niels, Alexis Ragougneau, Viviane Hamy
  • Trois jours chez ma tante, Yves Ravey, Minuit
  • Summer, Monica Sabolo, JC Lattès
  • Les Rêveuses, Frédéric Verger, Gallimard
  • L'Ordre du jour, Eric Vuillard, Actes Sud
  • L'Art de perdre, Alice Zeniter, Flammarion

Après plusieurs semaines de lecture des romans en compétition, les lycées participants auront  l'opportunité d'échanger et de débattre avec les auteurs en lice pour le Prix lors de 7 rencontres régionales, organisées du 9 au 18 octobre prochain au sein de plusieurs Ateliers Canopé. Les jurés lycéens auront ainsi toutes les cartes en main pour mûrir leur réflexion et choisir leurs finalistes lors des délibérations en novembre.

J'assisterai donc à la rencontre des lycéens à Lille le vendredi 13 octobre.

Par la suite, le lundi 13 novembre des délibérations régionales à huis clos auront lieu et l'annonce des finalistes se fera en fin de journée.

Pour finir, le jeudi 16 novembre, après des délibérations nationales à huis clos à l'Opéra de Rennes, l'annonce du lauréat Prix Goncourt des Lycéens 2017se fera à 12h45.

Pour rappel voici les précédents lauréats :

Voici les billets consacrés au prix de l'an dernier : ICI

 

 

Partager cet article
Repost0

François-Henri Désérable et le Goncourt des lycéens

Publié le par Hélène

Photo Francesca Mantovani © Éditions Gallimard

Une aventure unique

Comment avez-vous vécu les rencontres avec les lycéens ? Qu’est-ce que cela vous a apporté ?

Comme une aventure unique, une tournée de rock-stars sans rock et sans stars mais avec des écrivains dont certains étaient déjà des amis, dont d’autres le deviendront sans doute, et ce grâce à la rencontre de quelques milliers de jeunes un peu partout en France.

Qu’avez-vous pensé de leurs questions ? Y a-t-il eu des questions surprenantes ? Lesquelles ?

Souvent pertinentes, parfois inattendues, rarement incongrues (mais il y en eut, et tant mieux – posez la question à Olivier Guez).

Quel lycéen étiez-vous ? Lisiez-vous ? Quels auteurs ?

J’étais le genre de lycéen qui attend toute la journée que la cloche sonne et le délivre pour qu’il puisse sauter sur la glace, une crosse de hockey dans les mains. Je lisais très peu, hormis (et pas toujours) les quelques auteurs (souvent morts) au programme.

Auriez-vous aimé, adolescent, participer à ce type de jury littéraire ?

J’aurais sans doute commencé par rechigner (non mais vous comprenez, nous, on n’a pas que ça à faire, on a une vie, en dehors du lycée !), avant d’y prendre goût.

Lisez-vous les Goncourt des lycéens ?

Oui, il m’est arrivé d’en lire plusieurs. J’ai lu les sept derniers, plus quelques autres.

Lequel vous a particulièrement marqué ?

Difficile à dire. Il y en a plusieurs, parmi lesquels Du domaine des murmures de Carole Martinez, qui est une remarquable conteuse ; mais aussi le très beau petit livre de Mathias Enard, Parle-leur de batailles, de rois et d’éléphants ; et enfin le Magnus de Sylvie Germain dont je connais certains passages par cœur.

 

François-Henri Désérable est l'auteur de Un certain Monsieur Piekielny aux éditions Gallimard

 

Partager cet article
Repost0

1 2 3 4 5 6 7 8 > >>